Pagode


Pagode
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagode (homonymie).
Pagode à Hōryū-ji au Japon

La pagode (mot d'origine indienne transmis par l'intermédiaire du portugais) est un lieu de culte pour les croyants de la religion bouddhiste. C'est la forme qu'a pris le stûpa ou zedi dans le monde chinois.

Sommaire

Historique

Pagodes à Guilin, dans le Guangxi, Chine

Venue d'Inde, la pagode s'est propagée avec le bouddhisme à partir du IIe siècle en Chine, puis en Corée ainsi qu'au Japon. La pagode moderne est une évolution du stûpa indien, c'est-à-dire une sorte de sépulture où les reliques sacrées pouvaient être protégées et vénérées.

La forme du stûpa indien – bol à aumône retourné, qui évolue plus tard en demi-sphère – s'est énormément diversifiée lors de sa propagation en Asie, jusqu'à présenter, comme c'est le cas de la pagode, une architecture qui ne possède plus du tout les caractéristiques des stûpas d'origine.

En Chine, la pagode, au centre des grands temples bouddhiques, présentait, en outre, d'autres avantages et utilités. Elle servait par exemple de tour d'observation, voir loin étant une motivation suffisante. La possibilité que la construction offrait de surveiller les mouvements des ennemis constitue également un atout indéniable. Enfin par sa grande taille, en navigation maritime et fluviale, la pagode servait de point de repère : embarcadères ou ponts se trouvant à proximité.

Composées de plusieurs étages, construites en maçonnerie, pierre et brique, dépourvues de shinbashira (voir plus bas), les pagodes ont un espace intérieur vaste avec accès aux étages par des escaliers. De l'époque des Han (25-220) jusqu'à la dynastie des Qing (1644-1911), elles ont une fonction hautement religieuse, servant de lieu de culte et de lieu de conservation de reliques pour l'Empire du Milieu, d'orphelinat, d'écoles, de lieux de rencontre entre villageois, ce qui n'empêchait pas les Chinois de s'en servir comme observatoire, comme par exemple dans le cas de la pagode octogonale Liaodi.

La Corée comprend des monuments en pierre imitant les pagodes chinoises, témoignant de l'époque des invasions chinoises en Corée.

Au Japon, contrairement à la Chine, la pagode est construite en bois et accompagnée d'un shinbashira, et ce dès le VIIe siècle[1]. Comportant également plusieurs étages, elle se présente comme un objet d'art et est principalement destinée à être admirée. Les pagodes sont constituées d'un socle, d'un corps et d'une flèche ou d'un épi, mais sans escalier. Certaines de ces constructions en bois sont toujours visibles à l'heure actuelle.

Matériaux

Pagode à Phuket, en Thaïlande

Le bois

Sous les Han, les pagodes étaient en bois, comme la plupart des constructions de l'époque. Malheureusement, le bois prend feu assez facilement, pourrit et peut être ravagé par les insectes. Ce sont les raisons pour lesquelles, seules un certain nombre d'entre elles ont subsisté. Par contre lors d'un séisme, ce sont les pagodes en bois, plus souples, qui résistent le mieux, alors que celles en maçonnerie se montrent peu stables. L'usage du bois a donc été favorisé au Japon, pays frappé chaque année par des séismes ou des typhons.

Les pagodes en bois ne sont présentes qu'au Japon à une exception près : la pagode Sakyamuni du temple Fogong, du XIe siècle et de 67 mètres de haut, la seule structure entièrement en bois encore présente en Chine [Où ?].

La pierre et la brique

Remplacer le bois par de la brique et de la pierre a rendu les pagodes plus résistantes au feu. L'utilisation de ces matériaux a contribué à réduire la taille des avant-toits étant donné que la brique a une assez faible résistance flexionnelle et de cisaillement.

En 2009, la Chine compte encore quelques pagodes en bronze, fer céramique ou composées de briques et tuiles vernissées.

La pagode octogonale Liaodi (terme signifiant « Observation de l'ennemi ») de 1055 du temple Kaiyuan à Dingzhou (nord de la Chine), haute de 84 mètres et totalisant 11 étages, est construite en maçonnerie. Typiquement chinoise, elle est la plus haute des pagodes anciennes existant encore. Les avant-toits, constitués de couches de briques, sont courts. Un escalier est logé dans la partie centrale et la pagode est dotée de portes et fenêtres réelles.

Notes et références

  1. (en) Personnel de rédaction, « Shake, rattle and roll », dans The Economist, 31 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 31 juillet 2009)] 

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pagode de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pagode — im Kloster Linji von Zhengding Eine Pagode (chinesisch 塔 tǎ) ist ein markantes, mehrgeschossiges, turmartiges Bauwerk, dessen einzelne Geschosse meist durch vorragende Gesimse oder Dachvorsprünge voneinander getrennt sind. Gebäude… …   Deutsch Wikipedia

  • PAGODE — Monument bouddhique, la pagode chinoise, aux destinations votive, commémorative et de reliquaire, a deux sources: l’une, proprement chinoise, qui vient du pavillon à étages de l’époque Han; l’autre, indienne, à partir du st pa d’une part et du… …   Encyclopédie Universelle

  • Pagode — is a Brazilian style of music which originated in the Rio de Janeiro region as a subgenre of Samba. Pagode originally meant a celebration with lots of food, music and dance. In 1978 Beth Carvalho was introduced to this music, liked it and… …   Wikipedia

  • pagode — PAGODE. s. m. Terme de relations. Temple des Indiens. Il y a dans cette ville un Pagode magnifique. Il se prend aussi, pour l Idole qu on adore dans le temple, & dans ce sens l on le fait plus ordinairement feminin. Pagode d or. vilaine Pagode.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pagode — Sf (ostasiatischer Tempel) per. Wortschatz exot. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus port. pagode Götzenbild, Götzentempel , das (wohl über das Malayische) auf ein indisches Wort zurückgeht. Allerdings ist die Entstellung durch die portugiesischen …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Pagode — Pagode: Die Bezeichnung für den ostasiatischen Tempel mit mehreren Stockwerken, von denen jedes ein ausladendes Dach hat, wurde im 16. Jh. aus gleichbed. frz. pagode entlehnt, das seinerseits aus port. pagode übernommen ist. Dies stammt aus einer …   Das Herkunftswörterbuch

  • Pagode — (nach Mothes entstanden aus Dagop s.v.w. heiliges Haus), in Europa gebräuchliche Bezeichnung für freistehende Tempelbauten in Indien und China, im Gegensatz zu den Grottentempeln. Die Gestaltung, ursprünglich nur die runde Ummauerung einer engen… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Pagōde — (die, v. ind. bhaguvati, »heiliges Haus«), frei stehende Tempelanlage der Hindu und andrer asiatischer Völker. Ursprünglich nur aus dem Heiligtum und einer Vorhalle bestehend, erweitern sie sich in fortschreitender Entwickelung zu ausgedehnten,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pagode — Pagōde, ältere ostind. Goldmünze; die Stern P. (star pagoda) = 6,75 7,5 M; Juwelengewicht = 3,54 g …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pagode — Pagode, ostind. Goldmünze = 21/3 Thlr. = 3 fl. 24 kr. C. M.; Silbermünze = 11/4 Thlr. = 1 fl. 491/4 kr. C M.; Gewicht für edles Metall = 71 holl. As …   Herders Conversations-Lexikon

  • pagode — s. m. 1. Templo de Brama ou de Buda. 2. O ídolo adorado nos pagodes. 3.  [Popular] Folgança, pândega, bambochata. 4.  [Popular] Agrupamento de pessoas. = GENTE, POVO …   Dicionário da Língua Portuguesa


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.