Ouidah


Ouidah
Ouidah

Le fort portugais de Ouidah
Le fort portugais de Ouidah

Administration
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Atlantique
Maire
Mandat en cours

Démographie
Population 60 000 hab. ()
Langue(s) Français
Géographie
Coordonnées 6° 22′ 00″ N 2° 05′ 00″ E / 6.366667, 2.0833336° 22′ 00″ Nord
       2° 05′ 00″ Est
/ 6.366667, 2.083333
  
Superficie km²
Benin location map.svg
Ouidah

Ouidah, autrefois également appelée Juda, est une ville du Bénin, située à 42 kilomètres de Cotonou. Sa population est actuellement d’environ 60 000 habitants. Cette ville a été au XVIIIe siècle un des principaux centres de vente et d'embarquement d'esclaves dans le cadre de la traite occidentale.

Sommaire

Histoire

Ouidah a été l’un des principaux points d'embarquement des esclaves vers les Amériques[1]. Sur les onze millions d'Africains exilés par la traite occidentale) près de deux millions sont partis de la baie du Bénin[2], dont 60 % à partir des deux principaux ports à centraliser le trafic, Ouidah et Lagos[3].

Le site de Ouidah était « soigneusement isolé du reste du royaume afin de garantir le monopole royal »[4]. En effet, sous le contrôle d'un grand dignitaire de l'État, le yovoghan (ce qui signifie littéralement « chef des Blancs ») il constituait l'interface commerciale entre les négriers européens et l'État négrier d'Abomey. Dans ce royaume relativement centralisé mis en place par le roi Agaja d'Agbomi (1708-1740), la traite négrière fut érigée en monopole royal par le roi Kpengla (1774-1789) et alimentée par de périodiques razzias aux marges du royaume, au bénéfice de l'ethnie des Fons[4].

Les esclaves étaient rassemblés sur une place pour y être vendus. Puis, ils parcouraient enchaînés les quelques kilomètres qui les séparaient de la plage. Enchaînés les uns aux autres, ils montaient dans des canots pour être entassés dans les cales des navires avant la longue traversée vers le Nouveau Monde. Persuadés que les négriers blancs allaient les manger, certains préféraient, lors du transport en canots, se jeter à la mer et mouraient noyés.[réf. nécessaire]

Ouidah constituant l'un des principaux ports d'exportation d'esclaves, plusieurs pays européens étaient présents sur place, disposant de forts spécifiques : fort français, fort anglais, fort danois, fort portugais, fort hollandais. Le roi et les élites du royaume pouvaient ainsi faire monter les enchères pour obtenir le meilleur prix pour la « marchandise » dont ils disposaient[5].

Dans le Bénin actuel, le souvenir de ces traites négrières orchestrées par le royaume d'Abomey n'est pas sans créer périodiquement des tensions entre les Fons et les ethnies situées plus au nord, qui ont eu à subir les razzias annuelles menées à cette époque et ont vu nombre d'entre eux condamnés à l'esclavage au-delà de l'Océan Atlantique[4].

Culture

Seul l’ancien fort portugais, datant de 1721, est encore visible. Il abrite le musée historique de Ouidah.

Ouidah abrite d'autres monuments :

  • La porte du non-retour en mémoire de la période esclavagiste.
  • Un monument pour le jubilé de l’an 2000.
  • Différentes sculptures marquent l’ancien chemin qui était pris par les esclaves.
  • La forêt sacrée de Kpasse.
  • Le temple vaudou des Pythons.
  • La basilique de l'Immaculée Conception de Ouidah

Depuis 1998, le 10 janvier à Ouidah marque la traditionnelle fête du Vodoun (Vaudou).

Jumelage

Références

  1. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, éd. Gallimard, 2004, p. 196
  2. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, éd. Gallimard, 2004, p. 194
  3. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, éd. Gallimard, 2004, p. 197
  4. a, b et c Olivier Pétré-Grenouilleau, « Les traites négrières », Documentation photographique, no 8032, mars-avril 2003, p. 5.
  5. Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Atlas des esclavages, Éditions Autrement, 2006, p. 31.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ouidah de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ouidah —   Commune and city   Basilica of Ouidah …   Wikipedia

  • Ouidah — Ouidah …   Deutsch Wikipedia

  • Ouidah I —   Arrondissement   Country  Benin Department Atlantique Depart …   Wikipedia

  • Ouidah II —   Arrondissement   Country  Benin Department Atlantique Depar …   Wikipedia

  • Ouidah IV —   Arrondissement   Country  Benin Department Atlantique Depar …   Wikipedia

  • Ouidah —   [wi da], Stadt in der Republik Benin, nahe der Küste an einer Lagune westlich von Cotonou, 64 100 Einwohner; Museum (Dokumentation des Sklavenhandels) im Fort. Ouidah ist heute Zentrum fetischistischer Kulte mit vielen Tempeln und Klöstern.  … …   Universal-Lexikon

  • Ouidah — (spr. ui ), Ort in Dahome, s. Ajuda …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ouidah — v. et port du Bénin, à l O. de Cotonou; 30 000 hab. Les Français y établirent en 1623 un comptoir qui se livra à la traite des esclaves au XVIIIe s. Les Portugais y possédaient une enclave …   Encyclopédie Universelle

  • Ouidah — es una ciudad en la costa atlántica de Benín. Conocida originalmente como Ajudá, los portugueses tomaron la ciudad en 1580, después de lo cual creció alrededor del comercio de esclavos. Portugueses, ingleses, franceses y daneses construyeron… …   Wikipedia Español

  • Ouidah — ▪ Benin also spelled  Whydah        town in southern Benin, western Africa. It lies along the Gulf of Guinea. The town was the main port of the Kingdom of Abomey (Dahomey) in the 18th and 19th centuries. Portuguese, French, Dutch, Danish, British …   Universalium