Orival (seine-maritime)


Orival (seine-maritime)

Orival (Seine-Maritime)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orival.
Orival
Carte de localisation de Orival
Pays France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton d'Elbeuf
Code Insee 76486
Code postal 76500
Maire
Mandat en cours
Daniel Duchesne
en cours
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Elbeuf
Latitude
Longitude
49° 18′ 46″ Nord
       0° 59′ 51″ Est
/ 49.3127777778, 0.9975
Altitude 2 m (mini) – 131 m (maxi)
Superficie 9,55 km²
Population sans
doubles comptes
1 071 hab.
(1999)
Densité 112 hab./km²

Orival est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime et la région Haute-Normandie.

Citée sous les formes "Aurea valle", "Aureavalle", "Aureavallis", "Aureamvallem", "Aurivalum", "Aurivallis", "Aurival" ou "Aurivall'" et quelquefois "Dorival" dans des lettres, chartes et missives du XIIe siècle, signifiant le Val Doré (lié à l'exposition ou à l'aspect dense de la végétation).

Plaque Salle d'Orival.JPG


Les habitants d'Orival sont les Orivalais

Sommaire

Géographie

Orival est une commune située sur la rive gauche de la Seine entre Elbeuf et Rouen.

L'essentiel de la superficie de la commune est représentée par des forêts vallonnées (forêt domaniale de la Londe-Rouvray).

Le bourg d'Orival est principalement entre deux chaînes de falaises "typiques" du bord de Seine, dans un vallon débouchant sur la Seine ; mais s'étale également tout le long de la Seine en contrebas des falaises.

Géologie

Topographie

Hydrologie

Climat

Réseaux de transports

Histoire

L'histoire d'Orival, peut être retracée par les traces anthropiques trouvées sur place, les documents relatifs à l'histoire sont rares, mais lorsqu'ils sont présents permettent de vérifier certaines hypothèses.

Paléontologie

L'histoire de la commune semble excessivement ancienne. D'après l'authentification de la « grotte du Renard » (appelée également « Trou Malin » au XIXe siècle), par André Leroi-Gourhan et Denis Vialou en 1978, les modestes gravures y figurant dateraient de la fin du Paléolithique supérieur soit environ 10 à 12 000 ans avant notre ère (voir aussi : Grotte de Gouy). À cette époque, on peut supposer que l'homme chassait en vallée de Seine, profitant de la toute fin de la Glaciation de Würm pour traverser le fleuve, on trouve en effet sur les versants faisant face à cette cavité un nombre impressionnant d'outils de l'époque évaluée ainsi que des ossements notamment de mammouth.

L'époque romaine

La suite de ce que l'on peut tracer de l'histoire d'Orival, se situe à l'époque gallo-romaine (voir Gaule romaine), puisque des vestiges d'un fanum sont visibles sur l'un des points culminants surplombant d'un côté l'ancienne voie de Rotomagus (Rouen) et de l'autre, la Seine, on trouve aussi un nombre impressionnant de silex, dont la présence dans cette zone évoque de lointaines constructions, autour du Fanum et au Câtelier (notons le nom qui correspond à cette époque). Un peu plus loin sur les hauteurs, (sur la commune de Oissel), on trouve également un ensemble de plate formes et talus, ainsi qu'un puits (aucune fouille n'ayant été effectuée à ce jour, le puits a été comblé pour raisons de sécurité).

La véritable histoire d'Orival commence à cette époque… On suppose que l'homme chassait et péchait dans la zone que couvre l'actuel bourg, zone partiellement couverte par la Seine, on dit de plus qu'à l'époque le fleuve était pourvu d'un passage à gué qui permettait la traversée. Ainsi les peuples ont commencé à s'installer… soit dans les « creux » en habitats semi-troglodytes, soit en maisons surplombant les parties marécageuses du « Val » qui aurait donné son nom à la commune.

Les invasions franques

Pendant les invasions franques aux IVe et Ve siècles, Orival aurait (le conditionnel est de rigueur compte tenu de la situation topographique de la zone) servi de passage à bateaux au même titre que Moulineaux et la forêt séparant les deux communes, le but étant de cercler Rouen en amont et aval de la Seine, des armes et sépultures furent retrouvées en commune d'Orival.

L'époque ducale

Le grand épisode suivant traite de l'époque du Roi Richard Ier d'Angleterre (dit Richard Cœur de lion), très actif dans la région, il fait ériger dès 1195 une forteresse surplombant la roche la plus importante de la chaîne de falaises d'Orival (la Roche Fouet), le but de cet édifice est de garder l'œil sur l'amont de Rouen, et sur « Caudebec » la ville la plus proche. Malheureusement il périra des suites d'une blessure en 1199, c'est son frère Jean d'Angleterre (dit Jean Sans terre) qui lui succédera, l'édifice sera ruiné en 1203.

La guerre de Cent ans

Compte tenu de sa situation stratégique, la forteresse sera (soi disant) réhabilitée pendant la guerre de Cent Ans puis de nouveau abandonnée.

La guerre de 1870

Orival fut le théâtre de violents combats, les lieux stratégiques comme le château du Pavillon ou le pont de chemin de fer vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf furent le théâtre d'affrontement et de destructions.

La Seconde Guerre mondiale

Orival fut là aussi le théâtre de violents combats, les Allemands, à l'image du projet d'usine souterraine de Caumont, souhaitèrent creuser d'immenses caves sous la roche alimentées par la voie ferrée afin de servir d'entrepôts, le projet fut avorté par la Libération. Pour défendre les lieux, des batteries de mortier furent installées au château du Pavillon et à l'usine Rhône-Poulenc de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, les Orivalais réfugiés dans les caves voisines des caves allemandes virent, une fois de plus leur pont de chemin de fer détruit, mais également leur commune détruite à 80% de même les roches changèrent de visage.

Historique, La vie quotidienne à Orival

On y exploite le bois, la pierre (craie et silex pour la construction), l'argile (pour le foulonnage), on y vit de l'élevage notamment des moutons (industrie textile), de la culture (légumes fruits) notamment des noix (le brou de noix est utilisé dans les teintures textiles). Chasse et pèche sont également largement pratiquées, puis au XIXe siècle de nombreux habitants partent travailler dans la ville voisine d'Elbeuf grâce à l'essor de son industrie textile de renommée mondiale.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1936 Dantan
1983 Loisel André PS Directeur d'école retraité
mars 2001 2008 Tailleux
2008 Duchesne sans
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[1])
1962 1968 1975 1982 1990 1999
1100 1164 1132 926 1004 1071
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

En partant d'Elbeuf, on peut suivre l'itinéraire « des grottes » ancien chemin de randonnée, cité dans des récits du XIXe siècle, montant à l'ancien château du Pavillon (démantelé en 2002) par l'ancienne ligne de chemin de fer Rouen-Orléans (arrêt des Rouvalets). Ce chemin permet de déboucher sur l'église Saint-Georges, curiosité de la région puisqu'elle est semi-troglodyte, un peu plus loin, à même la falaise, on trouve les marques de son ancêtre taillée géométriquement dans la roche, surplombant des habitations. Mais on peut continuer le chemin le long duquel un nombre important de cavités résultant de l'exploitation de la craie pour la construction nous attendent.

Le chemin permet de redescendre vers le fameux « Val » qui aurait donné à la commune son nom actuel, ce chemin est cependant privé.

La Roche Foulon1.jpg

On remonte de ce val par le chemin du Mont Perdu, actuel GR2, permettant, soit d'accéder aux vestiges d'un fanum gallo-romain, soit d'accéder à l'ensemble des habitations semi-troglodytes dits "de la roche Foulon", célèbre curiosité locale. Cependant un détour par la Vigie du Catelier semble important, cette vigie est difficile à trouver pour les non initiés.

Si l'on suit l'itinéraire de la roche Foulon, qui est en fait l'ancien « chemin des foulonniers », bon nombre de curiosités surprendront le promeneur, comme les anciennes carrières d'argile à foulon mais aussi et surtout de craie ou les réseaux naturels de cavités. Jusqu'au lieu encore nommé « la Venerie », qui laisse apparaître des traces d'extraction d'argile et des fours destinés à la fabrication des briques et tuiles de la région.

Il est important de profiter du peu de pelouses calcicoles restantes notamment au printemps pour la floraison des rares orchidées sauvages exceptionnelles dans la région. Tout cela avant de se rendre sur les vestiges de l'ancien château du roi Richard Ier d'Angleterre dit « Cœur de Lion », site sur lequel il est également bon de se rendre avec un initié.

La promenade le long du GR se poursuit sur la commune d'Orival par l'ancien chemin royal surplombant la vallée de Seine à travers la forêt puis se termine par une descente sur la commune voisine de Oissel.

La partie cachée de la promenade mais pourtant la plus précieuse reste l'accession à deux cavités ornées, l'une au Catelier et l'autre à la Roche Fouet. Connues de peu de gens, toutes 2 sont issues de réseaux karstiques fossiles. La grotte du Catelier dite "grotte du Renard" ou "trou malin" est une cavité ornée dont la datation des gravures bien qu'approximative parle de 12 000 ans avant notre époque, y figurent aussi de modestes taches rouges que l'on retrouve dans la grotte de Gouy (jumelle par la datation et le type d'ornement) ; cette grotte est difficilement accessible par la pente et fermée par un mur de béton et une porte métallique. La seconde cavité dite "grotte de la Roche Fouet", ornée elle aussi est "plus amusante" d'un point de vue visuel, puisque l'on y trouve des graffitis dont les plus anciens du XIIe siècle, on peut supposer la présence d'ermites à en juger par les nombreux calvaires gravés, à l'inverse… la sœur d'un certain Martin serait venue batifoller dans cette cavité en 1836, cette seconde grotte dont l'entrée est située chez un privé est interdite d'accès par le BRGM (voir Bureau de recherches géologiques et minières) depuis 2004, à la suite de chutes de pierres.

Personnalités liées à la commune

Richard Ier d'Angleterre dit Cœur de Lion construisit un château fort sur la Roche Fouet ; Hector Malot parle d'Orival et de sa production de noix dans Baccara ; Pierre Corneille et son frère Thomas auraient hérité d'une des îles d'Orival ; Henri Gadeau de Kerville a mené dès son plus jeune âge de nombreuses recherches faunistiques et floristiques sur les coteaux.

Voir aussi

Notes et références

Liens externes

Ce document provient de « Orival (Seine-Maritime) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Orival (seine-maritime) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.