Organisation de la ville de Rome


Organisation de la ville de Rome

L'organisation de la ville de Rome a varié au cours de l'histoire de la Rome antique en suivant les évolutions institutionnelles qui amenèrent la transformation de la République romaine en un empire d'abord d'inspiration « libérale » qui peu à peu au cours des siècles a glissé vers une dictature.

La ville de Rome conserva néanmoins un statut particulier, unique, et des magistrats spécifiques qui étaient rendus nécessaires par l'importance symbolique et politique de la cité républicaine, et ensuite par l'importance démographique de la capitale d'un État immense.

Sommaire

Généralités sur l'évolution de l'organisation de Rome

La ville sous la République

Caractères généraux de l'organisation

Sous la République la ville de Rome n'a aucune institution propre, aucune organisation municipale spécifique : elle est la République, et ses institutions sont celles de cette dernière.

Administrativement parlant, la ville est divisée depuis Servius Tullius en quatre régions : regio Suburana, regio Esquillina, regio Collina, regio Palatina, son territoire est enfermé par le Mur de Servius Tullius. Cette division est plus théorique que pratique puisqu'il faut attendre -494 pour voir apparaître des magistrats s'occupant de la ville..

Les magistrats « municipaux »

La répartition exacte des compétences entre les édiles et les censeurs n'est pas très claire aujourd'hui encore, il est possible que les édiles n'exerçaient certaines de leurs fonctions qu'en l'absence des censeurs.

Les édiles

Article détaillé : Édile.

Les édiles sont les seuls magistrats républicains dont l'occupation principale est l'entretien et le contrôle de la ville de Rome. Ils sont créés en -494, mais n'acquièrent que progressivement leurs fonctions municipales (à l'origine ce sont des assistants des tribuns de la plèbe).

En -365 le Sénat institue les édiles curules, choisis parmi les patriciens, donnant ainsi un caractère plus officiel à cette magistrature. L'évolution est complétée en -45 par les édiles céréaliers chargés exclusivement du ravitaillement en blé de Rome (tant du blé frumentaire pour les distribution instituées par les lois des Gracques que des marchés libres).

Il y a donc sous la République quatre édiles : deux plébéiens et deux patriciens (les « curules »). Leurs tâches sont nombreuses, et très variées : cela va de l'entretien des temples, des égouts à la distribution du blé annonaire en passant par le contrôle des cérémonies religieuses et des dieux introduits dans le pomœrium. Cinq jours après leur élection les édiles se répartissaient les quatre régions de Rome qu'ils administraient ensuite. À la fin de la période républicaine il y a six édiles : deux plébéiens et quatre patriciens.

Les censeurs

Article détaillé : Censeur.

En -443 sont créés les censeurs. Ils ont la charge de l'administration des finances de l'État, et à ce titre ce sont eux qui attribuent aux entrepreneurs (mancipes, conductores) les marchés de réparation des bâtiments publics, et ils ont également la responsabilité des travaux publics ainsi que de l'entretien des bâtiments, qu'ils mènent avec un budget voté par le Sénat.

Les magistrats préposés au ravitaillement de la ville

Les fonctions municipales religieuses

Pour remplacer les consuls lors des Fêtes latines (Feriae latinae, pendant lesquelles ils s'absentaient de Rome pour environ quatre jours, se rendant au mont Albain) la chargé héritée de la royauté de præfectus urbi ou custos urbi (signifiant en latin « préfet de la ville » ou « gardien de la ville ») fut maintenue. Il semblerait que le terme « préfet de la ville » n'ait été utilisé qu'après la période des Decemviri. Il convient de ne pas confondre ce préfet de la ville et le préfet de la Ville créé par Auguste pour superviser l'administration de la cité de Rome : si leurs noms sont identiques leurs fonctions n'ont plus rien à voir.

Le préfet de la ville est élu par les curies à partir de -487, et après les Decemviri il est de rang consulaire. Au début de la République romaine il semble qu'il ait possédé la totalité des pouvoirs consulaires : convocation du Sénat, présidence des comices curiates, commandement des légions en temps de guerre. Par la suite ce ne fut plus qu'une charge honorifique, souvent donnée à des personnes qui n'avaient pas l'âge pour être sénateurs.

La Ville impériale

Sous l'Empire l'administration de la ville de Rome est progressivement retirée aux Sénat et aux magistrats élus pour passer aux mains de l'empereur. Auguste fut l'initiateur d'une administration stable et viable qui devait permettre de gérer correctement la capitale d'un État immense.

Ainsi prend lentement forme l'administration centrale dont le développement sera continue au cours de l'Empire.

La réforme augustéenne

Auguste innove dans la gestion municipale pour plusieurs raisons : d'abord il souhaite rendre plus efficiente l'administration urbaine afin de garantir la paix publique et la sécurité, ensuite, notamment après le complot d'Egnatius Rufus il préfère avoir le contrôle de tout ce qui pourrait donner de la popularité à un sénateur, comme la distribution de blé.

L'organisation générale de la ville

Les régions urbaines

Concernant l'organisation générale de Rome il redécoupa en -7 son territoire en quatorze régions numérotées (regiones urbi) qui dépassaient le pomœrium afin d'étendre la compétence des différents magistrats municipaux à tout le tissu urbain romain.

À la tête de chaque regio se trouve un magistrat annuel (tiré au sort parmi les préteurs, tribuns de la plèbe et édiles) qui administre en plus de sa tâche normale une partie de Rome. Cette mesure permettait de sauvegarder les apparences républicaines dans l'administration de la ville. Les chefs de régions avaient une autorité administrative et religieuse : ils surveillaient leurs régions, autorisaient les constructions des chapelles, contrôlaient les constructions, et effectuaient les sacrifices dus aux dieux.

Toutefois cette réforme fut un échec : jamais les magistrats ayant en charge une région ne s'occupèrent de près des affaires de celle-ci ; ils considérèrent leur charge municipale comme une charge purement honorifique, d'autant plus que dans les faits le chef de région n'avait guère de pouvoirs.

Les quartiers

Chaque regio est par ailleurs subdivisée en plusieurs quartiers, appelés en latin vicus. À leur tête est placé un collège de quatre hommes, les magistri ou vicomagistri, recrutés par le préfet de la Ville au nom de l'empereur parmi les hommes libres de basse condition, ou les affranchis. Ils entrent en fonction le 1er août.

Tout comme les magistrats chargés d'une région, qui étaient leurs supérieurs et exerçaient un contrôle sur eux, les magistri ont à la fois une fonction administrative et religieuse ; ils sont assistés par des ministri dans leurs tâches. Toutefois il semble que bien souvent le côté religieux ait pris le pas sur l'administration (toutes les inscriptions que nous possédons que les vicomagistri traitent des affaires religieuses). Ils devaient ainsi veiller à l'entretien des chapelles, à la célébration de certaines fêtes religieuses (aux dieux Lares ou au Génie de l'empereur). Nous avons ainsi trace de la présidence des jeux des compitalia.

Ils possédaient par ailleurs quelques attribution relatives à la paix publique : collaboration avec le préfet des Vigiles, maintien de l'ordre. Ils contrôlent par ailleurs le commerce local, et représentent leur quartier auprès des autorités.

De nouveaux fonctionnaires procédant du prince

Peu à peu au cours de son règne, Auguste va prendre sous son contrôle les fonctions municipales, sans jamais pour autant supprimer le ou les magistrats républicains qu'il dépouillait ainsi. Il n'a pas agit suivant un plan déterminé à l'avance mais plutôt selon les évènements, en suivant toutefois une idée générale, celle de contrôler la ville la plus agitée de l'Empire.

Le ravitaillement de la ville
Première mouture de la fonction

Lors de la première fondation du principat (sur le couple consulat de facto permanent et proconsulat écrasant) il n'y a aucune attribution concernant le ravitaillement de la capitale, qui est laissé aux faibles édiles céréaliers créés par Jules César. Or une tâche aussi importante réclamait une autorité de même importance, une intervention étatique forte. Les édiles céréaliers n'avaient pas l'envergure d'une telle charge.

Ainsi en -23 une famine éclate à Rome. Le Sénat romain et le peuple font pression sur Auguste pour qu'il accepte de s'occuper du ravitaillement en blé de la ville, ce qu'il accepte. C'est la première compétence qu'il retire aux magistrats républicains.

Il prend donc le contrôle du ravitaillement, ou cura annonae. Dans un premier temps (jusque vers l'an 8 de notre ère) il se contente de détenir fort modestement le pouvoir et non le titre lié à ce pouvoir. Il fait ainsi tirer au sort parmi les sénateurs les plus élevés dans la hiérarchie du Sénat deux curatores frumenti (au singulier curator) qui portent le même nom que les fonctionnaires républicains chargés de cette tâche, nommés pour un an — ce qui respecte les principes de collégialité et d'annualité. Ils disposent de fonctionnaires pour les assister (scribae, præcones, accensi) et s'ils sont consulaires, de licteurs. Auguste cherche à les assimiler aux véritables magistrats de la République romaine.

Deuxième mouture : un fonctionnaire exclusivement impérial

Une nouvelle famine éclate toutefois en 8, preuve de l'inadaptation des curatores frumendi à l'importance de leur tâche.

Les différentes curatelles

En -20 l'entretien des rues est confié à une commission de sénateurs consulaires, les curatores viarum, nommés par le prince. En -11 c'est l'entretien des aqueducs et des sources qui passe sous l'emprise de l'empereur avec la création des curatores aquarum, disposant au début d'un personnel de deux cent quarante esclaves privés d'Auguste.

L'évolution de l'organisation municipale

L'administration de Rome à la fin du IVe siècle

Rome est administrer par les magistrat et autre participent de l'etat

Les différents services municipaux

L'armée au service de la ville et de l'état

La protection de l'empereur
La défense de la cité

Le maintien de la paix publique

La lutte contre les incendies

Les Vigiles Urbani, créés sous la république luttent contre les incendies et ils se sont aussi, dans certaines périodes, occupés de police.

La construction et l'entretien des bâtiments

Voir aussi

Sources

Articles connexes

Liens sur l'histoire

Liens sur les institutions

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Organisation de la ville de Rome de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Organisation de la ville de rome — L organisation de la ville de Rome a varié au cours de l histoire de la Rome antique en suivant les évolutions institutionnelles qui amenèrent la transformation de la République romaine en un empire d abord d inspiration « libérale »… …   Wikipédia en Français

  • Histoire De La Ville De Rome — Histoire de Rome L histoire de la ville de Rome est ancienne et complexe. Le présent article traite principalement des origines de la ville, du développement de la République romaine, de la naissance et du déclin de l Empire romain. Sommaire 1 La …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la ville de Rome — Histoire de Rome L histoire de la ville de Rome est ancienne et complexe. Le présent article traite principalement des origines de la ville, du développement de la République romaine, de la naissance et du déclin de l Empire romain. Sommaire 1 La …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la ville de rome — Histoire de Rome L histoire de la ville de Rome est ancienne et complexe. Le présent article traite principalement des origines de la ville, du développement de la République romaine, de la naissance et du déclin de l Empire romain. Sommaire 1 La …   Wikipédia en Français

  • Rome (antiquité) — Rome antique Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Rome Antique — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire — Pendant plusieurs siècles, l’Empire romain a assuré la paix et l’unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l’Europe. Les Romains n’avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de… …   Encyclopédie Universelle

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines — Le départ dans l’histoire d’une ville ou bien d’un peuple destiné à un haut avenir est, le plus souvent, entouré d’un halo qui le dérobe à un examen et à une vision précise. On comprend aisément pourquoi. L’historien est mal armé pour l’étude… …   Encyclopédie Universelle

  • Rome (ville) — Rome Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Ville pétrinienne — Rome Wikipédia …   Wikipédia en Français