Operation Paperclip


Operation Paperclip

Opération Paperclip

Originellement appelée Opération Overcast, l’Opération Paperclip fut menée à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l'état-major des armées des États-Unis, à l'insu du Président Roosevelt, afin d'exfiltrer et de recruter près de 1 500 scientifiques allemands issus du complexe militaro-industriel allemand pour lutter contre l'URSS et récupérer les armes secrètes du Troisième Reich. Ces scientifiques effectuèrent des recherches dans divers domaines, notamment sur les armes chimiques (Zyklon B), sur l'usage des psychotropes, sur la conquête spatiale, sur les missiles balistiques et sur les armes à longue portée (bombes volantes V1 et V2).

Loin de les affecter à des postes subalternes, le Département de la Défense des États-Unis leur confia la direction de ses programmes de recherches. Ils furent affectés aux bases de White Sands, dans le Nouveau-Mexique, et à Fort Bliss, au Texas. Grâce en partie à l'aide de ces scientifiques, l'avancée technologique des États-Unis fut considérable pendant la guerre froide.

Le projet est stoppé en 1957, lorsque l'Allemagne de l'Ouest proteste auprès du gouvernement des États-Unis qui la dépouille de ses compétences scientifiques et l'opération Paperclip sera déclassifiée en 1973.

Photo des membres de l'équipe de Werner Von Braun à Fort Bliss

Sommaire

Préliminaires

Avec l'entrée en guerre des États-Unis, est créé un camp d'internement à Fort Hunt près d'Alexandria en Virginie en 1942 pour interroger les prisonniers de guerre allemands ayant des connaissances techniques et scientifiques sur le complexe militaro-industriel allemand et ses systèmes d'armes perfectionnés tels les officiers de U-Boot, officiers de l'Afrika Korps ou scientifiques.

Près de 3 400 détenus sont ainsi passés par Fort Hunt entre 1942 et 1946 ; 600 interrogateurs avaient pour mission de leur soutirer des informations, en particulier sur les avancées technologiques du Reich.

Une partie de ceux-ci rejoindra la Joint Intelligence Objectives Agency chargée de l'opération Paperclip.

Quelques scientifiques et responsables allemands

Opérations parallèles à l'Est, en Europe, en Argentine

L'Union soviétique chercha aussi à récupérer le savoir des spécialistes allemands (surtout pour les moteurs d'avions et de fusées) encore présents sur le territoire qu'elle occupait. Ce fut le Département 7 (opérations scientifiques) qui fut chargé de l'opération. Tout d'abord, les personnels furent regroupés et purent continuer leurs recherches. Au bout d'un certain temps, ils furent tous emmenés avec leurs familles dans le cadre d'un déménagement surprise dans plusieurs villes d'Union soviétique où tout avait été préparé pour les recevoir.

Ils furent cependant renvoyés en République démocratique allemande à partir de 1952 lorsque les spécialistes russes qui les entouraient eurent rattrapé leur retard technologique.

Le Royaume-Uni et la France menèrent des opérations similaires avec des moyens plus limités pour récupérer le savoir technologique de l'Allemagne, par exemple plusieurs installations d'essais aéronautiques furent démontées en Allemagne et reconstruites en France. Une centaine de techniciens et ingénieurs allemands du IIIe Reich travaillèrent à la mise au point des premiers moteurs à réaction de la chasse française (SNECMA Atar), du premier Airbus et des premières fusées françaises. De même, le premier hélicoptère construit dans l'usine devenue plus tard Eurocopter à Marignane, le SE 3000, était une évolution d'un modèle récupéré en Allemagne, le Focke-Achgelis FA 223 Drache.

L'Argentine fut aussi dans la course et ses services secrets proposèrent à partir de 1944 à des ingénieurs allemands comme Kurt Tank, le concepteur du Focke-Wulf Fw 190, de travailler dans son industrie aéronautique. Quand le président Juan Peron perdit le pouvoir en 1955, l'équipe des anciens de Focke-Wulf se dispersa, beaucoup partant aux États-Unis ou en Inde.

Observation

Comme l'a écrit Vincent Jauvert dans le Nouvel Observateur paru le 11 juillet 2002 :

« Quoi qu’il en soit, en ouvrant un grand nombre des dossiers secrets de la guerre froide, l’Amérique a montré sa face hideuse mais aussi son attachement à la transparence démocratique. Quelle autre nation ose mettre sur la place publique les preuves de ses compromissions ? Aucune. Ni la Grande-Bretagne, ni la Russie, ni… la France. Ces pays se sont-ils mieux comportés que les États-Unis ? Rien n’est moins sûr : le SDECE, le MI6 et le KGB ont, eux aussi, recruté bon nombre d’anciens SS et bourreaux de la Gestapo. Mais eux ne l’avouent pas. Il faut dire qu’à Paris, Londres et Moscou, personne ne les y invite, ni les parlementaires, ni les opinions. »

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « Op%C3%A9ration Paperclip ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Operation Paperclip de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Operation Paperclip — A group of 104 rocket scientists (aerospace engineers) at Fort Bliss, Texas Operation Paperclip was the Office of Strategic Services (OSS) program used to recruit the scientists of Nazi Germany for employment by the United States in the aftermath …   Wikipedia

  • Operation Paperclip — V2 auf der Startrampe in White Sands Die Operation Overcast (engl. overcast = bewölkt, wolkenverhangen) war ein militärisches Geheimprojekt der USA aus dem Jahr 1945, um nach der Niederlage des Deutschen Reiches im Zweiten Weltkrieg deutsche… …   Deutsch Wikipedia

  • Opération Paperclip — L’opération Paperclip (originellement appelée « Opération Overcast ») fut menée à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l état major de l armée des États Unis afin d exfiltrer et de recruter près de 1 500 scientifiques… …   Wikipédia en Français

  • Opération Overcast — Opération Paperclip Originellement appelée Opération Overcast, l’Opération Paperclip fut menée à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l état major des armées des États Unis, à l insu du Président Roosevelt, afin d exfiltrer et de recruter… …   Wikipédia en Français

  • Operation Barbarossa — Part of the Eastern Front of World War II …   Wikipedia

  • Operation Torch — Part of the North African Campaign Allied troops hit the beaches near Algiers, behind a large American …   Wikipedia

  • Operation Shingle — Part of World War II US Army troops landing at Anzio late January 1944 …   Wikipedia

  • Operation Weserübung — Part of the Norwegian Campaign of the Second World War German forces advancing near Bag …   Wikipedia

  • Operation Bamberg — Part of World War II Date March 26 April 6, 1942 Location Hłusk, Bobrujsk, Polesie, Belarus …   Wikipedia

  • Operation Compass — Part of the Western Desert Campaign of World War II Italian soldiers taken prisoner during Operation Compass …   Wikipedia