Office national des chemins de fer


Office national des chemins de fer
Office national
des chemins de fer
Logo de Office national des chemins de fer

Logo de Office national des chemins de fer
Création 1er janvier 1963
Personnages clés Karim Ghellab (ministre des Transports)
Forme juridique Établissement public
Slogan « L'avenir se lit sur nos Lignes »
Siège social Drapeau du Maroc 8, rue Abderrahmane El Ghafiki, Rabat - Agdal (Maroc)
Direction Drapeau : Maroc Mohammed Rabie Khlie (DG)
Activité Transport de voyageurs et de fret, exploitation ferroviaire
Site web http://www.oncf.ma
Chiffre d’affaires en augmentation 3,25 milliards de dirhams (2010)
Résultat net en diminution 465 millions de dirhams (2009)

L’Office national des chemins de fer (ONCF) est un établissement public marocain chargé de l'exploitation du réseau ferroviaire du pays.

Sommaire

Historique

L'Office national des chemins de fer a été constitué le 1er janvier 1963 par le rachat des concessions attribuées antérieurement aux Compagnie des chemins de fer du Maroc (CFM) et Compagnie du chemin de fer du Maroc oriental (CMO), la Compagnie franco-espagnole du Tanger-Fès (TF), subsistant un temps comme concessionnaires afin de fusionner les exploitations des deux réseaux.

L'ONCF est membre de l'Union internationale des chemins de fer (UIC), de l'Union arabe des chemins de fer (UACF) et du Comité du transport ferroviaire maghrébin (CTFM).

Activités

Train dans la gare de Rabat-ville
  • Chiffre d'affaires

Le chiffre d’affaires réalisé en 2010 est de l’ordre de 3,25 milliards de DH

  • Transport de voyageurs

En 2010, l’ONCF a transporté plus de 30 millions de voyageurs

  • Transport de marchandises

En 2010, le trafic marchandises s'est élevé à 35 millions de tonnes

Les projets récents

Le Maroc a décidé d'investir une somme de 18 milliards de dirhams ou 1,5 milliard d'euros dans ses chemins de fer dans le cadre du contrat-programme 2005-2010. Parmi les principaux projets, on note :

  • L'amélioration des liaisons ferroviaires entre la gare de Tanger-Ville et le complexe portuaire Tanger Med (le nouveau port de Tanger) situé dans la région de Oued Rmel, avec création d'une ligne nouvelle en voie unique électrifiée en 2011 de 45 kilomètres entre ces deux sites. D'un coût total de 3,2 milliards de dirhams, cette ligne ferroviaire permet de relier le port de Tanger Med au réseau national. Elle a été inaugurée le mercredi 17 juin 2009 par le roi Mohammed VI. Il y a aussi la construction d'un shunt de 47 kilomètres entre Sidi Yahya el Gharb et Mechra Bel Ksiri et l'électrification totale de la ligne depuis Sidi Yahya el Gharb jusqu'à Tanger. Cela permettra de réduire les temps de parcours sur Casablanca-Rabat-Tanger et de développer le trafic des conteneurs. La ligne est entrée en service en été 2010[1] .
  • la ligne à voie unique non électrifiée Taourirt-Nador, d'une longueur d'environ 110 km, desservant une région riche en minerais. Elle a été inaugurée par le roi Mohammed VI le 1er juillet 2009[2]. Sept gares ont été construites sur cette ligne.
  • Le doublement des voies entre la Province de Nouaceur et Jorf Lasfar, commencé en 2005 et qui s'est achevé en 2007.
  • La rectification du tracé et le doublement du tronçon Meknès-Fès, qui s'est achevé en janvier 2007, après une mise en service partielle entre Sidi Kacem et Meknès dès juillet 2005.
  • La construction de gares multimodales comme celles de Marrakech en 2008, Fès-Ville en 2010, Casa-Port en 2013 et le centre multifonctionnel de la gare d'Oujda en 2015.
  • La rénovation et l'agrandissement de plusieurs gares, celles de Safi, Youssoufia, Settat, Berrechid, El Jadida, Mohammedia, Rabat-Ville, Salé-Ville, Kénitra-Médina et Asilah.
  • L'entreprise prévoit la création d'une gare à Hay Riad à Rabat.
  • Sur la nouvelle ligne reliant Tanger à son nouveau port. L'ONCF y a construit trois gares.
  • L'éléctrification de la ligne Fès-Oujda
  • L'achat de 24 rames à deux étages électriques auprès du constructeur italien Ansaldo Breda, ainsi que l'achat auprès du Français Alstom de 20 locomotives électriques Prima II dernière génération afin de densifier son offre tant sur le volet voyageurs que fret. Elle a signé un partenariat avec la SNCF afin d'acquérir d'anciennes rames Corail auprès de l'entreprise française. L'office acquiert également des wagons de marchandises et restaure son matériel roulant.

Les investissements engagés par l’ONCF dans des projets structurants sont régis par des contrats-programmes signés avec l'État.

Contrat-programme 2005-2010

Totalisant une enveloppe de 18 milliards de dirhams, les projets concernent la desserte du port de Tanger Med qui permettra d’assurer la connexion Ville-Port en générant des flux de trafic importants et diversifiés : trafic en transit international (MRE, touristes ...), trafic de marchandises (près de 2 millions de tonnes an) et trafic domicile - travail (employés du port) ...

L’amélioration de la ligne classique Casablanca-Tanger qui permet d’effectuer le trajet entre les deux métropoles depuis le 30 juin 2010 en 4h10 au lieu de 5h45 et de porter la cadence des trains à 1 départ chaque 2 heures au lieu de 3h actuellement. Les projets concernent la construction du raccourci Sidi Yahya el Gharb-Mechraâ Bel Ksiri (47 km), l’électrification de Sidi Yahya el Gharb à Tanger, la rénovation des voies et de la signalisation et la modernisation des gares de Ksar El Kébir, Souk El Arbaâ et Mechraâ Bel Ksiri.

La mise en service sur la ligne d’un matériel de transport entièrement rénové aux normes des standards de qualité.

  • L'ONCF s'informatise et développe des techniques de commercialisation en vue de se renommer, adaptant le nom en SMCF, Société marocaine des chemins de fer.
  • La construction d'une Ligne LGV Tanger-Casablanca. Cette ligne est prévue pour 2015.

Les projets en cours

Contrat-programme 2010-2015
  • 13 milliards de dirhams seront investis dans la mise à niveau des axes Kénitra-Casablanca avec triplement des voies, l'électrification de la ligne Fès-Oujda, la mise à niveau de l'axe Settat-Marrakech, la poursuite de la modernisation des gares, la mise en place de gares logistiques ainsi que l'acquisition et le renforcement du matériel roulant.

Projet phare national dont les retombées seront récoltées en premier par les citoyens du nord, le LGV Tanger-Casablanca permettra d’effectuer le trajet en 2h10 en 2015 au lieu de 5h45 aujourd’hui. Le LGV Tanger-Casablanca permettra de relier ces deux pôles économiques en 1h30 après la mise à niveau de la portion Kénitra-Casablanca. Avec une grille horaire qui prévoit un départ chaque heure et chaque 30 minutes en heures de pointe[3], ce sont près de 8 millions de passagers qui sont attendus à terme. Le projet porte sur la construction d’une ligne à grande vitesse dont 200 km à 320 km/h et l’acquisition de 18 rames TGV. Le montant d’investissement y afférent est de l’ordre de 22 milliards de dirhams.

  • L'entreprise prévoit un schéma directeur au sein d'un projet baptisé TGVM concernant la réalisation de 1500 kilomètres de LGV marocaine pour 2030[4] afin de relier efficacement et rapidement l'ensemble du royaume par un moyen de transport écologique et propre.


Schéma directeur de la grande vitesse au Maroc

C’est dans ce contexte que l’ONCF a mené, en 2005-2006, une étude structurante ayant conduit à l’élaboration d’un schéma directeur pour le développement d’un réseau ferré de lignes pour trains à grande vitesse au Maroc TGVM.

Ce schéma directeur prévoit la construction d’un réseau de 1 500 km devant relier à l’horizon 2030[5] :

Première étape du projet de la grande vitesse au Maroc. Aujourd’hui, le TGV marocain se précise. En effet, et dans une 1re phase, ce sont deux lignes à grande vitesse qui seront mises en service :

La première, vers le nord constituée par le LGV Tanger-Casablanca, reliera Tanger à Casablanca en 2015. Elle a fait l’objet en octobre dernier d’un protocole d’accord entre le Maroc et la France qui porte sur la conception, la construction, l’exploitation et l’entretien de la nouvelle ligne à grande vitesse faisant partie du projet LGV Tanger-Casablanca dont 200 km entre Tanger et Kénitra à 320 km/h puis la desserte des villes de Rabat et Casablanca à une vitesse de 220 Km/h en 2015 dans les même trains TGV Duplex sans rupture de charge. Le coût du projet selon des études préliminaires est estimé à 22 milliards de dhs. Il permettra d’effectuer le trajet entre les 2 métropoles en 2 h 10 min au lieu de 5 h 45 min actuellement et drainera un flux de clientèle estimé à 8 millions de passagers par an.

La seconde, vers le sud, reliera Marrakech à Casablanca en 1h20 au lieu de 3 h 15 actuellement. Le montage financier de la 1re section (MarrakechSettat d’une longueur de 170 km) est en cours de réflexion 2020.

Anciens présidents

  • Mohamed El Alej
  • Karim Ghellab
  • Mohammed Rabie Khlie (en fonction)

Notes et références

Bibliographie

  • Pascal Beju, « Les chemins de fer du Maroc », dans Voies Ferrées, no 40, mars 1987.
  • (es) Yolanda Del Val, « Marruecos emprende un plan de modernizacion ferroviaria », dans Via Libre, no 504, janvier 1987.
  • (es) Manuel Gonzalez Marquez, « Un tren por descubrir : Marruecos », dans Maquetren, no 102, septembre 2001.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Office national des chemins de fer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Office National des Chemins de Fer — Logo de Office national des chemins de fer Création 1er janvier 1963 Personnages clés Karim Ghellab (Mi …   Wikipédia en Français

  • Office national des transports — L Office national des Transports (ou ONATRA) est une entreprise publique de la République démocratique du Congo, active essentiellement dans l ouest et le nord du pays. Elle est basée à Kinshasa. L exploitation ferroviaire et portuaire, ainsi que …   Wikipédia en Français

  • Office national des Transports — Pour les articles homonymes, voir Onatra. L Office national des Transports (ou ONATRA) est une entreprise publique de la République démocratique du Congo, active essentiellement dans l ouest et le nord du pays. Elle est basée à Kinshasa. L …   Wikipédia en Français

  • Société marocaine des chemins de fer — Office national des chemins de fer Logo de Office national des chemins de fer Création 1er janvier 1963 Personnages clés Karim Ghellab (Mi …   Wikipédia en Français

  • Societe nationale des chemins de fer du Congo — Société nationale des chemins de fer du Congo Arrivée du premier train à Kindu après réhabilitation des voies La Société nationale des chemins de fer du Congo (ou SNCC) est une entreprise publique de la République démocratique du Congo, active… …   Wikipédia en Français

  • Société Nationale des Chemins de Fer du Congo — Arrivée du premier train à Kindu après réhabilitation des voies La Société nationale des chemins de fer du Congo (ou SNCC) est une entreprise publique de la République démocratique du Congo, active essentiellement dans l est et le sud du pays.… …   Wikipédia en Français

  • Société nationale des chemins de fer du Congo — Pour les articles homonymes, voir SNCC. Arrivée du premier train à Kindu après réhabilitation des voies La Société nationale des chemins de fer du Congo (ou SNCC …   Wikipédia en Français

  • Société nationale des chemins de fer du congo — Arrivée du premier train à Kindu après réhabilitation des voies La Société nationale des chemins de fer du Congo (ou SNCC) est une entreprise publique de la République démocratique du Congo, active essentiellement dans l est et le sud du pays.… …   Wikipédia en Français

  • Société Nationale des Chemins de fer du Congo — Nationale Eisenbahn des Kongo Eröffnungszug in Kindu nach Wiederherstellung der Strecke 2006 …   Deutsch Wikipedia

  • Histoire des chemins de fer algériens — Quais d Alger avec tramaway et la gare au fond à droite (vers 1900) L histoire des chemins de fer algériens débute en 1857 durant la période où l Algérie est une colonie française. Elle se poursuit depuis l indépendance du pays et la création de… …   Wikipédia en Français