Noria


Noria
Noria à Möhrendorf en Bavière

La noria désigne originellement une machine hydraulique permettant d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant. Par analogie de fonctionnement, « noria » a désigné par la suite des systèmes de transports et de gestion de stock.

Sommaire

Machine hydraulique

Une noria est une machine hydraulique qui constitue l'ancêtre des centrales hydrauliques modernes. La noria (mot d'origine arabe) mue par un manège, était connue des Romains car l'irrigation était une nécessité déjà ancienne dans ces régions semi-arides nouvellement conquises.

Elle sert à élever de l'eau et fonctionne suivant le principe du chapelet hydraulique. C'est une grande roue à ailettes installée sur un cours d'eau et actionnée par le courant. Un chapelet de godets fixés à cette roue élève et déverse l'eau dans un aqueduc associé qui la distribue.

Dans les zones sans cours d'eau, des machines hydrauliques, appelées norias par extension, ou roue persane, étaient aussi utilisées pour remonter l'eau des puits, et ainsi irriguer les cultures. Dans ce cas, c'était le plus souvent un cheval, un mulet ou un bœuf qui, les yeux bandés, faisait tourner la roue.

Autres dénominations

Selon les régions et les époques, divers noms ont été employés pour désigner la noria. On parle aussi de moulin ou de roue à eau, termes imprécis car utilisés aussi pour des machines qui ne font que transmettre la force de l'eau.

En Inde et en Iran notamment, c'est la roue persane, variante basée sur la force animale.

À Genève dans le quartier de La Jonction, il y avait les « puiserandes » qui assuraient l'irrigation des cultures potagères du XVIe au XVIIIe siècles, prenant l'eau dans le Rhône ou l'Arve[1].

Procédé logistique

Par analogie, la « noria » désigne un système de transports entre des points relais destiné à éviter les transports longues distances.

Détail du mémorial de la « Voie sacrée », la route de Verdun
  • La noria est le mot employé pour désigner le système conçu par le capitaine Aimé Doumenc pour relever régulièrement les troupes engagées lors de la bataille de Verdun. Cette technique est reprise régulièrement par la suite, notamment par le régiment du train, en charge de la logistique des unités sur le terrain.
  • Pour réduire les ruptures de charge les véhicules sont équipés de plateaux pouvant être posés à terre. Il en est de même pour la remorque adaptée à ces véhicules, permettant de repartir immédiatement à vide ou avec un autre plateau éventuellement chargé.
  • Dans les grandes agglomérations ce procédé permet d'approvisionner les organismes qui ne peuvent l'être par des gros porteurs, que ce soit en raison des volumes livrés ou des accès non adaptés.
  • Procédé utilisé par les magasins de vente par correspondance qui proposent de livrer en général plus rapidement, dans un point relais, les clients se chargeant de venir y chercher leur colis ou d'y déposer des articles échangés ou refusés.
  • Le nom de petite et grande noria est également utilisé dans les cas de déclenchement en France des plans d'urgence nommés « plan blanc » (hôpitaux) et « plan rouge ». La petite noria désigne dans le cadre du plan rouge la distance entre le lieu de la catastrophe et le poste médical avancé (PMA), la grande noria désignant la distance entre le PMA et les hôpitaux les plus proches. Ceci caractérise en fait le flux de victimes.

Stock de rotation

Par analogie, la noria désigne également, en gestion industrielle, un stock en rotation permanente.

Un produit fini est périodiquement retourné par le client final ou repris sur son site par le producteur pour être retourné en atelier où il subira divers contrôles, évolutions, modifications... avant d'être installé chez un nouveau client, et ainsi de suite. Un lot de produits en perpétuels aller-retours entre les clients et l'atelier est appelé une noria si, d'une part, le retour en atelier est une opération de maintenance préventive et, d'autre part, le produit retourné par le client ou enlevé sur son site est immédiatement remplacé par un produit identique du même lot mais portant un numéro de série différent.

À l'inverse, une opération de maintenance curative à l'issue de laquelle le produit retourné chez le client porte à priori le même numéro de série (sauf échange rendu nécessaire par un produit non réparable) n'est pas constitutif d'une noria mais d'une opération de service après-vente.

Ce mode de gestion permet d'offrir au client la permanence de la disponibilité du produit sans recours à une unité de rechange et l'accès automatique aux évolutions mineures du produit. En revanche, il pose des problèmes certains quant à la propriété du produit dans le cadre d'une vente : le client, acquérant un produit unique identifié par son numéro de série, dont il devient propriétaire, est amené au bout du temps de la première rotation du matériel à recevoir et utiliser un produit identique mais qui n'est plus le sien (numéro de série différent), alors que l'unité qu'il a achetée est utilisée par un autre client. Ce problème est d'autant plus délicat que le numéro de série est rendu obligatoire par un nombre toujours plus important de normes de qualité afin d'assurer la traçabilité du produit.

Notes et références

  1. René Guerdan, La vie quotidienne au temps à Genève au temps de Calvin, Hachette, 1973, p. 79.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Noria de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • noria — noria …   Dictionnaire des rimes

  • noria — [ nɔrja ] n. f. • 1792; mot esp., ar. nâ oûra 1 ♦ Machine hydraulique à godets qui sert à élever l eau et qui fonctionne suivant le principe du chapelet hydraulique (⇒ chapelet). Noria égyptienne. ⇒ sakièh. ♢ Appareil élévateur. 2 ♦ Suite… …   Encyclopédie Universelle

  • noria — NÓRIA s.f. (tehn.) Maşină hidraulică, folosită mai ales la irigaţii, cu cupe montate pe un lanţ fără sfârşit care se umplu prin scufundare. [pron. ri a. / < fr., sp. noria < ar. naura]. Trimis de LauraGellner, 24.06.2005. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • noria — / nɔrja/ s.f. [dallo sp. noria, arabo nā‚ūra ]. (tecn.) [macchina per sollevare acqua e materiali incoerenti (sabbie, cereali e sim.), un tempo azionata da animali, formata da una serie di secchie fissate su una catena o su un nastro] ▶◀ bindolo …   Enciclopedia Italiana

  • noria — sustantivo femenino 1. Atracción de ferias formada por una rueda que gira verticalmente con cabinas donde suben las personas: subir en la noria. 2. Mecanismo que se utiliza para sacar agua de un pozo, formado por dos ruedas, una horizontal y otra …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Noria — No ri*a (n[=o] r[i^]*[.a]), n. [Sp., from Ar. n[=a] [=u]ra.] A large water wheel, turned by the action of a stream against its floats, and carrying at its circumference buckets, by which water is raised and discharged into a trough; used in… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Nŏria — (span.), Schöpfrad, Eimerkunst zur Feldbewässerung; s. Paternosterwerke …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Noria — Norĭa (span.), Paternosterwerk mit Kästen als Transportgefäßen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Noria —   die, /...as, Noira, Naura, bis zu 20 m hohes Wasserschöpfrad aus Pappelholz, am Orontes (Syrien) und mittleren Euphrat (Irak) gebraucht. Norias werden durch die Strömung des Wassers angetrieben; vermutlich schon in der römischen Antike bekannt …   Universal-Lexikon

  • nória — s. f. [Portugal: Regionalismo] O mesmo que nora (engenho para tirar água) …   Dicionário da Língua Portuguesa


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.