Nicolas de Cuse


Nicolas de Cuse

Nicolas de Cues

Nicolas de Cues
Philosophe allemand
Philosophe de la Renaissance
Naissance : 1401
à Cusa (Allemagne)
Décès : 11 août 1464
à Livourne (Italie)
École/tradition : Scolastique, humanisme, néoplatonisme
Principaux intérêts : Théologie, Métaphysique, Politique
Idées remarquables : Coincidentia oppositorum (coïncidence des opposés)
Œuvres principales : De la docte ignorance
Influencé par : Socrate, Platon, Aristote, Maître Eckhart
A influencé : Bruno, Descartes, Blumenberg
Cardinal
Berretta cardinalizia.png
Nicolas de Cues
de l'Église catholique romaine
Image de Nicolas de Cues
cardinal-prêtre
de S. Pierre aux liens
Blason de Nicolas de Cues
Naissance 1401
à Cusa (Allemagne)
Ordination
sacerdotale
Consécration
épiscopale
Évêque Évêque de Brixen (Autriche)
Cardinal-vicaire de Rome
Créé
cardinal
en décembre 1448 par le
pape Nicolas V
Décès 11 août 1464
à Livourne (Italie)
 
Cardinal
Titre cardinalice
Collège cardinalice · Consistoire
Tous les cardinaux

Portail du catholicisme · Instructions

Nicolas Krebs (1401 - 11 août 1464), plus communément appelé Nicolas de Cues, est un penseur allemand de la fin du Moyen Âge. Il est également connu sous les noms de Nicolas Chrypffs, Nicolas de Cusa ou encore Nicole de Cuse en raison de son lieu de naissance (Cues sur la Moselle).

Il fut évêque, puis cardinal et ami du pape Pie II. Il a écrit une cosmologie (de nature essentiellement métaphysique) dont l'impact, quoique tardif, sera d'une grande importance, puisque Descartes le cite[réf. nécessaire], deux siècles plus tard, comme un des précurseurs de la pensée scientifique moderne par son originalité.

Sommaire

Biographie

Nicolas Chrypffs est né à Cues en 1401. Encore jeune, il s'enfuit de chez lui pour échapper aux mauvais traitements de son père. Il fut élevé à Deventer, chez les frères de la vie commune. Il étudia ensuite la philosophie, la jurisprudence et les mathématiques à Padoue. Il fut d'abord avocat, puis ecclésiastique, et prit part aux négociations de la Réforme. Il fut nommé évêque de Brixen et s'opposa à l'archiduc Sigismond d'Autriche. Nicolas V le fit cardinal et l'envoya en Allemagne. Le pape Pie II le nomma vicaire général de Rome. Son énergie à réformer les mœurs du clergé et sa lutte contre la superstition rencontrèrent une vive opposition. Il mourut en 1464 à Livourne.

Philosophie

Nicolas de Cues dans la Basilica San Pietro in Vincoli, à Rome

Esprit œcuménique et conciliant, Nicolas de Cues marque sans conteste la fin du Moyen Âge, et annonce le début de la Renaissance. Il est l'auteur de traités disciplinaires, qui appointent à la fois à l'éthique et au droit, d'une arithmétique spirituelle, et de traités dogmatiques. Esprit curieux et rigoureux, sa bibliothèque a été conservée. Elle offre en particulier les meilleures copies de certaines œuvres latines du dominicain Maître Eckhart, dont il s'est partiellement inspiré sur certains points de doctrine touchant à la vie mystique. Lecteur assidu de Raymond Lulle[réf. nécessaire], il élabore une méthode intellectuelle mettant en jeu la « coïncidence des opposés » et les limites.

L'astronomie

De Cues rompt avec la distinction aristétolicienne entre les mondes supra-lunaire et sub-lunaire, en appliquant à la « machine du monde » l'image de la sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Cette image, dont l'origine remonte à Boèce, reçut son expression finale à la fin du XIIe, en particulier chez Alain de Lille, dans ses Règles de Théologie. mais elle était appliquée à Dieu. Nicolas de Cues, en l'appliquant au monde effectue le premier pas vers ce qui deviendra la base de la révolution copernicienne : fonder une cosmologie où Dieu ne réside pas autrement que de façon spirituelle. Il aura Giordano Bruno pour successeur dans cette théorie de la sphère intelligible.

Selon de Cues, les astres ne suivent pas les sphères et les cercles parfaits de l'astronomie grecque, en particulier aristotélicienne. On le considère à cet égard parfois comme l'inspirateur des trajectoires elliptiques de Kepler, ce qui est faux : de Cues a au contraire cherché à montrer que l'Univers est indéterminé. Le terme d'indeterminatum est utilisé à dessein à la place de celui d'infini, car ce dernier adjectif est réservé à Dieu. Descartes aura la même prudence, mais dans une optique toute différente de celle de de Cues. Pour l'ecclésiastique, la compréhension du monde est limitée par le règne de la relation relative entre les objets de Dieu. En s'intéressant aux notions de grandeurs, il constate que seul Dieu peut porter l'idéal d'infini, car sinon, « le monde serait limité par rapport à quelque chose d'autre. » Pourtant, de Cues ne conclut pas à la finitude du monde : dans une cosmologie originale, il fait appel à Dieu comme centre et circonférence infinis. C'est en ce sens que sa conception spatiale est, en partie, relativiste. De Cues avance qu'il est impossible pour l'homme de construire une image parfaite et définitive du monde, car tout point d'observation est différent, et qui plus est, aucun n'est privilégié : « la machine du monde aura pour ainsi dire son centre partout et sa circonférence nulle part, puisque sa circonférence et son centre sont Dieu qui est partout et nulle part. »

Cette idée n'est pas un apport de de Cues. Le mouvement intellectuel important réalisé par de Cues est d'accompagner cette relativisation d'une négation franche de la classique hiérarchisation de l'Univers, qui prévalait à son époque. Là encore, de Cues est brillant métaphysicien mais piètre scientifique (peut-être parce qu'il croit qu'aucune compréhension parfaite de la nature n'est possible). Il met en avant les influences réciproques des astres et en particulier, des étoiles, parmi lesquelles il range la Terre. De Cues pense que la perfection de l'Univers précède des perfections particulières et singulières de ses parties. Il rejette donc la thématique traditionnelle d'une Terre basse et sombre au-dessus de laquelle errent les Hautes Sphères Célestes.

La cosmologie présentée par de Cues ne peut et ne veut pas être mathématisée, ce qui empêche de le considérer comme un inspirateur réel de la révolution copernicienne puis galiléenne et le rapproche paradoxalement, d'un point de vue épistémologique, de la vision sub-lunaire d'Aristote, pour qui la physique ne pouvait être placée sous l'égide des nombres. Comme tous les astres, la Terre n'est pas fixe, mais décrit une trajectoire plus ou moins erratique... Par ailleurs, l'Univers de de Cues n'est pas à proprement parler infini, mais sans limite finie. De Cues fait donc la transition entre le Cosmos et l'Univers moderne : Giordano Bruno, lecteur de de Cues, s'inspirera de ses propositions pour sa théorie concernant l'infinité de l'univers ; René Descartes reconnaîtra dans ses correspondances l'originalité de sa pensée. Cependant, l'influence de Nicolas de Cues sera amoindrie par le renouveau platonicien et néo-platonicien du XVe siècle.

Oeuvres originales de Nicolas de Cues

  • De maioritate auctoritatis sacrorum conciliorum supra auctoritatem papae (1433)
  • De concordantia catholica (1433/34)
  • De docta ignorantia (De la docte ignorance, ca. 1440) - le texte complet en français libre de droit : [1]
  • De coniecturis (ca. 1441/42)
  • Epistola ad Rodericum Sancium de Arevalo (1442)
  • De deo abscondito (1444/45)
  • De quaerendo deum (1445)
  • De filiatione dei (1445)
  • De dato patris luminum (1446)
  • De genesi (1447)
  • Apologia doctae ignorantiae (1449)
  • Autobiographia (1449)
  • Idiota de sapientia (1450)
  • Idiota de mente (1450)
  • Idiota de staticis experimentis (1450)
  • Conjectura de novissimis diebus (Conjecture touchant les derniers temps - 1452) - le texte complet en français libre de droit : [2]
  • De pace fidei (1453)
  • De visione Dei (1453)
  • Complementum theologicum (1453)
  • De mathematicis complementis (1453/54)
  • De beryllo (1458)
  • De mathematica perfectione (1458)
  • De aequalitate (1459)
  • De principio (1459)
  • Trialogus de possest (1460)
  • Reformatio generalis (ca. 1460)
  • Cribratio Alkorani (1460/61)
  • Directio speculantis, seu De non aliud (Le Non-Autre, 1462)
  • Commentatio de notione creandi (fragmentum ca. 1462)
  • De venatione sapientiae (La Chasse de la sagesse, 1463)
  • De ludo globi (Le Jeu de boule, 1463)
  • Compendium (1463)
  • De apice theoriae (1464)
  • Sermones

Textes traduits en français

  • De la Docte ignorance ; tr. Louis Moulinier. Paris : Alcan, 1930 (Textes et traductions pour servir à l'histoire de la pensée moderne) ;
  • De la Docte ignorance ; introduction, traduction et notes de Hervé Pasqua, Paris, Bibliothèque Rivages, 2008.
  • Lettres aux moines de Tegernsee sur la docte ignorance [1452-1456]. Du jeu de la boule [1463]; tr. Maurice de Gandillac. Paris : O.E.I.L., 1985. (Sagesse chrétienne ; 5). ISBN 2-86839-028-5.
  • Le tableau ou La vision de Dieu ; tr. Agnès Minazzoli. Paris : Cerf, 1986. (La nuit surveillée). ISBN 2-204-02581-X.
  • Trois traités sur la docte ignorance et la coïncidence des opposés ; tr. Francis Bertin. Paris : Cerf, 1991. (Sagesses chrétiennes). ISBN 2-204-04221-8.
  • Concordance catholique ; intr. de Jacques Doyon et Joseph Tchao, tr. Roland Galibois et Maurice de Gandillac. Sherbrooke : Université de Sherbrooke ; Paris : J. Vrin, 1977. (Publications du Centre d'études de la Renaissance [de l'Université de Sherbrooke] ; 5). ISBN 2-7116-9246-9.
  • La paix de la foi ; intr. de Jacques Doyon et Joseph Tchao, tr. Roland Galibois et Maurice de Gandillac. Sherbrooke : Université de Sherbrooke ; Paris : J. Vrin 1977. (Publications du Centre d'études de la Renaissance [de l'Université de Sherbrooke] ; 4). ISBN 2-7116-9247-7;
  • La paix de la foi suivie de la Lettre à Jean de Ségovie  ; introduction, traduction et notes de Hervé Pasqua, Téqui, Paris septembre 2008.
  • Sermons eckhartiens et dionysiens ; tr. Francis Bertin. Paris : Cerf, 1998. (Sagesses chrétiennes). ISBN 2-204-05917-X.
  • Du Non-Autre. Le guide du penseur ; tr. Hervé Pasqua. Paris : Cerf, 2002. (Sagesses chrétiennes). ISBN 2-204-06837-3.
  • Trialogus de Possest ; tr. P. Caye, D. Larre, P. Maganrd, F. Vengeon. Paris : J. Vrin, 2006. ISBN 2-7116-1837-4.
  • la filiation de Dieu, éd. Arfuyen; tr. Jean Devriendt, Intro. M-A. Vannier.

à paraître (texte latin,intro.,tr. et notes de Hervé Pasqua, éd. PUF, coll. Epiméthée): Les Dialogues de l'Idiota; La chasse de la sagesse; L'Egalité et le Principe, deux opuscules de 1459; Le Dieu caché, etc..., opuscules des années 1440-1447; Le jeu de la boule; Le Coran tamisé; Le compendium; La cime de la contemplation.

Bibliographie secondaire (par ordre chronologique)

  • Vansteenberghe, Edmond, Le Cardinal Nicolmas de Cues (1401-1464). L'action, la pensée, Paris, Alcan, 1920 (l'ouvrage classique de référence en français).
  • Haubst, Rudolf, Das Bild des Einen und Dreieinigen Gottes in der Welt nach Nikolaus von Kues, Trèves, 1952.
  • Haubst, Rudolf, Die Christologie des Nikolaus von Kues, Fribourg-en-Brisgau, 1956.
  • Flasch, Kurt, Die Metaphysik des Einen bei Nikolaus von Kues, Leiden, Brill, 1973.
  • Hagemann, L., Nikolaus von Kues im Gespräch mit dem Islam, Altenberge, 1983.
  • Heinemann, W., Einheit und Verschiedenheit. Das Konzept eines intellektuellen Religionsfriedens in der Schrift 'De pace fidei' des Nikolaus von Kues, Altenberge, 1987.
  • Euler, W. A., Unitas et pax. Religionsvergleich bei Raimundus Lullus und Nikolaus von Kues, Würzburg, 1990.
  • Haubst, Rudolf, Streifzüge in die Cusanische Theologie, Münster, 1991.
  • Flasch, Kurt, Nikolaus von Kues. Geschichte einer Entwicklung, Francfort, Klostermann, 1998.
  • Counet, Jean-Michel, Mathématiques et dialectique chez Nicolas de Cuse, Paris, Vrin, 2000.
  • Bédard, Jean, Nicolas de Cue,Montréal, Éditions de l'Hexagone, 2001.
  • Flasch, Kurt, Nikolaus von Kues in seiner Zeit. Ein Essay, Stuttgart, Reclam, 2004.
  • Larre, David (éd.), Nicolas de Cues, penseur et artisan de l’unité. Conjectures, concorde, coïncidence des opposés, Paris, ENS Editions, 2005.
  • Casarella, P. J. (éd.), Cusanus, the Legacy of Learned Ignorace, Washington D.C., The Catholic University of America Press, 2006
  • Counet, Jean-Michel; Mercier Sébastien (éd.), Nicolas de Cues, les méthodes d’une pensée, Louvain-la-Neuve, Editions de l’ISP, 2006.
  • Leinkauf, Thomas, Nicolaus Cusanus. Eine Einführung, Münster, Aschendorff, 2006.
  • Moritz, A., Explizite Komplikazione. Der radikale Holismus des Nicolai Cusanus, Münster, Aschendorff, 2006.
  • Vannier, Marie-Anne (éd.), La naissance de Dieu dans l’âme chez Eckhart et Nicolas de Cues, Paris, Ed. du Cerf, 2006.
  • Bocken, Iñigo, L’art de la collection. Introduction historico-éthique à l’herméneutique conjecturale de Nicolas de Cues, trad. J.-M. Counet, Louvain-la-Neuve, Editions de l’ISP, 2007.
  • Flasch, Kurt, Initiation à Nicolas de Cues, adapt. fr. J. Schmutz & M. Corrieras, Paris - Fribourg, Cerf - Academic Press, 2008.

Liens externes

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
Ce document provient de « Nicolas de Cues ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nicolas de Cuse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nicolas de Cues — Biographie Naissance 1401 à Cues (Allemagne) Décès 11 août 1464 …   Wikipédia en Français

  • Nicolas De Cues — Philosophe allemand Philosophe de la Renaissance Naissance : 1401 à Cusa (Allemagne) Décès : 11 août 1464 à Livourne ( …   Wikipédia en Français

  • Nicolas de Cusa — Nicolas de Cues Nicolas de Cues Philosophe allemand Philosophe de la Renaissance Naissance : 1401 à Cusa (Allemagne) Décès : 11 août 1464 à Livourne ( …   Wikipédia en Français

  • Nicolas de cues — Philosophe allemand Philosophe de la Renaissance Naissance : 1401 à Cusa (Allemagne) Décès : 11 août 1464 à Livourne ( …   Wikipédia en Français

  • Nikolaus Cusanus — Nicolas de Cues Nicolas de Cues Philosophe allemand Philosophe de la Renaissance Naissance : 1401 à Cusa (Allemagne) Décès : 11 août 1464 à Livourne ( …   Wikipédia en Français

  • Denys le Chartreux — (de son vrai nom Dionysius van Leeuw), né en 1402 à Rijkel dans le comté de Looz (aujourd’hui Limbourg belge), et décédé le 12 mars 1471 à la chartreuse de Ruremonde (Pays Bas), était un religieux prêtre de l ordre des Chartreux, mystique,… …   Wikipédia en Français

  • Annees 1440 — Années 1440 XIVe siècle | XVe siècle | XVIe siècle Années 1420 | Années 1430 | Années 1440 | Années 1450 | Années 1460 1440 | 1441 | 1442 | 1443 | 1444 | 1445 | 1446 | …   Wikipédia en Français

  • Années 1440 — XIVe siècle | XVe siècle | XVIe siècle Années 1420 | Années 1430 | Années 1440 | Années 1450 | Années 1460 1440 | 1441 | 1442 | 1443 | 1444 | 1445 | 1446 | 1447 | 1448 | 1449 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Années 1460 — XIVe siècle | XVe siècle | XVIe siècle Années 1440 | Années 1450 | Années 1460 | Années 1470 | Années 1480 1460 | 1461 | 1462 | 1463 | 1464 | 1465 | 1466 | 1467 | 1468 | 1469 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Personnage conceptuel — Pour les articles homonymes, voir Personnage. La notion de personnage conceptuel a été créée par Gilles Deleuze. Elle désigne des personnages fictifs, ou semi fictifs, créés par un ou plusieurs auteurs afin de véhiculer une ou des idées. Même si… …   Wikipédia en Français