Neuromusculaire


Neuromusculaire

Muscle

Muscle du squelette

Les muscles sont une forme contractile des tissus des animaux. Ils forment l'un des quatre types majeurs de tissus, les autres étant le tissu épithélial, le tissu conjonctif, le tissu nerveux. Ce tissu forme, avec le tissu nerveux, un des seuls tissus excitables contrairement au tissu conjonctif et épithélial. La contraction musculaire permet de mouvoir des parties du corps s'il s'agit de muscles squelettiques, ou de mouvoir des substances à l'intérieur du corps s'il s'agit de muscles lisses ou cardiaques.

La science du muscle est la myologie mais cette dernière s'intéresse avant tout au muscle strié squelettique.

Sommaire

Types

Le corps humain comprend plus de 640 muscles dont la taille varie selon leur fonction. Ces muscles constituent en moyenne 43% du poids sec du corps[réf. nécessaire].

On distingue les muscles striés et les muscles lisses :

  • Le muscle cardiaque (le cœur) est un cas particulier, car bien que ce muscle soit strié (microscopiquement parlant), il est muni d'un système propre de contractions, sensible aux stimulations hormonales, et il est difficile de le contrôler consciemment.

Les muscles squelettiques et le muscle cardiaque forment ensemble la classe des muscles striés du squelette qui sont dotés de fibres de deux types (la proportion étant variable suivant les muscles, et sous contrôle génétique) :

  • les fibres "lentes" (type I ou « rouge »), plus efficaces en métabolisme aérobie (particulièrement riches en myoglobine et en mitochondries). Ce sont les fibres de l'endurance elles sont fines et développées lors de la pratique du cyclisme et du VTT entre autres.
  • les fibres "rapides" (type IIa), plus efficaces en métabolisme anaérobie. Produisant plus de puissance pendant de courtes impulsions, elles sont plus sensibles à la fatigue. Celles-ci sont les plus volumineuses. C'est pourquoi les bodybuilders entraînent principalement les fibres rapides et réciproquement un sprinter possède un grand volume musculaire.
  • Il existe entre les deux un intermédiaire qui sont les IIb; selon la génétique de la personne et le type de préparation ou encadrement physique de la personne au cours de son développement, ces fibres deviendront des types I ou types IIa.

La cellule musculaire

Le myocyte, ou myoblaste, est l'unité cellulaire élémentaire du muscle. C'est une cellule longiligne qui comporte des fibres contractiles constituées de polymères de protéines du cytosquelette : l'actine et la myosine. Le phénomène de contraction correspond à un glissement de ces deux éléments et résulte en un raccourcissement de la fibre musculaire. Si ces deux protéines sont présentes dans toutes les cellules de l'organisme, c'est l'agencement particulier des fibres d'actine et de myosine dans les myocytes qui confère cette spécificité tissulaire.

Les myocytes de type I (muscle lent, cellules aérobies) sont très riches en mitochondries qui apportent l'énergie nécessaire à la contraction sous forme d'ATP. Elles sont également riches en myoglobine, capable de fixer l'oxygène plus fortement que l'hémoglobine, et qui leur donne une couleur rouge caractéristique.

Les myocytes de type II (muscle rapide, cellules anaérobies) sont plus pauvres en mitochondries et en myoglobine. Elles sont par contre beaucoup plus riches en glycogène et en enzyme glycolytiques d'où une couleur blanche.

Lorsque les réserves d'oxygène fixé par la myoglobine sont épuisées (ce qui prend largement moins d'une seconde), et que le flux de sang et donc d'oxygène ne s'est pas encore adapté à la demande (ce qui prend plusieurs secondes, et même plusieurs minutes pour atteindre le débit maximal) la cellule produit de l'ATP en absence d'oxygène, d'abord en consommant une partie de son stock de phosphocréatine (PCr), puis par la glycolyse. Cette dernière donne lieu à la production d'acide lactique (ou lactate). La puissance est supérieure mais le rendement est moindre. Une fois l'approvisionnement sanguin adapté, la cellule se remet en mode aérobie : la puissance est moindre, mais l'acide lactique est consommé et le rendement général est meilleur.

Les myoblastes sont les cellules précurseurs des muscles. Durant la gestation puis l'enfance ou durant une guérison suite à une lésion, ces cellules se divisent et fusionnent entre elles pour former des myotubes. Ce sont des cellules longues et plurinucléées (plusieurs noyaux). Les myotubes synthétisent ensuite les protéines contractiles (actine et myosine) et se transforment en myocytes. Les myocytes sont plus ou moins longs suivant le muscle (ils peuvent atteindre 35 cm de long) et ont un diamètre de 10 à 100 micromètres. Les noyaux sont repoussés à la périphérie de la cellule et la majorité du cytoplasme est occupé par les protéines contractiles et le réticulum sarcoplasmique. Les myocytes ne peuvent pas se diviser mais grandissent en augmentant le volume du cytoplasme. Dans un muscle adulte le nombre de myoblastes (ou cellules satellites) est limité, ils ne jouent plus qu'un rôle de réparation des myocytes lésés suite à des efforts d'intensité ou de durée inhabituelles.

Les myocytes se contractent en réponse à une stimulation nerveuse. Celle-ci provoque la dépolarisation de la membrane plasmique, appelée sarcolemme dans le cas du muscle. Le signal se propage le long du sarcolemme. La dépolarisation entraîne une activation du récepteur DHP. Le récepteur de DHP par changement conformationnel, se couple au récepteur de ryanodine du reticulum sarcoplasmique. Le récepteur de ryanodine libère alors du calcium, vers le cytoplasme puisque le gradient de concentration calcique y est favorable. Ce sont les ions calciums qui déclenchent la contraction proprement dite en se fixant sur les protéines contractiles. Le repompage des ions calcium dans le réticulum sarcoplasmique provoque la relaxation. L'ensemble de ces phénomènes est appelé le couplage excitation-contraction. source international de l'UNESCO

Quelques-uns des muscles striés du corps humain

Muscles selon leur forme

Muscles selon leur fonction :

Anatomie

Les muscles présentent des formes variées que l'on peut ramener à trois :

  1. Les muscles longs en fuseau : ce sont des muscles fusiformes dont la longueur est prédominante. Leur corps est renflé et ils sont terminés par des cordons durs et blancs : les tendons qui les fixent aux os. Certains muscles portent à l'une de leurs extrémités 2, 3 ou 4 tendons (biceps, triceps, ...).
  2. Les muscles larges et plats : ils sont plats, en lame ou en ruban. Étalés en éventail mais sans tendon, ils s'insèrent sur les os par une lame tendineuse appelée aponévrose d'insertion. Ils forment les parois des grandes cavités du corps : le grand pectoral, le diaphragme.
  3. Les muscles courts : ils sont circulaires, délimitant une ouverture. On a comme exemple de muscles courts les muscles orbiculaires (orbiculaire des lèvres). Ils sont annulaires, entourant un viscère creux ; on les appelle alors sphincters, et ils s'ouvrent à la suite d'une pression.

Physiologie

Le bon fonctionnement des muscles nécessite l'apport d'énergie et d'eau pour véhiculer les toxines et garder le volume musculaire. Cette énergie provient de notre alimentation quotidienne (autant par les aliments simples, tels lipides, glucides et protéines, mais aussi grâce aux sels et minéraux) qui subit diverses transformations chimiques regroupées sous le terme de métabolisme.

Voir aussi contraction musculaire.

Contrôle nerveux

C'est le système nerveux central qui coordonne l'action des muscles. Exemples :

  • le mouvement de flexion : si l'on rapproche l'avant-bras du bras, le biceps est contracté tandis que le triceps est relâché
  • le mouvement d'extension : si l'on éloigne l'avant-bras du bras, le triceps est contracté tandis que le biceps est relâché.

Rôle dans la santé et les maladies

Exercice

L'exercice est souvent recommandé comme moyen d'améliorer les capacités motrices, l'agilité et la force musculaire. L'exercice a divers effets sur les muscles, les tissus conjonctifs, les os, et les nerfs qui stimulent les muscles.

Maladies

  • Troubles neuromusculaires
  • Les myopathies sont toutes les maladies qui affectent le muscle lui-même, plutôt que son contrôle nerveux.
  • Les dystrophies musculaires sont un grand groupe de maladies, pour la plupart héréditaires, où l'intégrité du muscle est compromise. Cela entraîne une perte progressive de force, une haute dépendance et une vie raccourcie.


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Muscle ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Neuromusculaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • neuromusculaire — [ nøromyskylɛr ] adj. • 1881; de neuro et musculaire ♦ Physiol. Qui concerne à la fois les muscles, l activité musculaire et ses commandes nerveuses. Fuseau neuromusculaire. ● neuromusculaire adjectif Qui concerne à la fois la fibre nerveuse et… …   Encyclopédie Universelle

  • Fuseau Neuromusculaire — Pour les articles homonymes, voir Fuseau et neuromusculaire. Le fuseau neuromusculaire est un mécanorécepteur constitué de fibres musculaires modifiées. Disposé parallèlement aux fibres du muscle, il est sensible à l allongement de celui ci.… …   Wikipédia en Français

  • Fuseau neuromusculaire — Pour les articles homonymes, voir Fuseau et neuromusculaire. Le fuseau neuromusculaire est un mécanorécepteur constitué de fibres musculaires modifiées. Disposé parallèlement aux fibres du muscle, il est sensible à l allongement de celui ci.… …   Wikipédia en Français

  • Jonction neuromusculaire — Plaque motrice Pour les articles homonymes, voir Plaque et Motrice. La plaque motrice désigne la zone où un axone de nerf réalise une synapse avec une fibre musculaire. Le nerf contrôle l état d excitation du muscle. La plaque motrice …   Wikipédia en Français

  • Maladie Neuromusculaire — Une maladie neuromusculaire est une maladie de l unité motrice atteignant: soit directement la cellule musculaire ou myopathie; soit la zone de jonction ou synapse entre le nerf et le muscle. Une anomalie de fonctionnement de la synapse est… …   Wikipédia en Français

  • Maladie neuromusculaire — Une maladie neuromusculaire est une maladie qui affecte le fonctionnement du muscle et donc la motricité, soit directement en raison d une atteinte des fibres musculaires elles mêmes, soit indirectement par l intermédiaire d une atteinte des… …   Wikipédia en Français

  • Dystrophie neuromusculaire — Dystrophie Stephen Hawking est un des malades atteint de dystrophie neuromusculaire le plus connu En biologie, et en particulier en médecine, une dystrophie est : un trouble de la nutrition d un organe et donc de sa croissance. la… …   Wikipédia en Français

  • Fuseau neuromusculaire — ● Fuseau neuromusculaire organe sensoriel complexe, inclus dans la masse des muscles, qui détecte les étirements musculaires et constitue ainsi le point de départ des réflexes de posture et d étirement. (Plus de la moitié des fibres nerveuses… …   Encyclopédie Universelle

  • Jonction neuromusculaire — ● Jonction neuromusculaire différenciation morphologique et fonctionnelle d une terminaison nerveuse et d une fibre musculaire, qui assure la commande motrice de cette fibre musculaire par la fibre nerveuse …   Encyclopédie Universelle

  • Les "Sciences de l'occlusion" dentaire. — Science de l occlusion dentaire La science de l occlusion dentaire est une branche de l odontologie. Elle concerne l aspect mécanique, statique et dynamique, des mâchoires chez l être humain. Sommaire 1 Introduction 2 Bases fondamentales de la… …   Wikipédia en Français