Navigation a l'estime


Navigation a l'estime

Navigation à l'estime

La navigation à l'estime est une méthode de navigation qui consiste à déduire la position d'un véhicule (terrestre, maritime, aérien ou spatial ; piloté ou automatique) de sa route et de la distance parcourue depuis sa dernière position connue. Traditionnellement, cette méthode repose sur les instruments mesurant son cap (compas), sa vitesse (loch, tachymètre, badin...) et le temps (chronomètre) ainsi qu'avec l'estimation éventuelle (ou le calcul) de l'influence de l'environnement (courant, vent) sur sa marche.

Elle est incertaine, car dépendante de la précision de la mesure de la route vraie (ou route sur le fond pour un navire) et de sa vitesse réelle. En pratique, en navigation maritime, on adopte une incertitude égale à 2 à 3% de la distance parcourue, mais qui peut atteindre 5% si les conditions météorologiques sont mauvaises. Avec un contrôle de la position au moins une fois par jour, on peut admettre en permanence un rayon d'incertitude toujours inférieur à 15 milles marins.

Sommaire

Calcul du point estimé

M\, étant la distance parcourue à la route R_v\, ; \varphi_a , G_a\, et \varphi_b , G_b\, les coordonnées géographiques des points de départ et d'arrivée :

\varphi_b = \varphi_a + M \cos R_v \,
et G_b = G_a + \frac{M \sin R_v}{\cos \varphi_m}\,
avec \varphi_m = \frac{\varphi_a + \varphi_b}{2}\,

Cette formule approchée reste précise à 1 mille près pour M < 375\, milles marins.

Les calculateurs d'estime[1] donnent directement les parcours en minutes de latitude (indicateur NS) et de longitude (indicateur EW). De simples additions algébriques permettent donc le calcul du point.

Autrefois, ces calculs, laborieux, étaient effectuées au moyen de « table de points » ( en France, table 900 ou table de Friocourt, [2]). Ils nécessitaient par ailleurs de noter avec rigueur dans le journal de navigation les changements de route et de vitesse. Le courant était traité comme un parcours supplémentaire.

Au temps de la marine à voile, les hommes de quart utilisaient un renard, aide mémoire fait d'une planche généralement percée de trous (les marins étaient pour la plupart illettrés) et où ils mettaient des fiches pour noter les routes et vitesses, différentes observations, qui servaient ensuite au navigateur pour calculer son estime.

Aujourd'hui, avec l'apparition des systèmes de navigation satellitaire, cette méthode a perdu de son intérêt. Il s'agit toutefois d'un moyen autonome. C'est pourquoi il est recommandé de conserver les données permettant de tenir une estime même lorsqu'on dispose d'autres moyens de positionnement.

Navigation inertielle

L'utilisation d'une centrale à inertie (qui mesure les accélérations sur les 3 axes) permet de s'affranchir des incertitudes dues à l'environnement. Les meilleures centrales permettent une navigation précise à moins d'un mille marin, sans recalage de la position pendant plusieurs jours.

Mais il s'agit d'un système coûteux, qui n'est pratiquement utilisé que dans le domaine militaire[3], particulièrement à bord de sous-marins[4]. Il est aussi utilisé à bord d'engins automatiques comme les missiles de croisière : leur durée de vol relativement courte permet l'emploi de centrales à inertie moins sophistiquées qu'à bord des sous-marins.

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • SIEL (bus) Le système de radiolocalisation utilisé par la RATP pour ses bus et qui utilise la navigation à l'estime.

Références

  1. le calculateur d'estime reçoit les informations du compas gyroscopique et du loch électromagnétique et « effectue les calculs » ; il comporte deux compteurs pour les parcours NS et EW. Les moindres changements de route et de vitesse sont pris en compte
  2. cette dernière permettant le calcul exact de l'estime, plutôt utilisé pour le calcul inverse de l'estime : calcul de la distance loxodromique à parcourir, lors d'une traversée océanique
  3. qui a aussi été utilisé en aéronautique avant le développement des systèmes satellitaires
  4. la navigation en plongée ne permet pas de recevoir les signaux des systèmes satellitaires, sauf à commettre une indiscrétion en hissant une antenne hors de l'eau
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique
Ce document provient de « Navigation %C3%A0 l%27estime ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Navigation a l'estime de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Navigation À L'estime — La navigation à l estime est une méthode de navigation qui consiste à déduire la position d un véhicule (terrestre, maritime, aérien ou spatial ; piloté ou automatique) de sa route et de la distance parcourue depuis sa dernière position… …   Wikipédia en Français

  • Navigation à l'estime — La navigation à l estime est une méthode de navigation qui consiste à déduire la position d un véhicule (terrestre, maritime, aérien ou spatial ; piloté ou automatique) de sa route et de la distance parcourue depuis sa dernière position… …   Wikipédia en Français

  • estime — [ ɛstim ] n. f. • XIIIe; de estimer I ♦ 1 ♦ Vx Détermination du prix, de la valeur (de qqch.). ⇒ estimation. 2 ♦ Mod. Mar. Calcul approximatif de la position d un navire en estimant le chemin parcouru d après les instruments de navigation.… …   Encyclopédie Universelle

  • Navigation aérienne — La navigation aérienne est l ensemble des techniques permettant à un pilote d aéronef de maitriser ses déplacements. En général, cette route débute et se termine sur un aérodrome. Sommaire 1 Historique 2 Les outils nécessaires 2 …   Wikipédia en Français

  • navigation — [ navigasjɔ̃ ] n. f. • 1265; lat. navigatio 1 ♦ Le fait de naviguer, de se déplacer en mer à bord d un navire. Navigation maritime, au long cours, au cabotage. Navigation hauturière, côtière. Navigation de pêche, de commerce, de plaisance. « les… …   Encyclopédie Universelle

  • Navigation Aérienne — La navigation aérienne est l ensemble des techniques permettant à un pilote d aéronef de maitriser ses déplacements. En général, cette route débute et se termine sur un aérodrome. Sommaire 1 Historique 2 Les outils nécessaires …   Wikipédia en Français

  • Navigation Maritime — La navigation maritime concerne toutes les activités humaines de circulation sur les mers et océans. On parle de navigation hauturière lorsque le navire navigue en haute mer (hors de vue de terre) et de navigation côtière (ou cabotage, mais ce… …   Wikipédia en Français

  • Navigation aerienne — Navigation aérienne La navigation aérienne est l ensemble des techniques permettant à un pilote d aéronef de maitriser ses déplacements. En général, cette route débute et se termine sur un aérodrome. Sommaire 1 Historique 2 Les outils nécessaires …   Wikipédia en Français

  • NAVIGATION (HISTOIRE DE LA) — L’histoire de la navigation, essentiellement liée à l’histoire de la civilisation et aux découvertes géographiques, retrace les étapes de la conquête de la mer par l’homme et en explique les raisons: l’attrait de l’aventure et le goût du risque,… …   Encyclopédie Universelle

  • Navigation céleste — Navigation La navigation est la science et l ensemble des techniques qui permettent de : connaître la position (ses coordonnées) d un mobile par rapport à un système de référence, ou par rapport à un point fixe déterminé [1]; calculer ou… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.