National Defense Research Committee


National Defense Research Committee

La National Defense Research Committee (NDRC : en français : « Commission nationale de recherche pour la défense ») était un organisme créé pour « coordonner, superviser et conduire la recherche scientifique sur les problèmes sous-jacents à la conception, à la production et à l'utilisation des mécanismes et dispositifs militaires » aux États-Unis, du 27 juin 1940 au 28 juin 1941. La plus grande partie de son travail est effectuée dans le plus haut degré de secret, et elle pose les fondations pour la recherche de ce qui sera la technologie la plus importante de la Seconde Guerre mondiale, y compris le radar et la bombe atomique.

Elle est remplacée par l'Office of Scientific Research and Development (OSRD) en 1941 et réduite à un organisme essentiellement consultatif jusqu'à sa dissolution en 1947.

Sommaire

Organisation

La NDRC est créée sous l'égide du Conseil de défense nationale, qui avait été créé en 1916 pour coordonner l'industrie et les ressources de sécurité nationale, par une décision du président Franklin Delano Roosevelt du 27 juin 1940. Vannevar Bush, directeur de l'institution Carnegie a insisté pour la création de la NDRC, parce qu'il avait vu pendant la première Guerre mondiale le manque de coopération entre les scientifiques civils et les militaires. Bush se débrouilla pour rencontrer le Président le 12 juin 1940, avec une seule feuille de papier décrivant l'agence qu'il proposait. Roosevelt l'approuve en dix minutes. Les officiels du gouvernement se sont plaints de ce que Bush avait saisi le pouvoir, en les court-circuitant — ce qu'il admit plus tard :

«  Il y avait ceux qui protestaient que l'acte de monter la NDRC était une manœuvre de contournement, un coup par lequel une petite bande de scientifiques et d'ingénieurs, hors de toute hiérarchie, prenaient l'autorité et l'argent pour des programmes de développement de nouvelles armes. C'est exactement ce qui s'est passé en fait[1]

»

Dans sa lettre du 15 juin qui nomme Bush à la tête de la commission, Roosevelt souligne que la NDRC n'est pas faite pour remplacer le travail de recherche mené par l'armée et la marine dans leurs propres laboratoires, ou par des contrats avec l'industrie, mais plutôt

«  pour compléter cette activité en étendant la base de recherche et en recrutant l'aide de scientifiques qui peuvent efficacement contribuer à une accélération de la mise au point de dispositifs importants, et déterminer par leurs études où les nouveaux efforts sur de nouveaux systèmes peuvent être efficacement déployés[2]

»

La NDRC comprend 8 membres, un président, deux membres ex-officio : le président de la National Academy of Sciences, et le Commissaire aux Brevets. Un membre est nommé par le secrétaire d'État à la Guerre, un autre par celui à la Marine ; les quatre autres sont nommés intuitu personæ. Les huit membres de la NDRC sont au départ : Vannevar Bush, président de l'institution Carnegie (président), le vice-amiral Harold G. Bowen, Conway P. Coe Commissaire aux Brevets, Karl Compton président de MIT, James B. Conant président de l'université Harvard, Frank B. Jewett, président de la National Academy of Sciences and président des Laboratoires Bell, le général de brigade George V. Strong et Richard C. Tolman professeur de Chimie physique et de physique mathématique au California Institute of Technology. Le 17 janvier 1941, le général de brigade R.C. Moore succède à Strong. À sa première réunion, le 2 juillet, la NDRC élit Tolman comme vice-président et nomme Irvin Stewart secrétaire. Les membres de la NDRC se réuniront en gros tous les mois jusqu'à septembre 1942, après quoi ils se réuniront une à deux fois par semaine jusqu'à la fin de la guerre contre l'Allemagne, puis les réunions seront irrégulières.

La recherche de la NDRC

Sous la présidence de Bush, la NDRC crée de nouveaux laboratoires, y compris le laboratoire du rayonnement du MIT, qui soutient le développement du radar, et le laboratoire d'acoustique sous-marine de San Diego, où l'on met au point le sonar. Le premier s'accroîtra pour devenir le plus grand site d'activité de la NDRC. Au cours de son année d'existence autonome (avant la création de l'OSRD), la NDRC reçoit environ 6 500 000 $ (pour une demande de dix millions) pour la recherche.

Le plus important projet de la NDRC deviendra finalement le projet Manhattan — le plan de développement à grande échelle des armes nucléaires par les États-Unis. Un Comité consultatif pour l'uranium avait été établi en 1939 pour étudier la faisabilité de la bombe atomique, sous l'égide du National Bureau of Standards, comme résultat de la lettre d'Einstein à Roosevelt, mais il n'avait pas fait d'avancées significatives. Dans sa lettre du 15 juin, Roosevelt le met sous l'autorité de la NDRC et de Bush, mettant ainsi sur pied la chaîne hiérarchique qui devait plus tard mener au projet à grande échelle. En juin 1940, Bush réorganise le Comité pour l'uranium, le transforme en organe scientifique et en élimine les militaires. Affranchi de la tutelle militaire pour son financement, la NDRC a un accès plus facile aux financements pour la recherche nucléaire. Mais il n'y a que peu d'avancées, jusqu'à ce que les découvertes de la commission MAUD britannique soient connues en 1941.

Création de l'OSRD

Les hostilités croissantes en Europe conduisent à souhaiter la création d'une nouvelle organisation, qui remplace la NDRC, et résolve certains des problèmes auxquels la NDRC fait face, en particulier pour transformer la recherche scientifique en technologie utilisable sur le plan militaire (« développement »), accroître la liaison entre les diverses branches de la recherche des diverses agences gouvernementales, et créer un système pour financer la médecine militaire. Sur l'insistance de Bush, Roosevelt décide (Executive Order N° 8807) le 28 juin 1941 d'établir un Office of Scientific Research and Development (OSRD) — Bureau de la recherche et du développement scientifiques. La NDRC continue à exister sur le papier après la création de l'OSRD, mais son autorité a été réduite de celle d'une agence de moyens à celle d'un organisme purement consultatif de l'OSRD. La NDRC terminera son existence officiellement après sa dernière réunion du 20 janvier 1947.

Quand elle est intégrée à l'OSRD, la composition et la structure de la NDRC changent. Son président est Conant (président), Tolman (vice-président), Adams, Compton et Jewett, plus le Bureau des Brevets (Coe jusqu'à septembre 1945, puis Casper W. Ooms), et les représentants de l'armée et de la marine, qui changent régulièrement. Le Comité pour l'uranium est réorganisé comme section S1, jusqu'au moment où il sort de la juridiction de la NDRC en décembre 1941.

Les plus importants programmes de la NDRC

La NDRC finance des centaines de programmes divers sur autant de sites universitaires ou industriels dans le pays. Les plus mémorables d'entre eux sont :

L'organisation de la recherche de la NDRC

Avant la création de l'OSRD

Pendant sa seule année d'existence autonome, la NDRC remanie constamment l'organisation de sa recherche. En juin 1941, juste avant la fondation de l'OSRD, son organisation est la suivante :

  • Division A (Blindages et logistique) – Richard C. Tolman (président), Charles C. Lauritsen (vice-président).
    • Section B (Défense structurelle)
    • Section H (Recherche sur la Propulsion)
    • Section S (Balistique terminale)
    • Section T (Détonateurs de proximité pour les obus)
    • Section E (Projectiles guidés et détonateurs)
  • Division B (Bombes, Carburants, Gaz, Problèmes chimiques) – James B. Conant (président)
    • Problèmes de synthèse — Roger Adams (vice-président)
      • Section A-1 (Explosifs)
      • Section A-2 (Synthèse organique)
      • Section A-3 (Détection des agents persistants)
      • Section A-4 (Toxicité)
    • Problèmes physico-chimiques – W.K. Lewis (vice-président)
      • Section L-1 (Aérosols)
      • Section L-2 (Revêtements protecteurs)
      • Section L-3 (Problèmes inorganiques spéciaux)
      • Section L-4 (Nitrocellulose)
      • Section L-5 (Décapage de peinture)
      • Section L-6 (Oxydes complexes)
      • Section L-7 (Stockage de l'oxygène)
      • Section L-8 (Séchage des gaz)
      • Section L-9 (Problèmes métallurgiques)
      • Section L-10 (Elimination des échappements)
      • Section L-11 (Absorbants)
      • Section L-12 (Oxygène pour les avions)
      • Section L-13 (Fluides hydrauliques)
    • Problèmes chimiques divers
      • Section C-1 (Carburants automobiles ; problèmes spéciaux)
      • Section C-2 (Pyrotechnique)
      • Section C-3 (Problèmes spéciaux)
  • Division C (Communications et Transports) – Frank B. Jewett (président), C. B. Jolliffe, Hartley Rowe, R. D. Booth, et J. T. Tate (vice-présidents).
    • Section C-1 (Communications)
    • Section C-2 (Transports)
    • Section C-3 (Equipement mécanique et électrique)
    • Section C-4 (Études sous-marines)
    • Section C-5 (Sources de sons)
  • Division D (Détection, contrôle, instruments) – Karl Compton (président), Alfred L. Loomis (vice-président).
    • Section D-1 (Détection)
    • Section D-2 (Contrôle)
    • Section D-3 (Instruments)
    • Section D-4 (Rayonnement calorifique)
  • Division E (Brevets et inventions) – Conway P. Coe (président).

Le Comité pour l'uranium, sous la présidence de Lyman Briggs, rend compte directement au président de la NDRC, et comme tel n'apparaît pas sur l'organigramme précédent.

Au sein de l'OSRD

A la suite de la réorganisation de la NDRC en décembre 1942, elle comporte les divisions suivantes :

  • Division 1 (Recherche balistique) – L. H. Adams
  • Division 2 (Défense et offensive structurelles/Effets des impacts et des explosions) – John E. Burchard, 1942-1944, E. Bright Wilson, 1944-1946
  • Division 3 (Projectiles spéciaux/armement par fusées) – John T. Tate, 1942-1943, Frederick L. Hovde, 1943-1946
  • Division 4 (Accessoires d'artillerie) – Alexander Ellett
  • Division 5 (Nouveaux missiles) – H. B. Richmond, 1942-1945, Hugh H. Spencer, 1945-1946
  • Division 6 (Guerre sous-marine) – John T. Tate
  • Division 7 (Contrôle du feu) – Harold L. Hazen
  • Division 8 (Explosifs) – George B. Kistiakowsky, 1942-1944, Ralph A. Connor, 1944-1946
  • Division 9 (Chimie) – Walter R. Kirner
  • Division 10 (Absorbants et aérosols) – W. A. Noyes, Jr.
  • Division 11 (Chimie industrielle) – R. P. Russell, 1942-1943, E. P. Stevenson, 1943-1945, H. M. Chadwell, 1945-1946
  • Division 12 (Développement des transports) – Hartley Rowe
  • Division 13 (Communication électrique) – C. B. Jolliffe, 1942-1944, Haraden Pratt, 1944-1945
  • Division 14 (Radar) – Alfred L. Loomis
  • Division 15 (Coordination radio) – C. G. Suits
  • Division 16 (Optique) – George R. Harrison
  • Division 17 (Physique) – Paul E. Klopsteg, 1942-1945, George R. Harrison, 1945-1946
  • Division 18 (Métallurgie militaire) – Clyde Williams
  • Division 19 (Armes diverses) – H. M. Chadwell
  • Comité de mathématiques appliquées – Warren Weaver
  • Comité de psychologie appliquée – W. S. Hunter, 1943-1945, Charles W. Bray, 1945-1946

Annexes

Bibliographie

  • Vannevar Bush, Pieces of the Action. New York : Morrow, 1970.
  • Irvin Stewart, Organizing Scientific Research for War : The Administrative History of the Office of Scientific Research and Development. Boston : Little, Brown and Company, 1948. Spécialement : Chapitre 2, "National Defense Research Committee," p. 7–34, et Chapitre 4, "NDRC of OSRD — The Committee", p. 52–78.

Notes et références

  1. in Bush 1970, pp.31-32
  2. in Stewart 1948, p.8

Source

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article National Defense Research Committee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • National Defense Research Committee — A picture of most of the members of the National Defense Research Committee at the first official meeting on July 2, 1940. Seated, left to right: Brigadier General George V. Strong, James B. Conant, Vannevar Bush, Richard C. Tolman, Frank B.… …   Wikipedia

  • National Defense Research Committee — Das National Defense Research Committee (NDRC) war eine Organisation zur Koordination der Forschung in der USA während des Zweiten Weltkriegs. Das NDRC arbeitete unter strikter Geheimhaltung zwischen dem 27. Juni 1940 und dem 28. Juni 1941.… …   Deutsch Wikipedia

  • National defense — may refer to: National security, a nation s use of military, economic and political power to maintain survival National missile defense, a military strategy to shield a country from missiles National Defense Service Medal, a decoration of the U.S …   Wikipedia

  • National Defense University — For other national defense universities which use the British spelling, see National Defence University (disambiguation). National Defense University emblem The National Defense University (NDU) is an institution of higher education funded by the …   Wikipedia

  • National Defense Industrial Association — NDIA redirects here. For the upcoming airport, see New Doha International Airport. National Defense Industrial Association Abbreviation NDIA Motto Strength through Industry and Tech …   Wikipedia

  • National Defense Act of 1916 — The National Defense Act of 1916, Pub.L. 64 85, 39 Stat. 166, enacted June 3, 1916, provided for an expanded army during peace and wartime, fourfold expansion of the National Guard, the creation of an Officers and an Enlisted… …   Wikipedia

  • National Primate Research Exhibition Hall — The National Primate Research Exhibition Hall (NPRX) is a proposed animal rights museum spearheaded by the Primate Freedom Project located in Madison, Wisconsin, USA. [1] The museum is not yet open and is currently the subject of pending… …   Wikipedia

  • Council of National Defense — The Council of National Defense was a United States organization formed during World War I to coordinate resources and industry in support of the war effort, including the coordination of transportation, industrial and farm production, financial… …   Wikipedia

  • Ministry of National Defense (Romania) — Ministry of National Defense Coat of arms of the Romanian Ministry of Defense First: General Ion Emanoil Florescu as Minister of War (Ministru de Război) Formation: 28 November 1858 …   Wikipedia

  • Ministry of National Defense of the People's Republic of China — 中华人民共和国国防部 Agency overview Jurisdiction  People s Republic o …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.