Nagyvárad


Nagyvárad

Oradea

Roumanie Roumanie
Judeţ de Bihor
Oradea
Statut : Chef-lieu
Roumanie Roumanie
Municipalité de [[Municipalité de |]]
Oradea
Statut : Chef-lieu
Oradea

Hôtel de ville
Armes de Oradea
Carte de la Roumanie
Oradea
[[Image:|350 px|Localisation de Oradea]]
Géographie
Région Transylvanie
Coordonnées 47° 04′ 20″ N 21° 55′ 16″ E / 47.07222, 21.92111
Altitude minimale m
Altitude moyenne m
Altitude maximale m
Superficie km²
Superficie ha
Arrosée/baignée par Crişul Repede
Population
Nombre d'habitants 206,527 hab.
(2002)
Densité hab./km²
Populations Roumains : 70%
Hongrois : 28%
Roms : 1.2%
Allemands : 0,3%
Slovaques : 0,2%
Juifs : 172
Ukrainiens : 76
Bulgares : 25
Russes : 25
Serbes : 17
Tchèques : 9
Turcs : 9
Administration
Maire

2004-2008
www Mairie
Code postal
Événements historiques
1113 : première mention
[[]] : fondée par [[]]
Personnages célèbres
Tramway à Oradea

Oradea (hongrois : Nagyvárad, allemand : Großwardein) est une ville de la région de Transylvanie, en Roumanie. Elle fait partie du judeţ de Bihor, situé au nord ouest de la Roumanie. En 2002, sa population intramuros était de 206 527 habitants et de 220 000 en comptant le zones périurbaines. Oradea est une des villes de Roumanie les plus prospères.

Sommaire

Géographie

La ville est située près de la frontière hongroise, sur la rivière Crişul Repede.

Histoire

La place centrale.
La galerie de style Art nouveau dit passage de l'aigle noir.

La première trace d'existence de la ville remonte à l'an 1113 alors dénommée en latin Varadium. La citadelle d'Oradeo, dont les ruines existent toujours, est mentionnée pour la première fois en 1241 lors des réparations et consolidations faites suite à l'attaque des Tatars. Cependant ce n'est qu'au XVIe siècle, sous le régime autrichien, que la ville commença à s'étendre. Au XVIIIe siècle, l'ingénieur vénitien Franz Anton Hillebrandt redessina la ville dans un style baroque. En 1752, beaucoup de constructions étaient réalisées en référence aux cathédrales romanes : le palais de l'évêché et le musée Ţării Crişurilor (« du pays des Criş »).

Au XIXe siècle la ville est traversée par le chemin de fer reliant la Transylvanie à Budapest. En 1918, elle est rattachée à la Roumanie (ce qui sera officialisé par le traité de Trianon) suite au principe de viabilité des frontières du géographe français Emmanuel De Martonne, qui la sépare de la Hongrie. Mais celle-ci n'y renonce pas : en 1919, sous le gouvernement de Béla Kun, et de 1940 à 1945, sous celui de l'amiral Horthy, elle reprend Oradea.

Oradea sera soumise, comme toute la Roumanie, au demi-siècle de régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

Le rétablissement de la démocratie, la réouverture de la frontière toute proche et l'intégration dans l'Union européenne ont ouvert depuis 1990 de nouvelles perspectives de développement dont Oradea a pleinement profité, comme en témoignent la croissance et l'extension de la ville.

Ethnies

L'ère communiste a beaucoup porté tort aux minorités - notamment la roumanisation forcée par les gouvernements dictatoriaux successifs (surtout sous Ceaucescu). Avec la fermeture des écoles de langues minoritaires (surtout hongrois) sur le plan national et le reniement de ses origines par peur des représailles, la population a fortement changé pendant cette période. Les chiffres ci-dessous tentent à le prouver.

  • 1910: 69 000 (Roumains : 5,6%, Hongrois : 91,10%)
  • 1920: 72 000 (R: 5%, H: 92%)
  • 1930: 90 000 (R: 25%, H: 67%)
  • 1966: 122 634 (R: 46%, H: 52%)
  • 1977: 170 531 (R: 53%, H: 45%)
  • 1992: 222 741 (R: 64%, H: 34%)










Selon le recensement de 2002, la population d'Oradea se composait de :

Quartiers

La ville est composée des quartiers suivants:

  • Centru Oradea (centre ville)
  • Vie
  • Nufărul
  • Rogerius
  • Velenţa
  • Cantemir
  • Ioşia

Transport

Le réseau de transport public est géré par OTL. Il est composé de 3 lignes de tramways (1R, 1N, 2, 3R, 3N) et de plusieurs lignes d'autobus. La ville compte trois gares (Centrale, Vest et Est). La gare de Vest est située dans le quartier de Ioşia, et la gare centrale (appelée Oradea) est située au centre de la ville près du quartier de Vie.

Architecture

Pendant l'ère de Ceaucescu, beaucoup de quartiers ont été détruits. Ainsi l'architecture d'Oradea se compose aujourd'hui, presque exclusivement, de constructions réalisées pendant l'ère communiste. Les immeubles plus anciens en style baroque, issus de l'ère austro-hongroise, ont survécu grâce à la fin de la période communiste.

Monuments

  • Musée Ţării Crişurilor - un musée baroque avec ses 365 fenêtres
  • Cathédrale barocă - la plus grande cathédrale baroque de Roumanie
  • Cetatea Oradea - une forteresse de style Vauban, en forme de pentagone
  • Biserica cu Lună - une église, unique en Europe, avec une horloge qui indique les phases de la lune
  • Passage Vulturul Negru - complexe d'édifices de style Art nouveau
  • Musée Ady Endre - la maison d'un des plus grands poètes hongrois
  • Théâtre de Stat - le théâtre national, réalisé par les deux architectes autrichiens qui ont construit une centaine de théâtres et d'opéras en Europe vers la fin du XIXe siècle
  • La ville ne compte pas moins de 100 églises de cultes différents, dont la plus grande église baptiste d'Europe de l'Est

Jumelages

Personnes célèbres

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
Ce document provient de « Oradea ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nagyvárad de Wikipédia en français (auteurs)