N-VA


N-VA

Nieuw-Vlaamse Alliantie

Nieuw-Vlaamse Alliantie
NVA.svg
Président
Vice-Président(e)s
Bart De Wever
Frieda Brepoels
Louis Ide
Fondation 1954 (Volksunie)
2001 (N-VA)
Siège Nieuw-Vlaamse Alliantie
Liefdadigheidsstraat 39
1210 Brussel
Au niveau fédéral
Chambre 6 députés
{{{option-2}}} {{{valeur-2}}}
Sénat 1 sénateur
{{{option-4}}} {{{valeur-4}}}
{{{option-5}}} {{{valeur-5}}}
{{{option-6}}} {{{valeur-6}}}
Flag of Flanders.svg
Dans les entités fédérées
Parl. flamand 6 députés
{{{option-8}}} {{{valeur-8}}}
{{{option-9}}} {{{valeur-9}}}
{{{option-10}}} {{{valeur-10}}}
{{{option-11}}} {{{valeur-11}}}
{{{option-12}}} {{{valeur-12}}}
{{{option-13}}} {{{valeur-13}}}
{{{option-14}}} {{{valeur-14}}}
{{{option-15}}} {{{valeur-15}}}
{{{option-16}}} {{{valeur-16}}}
Au niveau européen
Représentants 1 député
{{{option-17}}} {{{valeur-17}}}
Affiliation européenne
Affiliation internationale {{{internationale}}}
Idéologie(s) Nationalisme , Conservatisme
Couleur Noir, Jaune
Site officiel www.n-va.be
voir aussi

Constitution belge
Politique de la Belgique
Monarques de Belgique
Gouvernement fédéral belge
Premiers ministres belges
Partis politiques belges
Élections belges


La Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA, en français, la Nouvelle Alliance flamande) est un parti politique flamand né de la dislocation de la Volksunie en 2001. Ce parti a compté un membre du gouvernement flamand en la personne de Geert Bourgeois de juillet 2004 au 22 septembre 2008.

Sommaire

Programme

La principale revendication de la N-VA est l'indépendance de la Flandre, dans le cadre de l'Union européenne. Le parti revendique cette indépendance de manière politique, ce qui est confirmé par le programme qui indique que la paix est la priorité absolue.

Au niveau de l'économie, on aspire à une diminution considérable des impôts sur le travail.

Une responsabilité inhérente, du respect pour la nature et la communauté sont les principes fondamentaux.

Seuil d'éligibilité

Problème

En Belgique, un seuil électoral de 5% des suffrages par circonscription est prévu pour limiter le nombre important de partis représentés au Parlement, et en Flandre particulièrement. Sous la direction de Geert Bourgeois, la N-VA s'est pour la première fois présentée aux élections législatives fédérales en 2003, mais le seuil électoral de 5% l'empêche d'être représentée au Parlement sauf dans la circonscription de Flandre-Occidentale où Geert Bourgeois est élu à la Chambre des représentants.

Le parti est contre ce seuil dans le sens qu'il le considère comme une entrave à la démocratie. Surtout la hauteur du seuil est critiquée. Dans la majorité des autres pays en Europe, il n'y a soit pas de seuil, soit des seuils de 3%.

En plus, dans les circonscriptions wallonnes moins peuplées et offrant moins de sièges, le seuil électoral demande le même pourcentage de voix mais logiquement moins de voix en absolu.

Tous ces arguments servent à la N-VA pour demander la suppression du seuil électoral. Aux élections régionales de juin 2004, un seuil électoral était également prévu. Le parti était menacé de disparition s'il n'atteignait pas ce seuil.

Solution

Après les élections de 2003, la N-VA choisit de négocier avec le CD&V pour former un cartel afin de contourner le seuil électoral de 5%. Le CD&V finit par accepter de se lier au parti nationaliste flamand malgré ses revendications séparatistes car le CD&V connaît une chute électorale depuis plusieurs années et a perdu le pouvoir au niveau fédéral en 1999.

Le cartel CD&V N-VA, appelé le cartel flamand, devient alors la première formation de Flandre avec 26% des voix aux élections régionales de 2004.

Le VLD et le SP-A ont également formé des cartels, respectivement avec Vivant et Spirit (également nationaliste). Ces alliances entre partis traditionnels et partis nationalistes issus de la défunte Volksunie propulsent le débat sur une nouvelle réforme de l'État à l'avant-scène. Le plus grand parti nationaliste flamand, le Vlaams Blok, devenu Vlaams Belang, est le seul parti à ne pas former de cartel mais progressait à chaque élection, jusqu'en 2006.

Le cartel a cependant pris fin suite aux discussions relatives à la réforme de l'État en septembre 2008 : il cesse au niveau fédéral et au niveau régional suite au refus de la N-VA, réunie en congrès à Gand le 21 septembre 2008, de participer aux négociations en vue de réformer les structures de l'État.

Élections communales et provinciales

Lors des élections communales et provinciales, le cartel CD&V/N-VA a obtenu un résultat de 31,7%, une deuxième victoire du cartel. Le nombre de conseillers communaux a augmenté

Principaux membres

Direction

  • Bart De Wever : président général
  • Jan Peumans : vice-président
  • Ben Weyts : vice-président
  • Frieda Brepoels : secrétaire générale
  • Andries Gryffroy : trésorier
  • Piet De Zaeger : directeur
  • Jeroen Overmeer : porte-parole

Députés au Parlement flamand

  • Jan Peumans : président du groupe
  • Piet De Bruyn
  • Geert Bourgeois
  • Mark Demesmaeker
  • Jan Loones
  • Helga Stevens
  • Kris Van Dijck

Députés à la Chambre des Représentants

  • Els De Rammelaere
  • Bart De Wever
  • Jan Jambon : président du groupe
  • Sarah Smeyers
  • Flor Van Noppen

Membres du Sénat

  • Louis Ide : président du groupe
  • Helga Stevens


Parlement européen

  • Frieda Brepoels

Lien externe

  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de la Flandre Portail de la Flandre
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Nieuw-Vlaamse Alliantie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article N-VA de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.