Myrrhe


Myrrhe
100 g de résine de myrrhe
L'arbre à myrrhe, Commiphora myrrha

La myrrhe est une gomme-résine aromatique produite par l'Arbre à myrrhe (Commiphora myrrha ou Commiphora molmol), appelé aussi « myrrhe »[1].

Une gomme à peu près similaire, le baume de La Mecque, est produite par Commiphora opobalsamum. Elle pouvait être un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle [2].

Le mot vient du latin murra ou myrrha, lui-même emprunté au grec, l'étymon étant certainement une racine sémitique mrr contenant l'idée d'amertume (une des composantes de l'odeur de la myrrhe)[réf. nécessaire].

Sommaire

Histoire

L'histoire de la myrrhe est aussi ancienne que celle de l'encens. Les Égyptiens la connaissent depuis quatre millénaires et en faisaient un des composants du kyphi. Elle était également utilisée dans les embaumements. Dans la Bible, la myrrhe est l'un des principaux composants d'une huile d'onction sainte[3], mais c'est aussi un parfum chargé d'érotisme, mentionné à ce titre sept fois dans le Cantique des cantiques, par exemple dans le verset I, 13 : « Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, qui repose entre mes seins. » La myrrhe symbolise l'intimité profonde, voire un amour passionné envers Dieu[réf. nécessaire] qui est lui-même notre myrrhe, cette dernière fait également partie des cadeaux apportés à Jésus par les mages [4]. Les Grecs ont fait un grand usage de la myrrhe, allant jusqu'à en parfumer leur vin. Du vin mêlé de myrrhe a été proposé à Jésus (qui l'a refusé) avant sa crucifixion pour atténuer les douleurs immenses de ce supplice[5]. Les Grecs l'ont aussi associée à une légende : Myrrha était la fille de Cinyras, roi de Chypre. Des Gorgones la poussèrent à avoir des relations incestueuses avec son père. Après quoi elle fut transformée en arbre à myrrhe, dont l'écorce se fendit pour donner naissance à Adonis.

Fabrication

La gomme résineuse est récoltée sur le tronc de l'arbre d'où elle suinte naturellement. La gomme liquide durcit à l'air pour former des concrétions brun-rouge pouvant parfois atteindre une masse de plus de 200 grammes[6]. Elle est ensuite distillée en une huile essentielle épaisse de couleur orangée. Une couleur foncée ou une trop grande fluidité indique l'altération par un solvant.

Utilisation

La myrrhe est un composant des médicaments à visée antispasmodique et stimulante, mais c'est surtout la parfumerie qui continue à en faire la gloire, notamment dans les parfums de type oriental, où elle accroît la sensualité des notes de rose.

Elle entre dans la composition de la Bénédictine.

En aromathérapie, on extrait de cette gommo-oléorésine une huile essentielle intéressante.

La myrrhe, astringente, est utilisée dans le traitement des ulcères de la bouche et des gencives.

Citée par Pline l'Ancien, la myrrhe dite troglodytique est un des nombreux constituants de la thériaque selon Maistral, médecin de marine[7].

Principaux composants

2-méthyl-5-iospropényl furane, delta élémène, bêta élémène, alpha copaène, curzérène, curzérénone, méthyl-isobutyl cétone, 3-méthyl-1,2-buténal[réf. nécessaire].

Propriétés et applications

[réf. nécessaire]

Voir aussi

Notes et références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Myrrhe » du CNRTL.
  2. D'après Maistral, in Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.
  3. Exode, XXX, 23
  4. Matthieu II, 11
  5. [Évangile de Marc, XV, 23]
  6. John Emsley, Guide des produits chimiques à l'usage du particulier, Paris, Odile Jacob, juin 1996, 336 p. (ISBN 2-7381-0384-7), p. 9 
  7. Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.

Bibliographie

  • Dalby, Andrew (2000), Dangerous Tastes: the story of spices, London: British Museum Press, ISBN 0714127205, p. 107-122
  • Dalby, Andrew, "Myrrhe" dans Alan Davidson, The Oxford Companion to Food, 2e éd. par Tom Jaine (Oxford, 2006, ISBN 0192806815)
  • Thimoléon Jean-Claude (2004) "Aromathérapie et vous ou la santé par les huiles essentielles" Editions Nihil Obstat
  • Portail des odeurs, des senteurs et du parfum Portail des odeurs, des senteurs et du parfum

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Myrrhe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • myrrhe — [ mir ] n. f. • v. 1080; lat. myrrha, gr. murra ♦ Gomme résine aromatique fournie par le balsamier. L or, l encens et la myrrhe offerts à l Enfant Jésus par les Rois mages. « Un parfum âcre qui brûlait l odorat [...] le parfum de la myrrhe… …   Encyclopédie Universelle

  • Myrrhe — Harz Myrrhe aus der Region Dhofar im Oman …   Deutsch Wikipedia

  • myrrhe — MYRRHE. sub. f. Sorte de gomme ou de liqueur odorante qui distille d un arbre, qui croist dans l Arabie heureuse. La myrrhe transparente passe pour la meilleure de toutes. la myrrhe est fort amere. les trois Mages apporterent à Nostre Seigneur en …   Dictionnaire de l'Académie française

  • myrrhé — myrrhé, ée (mi ré, rée) adj. Terme d antiquité romaine. Vin myrrhé, vin parfumé avec de la myrrhe.    Se dit aussi d un vin que l on faisait boire aux suppliciés chez les Juifs …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Myrrhe — Myrrhe: Die Bezeichnung des bitteraromatischen Gummiharzes (mhd. mirre, ahd. myrra, mirra), das als Räuchermittel und für Arzneien verwendet wird, ist aus griech. lat. mýrrha »Myrrhenbaum; Myrrhe« entlehnt, das selbst semit. Ursprungs ist (aram.… …   Das Herkunftswörterbuch

  • myrrhe — Myrrhe, Myrrha. Une sorte de myrrhe la meilleure qui soit, Stacte. Qui est de myrrhe, Myrrheus, Myrrhinus …   Thresor de la langue françoyse

  • Myrrhe — ist ein Gummiharz, das von mehreren Arten der Gattung Commiphora flammt. Es fließt freiwillig als weißliche, ölartige Masse aus und wird nach erfolgter Erhärtung von den Eingeborenen im südwestlichen Arabien und den gegenüberliegenden Gegenden… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Myrrhe — Sf ein wohlriechendes Harz erw. fach. (8. Jh.), mhd. mirr(e) m., mirre, ahd. mirra, myrra, murra. Aus l. murra, myrrha, murrha, dieses aus gr. mýrra, das semitischen Ursprungs ist (arab. murra zur Wurzel marru bitter sein ).    Ebenso nndl. mirre …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Myrrhe — (Myrrha, Myrha rubra s. vera Gummi Resina s. Smyrnae), braunrothes, zer. reibliches, etwas durchscheinendes, fettglänzendes, in der Wärme nicht schmelzendes, sondern sogleich verbrennendes, im Wasser fast ganz in Alkohol zum Theil auflösliches… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Myrrhe — (Myrrhenharz), Gummiharz, das aus Arabien und von der Somalküste meist über Aden und Bombay in den Handel kommt. Die afrikanische M. stammt von Commiphora abyssinica, die arabische Fadhilimyrrhe von andern Commiphora Arten, sie fließt aus der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Myrrhe — Myrrhe, Myrrhenharz, das erhärtete Harz mehrerer Arten Commiphŏra und Balsamodendron (s.d.), bes. von Commiphora myrrha Engl. und abyssinĭca Engl.; dient äußerlich zu Zahn und Streupulver, Rauchwerk, als Myrrhentinktur und in Form von Seifen und… …   Kleines Konversations-Lexikon