Myasthénie Grave


Myasthénie Grave

Myasthénie

La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = "grave faiblesse musculaire") est une maladie neuromusculaire de la musculature striée squelettique par atteinte de la transmission neuro-musculaire entraînant une faiblesse musculaire fluctuante et une fatigabilité excessive. C'est l'une des maladies auto-immunes les plus connues et les antigènes et les mécanismes pathogénètiques ont bien été élucidés. La faiblesse est due aux anticorps circulants qui bloquent les récepteurs de l'acétylcholine à la jonction neuromusculaire post-synaptique, inhibant ainsi l'effet stimulant sur le neurotransmetteur, l'acétylcholine. La myasthénie est traitée par immunosuppression et par des inhibiteurs de la cholinestérase.

Sommaire

Historique

Le développement des connaissances sur la maladie a suivi les stades suivants: découverte et description, mise en évidence du trouble fonctionnel, pathogénèse auto-immune.

C’est vraisemblablement Thomas Willis [1] qui décrivit le premier une patiente atteinte de MG; Jolly [2] proposa le terme de «myasthenia gravis pseudoparalytica» et mit en évidence la détérioration électrophysiologique; et Mary Walker [3] introduisit la physostigmine dans le traitement. Bien que les anomalies du thymus en rapport avec la MG eussent été précocement constatées et que la thymectomie fût pratiquée déjà avant la mise en évidence de la genèse auto-immune [4], les relations physiopathologiques n’ont été élucidées que nettement plus tard [5–8]. Les syndromes myasthéniques comprennent de rares myasthénies congénitales ne ressortant pas à la MG, ainsi que le syndrome de Lambert-Eaton acquis.

Sémiologie

(ou manifestations cliniques) Classiquement, la fatigabilité rend la contraction musculaire chaque fois moins intense. Les symptômes s'intensifient dans la journée mais peuvent être améliorés au repos. Les patients présentent donc peu de sypmptômes au lever.

Les manifestations cliniques peuvent inclure :

  • Signes d'atteinte de la musculature oculo-palpébrale extrinsèque
    • diplopie intermittente (vision double et/ou déformée)
    • ptosis (chute d'une paupière par déficit du muscle releveur de la paupière, innervé par le nerf oculomoteur) unilatéral et/ou asymétrique, s'accentuant dans la journée
    • La pupille reste indemne de toute fatigabilité.
  • Fatigabilité des muscles à l'effort :
    • faciaux. Le visage est atone, peu de mimiques sont visibles. Parfois même une faiblesse cervicale faisant chuter la tête
    • respiratoires
    • proximaux et axiaux. Ceinture scapulaire. Mais aussi certains muscles distaux comme les muscles extenseurs des doigts
  • Myalgies. Des douleurs musculaires peuvent être retrouvées aux extenseurs du tronc, aux abdominaux
  • Décompensation respiratoire. C'est le principal risque lié à la myasthénie. L'atteinte respiratoire sévère avec décompensation s'appelle crise myasthénique. Il est important de vérifier la ventilation et d'effectuer des bilans respiratoires réguliers

L'atteinte peut demeurer limitée aux muscles oculaires (myasthénie oculaire, 15% des cas). Une hyperplasie thymique est retrouvée dans 65% des cas, un thymome bénin ou malin est retrouvé dans environ 15% des cas.

Diagnostic, Examens Complémentaires

  • Examen clinique :

Il peut être normal ou retrouver un déficit moteur fluctuant. On recherche une fatigabilité (accroupissements, bras tendus …), on utilise fréquemment la méthode du score d'Osserman

  • Tests pharmacologiques

Ils montrent la disparition des symptômes sous anticholinestérasiques ; on utilise la prostigmine ou le tensilon (10 mg en IV lente). L'effet se produit quelques minutes après l'injection avec amélioration clinique transitoire (5 minutes pour la prostigmine, 1 minute pour le tensilon).

  • Examens électriques (Électromyogramme ou EMG)

Lors de la stimulation répétitive d'un nerf moteur on retrouve une diminution d'amplitude du potentiel d'action, c'est-à-dire un décrément. Ce test peut être négatif.

  • Examen biologique :

En priorité on recherche le taux d'anticorps antirécepteurs à l'acétyl-choline (aRach); Il peut être négatif. On parle alors de Myasthénie séro-negative. On peut également rechercher, surtout en cas de résultat négatif à la recherche ci-dessus : les anticorps anti-muscles striés, les anticorps anti-musk.

  • Pour dresser un bilan complet et du fait du terrain auto-immun fréquent dans le cadre des maladies auto-immunes, on peut également rechercher : les anticorps anti-thyroïdiens (TSH) les anticorps anti-muscles lisses et les anticorps anti-nucléaires (ACAN).
  • La biopsie musculaire :

Dans les cas douteux, elle peut servir à éliminer une autre pathologie.

  • Recherche d'un thymome

Systématique avec scanner thoracique. Une tumeur thymique est retrouvée dans 15 à 30% des cas de myasthénie ; inversement 2/3 des porteurs de thymome développent une myasthénie. Le thymome peut révéler des signes de malignité avec risque d'extension locale. Le plus souvent, on retrouvera une hyperplasie thymique sans thymome ; enfin le thymus peut être normal.

  • Recherche d'une affection autoimmune associée

Présente dans 10 à 15% des cas : thyroïdite, anémie de Biermer, polyarthrite rhumatoïde, lupus ...

Classification des différents stades

ÉCHELLE D'OSSERMAN MODIFIÉE

  • Stade 1 : myasthénie oculaire pure
  • Stade 2 : myasthénie généralisée de gravité moyenne avec habituellement signes oculaires mais pas de signe bulbaire ou respiratoire
  • Stade 3 : myasthénie généralisée de gravité moyenne avec habituellement signes oculaires et signes bulbaires mais sans signe respiratoire
  • Stade 4 : myasthénie généralisée assez sévère avec habituellement signes oculaires, bulbaires et atteinte respiratoire modérée
  • Stade 5 : myasthénie généralisée sévère avec atteinte respiratoire grave


Diagnostic différentiel

Évolution

On observe d'abord une aggravation des symptômes et une dissémination des territoires musculaires atteints. Ensuite la maladie évolue par poussées et rémissions, les prévisions sont très difficiles car de grandes variabilités existent entre les patients.

En période de grossesse on observe une aggravation dans 30-40% des cas, une aggravation est aussi possible en post-partum.

Traitement

La myasthénie peut être traitée par des médicaments inhibiteurs des cholinestérases comme le mestinon ou le mythelase. Ces médicaments empêchent la dégradation de l'acétylcholine. Une autre solution en cas de thymome est la thymectomie. D'autres thérapeutiques, des immunomodulateurs sont parfois utilisées: les perfusions d'immunoglobulines polyvalentes intraveineuses voire des Corticoïdes plus ou moins associés à de l Imurel.

Contre-indications médicamenteuses

Le premier traitement de la myasthénie est le respect formel d'une longue liste de médicaments contre-indiqués par leur risque d'aggravation de la myasthénie. On retrouve parmi ces contre-indications :

  • D-pénicillamine (utilisée dans le traitement de la Maladie de Wilson)
  • Anticholinergiques
  • Myorelaxants
  • B-Bloquants

Notes et références

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Sources

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Myasth%C3%A9nie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Myasthénie Grave de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Myasthénie grave — Myasthénie La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = grave faiblesse musculaire ) est une maladie neuromusculaire de la musculature striée squelettique par atteinte de la transmission neuro musculaire entraînant une… …   Wikipédia en Français

  • Myasthenie — Myasthénie La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = grave faiblesse musculaire ) est une maladie neuromusculaire de la musculature striée squelettique par atteinte de la transmission neuro musculaire entraînant une… …   Wikipédia en Français

  • Myasthénie — La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = grave faiblesse musculaire ) est une maladie neuromusculaire de la musculature striée squelettique par atteinte de la transmission neuro musculaire entraînant une faiblesse… …   Wikipédia en Français

  • myasthénie — [ mjasteni ] n. f. • 1878; de my(o) et asthénie ♦ Méd. Affection caractérisée par une fatigabilité musculaire excessive et évoluant par poussées. Adj. MYASTHÉNIQUE . ● myasthénie nom féminin Maladie neurologique auto immune, caractérisée par un… …   Encyclopédie Universelle

  • Myasthenia gravis — Myasthénie La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = grave faiblesse musculaire ) est une maladie neuromusculaire de la musculature striée squelettique par atteinte de la transmission neuro musculaire entraînant une… …   Wikipédia en Français

  • Mary Walker — Pour les articles homonymes, voir Walker et Mary Walker (homonymie). Mary Walker (1888 1974) photographie de 1934 Mary Broadfoot Walker (1888 1974) est une femme médecin britannique à qui l on doit la démonstration de l efficacité de la …   Wikipédia en Français

  • Botulisme — Pour les articles homonymes, voir Botulisme (homonymie). Classification internationale des maladies CIM 10 : A05.1 Le botulisme (du latin botulinus, « boudin ») est une maladie paralytique rare mais grave due à une neurotoxine …   Wikipédia en Français

  • ALLERGIE ET HYPERSENSIBILITÉ — Si les affections aujourd’hui appelées «allergiques» ont été connues depuis les temps les plus reculés, leur interprétation causale a dérouté longtemps les esprits les plus sagaces. Les stigmates cliniques de la plupart des affections allergiques …   Encyclopédie Universelle

  • Thymome — Le thymus peut être le siège de tumeurs. La tumeur développée à partir du parenchyme thymique s’appelle un thymome, et se localise à la partie antéro supérieure du médiastin. Les thymomes sont rares chez l’enfant comme chez l’adulte. Un thymome… …   Wikipédia en Français

  • Oxazépam — Traduction en cours Cette page est en cours de traduction (en français) à partir de l article Anglais. Si vous souhaitez participer à la traduction, il vous suffit d éditer cette page. Merci de corriger les erreurs détectées. Oxazépam …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.