Musée des Beaux-Arts de Caen


Musée des Beaux-Arts de Caen

Musée des Beaux-Arts de Caen

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des Beaux-Arts de Caen
Entrée du musée
Informations géographiques
Coordonnées 49° 11′ 10″ Nord
       0° 21′ 41″ Ouest
/ 49.1861004, -0.3614867
Pays France France
Localité Caen
Informations générales
Date d'ouverture 1809-1971
Collections peinture
estampe
sculpture
Informations visiteurs
Visiteurs / an 75000 (en moyenne)
Adresse Château de Caen
Site officiel http://www.ville-caen.fr/mba

Le Musée des Beaux-Arts de Caen est un musée situé à Caen, fondé au début du XIXe siècle et reconstruit en 1971 dans l’enceinte du château ducal.

Sommaire

Histoire

Ouverture du musée en 1809

Afin d’exposer les toiles confisquées aux émigrés ou acquises lors des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, Jean-Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur, choisit le 14 fructidor an IX 15 villes où implanter des grands dépôts de tableaux. Choisie pour son renom universitaire et sa qualité de capitale culturelle de la Normandie, la ville de Caen se montra peu enthousiaste car l’article 4 de l’arrêté Chaptal précisait que « les tableaux ne seront envoyés qu’après qu’il aura été disposé aux frais de la commune une galerie convenable pour les recevoir »[1].

Les tableaux retirés des églises et des communautés religieuses pendant la Révolution ayant déjà été regroupés dans l’église Sainte-Catherine-des-Arts (rebaptisée en 1802 église Notre-Dame-de-la-Gloriette), le maire Daigremont Saint-Manvieux pensa installer le musée dans l’ancienne église des Jésuites. Mais le 5 brumaire an X, décision fut finalement prise d’utiliser l’aile gauche de l'ancien séminaire des Eudistes, déjà en partie occupé depuis 1792 par l’administration municipale[2]. On conféra le titre de « commissaire près le musée de Caen » à Fleuriau, professeur de dessin à l’école centrale du Calvados. Afin d’enrichir le fonds déjà constitué à la Gloriette, il choisit en 1804 quarante-six toiles de différents artistes (Véronèse, Poussin,...), faisant ainsi du lot de Caen le plus important après celui de Lyon. Le conservateur compléta par ailleurs les collections du nouveau musée. Il tenta même sans succès de faire transférer la tapisserie de Bayeux à Caen.

Les travaux d'aménagement du musée avancèrent très lentement. En 1806, le préfet, Charles Ambroise de Caffarelli du Falga, refusa d'autoriser les crédits voter par la municipalité pour la reprise des travaux qui avaient été interrompus. Les sommes furent débloqués dans le budget de 1809 et le projet put être mené à son terme[3]. En novembre 1809, on transféra les tableaux qui avaient été entreposés dans l'ancienne église des Jésuites et le musée fut officiellement au public le 2 décembre 1809[4]. Le conservateur dirige également l'école municipale de dessin fondée en 1804[5].

Développement du musée et premières monographies

À partir de 1811, le nouveau conservateur, Henri Elouis, enrichit les collections, notamment grâce à un nouveau lot de 35 peintures attribuées par le ministre de l’Intérieur. En 1815, les Prussiens campèrent dans le rez-de-chaussée de l’ancien séminaire des Eudistes pour réclamer la rétrocession des toiles confisquées en Allemagne. Elouis dissimula alors les toiles les plus importantes ; selon la légende, il cacha en particulier l’Abraham et Melchisédech de Rubens sous la table utilisée pour le dîner des officiers prussiens[6]. Après la restitution de toiles sans importance majeure, les Prussiens quittèrent la ville. La Belgique réclama ensuite le retour des toiles de grands maîtres bruxellois, mais le conservateur et le maire de Caen, le Comte de Vendeuvre, parvinrent à enrayer cette nouvelle crise.

La deuxième moitié du XIXe siècle fut plus calme ; la période fut davantage à l’étude des collections. En 1837, Bernard Mancel rédigea le premier catalogue du musée et dans les années 1850 les premières monographies consacrées aux collections furent éditées. Guillard, le successeur d’Elouis de 1841 à 1880, mena une politique d’acquisition assez timide, mais une série de legs permit au musée d’exposer une centaine de toiles supplémentaires. Celui de la baronne de Montaran fut le plus remarquable de la seconde moitié du XIXe siècle, comprenant trois toiles de Boucher, une vingtaine de Gudin et une de Mignard.

La plus importante donation de l’histoire du musée fut celle de la collection Mancel, en 1872. Elle fut léguée par le libraire caennais Bernard Mancel, qui avait acheté en 1845 une grande partie de la collection du Cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, à Rome. Elle était composée d’un lot de plus de 50 000 œuvres : estampes de Dürer, Rembrandt ou Callot, ainsi qu’une trentaine de toiles de Pérugin (Le mariage de la Vierge), de Véronèse (Tentation de Saint-Antoine) ou de Rogier van der Weyden (La Vierge à l'Enfant). Un an plus tard, la famille du Colonel Langlois légua les 256 toiles représentant des batailles et panoramas militaires. En 1888, ces toiles furent transférées dans le Pavillon des sociétés savantes aménagé aux frais de la nièce du colonel Langlois pour former le musée Langlois.

Affaiblissement du prestige du musée à partir des années 1880

Plan du musée en 1893

À partir de 1880, les nouveaux conservateurs, Hellouin, puis Gustave Ménégoz, menèrent une politique timorée qui conduisit à l’affaiblissement du prestige du musée. Sous l’influence des édiles caennaises, les conservateurs firent surtout l’acquisition d’œuvres régionalistes d’intérêt exclusivement local. Ces dernières furent exposées au rez-de-chaussée de l’ancien séminaire des Eudistes aménagé en musée d’art et d’histoire normande. Moins fréquentes, les donations étaient souvent constituées d’œuvres mineures davantage léguées dans un but ostentatoire que par amour de l’art. Malgré le don par le docteur Jacquette, de Fervaques, de tableaux de Courbet, Boudin et Lépine, la peinture moderne, notamment impressionniste, restait ainsi pratiquement absente du musée.

Alors que d’autres villes construisaient de grands musées pour abriter leurs collections, le musée des Beaux Arts de Caen resta à l’étroit dans une aile de l’hôtel de ville. Les bâtiments étaient dans un état précaire et le 3 novembre 1905 une partie des collections fut la proie des flammes. Plusieurs œuvres de l’école hollandaise et flamande furent perdues, ainsi que La Bataille d’Hastings de François Debon. Cette dernière œuvre bénéficiait alors d’une certaine popularité tant du fait de sa composition romantique, que du sujet représentant la victoire des Normands sur les Anglais dans un contexte de forte tension internationale. L’incendie fit scandale et la presse locale et nationale réclamèrent une réorganisation du musée. Le conseil municipal décida alors « en principe la construction d’un musée isolé et installé dans les conditions de sécurité et d’éclairage que l’on est en droit d’exiger pour un musée aussi riche que le nôtre »[1]. Les édiles envisagèrent d’organiser une loterie afin d’ériger un nouveau musée sur le terre-plein de la place de la Préfecture (actuelle place Gambetta), mais l’idée fut rapidement abandonnée et le musée resta dans un état précaire.

La destruction en 1944 et la reconstruction en 1971

Le site du musée après 1944

En 1934, Louis-Edouard Garrido fut nommé conservateur. À partir de 1936, il entreprit une restauration du musée et améliora l’éclairage des œuvres. Mais les travaux furent interrompus par la guerre en 1939. 360 peintures, la collection Mancel, la commode de Bernard van Riesen Burgh ainsi que d’autres objets d’arts furent transférés au prieuré Saint-Gabriel, à l’abbaye de Mondaye et au château de Baillou. Le 7 juin 1944, l'ancien séminaire est en grande partie détruit et le dernier bombardement aérien des Alliés, le 7 juillet, détruit ce qui était encore resté debout[7]. 540 tableaux (collections du XIXe siècle et un grand nombre d’anonymes du XVIIe siècle), les 400 dessins du cabinet des dessins, les archives, les inventaires, les cadres disparurent. Une grande partie du musée Langlois fut également bombardée et la moitié des œuvres exposées détruites.

Les œuvres épargnées furent entreposées à la hâte dans les ruines peu salubres de l’hôtel d'Escoville et du musée Langlois. En 1963, on commença à réfléchir à la reconstruction du musée. Les collections furent inventoriées ; outre les œuvres de la collection Mancel, on dénombrait alors 567 peintures et miniatures, des céramiques et des porcelaines. En 1971, le nouveau musée construit par Jean Merlet dans le château de Caen fut inaugurée. Parallèlement la nouvelle conservatrice, Françoise Debaisieux, entama une nouvelle politique d’acquisition se concentrant sur écoles françaises, italiennes et flamandes du XVIIe siècle. Cette politique fut soutenue par les dépôts du musée du Louvre.

En 1983, le musée des Beaux-Arts de Caen a été promu « musée classé », reconnaissant ainsi l’importance des collections et la vitalité de la politique visant à enrichir ces dernières. En 1988, Alain Tapié succéda à Françoise Debaisieux. Il organisa de grandes expositions et fit ajouter en 1994 une nouvelle aile construite par Philippe Dubois. Le nouveau conservateur a étoffé les collections en faisant l’acquisition d’œuvres contemporaines. Suite à cette extension, le musée a obtenu en 1995, au titre de son architecture et de son programme, le Grand Prix National des Musées décerné par le ministère de la Culture. Depuis 2007, le musée est au centre du Parc des Sculptures, aménagé dans le château, à l’initiative de Patrick Ramade, conservateur en chef, directeur du musée depuis 2004.

Afin de démocratiser l'accès à la culture, les expositions permanentes sont ouvertes gratuitement depuis le 1er février 2005[8]. Le musée a également diversifié sa politique culturelle en organisant notamment des ateliers en direction du jeune public et des adultes. Depuis 1997, le musée accueille également en résidence l'ensemble de musique baroque les Cyclopes qui se produit pour une série annuelle de concerts en lien avec la programmation de l'établissement culturel. De même, une partie des séminaires de l'Université populaire de Caen a lieu au musée.

Tableaux détruits :

  • Jacques-Antoine Beaufort, (1721-1784), La Mort de Calamus, ou Calamus montant au bûcher en présence d’Alexandre, Salon de 1779.

Collections

Le Musée propose 6 000 m² d’espace dédiés aux collections présentées au public avec de nombreuses œuvres de la Renaissance italienne et flamande mais aussi française, ainsi que de l’art contemporain. Il dispose d’une salle de de 400 m² pour la présentation des estampes de la collection Mancel. Le musée est équipé d’une salle de conférence de 230 places, utilisée notamment par l’université populaire de Caen. Enfin le musée abrite également une bibliothèque publique d’histoire de l’art composée de 20 000 volumes. Il est à noter que le musée des Beaux-Arts de Caen fait partie des premiers musées dont les collections permanentes sont accessibles à tous gratuitement.

XIVe au XVIe siècles

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Barnaba da Modena Crucifixion avec la Vierge et saint Jean Entre 1361 et 1383 Bois à pans coupés 0,675 x 0,640
Cosimo ou Cosme Tura Saint Jacques Panneau 75,1 x 40,9
Le Pérugin Saint Jérôme dans le désert Vers 1499-1502 Panneau 89,3 x 72,5
id. Le Mariage de la Vierge (ou Sposalizio) Entre 1500 et 1504 Panneau 236 x 186
nothumb
Cima da Conegliano La Vierge à l’Enfant entre saint Georges et saint Jacques Vers 1510-1511 Triptyque sur panneau, transposé sur toile 137 x 61 (panneau central) et 121 x 44,5 (panneaux latéraux)
Andrea del Sarto Saint Sébastien tenant deux flèches et la palme du martyre Bois (peuplier) 0,839 x 0,680
Taddeo Zuccaro La Décollation de saint Jean-Baptiste 1555-1560 Toile 66 x 51
Rogier van der Weyden La Vierge à l’Enfant Panneau 51,5 x 33,5
Pieter Brueghel le Jeune Le Paiement de la dîme (ou Le Dénombrement de Bethléem) Panneau 110 x 160
nothumb
Maître de Hoogstraten La Vierge et l’Enfant avec sainte Catherine, Sainte Madeleine et Sainte Barbe 1510 Bois(chêne) 78,8 x 71
Frans Floris Portrait de dame âgée (ou La femme du fauconnier) Panneau 107,7 x 83,4
Paris Bordone L’Annonciation 1545-1550 Toile 102 x 196
Lambert Sustris Le Baptême du Christ Vers 1543 Toile 129,4 x 236,1
Tintoret La Descente de croix 1556-1558 Toile 135,6 x 102
nothumb
id. La Cène 1564-1566 Toile 90 x 121
Paul Véronèse La Tentation de saint Antoine 1552 Toile 198,2 x 149,5
id. Judith et Holopherne Après 1581 Toile 231,5 x 273,5
Benedetto Caliari Le Départ des Israëlites ou Les Israëlites sortant d'Egypte Toile 95 x 121

XVIIe siècle

  • L'Empoli, Sainte Claire prenant le voile (vers 1620)
  • Entourage de Carrache, Groupe d’artiste (vers 1600)
  • Giuseppe Cesari, La Victoire de Tullus Hostilius sur les forces de Veies et de Fidena (1596-1597)
  • Bernardo Strozzi, Sainte Rosalie
  • Domenico Fetti, La Parabole de l’Enfant prodigue et La Perle de grand prix
  • Le Guerchin, Coriolan supplié par sa mère (1643)
  • Andrea Sacchi, Didon abandonnée ou Didon sur le bûcher (vers 1630-1635)
  • Novelli, Duel musical d’Apollon et de Marsyas
  • Attribué à Francesco Cairo, Tête de saint Jean-Baptiste
  • Giovanni Benedetto Castiglione, Io
  • Salvator Rosa, Glaucus et Scylla
  • Bernardo Cavallino, L’Immaculée Conception (vers 1640)
  • Giuseppe Nuvolone, Samson et Dalila
  • Valerio Castello, Simon le Magicien (vers 1650-1656)
  • Giacomo Cotta, La Fuite en Egypte ou Le repos de la Sainte Famille (1673)
  • Luca Giordano, L'Enlèvement d’Hélène (entre 1680 et 1683)
  • Attribué à Pietro Negri, Mercure et Argus
  • Andrea Pozzo, L'Ange gardien (vers 1685-1694)
  • Giandomenico Tiepolo, Ecce Homo (vers 1760-1770)
  • Simon Vouet, La Vierge et l’Enfant à l’ange (1636) et Jeune homme à la figue (entre 1620 et 1630)
  • Claude Vignon,Portrait de jeune homme (vers 1615-1618)
  • Nicolas Poussin, Vénus pleurant Adonis (vers 1625)
  • Philippe de Champaigne, L’Annonciation (1633), Le Voeu de Louis XIII (1638) et La Samaritaine (1648)
  • Laurent de La Hyre, L’Apparition de la Vierge avec l’Enfant dans le ciel (vers 1630) et Thésée retrouvant les armes de son père (1634)
  • Lubin Baugin, Saint Jérôme
  • Attribué à Jean Daret, Le Sauveur du monde
  • Sébastien Bourdon, Le Christ et le centurion (1655-1660)
  • Charles Le Brun, La Charité (vers 1642-1648)
  • Jean-Baptiste Blin de Fontenay, Fleurs dans un vase sur entablement sculpté et Femme à la guirlande de fleurs
  • Peter Paul Rubens, Abraham et Melchissédech (entre 1615 et 1618)
  • Frans Snyders, Intérieur d’office (vers 1635)
  • Attribué à Artus Wolffort, Saint Jérôme (vers 1630)
  • Abraham Govaerts, Paysage à la chasse de Méléagre et Atalante
  • Gérard Seghers & Frans Ykens, La Vierge et l’enfant Jésus dans une guirlande de fleurs
  • Jacob Jordaens, Tête d’étude : Abraham Grapheus
  • Atelier d’Antoine van Dyck , Communion de Saint Bonaventure (1628-1632)
  • Nicolas van Veerendael, Vanité (vers 1680)
  • Gérard de Lairesse, La Conversion de Saint Augustin (vers 1663)
  • Berthollet Flémalle, Adoration des bergers (vers 1665)
  • Jan Davidsz de Heem, Vanité (1628)
  • Harmen van Steenwyck, Paysan dans un intérieur
  • Jan Asselijn, Paysage au moulin à eau
  • Thomas Wyck, Laboratoire d’alchimiste
  • Willem Drost, L’Écaillère
  • Johan Moreelse, Marie-Madeleine pénitente
  • Willem Van Aelst, Bouquet de fleurs (1651)
  • Jacob van Walscapelle, Nature morte de fleurs et d’insectes

XVIIIe siècle

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension (en cm) Image
Anonyme d’après Jean Jouvenet Saint-Pierre guérissant les malades vers 1700 Toile
Hyacinthe Rigaud Portrait de Marie Cadenne 1684 Toile 139 x 102
nothumb
id. Portrait dit du comte de Gacé Toile 136 x 113
Jean-Baptiste Oudry Laie et ses marcassins attaqués par des dogues 1748 Toile 258 x 400
Robert Tournières Portrait de l’orfèvre Nicolas Delaunay et de sa famille Vers 1705 Toile 56 x 70,2
Jean Restout Portrait d’un prémontré Vers 1725-1735 Toile 81 x 65,5
Pierre Subleyras Portrait de la comtesse Mahony Vers 1740-1745 Toile 100 x 74,5
Giovanni Paolo Pannini La Remise de l'ordre du Saint-Esprit au prince Vaini par le duc de Saint-Aignan Toile
François Boucher Pastorale (ou Jeune berger dans un paysage) Toile 89 x 121,5
nothumb
Hubert Portrait de dame âgée 1779 Toile 231,5 x 273,5

XIXe siècle

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Eugène Delacroix Quentin Durward et le Balafré Vers 1828 -1829 Toile 40,5 x 32,4
nothumb
Eugène Isabey Matelots sortant du port de Saint-Valery Toile 40,5 x 61
nothumb
Théodore Chassériau Groupe d’Arabes (ou Joseph vendu par ses frères) Toile 82 x 66
nothumb
Gustave Courbet La Mer 1871-1872 Toile 38 x 45
nothumb
id. La dame aux bijoux 1867 Toile 81 x 64
nothumb
Théodore Rousseau Paysage Toile 82,6 x 124,8
nothumb
Jean-Baptiste Camille Corot Les Chevriers de Castel Gandolfo 1866 Toile 59 x 78
nothumb
Eugène Boudin La Plage de Deauville 1863 Toile 50,5 x 74,5
nothumb
id. Pâturage à Fervaques 1874 Toile 55 x 38
nothumb
Gustave Doré Paysage d’Écosse 1881 Toile 92 x 165

XXe siècle

Parc des sculptures

  • Bourdelle , Grand Guerrier (dépôt du Musée Bourdelle)
  • Damien Cabanes, Sans titre (dépôt du Fonds national d’art contemporain)
  • Huang Yong Ping , One Man, nine animals (dépôt du Fonds national d’art contemporain)

Notes et références

  1. a  et b Citations extraites de l’ouvrage de Rémy Desquesnes, Caen 1900-2000 : un siècle de vie, Fécamp, Éditions des Falaises, 2001.
  2. Fernand Enguerrand, « Histoire du musée de Caen » dans Bulletin de la Société des beaux-arts de Caen, Caen, Imprimerie Charles Valin, 1897, 10e volume, 1er cahier, p. 80
  3. Ibid., p. 87
  4. Ibid., p. 88
  5. Dossier de presse de l'Esam
  6. Voir l'ouvrage publié en 1882 par le fils d’Elouis, le musée de peinture de Caen.
  7. Caen et la Seconde guerre mondiale
  8. Centre national des arts plastiques

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la culture Portail de la culture
  • Portail des arts Portail des arts
  • Portail de Caen Portail de Caen
Ce document provient de « Mus%C3%A9e des Beaux-Arts de Caen ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Musée des Beaux-Arts de Caen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musée des Beaux-arts de Caen — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Caen …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de Caen — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des beaux arts de Caen Informations géographiques …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts de Caen — Coordinates: 49°11′10″N 0°21′41″W / 49.1861004°N 0.3614867°W / 49.1861004; 0.3614867 …   Wikipedia

  • Caen, musée des Beaux-Arts — Musée des Beaux Arts de Caen Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Caen …   Wikipédia en Français

  • Caen, musée des beaux-arts — Musée des Beaux Arts de Caen Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Caen …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts — bezeichnet mehrere Kunstmuseen in frankophonen Ländern, darunter in Belgien: Musées royaux des Beaux Arts de Belgique in Brüssel, siehe Königliche Museen der Schönen Künste Musée des Beaux Arts (Mons) Musée des Beaux Arts (Tournai) in Frankreich …   Deutsch Wikipedia

  • Musee des beaux-arts — Musée des beaux arts Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir École supérieure d art. Musée des beaux arts est une appellation fréquente pour les musées… …   Wikipédia en Français

  • Musée Des Beaux-Arts — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir École supérieure d art. Musée des beaux arts est une appellation fréquente pour les musées consacrés aux beaux arts …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir École supérieure d art. Musée des beaux arts est une appellation fréquente pour les musées consacrés aux beaux arts …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts d'Orléans — L entrée du musée des beaux arts Informations géographiques Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.