Morphisme


Morphisme

En mathématiques, un morphisme ou homomorphisme est une application entre deux ensembles munis d'une même espèce de structure, qui respecte cette structure. Cette notion de morphismes est fondamentale en mathématique. Elle permet de comparer et de relier les objets mathématiques entre eux.

La notion de morphisme est un des concepts de base de la théorie des catégories, où on lui donne un sens bien plus large. Ainsi, un morphisme n'est pas forcément une application, c'est juste une flèche reliant deux objets qui ne sont pas forcément des ensembles : la flèche peut relier deux structures d'une même espèce, par exemple deux groupes ou deux espaces vectoriels.

Les morphismes ont des applications particulièrement importantes en physique moderne, en particulier la mécanique quantique.

Sommaire

Définitions

Cas des groupes

Article détaillé : homomorphisme de groupe.

Si on est dans le cas de deux groupes (G, *)\, et (G', \star)\,, cette définition se précise de la façon suivante : un morphisme f : (G, *) \longrightarrow (G', \star)\,, vérifie :

  • \forall (g,h) \in G^2,~ f(g * h) = f(g) \star f(h)\,

Cas des anneaux

Article détaillé : Morphisme d'anneaux.

Soient deux anneaux (unitaires) A et B, leurs opérations et neutre multiplicatif respectifs étant notés + A, * A et 1A (respectivement + B, * B et 1B). Un morphisme f de A vers B est une application qui vérifie les trois conditions :

  • pour tous a, b \in A,~ f(a +_A b) = f(a) +_B f(b) ;
  • pour tous a, b \in A,~ f(a *_A b) = f(a) *_B f(b) ;
  • f\left(1_A\right)=1_{B}.

Cas des espaces vectoriels

Dans le cas de deux \mathbb K-espaces vectoriels (E, + ,.) et (F,\dot{+},.) , un morphisme vérifie :

  • f est un morphisme de groupe pour (E, + ) et (F,\dot{+})
  • \forall x\in E ,~ \forall \lambda\in\mathbb{K},~  f(\lambda . x ) = \lambda . f(x)

Ce qui est équivalent à :

\forall (x,y)\in E \times E ,~ \forall \lambda \in\mathbb{K},~ f(\lambda . x + y) = \lambda . f(x) \dot{+} f(y)

On parle alors d'application linéaire.

Cas des algèbres

Dans le cas de deux \mathbb{K}-algèbres unifères (A, +, \times, .)\, et (B, \dot{+}, \dot{\times}, .)\,, un morphisme vérifie :

  • f\, est une application linéaire de A\, dans B\,,
  • f\, est un morphisme d’anneaux ;

ce qui est équivalent à :

  • f(1_A)=1_B\,,
  • \forall (x,y)\in A^2,~\forall (\lambda,\mu) \in \mathbb{K}^2,~ f(\lambda .x + \mu .y)  = \lambda .f(x) \dot{+} \mu .f(y),
  • \forall (x,y)\in A^2,~ f(x\times y) = f(x)\dot{\times} f(y).

Cas des ensembles ordonnés

Un morphisme entre deux ensembles ordonnés est une application croissante (une application qui préserve l'ordre) :

Si ( A, ⊑ ) et ( B, ≼ ) sont des ensembles ordonnés et f est une application de A dans B, f est un morphisme si pour tout x et y dans A tels que xy, on a f(x) ≼ f(y).

En théorie des ordres, on dit souvent fonction monotone au lieu de fonction croissante ou décroissante.

Cas des espaces topologiques

Un morphisme entre deux espaces topologiques est tout simplement une application continue. Dans le cadre topologique, le mot morphisme n'est pas utilisé, mais c'est le même concept.

Classement

  • un endomorphisme est un morphisme d'une structure dans elle-même ;
  • un isomorphisme est un morphisme f entre deux ensembles munis de la même espèce de structure, tel qu'il existe un morphisme f' dans le sens inverse, tels que f\circ f' et f'\circ f sont les identités des structures ;
  • un automorphisme est un isomorphisme d'une structure dans elle-même ;
  • un épimorphisme (ou morphisme épique) est un morphisme f : A\to B tel que : pour tout couple g,h de morphismes de type B\to E (et donc aussi pour tout E), si g\circ f=h\circ f, alors g = h ;
  • un monomorphisme (ou morphisme monique) est un morphisme f : A\to B tel que : pour tout couple g,h de morphismes de type E\to A (et donc aussi pour tout E), si f\circ g=f\circ h, alors g = h.

Exemple : l'identité d'un ensemble est toujours un automorphisme, quelle que soit la structure considérée.

Ensembles isomorphes

On dit que les ensembles E et F, munis du même type de structure algébrique, sont isomorphes s'il existe un isomorphisme de E sur F.

Savoir que deux ensembles avec leur structure algébrique sont isomorphes présente un grand intérêt car cela permet de transposer des résultats et propriétés démontrés de l'un à l'autre.

Exemple : le groupe de Klein est isomorphe à \mathbb Z/_{\displaystyle 2\mathbb Z}\times \mathbb Z/_{\displaystyle 2\mathbb Z}.

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Morphisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • morphisme — [ mɔrfism ] n. m. • mil. XXe; du gr. morphê « forme » ♦ Homomorphisme. ● morphisme nom masculin Synonyme de homomorphisme. ● morphisme (synonymes) nom masculin Synonymes : homomorphisme …   Encyclopédie Universelle

  • -morphisme — morph(o) , morphe, morphique, morphisme ♦ Éléments, du gr. morphê « forme ». morph(o) , morphe, morphique, morphisme éléments, du gr. morphê, forme . morphique, morphisme V. morph(o) . ⇒ MORPHE, MORPHIE, MO …   Encyclopédie Universelle

  • Morphisme de groupe — Morphisme de groupes Un morphisme de groupes ou homomorphisme de groupes est une application entre deux groupes qui respecte la structure des groupes. Plus précisément, si (G,*) et (G , ) sont deux groupes de neutres respectifs e et e , une… …   Wikipédia en Français

  • Morphisme d'anneaux — Un morphisme d anneaux est une application entre deux anneaux (unitaires) A et B, compatible avec les lois de ces anneaux et qui envoie le neutre multiplicatif de A sur le neutre multiplicatif de B. Sommaire 1 Définition 2 Exemples 3 …   Wikipédia en Français

  • Morphisme séparé — En géométrie algébrique, les schémas ne sont généralement pas séparés pour la topologie de Zariski. La notion de schémas séparés, ou plus généralement de morphismes séparés pallie ce défaut et permet de transposer certaines propriétés d unicité… …   Wikipédia en Français

  • Morphisme de groupes — Un morphisme de groupes ou homomorphisme de groupes est une application entre deux groupes qui respecte la structure des groupes. Plus précisément, si (G, * ) et sont deux groupes de neutres respectifs e et e , une application est un morphisme du …   Wikipédia en Français

  • Morphisme affine — En géométrie algébrique, un morphisme affine peut être pensé comme une famille de schémas affines paramétrée par un schéma de base. Sommaire 1 Définition 2 Propriétés 3 Construction 4 …   Wikipédia en Français

  • Morphisme de type fini — En géométrie algébrique, un morphisme de type fini peut être pensé comme une famille de variétés algébriques paramétrée par un schéma de base. C est un des types de morphismes les plus couramment étudiés. Sommaire 1 Définition 2 Lien avec les… …   Wikipédia en Français

  • Morphisme plat — En géométrie algébrique, un morphisme de schémas peut être vu comme une famille de schémas paramétrée par les points de Y. La notion de platitude de f est une sorte de continuité de cette famille. Sommaire 1 Définition 2 Propriétés générales …   Wikipédia en Français

  • Morphisme de graphes — Un morphisme de graphe ou homomorphisme de graphe est une application entre deux graphes qui respecte la structure de ces graphes. Autrement dit l image d un graphe G dans un graphe H doit respecter les relations d adjacence présentes dans G.… …   Wikipédia en Français