Moraux


Moraux

Morale

Page d'aide sur les redirections « Moralité » redirige ici. Pour le genre littéraire et théâtral, voir Moralité (théâtre).

La morale (du latin moralitas, « façon, caractère, comportement approprié ») se rapporte au concept de l'action humaine qui concerne les sujets du juste et de l'injuste, également désignés sous le nom « bien et mal ».

Ils sont utilisés dans deux contextes : la distinction individuelle d'une part et d'autre part les systèmes de principes parfois appelés « conduite morale » partagés au sein d'une communauté culturelle, religieuse, civile ou philosophique.

Les morales personnelles définissent et distinguent parmi de bonnes et mauvaises intentions, motivations ou actions qui ont été apprises, engendrées, ou autrement développées par les individus composant ces communautés.

Sommaire

Morale et éthique

En français, morale et éthique ont des sens souvent confondus.

Ainsi le Petit Larousse donne les définitions suivantes :

Morale (du latin mores, mœurs) :

  • Ensemble des règles d'action et des valeurs qui fonctionnent comme norme dans une société,
  • Théorie des fins des actions de l'homme,
  • Précepte, conclusion pratique que l'on veut tirer d'une histoire.

Éthique, Philosophie (du grec ethikos, moral, de éthos mœurs) :

  • Doctrine du bonheur des hommes et des moyens d'accès à cette fin,
  • Ensemble particulier de règles de conduite (syn. morale),
  • Partie théorique de la morale.

Le Petit Robert quant à lui donne :

Morale : science du bien et du mal, des principes de l'action ; théorie de l'action humaine en tant qu'elle est soumise au devoir et a pour but le bien...

Éthique : science de la morale ; ensemble des conceptions morales de quelqu'un ; décrit un comportement.

La morale est généralement rattachée à une tradition idéaliste (de type kantienne) qui distingue entre ce qui est et ce qui doit être, alors que l'éthique est liée à une tradition matérialiste (de type spinoziste) qui cherche seulement à améliorer le réel par une attitude raisonnable de recherche du bonheur de tous.

Quant à la déontologie, (gr. deon, -ontos, ce qu'il faut faire, et logos science), c'est la discipline qui traite des devoirs à remplir, sur un plan professionnel.

Morale et droit

La morale peut être individuelle, dans ce cas, il s'agit d'un code d'honneur que l'individu se fixe et qu'il décide d'appliquer ou non[1]. Cependant, la morale peut être collective, et dans ce cas, elle s'apparente au droit[1]. La morale et le droit travaillent tout deux dans le but d'améliorer la vie en société[1].

Il existe différentes théories du rapport entre la morale et le droit[1]. Les auteurs ont recours à l'image de deux cercles pour illustrer la morale et le droit[1]. Chez certains, ces deux cercles sont concentriques, et considèrent ainsi que le droit est entièrement absorbé par la morale[1]. D'autres prétendent que ces cercles sont sécants[1]. Il y aurait donc trois catégories : les règles morales sans dimension juridique, les règles juridiques sans dimension morale, et à l'intersection, les règles morales ayant une application juridique[1]. Enfin, certains avancent l'hypothèse que ces cercles sont strictement séparés[1]. Cependant, cette dernière thèse admet trop d'exceptions pour être valide[1].

Le droit et la morale ont des domaines distincts, ils sont séparés, mais ils ont aussi des points de contact ; on ne peut parler ni de séparation, ni de confusion[1].

La morale peut être le fruit d'une seule personne, et ne s'appliquer qu'à elle ; le droit, en revanche, n'apparait que dans une société[1].

Morale religieuse

1) Morale chrétienne

Un débat existe dans les théologies catholiques ou réformées pour savoir s'il existe une morale spécifique aux religions. Le débat n'est pas tranché, dans la mesure où les religions puisent leur morale dans les moeurs et coutumes du monde dans lesquelles elles s'ancrent.

- La morale chrétienne s'appuie sur ce qu'elle appelle la sagesse ou le système des vertus "théologales", à savoir foi, espérance et charité. La charité est l'amour du prochain, avec une préférence pour les plus petits et les laissés pour compte. La foi est la connaissance de Dieu par participation à sa vie. L'espérance est la confiance en l'achèvement de l'histoire et de la création du monde en Dieu, à travers la résurrection du Christ.

  • Sur ce socle, s'appuient diverses morales, dont notamment la doctrine des vertus avec ses quatre vertus cardinales (prudence, justice, courage et tempérance).
  • La distinction morale-éthique fait débat, dans la mesure où morale est le mot latin et éthique le mot grec (voir ci-dessus). Les grandes morales ou éthiques chrétiennes contemporaines en France sont portées par le philosophe Paul Ricoeur ou le théologien Paul Valadier. Le philosophe René Simon s'est fait le spécialiste d'une morale chrétienne de la responsabilité.
  • À l'étranger, on remarquera le grand renouveau de la morale chrétienne, notamment aux USA et dans les pays germaniques. Par exemple, le théologien moraliste Reinhold Niebuhr est un des inspirateurs intellectuels de Barack Obama.

- Dans la tradition chrétienne, le péché n'est pas d'abord de l'ordre de la morale, mais de l'expérience religieuse. Il signifie la distance avec Dieu, infranchissable si Dieu ne vient pas de lui-même (vision d'Isaïe). Dans un second temps, le péché est un acte libre d'opposition à ce que l'évangile, la Parole de Dieu et la tradition chrétienne (pour les catholiques et les orthodoxes) proposent pour atteindre la sainteté. En aucun cas, l'obéissance extérieure à une Loi divine est considérée comme un acte moral. La loi divine est une proposition venant de la révélation qui doit être intériorisée.


2) Autres religions (à compléter)

La morale religieuse est l'ensemble des règles ou des positions que prend la communauté religieuse pour faire avancer les croyants vers un objectif religieux. Cela peut prendre les formes suivantes : manger du poisson le vendredi, jeûner pendant le ramadan, ne pas avorter, respecter le repos dominical, avoir une attitude de non-violence...

La morale religieuse peut plus ou moins se rapprocher des lois et commandements édictés dans les textes sacrés.

Aperçu historique de la philosophie de la morale

La morale chez Descartes

La question morale est abordée par Descartes dans les Principes de la philosophie (1644), comme découlant de sa conception de la métaphysique :

« Ainsi toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j’entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de la sagesse. Or comme ce n’est pas des racines, ni du tronc des arbres, qu’on cueille les fruits, mais seulement des extrémités de leurs branches, ainsi la principale utilité de la philosophie dépend de celles de ses parties qu’on ne peut apprendre que les dernières. »

Ainsi, Descartes fonde la morale sur la « connaissance des autres sciences », dans l'esprit du Discours de la méthode [2].

De Spinoza à aujourd'hui

S'intéressant à l'éthique d'entreprise, le philosophe André Comte-Sponville (dans Le Capitalisme est-il moral ?, Albin Michel), pour éviter d'employer le terme morale de façon inadéquate, distingue donc quatre ordres, parmi lesquels on trouve l'ordre moral et l'ordre éthique.

Pour préciser la distinction entre morale et éthique, il se réfère à Spinoza et à Kant : il entend par morale tout ce qu'on fait par devoir (de l'ordre de la volonté), et par éthique tout ce qu'on fait par amour (de l'ordre du sentiment).

Morale contemporaine

Distinction entre morale individuelle et morale sociale

Dans la théologie catholique, en théologie morale, plus particulièrement dans les cours de théologie sectorielle, on distingue la morale individuelle et la morale sociale.

La morale sociale est assez voisine dans ses principes de l'éthique sociale.

Débats contemporains

La plupart des débats contemporains concernent la morale sociale :

Ils concernent aussi la morale individuelle dans les questions sexuelles, ce qui relève de la transmission entre générations.

Confusion entre morale et religion

Mgr Louis Dicaire affirme qu'il existe une confusion entre morale et religion[3]. Il estime que la morale possède un caractère davantage personnel, qu'on appelle la conscience. Il pense que la religion, quant à elle, possède un caractère davantage public, puisque, selon une des étymologies probables du mot, elle consiste à "relier" des individus, « religion » viendrait du latin religere qui signifie relier. Selon lui, le rôle des institutions religieuses est donc d'éclairer les consciences par rapport aux enseignements propres à chaque religion.

Selon Louis Dicaire, cette confusion est à l'origine d'une conception fréquemment rencontrée selon laquelle la religion ne serait qu'une affaire privée.

Citations

Clément Rosset donne cette définition de la morale : « J'appelle morale toute forme de pensée qui sacrifie à la tentation de mettre entre elle et le réel le rempart d'une représentation quelconque d'idée ou de mots dont Marcel Aymé dit qu'ils ont l'étrange pouvoir de tenir à distance les vérités les plus éclatantes ». (Clément Rosset - Le monde et ses remèdes éditions PUF)

Quand Proudhon définit la morale, il écrit : « La Justice est le respect, spontanément éprouvé et réciproquement garanti de la dignité humaine en quelque personne et dans quelque circonstance qu'elle se trouve compromise et à quelque risque que nous expose sa défense. »

Pour Rimbaud, « La morale est la faiblesse de la cervelle . Acquise sans aucune réflexion, elle s'imprime en nous à nos dépens. Elle est un danger si elle n'est atténuée par la pensée raisonnable.»

Pour Charles Péguy, « La morale est un enduit qui rend l'homme imperméable à la grâce. »

Note

  1. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k  et l Introduction générale au droit, de Sophie DRUFFIN-BRICCA, et Laurence-Caroline HENRY, p 8 à 10, Gualino éditeur
  2. Voir en particulier la sixième partie du discours de la méthode
  3. La religion n'est-elle qu'une affaire privée ?

Voir aussi

Bibliographie

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource : la morale.

Articles connexes

Liens externes

Wiktprintable without text.svg

Voir « morale » sur le Wiktionnaire.

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « Morale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Moraux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moraux — ● moral, morale, moraux adjectif (latin moralis, de mores, mœurs) Qui concerne les règles de conduite pratiquées dans une société, en particulier par rapport aux concepts de bien et de mal : Réflexions morales. Qui relève de la conscience que l… …   Encyclopédie Universelle

  • Paul Moraux — (* 14. Januar 1919 in Oizy; † 26. September 1985 in Berlin) war ein belgischer klassischer Philologe, der von 1959 bis 1984 Professor an der Freien Universität Berlin war. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Literatur 3 Weblinks …   Deutsch Wikipedia

  • Theorie des sentiments moraux — Théorie des sentiments moraux La Théorie des sentiments moraux, écrite en 1758, est l un des plus importants travaux d Adam Smith sur la théorie du capitalisme. On y trouve les principes psychologiques, philosophiques, et méthodologiques qui sous …   Wikipédia en Français

  • Théorie des sentiments moraux, Adam Smith — Théorie des sentiments moraux La Théorie des sentiments moraux, écrite en 1758, est l un des plus importants travaux d Adam Smith sur la théorie du capitalisme. On y trouve les principes psychologiques, philosophiques, et méthodologiques qui sous …   Wikipédia en Français

  • Droits moraux — Droit moral Le droit moral constitue l une des deux facettes du droit d auteur en France. C est une spécificité de la conception française du droit d auteur qui n existe pas dans les pays de common law. Le droit moral est un droit… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des sentiments moraux — La Théorie des sentiments moraux, initialement publiée en 1759, est l un des plus importants travaux d Adam Smith sur la théorie du capitalisme. On y trouve les principes psychologiques, philosophiques, et méthodologiques qui sous tendent ses… …   Wikipédia en Français

  • Six contes moraux — est un cycle des films réalisé par Éric Rohmer dans les années 1962 1972. 1963 : La Boulangère de Monceau 1963 : La Carrière de Suzanne 1969 : Ma nuit chez Maud 1967 : La Collectionneuse 1970 : Le Genou de Claire (prix… …   Wikipédia en Français

  • Contes moraux — ● Contes moraux contes destinés à faire ressortir une idée morale …   Encyclopédie Universelle

  • Peripatetic school (The) — The Peripatetic school1 Robert W.Sharples THE HISTORY OF THE SCHOOL AND OF ARISTOTLE’S WRITINGS The history of Peripatetic philosophy after Aristotle falls into two phases, divided by the renewal of interest in the works we now possess after… …   History of philosophy

  • Conflit de devoirs — Dilemme En logique, un dilemme (du grec δί λημμα ou dilemma « double proposition ») est un raisonnement comprenant deux prémisses contradictoires, mais menant à une même conclusion, laquelle par conséquent s impose. Plus largement, un… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.