Monthey


Monthey
Monthey
Monthey
Vue sur Monthey.
Administration
Pays Suisse Armoiries de la commune.
Canton Valais
District Monthey
Langue Français
Président(e) Fernand Mariétan
N° OFS 6153
Code postal 1870
Site Web www.monthey.ch
Géographie
Superficie 28,63 km²[1]
Altitude 405 m
Coordonnées 46° 15′ 00″ N 6° 56′ 49″ E / 46.25, 6.9469444444446° 15′ 00″ N 6° 56′ 49″ E / 46.25, 6.94694444444 
Communes limitrophes
(voir carte)
Vionnaz, Collombey-Muraz, Troistorrents, Val-d'Illiez, Vérossaz, Massongex, Ollon, Bex, Châtel France
Localité(s) Choëx, Les Cerniers, Les Giettes, Monthey
Démographie
Population 16 437 (31 décembre 2009)[2]
Densité 574,1 hab./km²
Gentilé Montheysan/Montheysanne
Localisation

Localisation de Monthey en Suisse.

Monthey est une commune suisse du canton du Valais, chef-lieu du district homonyme et, avec 16'553 habitants en novembre 2010, la plus grande localité de celui-ci. Par sa population, Monthey est la deuxième ville du canton, après Sion et avant Sierre et Martigny.

Sommaire

Géographie

Selon l'Office fédéral de la statistique, Monthey mesure 28,63 km2[1].

Démographie

Selon l'Office fédéral de la statistique, Monthey possède 16 437 habitants fin 2009[2]. Sa densité de population atteint 574,1 hab./km².

Développement urbain

Au milieu du XIVe siècle, le bourg de Monthey ne comptait que 500 à 600 habitants. C'est véritablement durant la période industrielle, qui commence dans la première moitié du XIXe siècle, que les chiffres de la population grandissent. Ainsi de 2 700 habitants à la veille du XXe siècle le village s'enrichit de 14 000 citoyens à la fin de ce même siècle. Comme preuve de cette mini-explosion démographique on peut citer la taille restreinte de la partie historique de la ville, de son centre-ville.

Histoire

Article connexe : Histoire du Valais.

Malgré des traces d'habitats celtes, c'est au XIIe siècle que Monthey devient un bourg important. D'abord châtellenie savoyarde, elle reprend ce rôle important une fois la région conquise par le Valais au XVIe siècle[réf. nécessaire].

À la suite des franchises accordées en 1352 par le comte Amédée VI, la bourgeoisie fait son apparition. Pour s'enrichir, les bourgeois s'orientent vers l'artisanat. Ainsi au milieu du XIVe siècle, six moulins, des foulons, des martinets, des tanneries, des teintureries, des soieries, qui utilisaient l'énergie créée par des moteurs hydrauliques à partir des eaux de la Vièze, contribuent à l'enrichissement de Monthey.

1821 fut une date décisive pour le développement du petit bourg qu'était resté Monthey depuis le Moyen Âge. C'est en effet en cette année que se sont ouvertes les portes de la première industrie montheysanne : la verrerie, qui a donné son nom à un quartier de la ville. De petites industries ont poussé laissant présager un grand développement industriel pour l'avenir, dont les symboles seraient la Ciba ou encore Giovanola. Il y avait à l'époque des moulins, des scieries, deux tanneries, une brasserie, une manufacture de tabacs, des fabriques de chocolat, de sucre, d'armes, de pendules, de verres de montre, cinq à six carrières de granit et des ateliers de mécanique[réf. nécessaire]. Au fil des années, ces industries se sont fait vieilles et n'ont pu s'adapter, ce qui explique la disparition de la plupart d'entre elles.

Aujourd'hui, elle est la principale cité industrielle du Valais et la région comprend plusieurs usines pharmaceutiques, chimiques et une raffinerie, à Collombey. Parmi les entreprises les plus connues possédant un site à Monthey, on peut citer BASF et Syngenta, dont les sites de Bâle et de Monthey ont été conservés, malgré la fusion entre Ciba et Sandoz de 1996 qui a donné naissance à Novartis, puis Syngenta (suite à la fusion entre les divisions agrochimiques de Novartis (Suisse) et AstraZeneca (Suède)).

Jumelages

La ville de Monthey est jumelée avec les communes de Diekirch au Luxembourg et Ivrée en Italie depuis 1954, Tübingen en Allemagne depuis 1959 et Göd en Hongrie depuis 2007.

Culture

Théâtre

Monthey comporte un important théâtre, le « Théâtre Crochetan », à la programmation d'une richesse étonnante, notamment depuis la récente arrivée à sa tête du brillant directeur artistique Lorenzo Malaguerra[3].

La ville dans la littérature

Dans une nouvelle publiée en 1854, Maître Zacharius ou l'horloger qui avait perdu son âme[4], Jules Verne mentionne la commune de Monthey ainsi que son château dans l'itinéraire que suivent les héros de l'histoire, au chapitre V : « L'heure de la mort ».

Sport

Monthey comporte une multitude d'équipes sportives dont :

  • Le Monthey-Chablais HC, club de hockey-sur-glace qui évolue en 2e ligue.
  • Les Rhinos Monthey, club de football américain.
  • Les Aguilas de Monthey, club de baseball.
  • L'Ovalie Chablaisienne Monthey, club de rugby à XV.

Le club de basket du BBC Monthey fut champion suisse en 1996 et en 2005. Il fut aussi détenteur de la Coupe de Suisse en 2003 et 2006.

En 2005, la ville a accueilli le Festival olympique de la jeunesse européenne d'hiver.

Monthey possède aussi une équipe de football qui joue en 1ère ligue, le FC Monthey. Ce club a formé un grand nombre de joueurs qui ont joué en ligue nationale et même à l'étranger tels que Philippe Pottier, ancien international, Mobulu M'Futi qui évolue actuellement au FC Genève Servette.

Transports

Annexes

Personnalités

  • Bernard Gavillet, coureur cycliste professionnel
  • Steve Morabito, coureur cycliste professionnel, né à l'Hôpital de Monthey, originaire de Troistorrents
  • Goran Bezina, hockeyeur professionnel à Genève-Servette, a vécu toute sa jeunesse à Monthey
  • Jean-Luc Benoziglio, écrivain né à Monthey
  • Raymond Deferr, ancien Conseiller d'État et président de la ville.
  • Dave Sutter, hockeyeur à Seattle (USA), appartenant au Genève-Servette.
  • Diablox9, Youtuber suisse de grande renommée.

Notes et références

  • Autres :
  1. a et b Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales sur Office fédéral de la Statistique. Consulté le 23 septembre 2010
  2. a et b Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2009 sur Office fédéral de la Statistique. Consulté le 1er septembre 2010
  3. Source : http://www.crochetan.ch
  4. Wikisource : « Le maître Zacharius »

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Monthey de Wikipédia en français (auteurs)