Module d'extension


Module d'extension

Plugin

En informatique, un plugin (aussi nommé module, greffon ou plugiciel au Québec) est un logiciel qui complète un logiciel hôte pour lui apporter de nouvelles fonctionnalités.

Le terme plugin provient de la métaphore de la prise électrique standardisée et désigne une extension prévue des fonctionnalités, en comparaison des ajouts non prévus initialement apportés à l'aide de patches.

La plupart du temps, ces programmes sont caractérisés de la façon suivante :

  • ils ne peuvent fonctionner seuls car ils sont uniquement destinés à apporter une fonctionnalité à un ou plusieurs logiciels ;
  • ils sont mis au point par des personnes n'ayant pas nécessairement de relation avec les auteurs du logiciel principal.

Sommaire

Terminologie

Le terme plugin ou plug-in (se prononçant [plʌgˈɪn]) vient du verbe anglais to plug in qui signifie brancher.

Ce terme étant un anglicisme, de nombreux termes français ont été proposés pour le remplacer : module d’extension, module externe, extension, greffon ou encore plugiciel (terme proposé par l’Office québécois de la langue française en 1996 et approuvé par l'Académie française en 2009).

Objectifs

Tous les logiciels ne sont pas capables de fonctionner à l'aide de plugin, le logiciel en question doit avoir été conçu pour pouvoir communiquer avec des programmes extérieurs selon certaines règles que ces derniers doivent respecter pour qu'ils puissent échanger des informations. Les objectifs des auteurs choisissant de concevoir ce genre de logiciel est de pouvoir ajouter des fonctionnalités sans avoir à tout reprogrammer et également de permettre aux utilisateurs d'ajouter leurs propres fonctionnalités de manière indépendante. Idéalement, cette indépendance inclut la possibilité pour le logiciel principal d'évoluer tout en restant compatible avec les plugins existants ; cette condition est cependant loin d'être toujours remplie.

Avantages

Avoir un aperçu concret d'une fonctionnalité qui ensuite sera éventuellement intégrée au logiciel principal dans une version améliorée.

Architecture logicielle modulaire

Le plugin peut aussi être la base d’une architecture logicielle modulaire comme c’est le cas pour la plate-forme Eclipse RCP et les bundles OSGi.

Dans les architectures logicielles statiques, la structure mise en œuvre est définie avant le lancement du programme (par exemple, dans un fichier de configuration). À titre d’exemple, l’interpréteur du langage PHP peut charger des modules d’extensions (pour prendre en compte le format ZIP, pour permettre l’accès à une base MySQL, etc.) selon les besoins décrits dans le fichier d’initialisation (php.ini).

Dans les architectures véritablement dynamiques, c’est l’application qui va elle même recenser les plugins présents, bien souvent par examen de fichiers présents dans un répertoire dédié aux plugins. L’ajout et la suppression d’éléments dans le répertoire permet d’activer ou de désactiver les plugins correspondants. Certaines applications permettent le démarrage et l’arrêt d’un plugin alors qu’elles sont en fonctionnement. On parle alors de configuration à chaud ou hot-plug, essentiellement utilisée dans les serveurs pour gérer la tolérance aux pannes (système RAID). Ces changements peuvent être déclenchés par l’utilisateur ou à l’occasion d’un autre évènement au sein de l’application. Toutefois, ce type d’architecture devient vite complexe du fait des dépendances qui peuvent exister entre les plugins. Pour illustrer le concept d’architecture dynamique, on peut considérer les systèmes d’exploitation où les services systèmes sont comparables à des plugins ajoutés et retirés autour noyau. On retrouve également la notion de dépendances, par exemple au niveau du lien entre un service HTTP et un service TCP/IP.

Exemples

Parmi les plus fréquents se trouvent ceux ajoutant les supports de certains formats :

  • Adobe Flash pour les animations Flash, surtout au format SWF ;
  • Java pour les applets Java, utilisant des fichiers au format class ;
  • QuickTime pour certains formats de sons et de vidéos.

Microsoft propose des powertoys, qui sont des plugins pour Microsoft Windows.

Une partie des modules pour les navigateurs Web comme Firefox, Seamonkey (et autres de la famille Mozilla) sont souvent nommés comme étant des plugins mais ne le sont pas ; il s'agit d'extensions.

Plug-in frameworks

Les Frameworks ci-dessous sont organisés par langage de programmation et peuvent être utilisés par les développeurs pour ajouter des plug-in à leur application.

C++

Delphi

Java

Python

.NET

Voir aussi

Articles connexes

Wiktprintable without text.svg

Voir « plugin » sur le Wiktionnaire.

  • Portail sur Internet Portail sur Internet
Ce document provient de « Plugin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Module d'extension de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Module file — For other uses, see Module. Module files (MOD music, tracker music) are a family of music file formats originating from the MOD file format on Amiga systems used in late 1980s. Those who produce these files (using the software called trackers)… …   Wikipedia

  • Module d'habitation — de l ISS (NASA). Le Module d Habitation (anglais : Habitation Module) est un module pressurisé développé pour la Station spatiale internationale et destiné à abriter les quartiers d habitation de la station, conçu avec lieux de repos,… …   Wikipédia en Français

  • Extension for Financial Services — (XFS) ist eine Programmierschnittstelle zur Steuerung von Peripheriegeräten in Selbstbedienungssystemen, wie beispielsweise Geldautomaten oder Überweisungsterminals. Die ursprüngliche Spezifikation von XFS stammt von Microsoft (WOSA/XFS). Heute… …   Deutsch Wikipedia

  • Extension of scalars — In abstract algebra, extension of scalars is a means of producing a module over a ring S from a module over another ring R, given a homomorphism f : R o S between them. Intuitively, the new module admits multiplication by more scalars than the… …   Wikipedia

  • Module de continuité — En analyse mathématique, un module de continuité est une fonction utilisée pour mesurer quantitativement la continuité uniforme des fonctions. Ainsi, une fonction admet ω pour module de continuité si et seulement si pour tout x et y dans le… …   Wikipédia en Français

  • Module semi-simple — Camille Jordan, auteur du théorème clé de la théorie En mathématiques et plus précisément en algèbre non commutative, un module sur un anneau est dit semi simple ou complètement réductible s il est somme directe de sous modules simples ou, ce qui …   Wikipédia en Français

  • Module de Galois — Représentation galoisienne La théorie des représentations galoisiennes est l application naturelle de la théorie des représentations à la théorie algébrique des nombres. Un module galoisien est un module sur lequel agit un groupe de Galois G. Ces …   Wikipédia en Français

  • Module galoisien — Représentation galoisienne La théorie des représentations galoisiennes est l application naturelle de la théorie des représentations à la théorie algébrique des nombres. Un module galoisien est un module sur lequel agit un groupe de Galois G. Ces …   Wikipédia en Français

  • Module libre — En algèbre, un module libre est un module M qui possède une base B, c est à dire un sous ensemble de M tel que tout élément de M s écrive de façon unique comme combinaison linéaire (finie) d éléments de B. Sommaire 1 Définitions 2 Exemples et… …   Wikipédia en Français

  • module — (mo du l ) s. m. 1°   Terme d architecture. Toute grandeur établie pour servir de règle aux mesures de la distribution d un bâtiment. •   Si l on a appauvri l architecture, en l assujétissant à des mesures, à des modules, elle qui ne doit… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré