Mellon Collie & The Infinite Sadness


Mellon Collie & The Infinite Sadness

Mellon Collie and the Infinite Sadness

Mellon Collie and the Infinite Sadness
Album par The Smashing Pumpkins
Sortie Le 24 octobre 1995
Enregistrement Entre mars et août 1995
Durée 121 min 50 s
Genre(s) Rock alternatif
Producteur(s) Alan Moulder
Flood
Billy Corgan
Label Virgin
Albums de The Smashing Pumpkins
Pisces Iscariot
(1994)
Adore
(1998)

Mellon Collie and the Infinite Sadness est le troisième album des Smashing Pumpkins, sorti le 14 octobre 1995 sous le label Virgin Records. Produit par Billy Corgan avec Flood et Alan Moulder, l'album de vingt-huit pistes est sorti en double-album CD et Triple LP. Ce disque présente un large éventail de styles, ainsi qu'une plus grande implication de la bassiste D'arcy Wretzky et du second guitariste James Iha.

Conduit par le single Bullet with Butterfly Wings, le disque démarre à la première place du Billboard, la seule et unique fois pour le groupe. Quatre autres singles sont extraits de cet album - 1979, Zero, Tonight, Tonight, et Thirty-Three, tous sortis tout au long de l'année 1996. L'album a été certifié neuf fois disque de platine par la RIAA. Salué par les critiques pour son ambition et sa portée, Mellon Collie and the Infinite Sadness permet au groupe de sortir gagnant des cérémonies des Grammy Awards 1997 avec sept nominations.

Sommaire

Enregistrement et production

Après la tournée de treize mois pour la promotion du deuxième album Siamese Dream, en 1993, Billy Corgan démarre rapidement l'écriture du nouvel album des Smashing Pumpkins[1]. Dès le départ, le groupe s'accorde pour faire du nouvel enregistrement un double-album. Corgan déclare alors : « Nous avions presque assez de chansons pour faire de Siamese Dream un double album. Avec ce disque, j'ai bien aimé l'idée que l'on pourrait créer un champ d'application plus large dans lequel nous pourrions inclure d'autres genres de matériels que nous écrivions »[2]. Corgan sent que l'approche musicale du groupe change, et il veut que le groupe pense à ce disque comme étant leur dernier. Il décrit alors le disque devant la presse comme étant un « The Wall pour la génération X », une comparaison avec le double concept-album des Pink Floyd de 1979.

Le groupe décide d'arrêter sa collaboration avec Butch Vig, qui a produit les deux précédents albums, et choisit à sa place Alan Moulder et Flood en tant que co-producteur. Corgan explique : « Pour être entièrement honnête, je pense que nous étions arrivés à un point ou nous étions trop proches de Butch, que cela aurait tourné à notre désavantage [...] J'avais comme senti qu'il fallait forcer les choses, acoustiquement, et que nous devions nous sortir du moule des productions classiques des Smashing Pumpkins. » En avril 1995, le groupe commence l'enregistrement dans un local de répétition, plutôt que de rentrer d'emblée en studio. Flood pousse immédiatement le groupe à modifier ses habitudes d'enregistrement. Corgan dira plus tard : « Flood avait l'impression de ne pas pouvoir capturer sur la bande ce que le groupe pouvait donner en direct ». Lors de ces sessions, le groupe enregistre les pistes saturées avec Flood. La salle de répétition, qui ne doit servir qu'à enregistrer les sons saturés, est utilisée comme fondation pour le son du disque. Lors des enregistrements avec Flood, le producteur insiste sur le temps consacré chaque jour à l'écriture et aux démos, ce que les Smashing Pumpkins n'ont jamais fait auparavant. Corgan dira à ce sujet : « Travailler comme cela permet de garder tout le processus très intéressant et de l'empêcher de devenir une corvée »[2].

Corgan a cherché à éliminer les tensions présentes lors de l'enregistrement de Siamese Dream. Corgan disait à ce sujet : « Selon moi, le plus grand souci était le temps que chacun d'entre nous mettait à attendre que les pistes de guitares soit surimpressionné. Nous avions littéralement des semaines ou nous n'avions rien d'autres à faire que de rester assis à attendre. » Le groupe décide d'y remédier en utilisant deux salles simultanément. Cette technique permet à Corgan de travailler les voix et les arrangements là ou l'enregistrement s'effectue dans l'autre salle. Durant les sessions, Flood et Corgan travaillent dans une salle, tandis qu'Alan Moulder, James Iha et D'arcy Wretzky travaillent dans un autre studio. Iha et Wretzky ont eu un grand rôle sur ce disque, comparativement à Siamese Dreams, où Corgan aurait, selon la rumeur, enregistré lui-même toutes les parties de basse et de guitare. James Iha commente : « Le grand changement est que Billy n'est pas le « Monsieur Je-fais-tout ». C'est beaucoup mieux. Le groupe arrangea un grand nombre de chansons pour ce disque, et le travail d'écriture était organique. Les circonstances du dernier album et les méthodes de travail étaient vraiment mauvaises ».

Après les sessions dans la salle de répétitions, le groupe enregistre les overdubs aux studios de la Chicago Recording Company[1]. Pro Tools est utilisé pour l'enregistrement des overdubs de guitare autant que pour les boucles d'effets en post-production. Wretzky enregistre également quelques chœurs, mais tous ont été retirés, à l'exception de ceux enregistrés pour Beautiful. À la fin de l'enregistrement, le groupe a cumulé un total de cinquante sept chansons terminées qui ont pour prétention d'être incluses à Mellon Collie and the Infinite Sadness. L'album doit comprendre trente-deux pistes, mais le nombre est une nouvelle fois revu à la baisse pour arriver à un total de vingt-huit chansons.

Musique

Mellon Collie and the Infinite Sadness est un concept album, avec des chansons écrites pour tenir au concept du symbolisme du cycle de la vie et de la mort. Corgan disait de cet album qu'il était basé sur "la peur humaine de la mort". La nature tentaculaire de l'album signifie qu'il est composé de multiples styles différents par leurs compositions, contrastant avec le sentiment de "saveur uni-dimensionelle" perçu par les critiques sur les précédents albums. La palette des instruments utilisé s'est élargie, avec entre autres le piano ("Mellon Collie and the Infinite Sadness"), les synthétiseurs et les boîtes à rythmes ("1979"), un orchestre classique ("Tonight, Tonight"), des instruments MIDI ("Beautiful"), et même des salières et des ciseaux sur "Cupid de Locke".

Toutes les guitares ont été accordées un demi-ton en moins afin de "faire une musique plus calme", selon Corgan. Sur certaines chansons comme "Jellybelly", la première corde était accordée en Do# (pour avoir 'la gamme grunge' selon Corgan). Il y avait une grande variété dans le nombre de guitares surimpressionnées par rapport aux albums précédent. James Iha disait "Dans le passé, tout devait être surdoublé et les pistes de guitares en était détruite. Ce n'était pas vraiment l'idée dominante à cette époque, néanmoins, on le faisait." "To Forgive" consiste en une unique prise de guitare, là ou "Thru the Eyes of Ruby" contient près de 70 pistes de guitares. "Porcelina of the Vast Oceans" était enregistré avec divers instruments, à des moments différents et retouché sous Pro Tools. Corgan et Iha se partage les soli ; Iha estimant que les soli était divisé en "moitié-moitié" sur le disque.

Toutes sauf deux titres ont été écrite uniquement par Corgan. Le titre clôturant le premier disque, "Take Me Down", avait été écrite et chantée par James Iha, alors que la dernière piste du second disque, "Farewell and Goodnight", a été écrite par Corgan et Iha, avec tous les quatre membres des Smashing Pumpkins pour les chœurs. Iha écrivit d'autres chansons lors de la conception de Mellon Collie, mais elles ne furent pas introduites dans la playlist finale. Corgan disait en 1995 lors d'une entrevue avec le magazine Rolling Stone, « Il y a quelques faces B que James trouve très bonnes. Elles sont juste hors-contexte par rapport aux disques. Et je me sens triste d'un côté. Mais après les sept années qu'on a passé ensemble, la chose la moins coincée a été la musique. »

Sortie et accueil

Mellon Collie and the Infinite Sadness est sorti le 24 octobre 1995. Pendant la semaine, Mellon Collie débuta à la première place du Billboard 200, un évènement relativement inhabituel pour un double-album qui coûte près de 20$US. Selon la RIAA, Mellon Collie se serait vendu à 9,8 millions d'exemplaires aux Etats-Unis. Chrsitopher John Farley du Time surnomma l'album « le groupe le plus ambitieux et le plus accompli qu'il soit ». Farley écrivit, "On a le sentiment que le groupe [...] s'est payé de bons moments ; l'ampleur de cette album (28 chansons) ne laisse pas au second-plan ou comme simple artifice." Le Time sélectionna Mellon Collie and the Infinite Sadness comme meilleur disque de l'année dans sa compilation de fin d'année "Best of 1995". Entertainment Weekly donna à l'album la note A ; le critique David Browne loua l'ambition du groupe et écrivit "Mellon Collie and the Infinite Sadness est plus que le simple travail d'un torturé, capricieux d'une pop obsessive. Corgan le présente lui-même comme l'une des croyances vraies : quelqu'un qui crache cette musique résulte en quelque sorte du grand art pour tous les temps. Il n'a pas l'air intéressé par l'insistante question du rock alternatif du volume des ventes, et pour son bien : il recherche quelque chose de plus grand et à tout conquérir." Le magazine Rolling Stone donna à l'album la note de trois étoiles sur cinq. Le critique Jim DeRogatis dit de ce disque qu'il était « l'un des rares disque épique de rock dont l'essentiel est justifié dans le rythme ». L'auteur retint que le principal défaut du disque était les paroles de Corgan, décrivant le songwriter comme "vautrer dans sa propre misère et ses ronchonnements sur tous ceux qui ne sont pas en accord avec ses attentes". Quand DeRogatis soutint que Mellon Collie "pouvait malgré tout rejoindre The Wall dans son accomplissement sonore", il fit valoir que les paroles de Corgan manque en comparaison. Ben Edmunds qui chroniqua le disque pour le magazine Mojo félicita la musique alors qu'il dévalorisa les paroles de Corgan. Edmunds écrivit « Les paroles [de Corgan, NDR] apparaissent comme étant le pire aspect des ses influences les plus chères. Il écrit avec une plume digne de l'heavy-metal dans sa lecture et une conviction surévalué au rock progressive, une combinaison mortelle. Mais il y a une petite distance dans sa rage belliqueuse maintenant qui commente autant qu'elle s'exprime ».

Cinq singles ont été extraits de l'album. Lorsque Corgan pensa sortir "Jellybelly" comme premier single, il disait qu'elle serait rapidement dépassée dans les charts par "Bullet with Butterfly Wings" parce que "'Bullet's' était l'une de ses chansons qui, vous savez, est simple à chanter [avec une voix lente] va vendre beaucoup de disques". "Bullet with Butterfly Wings" est le premier single des Smashing Pumpkins à atteindre le Billboard Hot 100, en se plaçant au mieux à la 22e place. "1979", le deuxième single, se plaça quant à lui à la 12e place, devenant pour le groupe le single le plus vendu aux États-Unis. "Zero" est lui sorti en tant que maxi avec six B-sides. Tous ces singles ont été certifiés disque d'or par la RIAA. "Tonight, Tonight" et "Thirty-Three", le quatrième et le dernier single, grimpèrent respectivement aux 36e et 39e places dans le Billboard.

Bien qu'il ne fût pas commercialement sorti, la chanson "Muzzle" se nicha à la huitième place du classement Modern Rock Tracks et à la dixième place au Mainstream Rock Tracks chart.

Mellon Collie and the Infinite Sadness permit au groupe d'être nommé dans sept catégories différentes aux Grammy Awards 1997, le deuxième plus grand nombre de nominations cette année. Ils furent ainsi nommés pour le titre de meilleur album de l'année, de meilleur disque de l'année pour "1979", de la meilleure performance dans la catégorie Alternatif, meilleur performance rock pour un groupe ou un duo avec chants ("1979"), meilleur prestation vocal en hard-rock ("Bullet with Butterfly Wings"), meilleur chanson instrumental dans la catégorie pop ("Mellon Collie and the Infinite Sadness") et le meilleur clip ("Tonight,Tonight"). Le groupe reçut un seul prix pour la meilleure prestation vocal pour "Bullet with Butterfly Wings" ; c'était une première pour le groupe. Le double album fût également classé quinzième en 1995 au sondage du Village Voice Pazz & Jop.

Pistes de l'album

Mellon Collie and the Infinite Sadness était sorti en un double CD. La version CD et cassette de l'album est divisé en deux disques, intitulé "Dawn to Dusk" et "Twilight to Starlight". La version vinyle, cependant, est divisé en trois disques comportant six faces. La version vinyle contient également deux chansons bonus ("Tonite Reprise" et "Infinite Sadness"), et un ordre des chansons totalement différent.

Toutes les chansons sont écrites par Billy Corgan, sauf celles signalées.

Versio CD/Cassette

Disque un – Dawn to Dusk
  1. "Mellon Collie and the Infinite Sadness" – 2:52
  2. "Tonight, Tonight" – 4:14
  3. "Jellybelly" – 3:01
  4. "Zero" – 2:41
  5. "Here Is No Why" – 3:45
  6. "Bullet With Butterfly Wings" – 4:18
  7. "To Forgive" – 4:17
  8. "Fuck You (An Ode to No One)" – 4:51
  9. "Love" – 4:21
  10. "Cupid de Locke" – 2:50
  11. "Galapogos" – 4:47
  12. "Muzzle" – 3:44
  13. "Porcelina of the Vast Oceans" – 9:21
  14. "Take Me Down" (Iha) – 2:52
Disque deux – Twilight to Starlight
  1. "Where Boys Fear to Tread" – 4:22
  2. "Bodies" – 4:12
  3. "Thirty-Three" – 4:10
  4. "In the Arms of Sleep" – 4:12
  5. "1979" – 4:25
  6. "Tales of a Scorched Earth" – 3:46
  7. "Thru the Eyes of Ruby" – 7:38
  8. "Stumbleine" – 2:54
  9. "X.Y.U." – 7:07
  10. "We Only Come Out at Night" – 4:05
  11. "Beautiful" – 4:18
  12. "Lily (My One and Only)" – 3:31
  13. "By Starlight" – 4:48
  14. "Farewell and Goodnight" (Corgan/Iha) – 4:22

Version vinyle

Face une – Dawn
  1. "Mellon Collie and the Infinite Sadness" – 2:52
  2. "Tonight, Tonight" – 4:14
  3. "Thirty-Three" – 4:10
  4. "In the Arms of Sleep" – 4:12
  5. "Take Me Down" (Iha) – 2:52
Face deux – Tea Time
  1. "Jellybelly" – 3:01
  2. "Bodies" – 4:12
  3. "To Forgive" – 4:17
  4. "Here Is No Why" – 3:45
  5. "Porcelina of the Vast Oceans" – 9:21
Face trois – Dusk
  1. "Bullet with Butterfly Wings" – 4:18
  2. "Thru the Eyes of Ruby" – 7:38
  3. "Muzzle" – 3:44
  4. "Galapogos" – 4:47
  5. "Tales of a Scorched Earth" – 3:46
Face quatre - Twilight
  1. "1979" – 4:25
  2. "Beautiful" – 4:18
  3. "Cupid de Locke" – 2:50
  4. "By Starlight" – 4:48
  5. "We Only Come Out at Night" – 4:05
Face cinq – Midnight
  1. "Where Boys Fear to Tread" – 4:22
  2. "Zero" – 2:41
  3. "Fuck You (An Ode to No One)" – 4:51
  4. "Love" – 4:21
  5. "X.Y.U." – 7:07
Face six – Starlight
  1. "Stumbleine" – 2:54
  2. "Lily (My One and Only)" – 3:31
  3. "Tonite Reprise" – 2:40
  4. "Farewell and Goodnight" (Corgan/Iha) – 4:22
  5. "Infinite Sadness" – 4:02

Certifications

Charts (1995) Peak
Position
Billboard 200 1
Australie, ARIA 1
Autriche 36
Belgique 2
Canada RPM 100 Albums 2
Finlande 14
France 34
Allemagne 21
Pays-Bas 6
Nouvelle-Zélande 1
Norvège 7
Suède 1
Suisse 27
Royaume-Uni 4
Country Sales Certification
United States (RIAA) 4 700 000 9× Platinum
Canada (CRIA) 1 000 000+ Diamond
Germany (IFPI) 100 000+ Gold
Netherlands (NVPI) 35 000+ Gold
United Kingdom (BPI) 300 000+ Platinum

Personnel

  • Billy Corgan – Chant, guitare, piano, producteur, mixage et arrangement des cordes sur "Tonight, Tonight", direction artistique et conception
  • James Iha – Guitare, credité sur "Take Me Down" et "Farewell and Goodnight": voix, mixage et producteur
  • D'Arcy Wretzky – Basse, voix sur "Beautiful" and "Farewell and Goodnight"
  • Jimmy Chamberlin – Batterie, voix sur "Farewell and Goodnight"
  • Flood – Producteur, mixage
  • Alan Moulder – Production, mixage
  • Chicago Symphony Orchestra – Orchestrer sur "Tonight, Tonight"
  • Audrey Riley – Cordes sur "Tonight, Tonight"
  • Greg Leisz – pedal and lap steel guitar on "Take Me Down"
  • Chris Shepard – Enregistrement
  • Claudine Pontier – Assistant d'enregistrement
  • Dave Kresl – Assistant enregistrement des cordes
  • Barry Goldberg – Enregistrement des chœurs, Assistant mixeur
  • Howie Weinberg – Mastering
  • Frank Olinsky – Directeur artistique et conception
  • John Craig – Illustration
  • Andrea Giacobbe – Photographe
  • Jeff Moleski – Assistance technique
  • Russ Spice – Assistance technique
  • Tim "Gooch" Lougee – Assistance technique
  • Adam Green – Assistance technique
  • Roger Carpenter – Assistance technique
  • Guitar Dave Mannet – Assistance technique

Notes et références

  1. a  et b Kot, Greg. Double Take: Smashing Pumpkins raises the stakes with 'Mellon Collie'. Chicago Tribune. 22 octobre 1995.
  2. a  et b di Perna, Alan. "Zero Worship". Guitar World. December 1995.


The Smashing Pumpkins
Membres du groupe
Billy Corgan - Jimmy Chamberlin - Ginger Reyes - Jeff Shroeder
James Iha - D'arcy Wretzky - Melissa Auf Der Maur
Albums
Gish - Siamese Dream - Mellon Collie and the Infinite Sadness - Adore - MACHINA/The Machines of God - MACHINA II/The Friends & Enemies of Modern Music - Zeitgeist
Compilations/coffrets
Siamese Singles - Pisces Iscariot - Earphoria - The Aeroplane Flies High - Rotten Apples - Judas 0
  • Portail du rock Portail du rock

Ce document provient de « Mellon Collie and the Infinite Sadness ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mellon Collie & The Infinite Sadness de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mellon Collie & the Infinite Sadness — Mellon Collie and the Infinite Sadness (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mellon Collie and the Infinite Sadness » …   Wikipédia en Français

  • Mellon Collie and the Infinite Sadness — Studio album by The Smashing Pumpkins …   Wikipedia

  • Mellon Collie and the Infinite Sadness — Album par The Smashing Pumpkins Sortie Le 24 octobre 1995 Enregistrement Entre mars et août 1995 *Chicago Recording Company *Pumpkinland *Bugg *The Village Recorder …   Wikipédia en Français

  • Mellon Collie And The Infinite Sadness — (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mellon Collie and the Infinite Sadness » …   Wikipédia en Français

  • Mellon Collie and The Infinite Sadness — (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mellon Collie and the Infinite Sadness » …   Wikipédia en Français

  • Mellon collie and the infinite sadness — (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mellon Collie and the Infinite Sadness » …   Wikipédia en Français

  • Mellon Collie and the Infinite Sadness — Studioalbum von Smashing Pumpkins Veröffentlichung 24. Oktober 1995 Label …   Deutsch Wikipedia

  • Mellon Collie and the Infinite Sadness — Mellon Collie and the Infinite Sadness …   Википедия

  • Mellon Collie and the Infinite Sadness — Álbum de The Smashing Pumpkins Publicación 24 de octubre de 1995 …   Wikipedia Español

  • Mellon Collie and The Infinite Sadness — Tercer LP oficial de la banda estadounidense The Smashing Pumpkins publicado el 24 de octubre de 1995 con la disquera Virgin Records. Sus éxitos fueron: Bullet With Butterfly Wings, 1979, Zero, Tonight, Tonight y Thirty Three. Este es un disco… …   Enciclopedia Universal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.