Marolles (Bruxelles)


Marolles (Bruxelles)

50° 50′ 13″ N 4° 20′ 46″ E / 50.837, 4.346

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marolles.

Les Marolles (en néerlandais : de Marollen) est un quartier populaire, historique et touristique de Bruxelles qui s'étend du palais de justice (place Poelaert) à l'église de la Chapelle.

Sommaire

Description

Le quartier inclut en particulier la place du Jeu de balle bien connue pour son marché aux puces qui a lieu tous les matins, la rue Haute, la rue Blaes et la cité Hellemans. En son sein, on trouve l' hôpital Saint-Pierre installé depuis le Moyen Âge, d'abord comme léproserie. Reconstruit plusieurs fois au cours des âges, c'est aujourd'hui un grand hôpital ultra moderne, à nouveau reconstruit au début du XXIe siècle et dont une des vocations est d'apporter des soins aux plus défavorisés, sans que cela soit exclusif.

Le quartier des Marolles n'a aucune existence administrative. C'est le quartier du parler vrai du brusseleer et de la zwanze. Le quartier des Marolles a toujours accueilli les habitants les plus défavorisés de la capitale mais aussi les plus épris de liberté. C'est dans les Marolles qu'éclatent les premières luttes urbaines pour une rénovation respectueuse du tissu urbain et social. Aujourd'hui encore ce quartier bruxellois est habité par des artisans, des travailleurs allochtones et des personnes âgées. Plus d'un tiers des habitations sont des logements sociaux. Cependant ce quartier à tendance à se « gentrifier ».

Étymologie

Le quartier des Marolles devrait son nom à la congrégation des Sœurs Apostolines, qui avaient pour vocation de secourir les prostituées, nombreuses dans le quartier au XVIIe siècle. Elles étaient également connues sous le nom latin de «Sorores Maricolae» (Celles qui honorent la vierge Marie). Cette dernière expression sera successivement déformée en «Maricolles», puis «Marolles». Le nom «Op Marollen» restera attaché au quartier après le départ des sœurs en 1715.[réf. nécessaire]

Histoire

En 1405, un incendie, allumé par les patriciens qui désiraient calmer la population trop nerveuse, ravage le quartier de Marolles et anéantit 2 400 maisons et 1 400 métiers à tisser.[réf. souhaitée]

Afin de construire le Palais de Justice, 75 propriétaires de cette partie des Marolles dont beaucoup habitaient leurs maisons[1] bruxelloises furent expropriés en 1863 et ensuite largement indemnisés, quant aux habitants, environ une centaine, ils furent relogés dans une riante cité jardin construite par Poelaert dans le quartier du Chat à Uccle[2].

Rappelons que Poelaert lui-même habitait au coeur des Marolles rue des Minimes dans une maison attenante à ses vastes bureaux et ateliers et qui communiquait avec ceux-ci[3].

En 1883, pour protester contre la cherté de la vie, les Marolliens ont saccagé le Palais de justice de Bruxelles cette manifestation n'avait rien à voir avec l'expulsion de 150 d'entre eux il y avait vingt ans en 1863.

Lieux remarquables ou insolites du quartier

Marolliens célèbres

Notes

  1. Philippe-Christian Popp, Atlas cadastral parcellaire de la Belgique, Bruxelles, 1842. Et: AVB, Liste des expropriations, publiée dans Poelaert et son temps, p.271: Plan du géomètre Van Keerbergen indiquant les propriétés nécessaires à l'érection du Palais de Justice de Poelaert, 9 février 1863 (A.V.B.,T.P., 26.242).
  2. Louis Quiévreux, Bruxelles, notre capitale: histoire, folklore, archéologie, Bruxelles, 1951, p. 257: "Ceux qui lui donnèrent ce sobriquet, ce furent les expulsés de la «partie» des Marolles démolie afin que puisse être érigé le colosse de la place Louise. La rue des Sabots, celle de l’Artifice et d’autres encore étant condamnées, on transplanta leurs habitants dans un quartier riant et campagnard; celui du Chat, à Uccle, à la limite de Forest.
  3. Poelaert et son temps, Bruxelles, (catalogue exposition), 1980, p. 166: "Il habitait une maison rue des Minimes, voisine de ses bureaux et qui communiquait avec ceux-ci". Ainsi que: Pierre Loze, Eduardo Colombo, Paul Vercheval, Le Palais de justice de Bruxelles: monument XIXe, 1983: Il habitait une maison rue des Minimes, voisine des bureaux et qui communiquait avec ceux-ci.
  4. Poelaert et son temps, Bruxelles, (catalogue exposition), 1980, p. 166.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marolles (Bruxelles) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bruxelles-Ville — 50°50′48″N 04°21′17″E / 50.84667, 4.35472 …   Wikipédia en Français

  • Bruxelles — Capitale (fr) Brussel Hoofdstad (nl) …   Wikipédia en Français

  • Bruxelles-ville — Pour les articles homonymes, voir Bruxelles (homonymie).   Ville de Bruxelles (nl) Stad Brussel …   Wikipédia en Français

  • Marolles — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes Claude Marolles (1753 1794), ecclésiastique et un homme politique français Gervais François Magné de Marolles, (1727 1792), bibliographe érudit …   Wikipédia en Français

  • Bruxelles — Region Brüssel Hauptstadt Basisdaten Hauptstadt: Brüssel Ministerpräsident Charles Picqué Fläche: 161,4 …   Deutsch Wikipedia

  • Liste des impasses de Bruxelles-ville — L impasse du Papier à Bruxelles en 1939. (Dessin par l architecte Léon van Dievoet, 1939.) …   Wikipédia en Français

  • 1000 Bruxelles — Bruxelles ville 50°50′48″N 04°21′17″E / 50.84667, 4.35472 …   Wikipédia en Français

  • Commune de Bruxelles — Bruxelles ville 50°50′48″N 04°21′17″E / 50.84667, 4.35472 …   Wikipédia en Français

  • Ville de Bruxelles — Bruxelles ville 50°50′48″N 04°21′17″E / 50.84667, 4.35472 …   Wikipédia en Français

  • Palais de justice de Bruxelles — Palais de Justice en 2009 Présentation Type Palais de justice Architecte Joseph …   Wikipédia en Français