Marie Louise Elisabeth d'Orleans


Marie Louise Elisabeth d'Orleans

Marie Louise Élisabeth d'Orléans

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie Louise d'Orléans (homonymie) et Marie-Louise (homonymie).
Marie Louise Élisabeth d'Orléans
Marie Louise Élisabeth d'OrléansLouis de Silvestre, Musée d'Histoire de France, Versailles
Marie Louise Élisabeth d'Orléans
Louis de Silvestre, Musée d'Histoire de France, Versailles

Surnom(s) la Duchesse de Berry
Naissance 20 août 1695
Décès 20 août 1719
Nationalité France France
Famille fille de Philippe d'Orléans
épouse de Charles de France

Marie Louise Élisabeth d'Orléans, duchesse de Berry (1710), est née le 20 août 1695 et morte le 20 août 1719.

Fille de Philippe d'Orléans, duc d'Orléans et futur régent, elle épousa en 1710 Charles de France (1686-1714), duc de Berry. Elle devint veuve dès 1714.

Biographie

Dépeinte souvent comme la figure emblématique de la Régence et de ses débauches, accusée d'inceste avec son père, on connaît surtout Madame de Berry à travers les Mémoires de Saint-Simon, dont la femme était dame d'honneur de la duchesse et qui décrit avec ironie les couches scandaleuses de la fille du régent en 1719. Enceinte des œuvres du capitaine de sa garde, le chevalier de Riom, la duchesse de Berry, veuve depuis 5 ans, s'acharne à dissimuler son état. Lorsque vient le moment de la délivrance, elle s'enferme dans une petite chambre de son palais du Luxembourg. Mal préparé par sa vie trépidante, son terme devient vite dangereux et elle demande les sacrements. Tout son entourage sait à quoi s'en tenir sur l'origine de sa « maladie ». Le curé de Saint-Sulpice attise le scandale public en refusant d'administrer l'extrême-onction à la jeune femme dont les couches, extrêmement laborieuses, manquent la tuer. Confirmant sa réputation de "Messaline", cette maternité l'oppose à son père, le Régent qui éloigne Riom de Paris. L'accouchement difficile achève aussi de ruiner la santé de la princesse, minée par une succession de trois grossesses malheureuses du vivant de son mari (1711, 1713, 1714), puis de couches clandestines (peut-être en 1716, certainement en 1717 et 1719).

À l'ouverture du corps de la duchesse, morte trois mois après ses couches scandaleuses d'avril 1719, elle sera trouvée à nouveau enceinte. Michelet écrit avec raison qu'elle « s'extermina par des grossesses ». Accouchements avant terme, enfants mort-nés… Il semble que seule une fille, née de ses amours avec Riom, constitue l'exception à une suite de maternités malheureuses. Ironie de l'histoire, au siècle suivant, une autre duchesse de Berry défrayera la chronique scandaleuse du début du règne de Louis-Philippe en se délivrant d'un enfant de paternité douteuse dans la citadelle de Blaye.

La "Gazette de la Régence" et les chansonniers satiriques suggèrent que la taille plantureuse de la duchesse de Berry souvent citée dans les chroniques du temps évoquant sa vie débridée de "veuve joyeuse", serait plutôt à attribuer aux résultats prévisibles de ses nombreuses passades qu'à sa boulimie alimentaire ! Ce serait pour cacher au public la véritable nature d'un embonpoint accusateur que Madame de Berry, ou comme on la nomme dans plusieurs chansons satiriques "Joufflotte", relancerait la mode des robes à paniers, s'inspirant ainsi sans doute de l'usage que Madame de Montespan faisait du vertugadin pour dissimuler ses grossesses.

Victime de la censure malveillante d'un Saint-Simon et cible privilégiée des chansons satiriques du temps, la duchesse de Berry est l’objet des attaques violentes des ennemis du Régent. En dénonçant les frasques nymphomanes de la fille, cette opposition s’en prend au père dont le gouvernement lui attire l’hostilité d’une fraction importante de l'ancienne Cour de Louis XIV. Alors qu’un nouveau climat de liberté succède à l’austérité et aux désastres qui caractérisaient la fin de règne du Roi Soleil, l’insouciance sans entraves et l’esprit que semble manifester la fille aînée du Régent ne peuvent manquer de choquer les tenants de l’ordre ancien qui censurent les mœurs dépravées de la jeune veuve pour dénoncer la « turpitude » du nouveau pouvoir. Marie-Antoinette sera victime d'une critique politique comparable qui s'exprime par la satire pornographique et la caractérise comme l'incarnation de tous les vices. Si une critique historique sérieuse doit dénoncer la véritable "diabolisation" dont a été victime la mémoire de Marie Louise Élisabeth d'Orléans, duchesse de Berry, il faut aussi reconnaître que sa liberté de mœurs est loin de correspondre à l'austérité sexuelle qu'exigeait la morale de l'époque en cas de veuvage. Mais ses grossesses clandestines, qu'elles soient avérées en 1719 et 1717, ou probable en 1716, n'autorisent pas pour autant les auteurs (en particulier les contemporains) à nous la dépeindre de manière quasi systématique comme un monstre d'orgueil et de dépravation, la figure emblématique de tous les excès de la Régence

Un fragment de Noëls satiriques ridiculise Madame de Berry, dont l'état témoigne de ses mœurs dissolues :

"Grosse à pleine ceinture,
La féconde Berry
Dit en humble posture
Et le cœur bien marri :
Seigneur, je n'aurai plus de mœurs aussi gaillardes,
Je ne veux que Riom et mon papa,
Ou par-ci, par-là mes gardes."

Début 1716, Madame de Berry, malade en son palais du Luxembourg, ne paraît pas en public pendant plusieurs semaines. Inspiré par des rumeurs d'accouchement clandestin (que rapporte la Gazette de la Régence), l'auteur anonyme d'une chanson satirique évoque avec verve le terme heureux de cette « maladie » mais attribue le « poupon » dont serait délivrée la jeune femme à un père « innombrable » :

"Il faut bien lui donner un nom :
Ainsi, sans être téméraire,
C'est la Rochefoucauld, de Pont,
Gontaut, la Haye, Salvaire, Rion.
La mère est de bonne maison,
Elle est du vrai sang de Bourbon;
Nous en ignorons tous le père,
Car ils étaient trop à la faire.
Depuis la mort de son mari,
Cet aimable duc de Berry,
Pour ne point éteindre la race,
Elle épouse la populace."

Lorsque la fille du Régent fait fermer au public les jardins de son palais du Luxembourg, les médisants commentent que c'est pour pouvoir s'y livrer avec plus de liberté à ses amours :

"On nous a fermé la porte

Du jardin du Luxembourg;

C'est la grosse Joufflotte

Qui nous a joué ce tour.

Elle eût mieux fait la bougresse,

De boucher le trou,

Le plus voisin de ses fesses,

Par où ses gardes font joujou."

Notes et références

  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
Ce document provient de « Marie Louise %C3%89lisabeth d%27Orl%C3%A9ans ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marie Louise Elisabeth d'Orleans de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marie Louise Élisabeth d'Orléans — Louise Élisabeth Duchess of Berry Louise Élisabeth in mourning by Louis de Silvestre, Musée d Histoire de France, Versailles Spouse Charles d …   Wikipedia

  • Marie Louise Elisabeth von Orléans — Marie Louise Élisabeth, Prinzessin von Orléans (* 20. August 1695 in Versailles; † 21. Juli 1719 im Schloss La Muette) war Prinzessin von Frankreich und Herzogin von Berry. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Marie Louise Élisabeth d'Orléans — Marie Louise Elisabeth von Orléans Marie Louise Élisabeth, Prinzessin von Orléans (* 20. August 1695 in Versailles; † 21. Juli 1719 im Schloss La Muette) war Prinzessin von Frankreich und Herzogin von Berry. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Marie Louise Élisabeth of Orléans — Marie Louise Élisabeth d Orléans, duchesse de Berry (20 August 1695 – 21 July 1719) was a French princess. She was a member of the House of Orléans and was a Princesse du Sang. Early lifeBorn at the Palace of Versailles, Marie Louise Élisabeth… …   Wikipedia

  • Marie Louise Élisabeth d'Orléans — Pour les articles homonymes, voir Marie Louise d Orléans (homonymie), Marie Louise et Duchesse de Berry.  Ne doit pas être confondu avec Louise Élisabeth d Orléans (1709 1742) …   Wikipédia en Français

  • Marie Louise Élisabeth de Bourbon-Orléans — Marie Louise Elisabeth de Bourbon Orléans Marie Louise Élisabeth de Bourbon Orléans (* 20. August 1695 in Versailles; † 21. Juli 1719 im Schloss La Muette) war Prinzessin von Frankreich und Herzogin von Berry. Inhaltsv …   Deutsch Wikipedia

  • Louise Élisabeth d'Orléans (1709-1742) —  Ne doit pas être confondu avec Marie Louise Élisabeth d Orléans. Portrait de Louise Élisabeth d Orléans (1709 1742) peint par Jean Ranc ( …   Wikipédia en Français

  • Louise Elisabeth d'Orleans (1709-1742) — Louise Élisabeth d Orléans (1709 1742) Portrait de Louise Élisabeth d Orléans (1709 1742) peint par Louis Michel van Loo de manière posthume (1745) Louise Élisabeth d Orléans, dite Mademoiselle de Montpensier (née le 11 décembre 1709 à Vers …   Wikipédia en Français

  • Louise élisabeth d'orléans (1709-1742) — Portrait de Louise Élisabeth d Orléans (1709 1742) peint par Louis Michel van Loo de manière posthume (1745) Louise Élisabeth d Orléans, dite Mademoiselle de Montpensier (née le 11 décembre 1709 à Vers …   Wikipédia en Français

  • Louise Elisabeth of Orléans — Infobox Spanish Royalty|majesty|consort name =Louise Elisabeth of Orléans title =Queen consort of Spain caption = reign =15 January, 1724 31 August, 1724 spouse =Louis issue = royal house =House of Bourbon House of Orléans othertitles = father… …   Wikipedia