Margaret de Grande-Bretagne


Margaret de Grande-Bretagne

Margaret du Royaume-Uni

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Margaret du Royaume-Uni (homonymie).
La princesse Margaret
Royauté britannique
Maison de Windsor
Royal Standard of the United Kingdom.svg

George V
Enfants
   Edward, prince de Galles
   Albert, duc d'York
   Mary, princesse royale
   Henry, duc de Gloucester
   George, duc de Kent
   Prince John
Édouard VIII
George VI
Enfants
   Princesse Elizabeth
   Princesse Margaret
Élisabeth II
Enfants
   Charles, prince de Galles
   Anne, princesse royale
   Andrew, duc d'York
   Edward, comte de Wessex
Petits enfants
   Peter Phillips
   Zara Phillips
   Prince William de Galles
   Prince Henry de Galles
   Princesse Beatrice d'York
   Princesse Eugenie d'York
   Lady Louise Windsor
   James, vicomte Severn

Margaret du Royaume-Uni, comtesse de Snowdon (née Margaret Rose le 21 août 1930 et décédée le 9 février 2002) était un membre de la famille royale britannique, sœur cadette de l'actuelle reine Élisabeth II.

Sommaire

Enfance

La princesse Margaret est née le 21 août 1930 au château de Glamis, en Écosse, la demeure ancestrale de son grand-père maternel, le comte de Strathmore.

Elle est la seconde fille d'Albert, duc d'York (futur roi George VI) et d'Elizabeth, duchesse d'York née Elizabeth Bowes-Lyon, dite The Queen-Mum.

Elle est baptisée dans la chapelle privée du palais de Buckingham et a pour parrain son oncle le prince de Galles, futur Édouard VIII et pour marraine la princesse Ingrid de Suède, reine du Danemark quelques années plus tard.

En 1936, son oncle Édouard VIII abdique et le père de Margaret devient roi. Durant toute son enfance, elle est éduquée avec sa sœur par des précepteurs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle reste avec sa famille au château de Windsor en dépit des nombreux bombardements à Londres et dans sa banlieue.

En 1952, son père décède et Margaret devient la sœur de la nouvelle reine, Élisabeth II.

La reine Mary en compagnie de ses deux petites-filles, la future reine Élisabeth II et la princesse Margaret.

Amour et raison d'État

En 1953, sa sœur Élisabeth II est couronnée. C'est à cette époque que la princesse Margaret fait la connaissance du capitaine Peter Townsend. Quoique roturier, l'homme est officier à la RAF, et écuyer de l'ancien roi Georges VI et de la reine Élisabeth II. Il est donc admis à Buckingham Palace et dans le cercle de la famille royale. Cependant, il est divorcé et père de famille, ce qui rend tout projet de mariage impossible avec la princesse Margaret : la religion anglicane, religion d'État ne permet pas le mariage d'une personne divorcée.

Pour se marier avec le capitaine, la princesse Margaret aurait dû, conformément aux règles de la cour, attendre d'avoir 25 ans, et de renoncer à son titre royal, et à sa liste civile.

Au bout de plusieurs années de romance reprise par les journaux de l'époque, Margaret annonce publiquement sa rupture avec Peter en raison de « ses devoirs envers son pays ».

Mariage

Margaret devient une figure de la jet-set londonienne et la cible des paparazzi de l'époque, en raison de son physique avantageux et de ses fréquentations inhabituelles pour un membre de la famille royale. Après plusieurs aventures, notamment avec John Turner qui devient par la suite premier ministre canadien, elle épouse le 6 mai 1960 Antony Armstrong-Jones, photographe de métier, anobli et titré à cette occasion comte de Snowdon et vicomte Linley. Ce mariage est considéré comme le premier mariage moderne de la famille royale car parmi les invités, on compte de nombreux artistes et chanteurs à la mode.

De ce mariage naissent deux enfants :

Mais en 1978, en raison des infidélités supposées de la princesse, le comte et la comtesse de Snowdon divorcent.

Une vie d'excès

Très vite surnommée la « princesse rebelle » en raison de ses fréquentations et de ses excès, la princesse Margaret devient une habituée des clubs londoniens et se montre volontiers en compagnie de rockeurs à la mode[Qui ?], verre d'alcool et long fume-cigarette à la main. [réf. souhaitée] Elle s'installe une partie de l'année sur l'île Moustique, où elle possède une villa. À partir des années 80, elle connaît de nombreux ennuis de santé en raison de son tabagisme et son alcoolisme (la presse déclare qu'elle fume 60 cigarettes par jour et boit plusieurs bouteilles de gin); elle doit subir l'ablation partielle d'un poumon.

En 2002, elle décède après plusieurs crises d'apoplexie. Selon ses dernières volontés, ses funérailles sont célébrées dans l'intimité au château de Windsor et son corps est incinéré.

Elle a été toute sa vie la cible favorite des paparazzi.

En 2005, un téléfilm, Princess Margaret, a love story, retrace la vie de la princesse Margaret, en lui imputant toutes les rumeurs dont la presse l'a accusée durant sa vie : consommation de drogues, amours tumultueuses avec des hommes et aussi des femmes.

Titulature

  • Son Altesse Royale la princesse Margaret d'York (19301936)
  • Son Altesse Royale la princesse Margaret de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (19361961)
  • Son Altesse Royale la princesse Margaret de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, comtesse de Snowdon (19612002)

Comme ce fut le cas pour Lady Diana, princesse de Galles et Sarah Ferguson, duchesse d'York, la princesse portait toujours officiellement le titre de comtesse de Snowdon après son divorce, mais sans l'utiliser.

Vente successorale

Pour acquitter auprès du trésor britannique les frais de succession déjà payés pour un montant de 4 M£ sterling, soit 40% d'une succession estimée à 10 M£, ses enfants, Lord Linley et Lady Sarah Chatto, ont confié à Christie's de Londres le soin de disperser aux enchères un certain nombre d'objets souvenirs personnels de la princesse défunte.

Plus d'un millier de collectionneurs du monde entier, auxquels il faut ajouter plus de cinq mille enchérisseurs, ont participé à cette vente aux enchères exceptionnelle quant au nombre — 596 lots — et à la qualité des objets proposés. Le produit total de la vente s'est monté à 9,57 M£.

Notes et références


Commons-logo.svg

Ce document provient de « Margaret du Royaume-Uni ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Margaret de Grande-Bretagne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GRANDE-BRETAGNE - Vie et institutions politiques — La remarque émise jadis par Alexis de Tocqueville restait pertinente et justifiée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale: «Ce qui distinguait surtout le peuple anglais de tous les autres, c’était la satisfaction de soi même; tout ce qui… …   Encyclopédie Universelle

  • GRANDE-BRETAGNE - Histoire — L’espace géographique britannique n’a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Sans évoquer immédiatement les divisions tribales qui frappèrent un César, pourtant bien préparé par sa conquête de la Gaule à rencontrer des… …   Encyclopédie Universelle

  • GRANDE-BRETAGNE - L’économie britannique — Membre du Marché commun depuis 1972, la Grande Bretagne possédait encore, à la fin des années 1970, une économie développée de type industriel avancé, fondée à la fois sur des activités de type traditionnel (charbon, sidérurgie) et sur quelques… …   Encyclopédie Universelle

  • Grande-Bretagne aux Jeux olympiques — Grande Bretagne aux Jeux olympiques …   Wikipédia en Français

  • Psychanalyse en grande-bretagne — Dès 1893, Frederick Myers présente les vues de Sigmund Freud dans un exposé à la Society for Psychical Research. Plus connu, Havelock Ellis présenta aux médecins anglais les opinions freudiennes dans des revues de neurologie. Ernest Jones… …   Wikipédia en Français

  • William de Grande-Bretagne — William de Galles Le prince William de Galles grand amateur de jeu de polo, 2007 Royaut …   Wikipédia en Français

  • Edward de Grande-Bretagne — Edward de Wessex Royauté britannique Maison de Windsor …   Wikipédia en Français

  • Psychanalyse en Grande-Bretagne — Dès 1893, Frederick Myers présente les vues de Sigmund Freud dans un exposé à la Society for Psychical Research. Plus connu, Havelock Ellis présenta aux médecins anglais les opinions freudiennes dans des revues de neurologie. Ernest Jones… …   Wikipédia en Français

  • Alexandra de Grande-Bretagne — Alexandra de Kent Pour les articles homonymes, voir Alexandra du Royaume Uni (homonymie). Royauté britannique Maison de Windsor …   Wikipédia en Français

  • Charles de Grande-Bretagne — Charles de Galles Charles …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.