Marcion


Marcion

Marcion du Pont ou de Sinope était une personnalité du christianisme ancien de la fin du Ier siècle et de la première moitié du IIe siècle (~ 85 - ~ 160[1]) ; condamné et écarté par la communauté chrétienne de Rome alors dirigée, selon la tradition, par l'épiscope Pie, il fonda une Église dissidente et fut considéré par la suite comme l'un des premiers hérésiarques.

La doctrine de Marcion reposait sur une lecture très partielle du message chrétien, à savoir les épîtres de Paul de Tarse, où il trouva une opposition entre la loi et l’Évangile, entre la Justice et la foi en Jésus-Christ. Il pensait que Jésus avait abrogé la Loi pour la remplacer par celle de l’évangile, donc que le père de Jésus était différent du dieu de l’Ancien Testament.

Les hérésiologues chrétiens créditent Marcion de l'écriture d'un évangile (appelé évangile de Marcion) perdu aujourd'hui. Toutefois Marcion s'est probablement contenté d'amener à Rome cet évangile qu'il avait trouvé au cours de ses voyages. Les auteurs chrétiens nous disent que c'est un évangile de Luc. Cet évangile, tout comme les évangiles de Marc et de Jean (mais probablement aussi celui de Matthieu), ne comportait pas les récits de naissance de Jean le Baptiste ou de Jésus de Nazareth. Cela a conduit les hérésiologues de la « grande église », comme par exemple Tertullien au IIIe siècle, à l'accuser d'avoir tronqué l'évangile de Luc. Marcion rejetait en bloc l’Ancien Testament comme écriture inspirée et ne connaissait à l'époque que dix épîtres de Paul. (Il ne connaissait pas celles à Timothée, à Tite et aux Éphésiens. En revanche, il connaissait une épître aux Laodicéens, que nous ne connaissons pas.)

En diffusant massivement ces textes, Marcion poussa l’Église à se poser la question du canon, ce qui aboutira, au terme d'un long processus de plusieurs siècles, à l’établissement de la liste des 27 livres du Nouveau Testament tel que nous le connaissons actuellement.

Sommaire

Biographie

D’origine païenne, il serait né vers 85 à Sinope, port de la mer Noire. Lorsque Marcion atteignit l’âge adulte, son père, un riche armateur, devint évêque de la communauté chrétienne de Sinope. Tertullien signale que Marcion, d’abord stoïcien, s’est converti à 20 (ou 25) ans après « avoir découvert Dieu ». Le même auteur (C.M. 1, 19) déclare que les marcionites plaçaient un intervalle de 115 ans et demi entre le Christ et Marcion.

Vers l’an 138, sous l'épiscopat d'Hygin, Marcion se rend à Rome après avoir aidé son père au cours de nombreux voyages. Peut-être s’y était-il fait précéder (comme le dit Jérôme de Stridon) par Marcellina, l’une de ses disciples. Il passait alors pour chrétien puisqu’il fut admis dans la communauté chrétienne de Rome. Il y rencontra Cerdon arrivé dans cette ville quelques années avant lui (vers 135).

Il semble immédiatement très populaire parmi la communauté de Rome, surtout à cause d'un livre qu'il y apporte. Celui-ci est en quelque sorte le précurseur du Nouveau Testament. À part une introduction de sa main, ce livre est composé de deux parties:

  1. L'apôtre: comprend un certain nombre de lettre de Paul de Tarse (saint Paul);
  2. L'evangelium: est un évangile ressemblant fortement au livre que nous appelons aujourd'hui évangile selon Luc;

Il semble qu'avant cette date les fidèles de Rome ne connaissaient pas l'évangile selon Luc. Marcion fait donc sensation. Riche armateur, il fait cadeau d'une énorme somme à l'église de Rome et diffuse ses livres à prix réduit[2].

Vers 140/142, les gnostiques, Cerdon et Valentin sont exclus, par ce même épiscope Hygin, de la communauté des fidèles.

En 144, Marcion est exclu par Pie Ier et un collège de presbytres de Rome, à moins qu'il ne s'exclue lui-même, le point est toujours contesté, de l'Eglise [3]. La rupture en tout cas est certaine. Le point de désaccord principal repose sur le rejet par Marcion des textes de l'Ancien Testament au motif que le Dieu de l'Ancien Testament ne peut être celui du Nouveau Testament. Il ne quitta pas Rome pour autant puisqu’il y était encore établi comme maître, enseignant ses propres doctrines pendant l’épiscopat d’Anicet (154-166). Jérôme le qualifie d’« ardens ingenii et doctissimus » (d’esprit passionné et très instruit). C’est peut-être à Rome qu’il mourut car nous n’avons aucune preuve qu’il ait quitté la ville.

Adolph von Harnack estime que Marcion, après avoir quitté le Pont, enseigna en Asie Mineure. Cette hypothèse est confirmée indirectement par Polycarpe de Smyrne vers 155 (Ep. aux Philip.) quand il traite Marcion de « premier-né de Satan », lui reprochant de rejeter en bloc « la croix, la résurrection, le jugement ».

Il mourut peut-être entre 161 et 168 ; on n’entend plus parler de lui sous le règne de Marc-Aurèle.

Doctrine

L'enseignement de Marcion.

Selon Marcion, il existe deux dieux : le Dieu bon, extérieur au monde et à la matière, et le démiurge, un dieu créateur ayant engendré le monde de la matière.

Le démiurge a créé le monde sensible et l'humanité. Il est le dieu de l'Ancien Testament, fondateur de la Loi, qui a choisi le peuple d'Israël comme peuple élu. C'est un dieu qui rend la justice au nom de sa loi, un dieu sévère, vengeur et foncièrement mauvais.

Le Dieu bon est à l'inverse le Dieu suprême, sans les limitations du dieu de la matière. Étranger au monde, à la matière, à la Loi, à ses transgressions et donc au péché, c'est un Dieu d'amour plus que de justice. C'est lui qui a engendré Jésus-Christ, venu pour abroger l'Ancien Testament et le culte de son démiurge.

Ce dualisme est donc fondé sur l’opposition évangile-Loi, une opposition qu'on retrouve chez l'apôtre Paul, mais qui est ici poussée à son paroxysme.

Le dieu créateur dont parle l’Ancien Testament crée un homme faible. Ce dieu se choisit un peuple, Israël, lui donne la Loi et lui promet un Messie. L’Ancien Testament reste valable comme révélation d’un dieu juste et créateur, mais limité et étranger à l'amour.

Le Dieu suprême, le Dieu bon a pitié des hommes et décide de les sauver, c’est-à-dire de les libérer du joug de la Loi pour qu’ils puissent faire le bien. Ce Dieu envoie son fils, qui prend un corps semblable aux hommes, mais non charnel, car la matière est mauvaise. Le dieu créateur s’aperçoit que Jésus prêche un Dieu supérieur, il le persécute et le livre à la mort de la croix. Comme la domination du créateur continue, le salut ne sera obtenu qu’à la fin des temps[4]

Marcion rejetait donc radicalement l’Ancien Testament. Toutefois, les écrits chrétiens primitifs ne justifiaient pas toujours ses théories. Marcion considéra donc que les auteurs des évangiles avaient mal compris le message de Jésus et y avaient inclus des notions judaïsantes relatives au Démiurge. Il entreprit donc de constituer un dossier des témoignages primitifs qui justifiait sa doctrine, un Nouveau Testament.

Il ne garda qu’un évangile, celui de Luc (un évangile très paulinien dans ses doctrines), et 10 épîtres de Paul. Et comme il considérait que ces écrits avaient été contaminés d’éléments judaïsants, il les épura, plus en vertu de ses thèses que sur la base d'une critique historique. Par exemple, il supprima le début de l’évangile selon Luc, jusqu’en 4,32 (naissance miraculeuse du Christ), ainsi que plusieurs passages de l’épître aux Romains. Il retoucha aussi des textes, en particulier ceux où Jésus est identifié au dieu de l’Ancien Testament.

Marcion semble avoir été le premier à avoir rassemblé une collection d’écrits d’origine apostolique, qui comportait trois parties : l’Evangélion, les Épîtres, et les Antithèses.

Les antithèses ont été perdues. Grâce à Tertullien, nous savons qu’elles devaient comporter deux parties : une partie historique et dogmatique, montrant comment, selon Marcion, le pur évangile s’était altéré, et une partie exégétique.

Courant marcionite

Après son différend avec la communauté chrétienne de Rome, Marcion fonde une église dissidente constituée de fidèles, d’un clergé et de lieux de culte.

Cette courant reposait :

  • sur une organisation forte ;
  • sur des cérémonies simplifiées ;
  • sur l’autorité de Marcion : ses disciples croyaient qu’il était à la gauche de Dieu tandis que Paul était à droite (Orig. Hom. 25 sur Luc) ;
  • sur une morale austère : interdiction du mariage, jeûnes, préparation au martyre, fraternité... ;
  • sur une certaine ouverture : dans la secte, les femmes occupaient certains offices parce que Marcion pensait qu’il n’y avait « ni mâle ni femelle en Christ ».

Le culte marcionite avait certaines particularités :

  • les psaumes utilisés étaient différents des psaumes de David ;
  • les marcionites de Syrie se tournaient vers le couchant pour prier Dieu (cf rag. Murator. 82-84, confirmé par Maruta) ;
  • ils employaient l’eau au lieu du vin pour l’eucharistie (Epiph. Pan. XLII, 3), ils l’accompagnaient d’une onction d’huile et offraient au nouveau baptisé un mélange de lait et de miel ;
  • ils pratiquaient, selon Jean Chrysostome, le baptême pour les morts (I Cor. 15/29) ;
  • ils jeûnaient le samedi par pure hostilité au dieu juif.
  • « Ses disciples s’abstenaient de viande et de vin » (Rom. 14/21) qu’ils remplaçaient par du poisson et de l’eau (Luc 24/42). Le poisson constituait pour eux une nourriture sacrée (Tertullien 1/14).

Selon Marcion, la procréation des enfants était un acte de soumission à la Loi du dieu créateur (le démiurge), donc un acte indigne d’un chrétien. Aucun candidat n’était admis au baptême marcionite s’il n’était disposé à mener à partir de là une vie de continence absolue. Pour les marcionites, le mariage avait lieu avec le Christ, et la vie en commun des époux était considérée comme un divorce à l’égard du Christ. Sans doute ceux qui se pliaient à cette prescription ne formaient-ils pas la majorité.

Les martyrs furent nombreux chez les marcionites ; on compte parmi eux le presbytre Métrodore de Smyrne qui subit le supplice du feu comme Polycarpe et, au cours de la même persécution, une femme qui fut tuée au temps de Valérien à Césarée de Palestine, un évêque Asclépios qui, sous Dioclétien, fut brûlé vif également à Césarée sur le même bûcher que l’orthodoxe Apselamus.

Marcion aurait eu pour disciples Ambrosius, Apelle, Blastus, Basilicus et Potitus, Marcellina, Pithon, Prépon, Synaros, Théodotion.

Justin de Naplouse nous dit, vers 155 (Apol. I 26) que l’influence de Marcion s’étendait sur tout l’empire ; à cette même date, les Marcionites étaient nombreux à Rome. Aux environs de 208, Tertullien confirmait que « la tradition hérétique de Marcion emplissait l’univers » (C.M. 5/19), ce qui n’était pas le cas de la Grande Église. Au IVe siècle Épiphane citait, parmi les lieux « infectés » par le marcionisme, l’Italie, l’Égypte, la Palestine, l’Arabie, la Syrie, Chypre, la Perse (Ilaer. 42.1). Le marcionisme commença à décliner dans l’Ouest au IIIe siècle tandis qu’il restait actif dans l’est. En 318-319, une église marcionite était construite à Lebaba près de Damas ; son inscription mentionnait Chrestos.

Au Ve siècle, Théodoret, évêque de Chypre, écrivant au pape Léon Ier, déclarait : « J’ai converti au cours de ma carrière plus de mille marcionites vivant dans huit villages ».

Quand le Marcionisme disparut, ses adeptes rejoignirent généralement les groupes manichéens ; on situe des descendances chez les Pauliciens, les Bogomiles, les Cathares.

Marcion constitua un grave danger pour l’Église et cela explique pourquoi, à partir du troisième quart du IIe siècle, la plupart des écrivains chrétiens de Justin à Tertullien (Denys de Corinthe, Philippe de Crète, Théophile d'Antioche, Philippe de Gortyne, Modeste, Irénée de Lyon, Hippolyte, Méliton de Sardes, Miltiade, Proclus, Clément d'Alexandrie, Rhodon, etc.) écrivirent des textes contre lui et contre ses doctrines. Vers la fin du IIe siècle, Bardesane d'Édesse rédigeait contre Marcion des Dialogues en syriaque qui s’ajoutaient aux critiques lancées en grec et qui, bientôt, allaient l’être en latin. Au IVe siècle, Éphrem le Syrien critiqua également cette doctrine.

La doctrine de Marcion devait être ancienne quand elle fut combattue. Il est difficile d’en connaître les origines. Outre une lecture personnelle des épîtres pauliniennes, il pourrait y avoir des influences de la Gnose, ou d’autres ? On retrouve dans Marcion tous ces éléments, on parle d’un paulinisme exacerbé… Il est difficile de savoir s’il a voulu réunir la Gnose et les chrétiens ?

Marcion était-il gnostique ? De fait, les Pères de l'Église l’ont assimilé aux gnostiques et ont vu en lui – après Simon le Magicien – le second grand hérésiarque du christianisme naissant.

Marcion gardera son mystère car les seuls textes disponibles, sur lui, sont ceux de ses détracteurs. Peut-être trouvera-t-on d’autres sources ?

L’affaiblissement du marcionisme est dû à des causes conjuguées :

  • la règle de continence stricte de sa communauté : règle peu attractive pour le peuple et ne lui donnant que très peu d’enfants ;
  • les critiques de ses détracteurs ;
  • les progrès de l’Église et de l’école d’Alexandrie qui discréditèrent sa doctrine et présentèrent une nouvelle philosophie chrétienne, ne laissant plus de place à Marcion et au gnosticisme ;
  • l’appui politique du gouvernement romain à l’Église censée maintenir la paix civile.

Le tout contribua largement à la victoire de celle-ci.

Référence

  1. certains auteurs donnent 95-161
  2. Tertullien, écrit dans son Contre Marcion: « Le fait est donc établi: ces Evangiles étaient entre les mains des Eglises. [...] En effet, s'il est vrai que les écrits apostoliques nous soient parvenus dans leur intégrité, et que l'Evangile de Luc, maintenant entre nos mains, soit si bien d'accord avec eux, qu'il subsiste avec eux dans les Eglises, il faut en conclure que l'Evangile de Luc nous est arrivé intact, jusqu'au sacrilège de Marcion. » Ce qui semble indiquer que l'évangile de Luc était inconnu à Rome jusqu'en 140
  3. J.-M. Le Mayeur et al., Histoire du Christianisme - tome 1 - Le nouveau peuple (des origines à 250), Desclée, 2000, p.184.
  4. Le Judaïsme et le christianisme antique, d'Antiochus Epiphane à Constantin. Marcel Simon et André Benoît. Page 153.

Bibliographie

Textes anciens

  • Alexandrie (Chronique d’…) v. l’an 158.
  • Jean Chrysostome, Hom. in Phil., VII, etc.
  • Clément d'Alexandrie, III 3, 17; VII 17.
  • Cyprien, Epist., 74.
  • Cyrille, Catéchèses, XVI.
  • Denys de Rome, in Athanase De Nicaenis decr.; Philosophumena VII 29, 31, 37.
  • Adamantios Dialogues d’… (I et Il’).
  • Edesse (Chronique d’…) v. année 149
  • Éphrem, Evangelii Concordantis Expositio.
  • Épiphane, Haer., XLII, XLIII, XLIV (Panarion 1).
  • Esnik, Réfut. des sectes, IV.
  • Eusèbe, Chron., ann. 140 et 153; H. E., IV 21 à 25, 30; V 13, 16.
  • Hégésippe, in Eusèbe H.E. IV 22.
  • Hippolyte, Philosophumena, Syntagma.
  • Irénée, Contre les hérésies, I 27/2, 28/1 Il 1/4, 28/6; HI 3/4, 4/3, 12/5,12; IV 33/2.
  • Isidore de Péluse, I Epist. 37.
  • Jérôme, In Osee IX ; De viris ill., 17 32 37; C. Johan. Hierosol., 34; In Matt. XII, etc.
  • Justin, Apol. I 26 58; Dial. 35.
  • Muratori (Canon de), lignes 63 et ss.
  • Origène, Contre Celse V 62; In Jer. homn. X 5; In Rom.Il.
  • Philastre, c. 45.
  • Rhodon, in Eusèbe H. E., V 13.
  • Rufinus, Dialogues.
  • Tertullien, les cinq livres Contre Marcion ; Praescr. 30, 38; De idol. 5; De anima c. 17; De carne Christi 1-8. Trad. fr. Editons du Cerf.
  • Théodoret, I 24 25; les cinq livres en vers contre Marcion.

Textes modernes

Textes en français

  • Marcel Simon et André Benoît, Le Judaïsme et le christianisme antique, d’Antiochus Epiphane à Constantin, PUF, 5e édition, 1998, ISBN 2 13 045723 1
  • Benoit et Boismard, Synopse des quatre Évangiles, Éd. du Cerf, Paris, 1935.
  • D. de Bruyne O.S.B., Prologues bibliques d’origine marcionite (R. bénéd., XIV 1907 et 1928).
  • A. von Harnack : Marcion. L’Évangile du Dieu étranger, Éd. du Cerf, Paris, 2005.
  • Léon Chestov : "À propos du livre éternel. mémoire de G.O. Gerchenson." in « Spéculation et révélation (Oumozrenie i Otkrovenie) » Préf. de Nicolas Berdiaev, Editions L’Âge d'Homme, 1990, ISBN 2-8251-2233-5
  • Ernest Renan : Vie de Jésus, Paris, M. Lévy frères, 1863 (Gallica, BNF, mode image)
  • A. Loisy, Histoire et mythe à propos de Jésus-Christ, 1938. Nourry.
  • G. Ory, Le Christ et Jésus. Éd. Le Pavillon, Paris, 1968;
  • S. Pétrement, Le Dualisme chez Platon et les gnostiques. PUF, 1947.
  • E. Weill.Raynal, La Chronologie des Évangiles. Éd. Rationalistes, 1968.

Textes non français

  • J. Knox, Marcion and the New Testament, Chicago, 1942, The Univ. Chicago Press.
  • E.C. Blackmann, Marcion and his influence. London, S.P.C.K., 1948.
  • Harris, On the trail of Marcion (Deissmann Festgabe), 1927 ; Marcion’s book of contradictions.
  • Harnack, Adolf Von…., 1886 : « Lehrbuch zur Dogmengeschichte », 1888 : « Christliche Welt ». 1921 et 1924 : Des Evangelium vom fremden Gott (cf. supra pour l’édition française).
  • Steven Runciman, The Medieval Manichee: a study of the christina dualist heresy, Cambridge, 1947
  • Th. Zahn, 1888-1892 : Geschichte des neutestamentliehen Kanons
  • Pott, Marcions Evangelientext, in Zeitschnif t fiir Kirchengeschichte, vol. XLII, pp. 202.

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marcion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marcion — oder Markion (* um 85 in Sinope in Pontus; † 160) war der Begründer einer einflussreichen christlichen Richtung des 2. Jahrhunderts mit Nähen zu gnostischen Einflüssen. Seine religiösen Bestrebungen wurden im Prozess der Selbstdefinition der… …   Deutsch Wikipedia

  • MARCION — (85 env. env. 160) Hérétique chrétien, né à Sinope (Pont). Marcion vint à Rome vers 140, eut des démêlés avec l’Église locale et en fut chassé en 144. Influencé par le gnostique Cerdon, Marcion fonda une Église fortement hiérarchisée, qui… …   Encyclopédie Universelle

  • Marción — de Sínope. Marción de Sinope (*c. 85 en Sínope (Ponto); † c. 160 en Roma [ciertos autores dan 95 161]), escritor y teólogo griego, fue un heresiarca cristiano del siglo II, fundador de la secta marcionista. Su doctrina se resume en la existencia… …   Wikipedia Español

  • MARCION — Haeresiarcha Sinopensis, Ponticus saepe dictus, quod patria eius olim ad Pontum pertineret, Stoicos primo sequutus, dein secessum et paupertatem spontaneam amplexusest sed vitii puellae illati convictus, a Patre Epifcopo Ecclesiâ pulsus, romam… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Marcion — Marcion, geb. in der ersten Hälfte des 2. Jahrh. in Sinope, wurde nach Einigen wegen häretischer Meinungen, nach Andern, weil er ein Mädchen geschwächt hatte, excommunicirt, ging zwischen 140–150 nach Rom, lebte hier sehr streng, anfangs in… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Marcĭon — Marcĭon, der Stifter der Marcioniten, einer christlich gnostischen Sekte, war nach der besten Überlieferung ein Reeder zu Sinope im Pontus, begab sich um 140 nach Rom, wo er unter den Einfluß des syrischen Gnostikers Cerdo kam, brach 144 mit der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Marcion — Marcĭon, Gnostiker, Sohn eines Bischofs von Sinope, lehrte um 150 n.Chr. ein gnostisches System mit schroffer Betonung des Gegensatzes von Gesetz und Evangelium. Der sog. Kanon des M. enthielt eine Abart des Lukasevangeliums und zehn Briefe des… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Marcion — Marcion, ein Vertreter der falschen Gnosis (s.d.), Sohn eines Mannes, welcher später Bischof von Sinope in Pontus wurde, mit Talent und Wissen reichlich ausgestattet, verführte eine Jungfrau, wurde von seinem eigenen Vater deßhalb excommunicirt,… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Marcion — nació en Sinope (actual Turquía) en el Ponto en el siglo II. Era un gentil convertido al cristianismo. Muy rico, ya que era naviero, viajó a Roma entre los años 120 y 130, con la idea de intervenir en la propagación de la fe. Las gentes de… …   Enciclopedia Universal

  • Marcion — Mạrcion,   Mạrkion, frühchristlicher Theologe, * Sinope um 85, ✝ um 160; Sohn des Bischofs von Sinope. Als Irrlehrer aus seiner Heimatkirche ausgeschlossen, ging Marcion nach Rom (vor 140). Dort entwickelte er als gelehrter theologischer… …   Universal-Lexikon