Marae


Marae


Un marae (en Maori de Nouvelle-Zélande, des îles Cook, et en tahitien), malaʻe (en tongien), malae (en samoan et en hawaiien), est un lieu sacré qui servait aux activités sociales, religieuses et politiques dans les cultures polynésiennes précédant la colonisation.

Dans toutes les langues polynésiennes, le mot désigne également un espace nu et dégagé. Dans son acception sociale, il désigne spécifiquement un espace dégagé consacré aux réunions, à l'intronisation des chefs, aux repas cérémoniels, aux rituels religieux... Dans certains archipels d'Océanie peuplés de Polynésiens, la maison du chef était établie sur le marae. Dans les îles de la Société, et plus généralement en Polynésie française, le terme de marae désigne une construction particulière, distincte des places de réunion ou de danse, et au caractère religieux et sacré très prononcé.

Le marae consiste généralement en une surface rectangulaire pavée de pierre, de corail ou nue, dont le périmètre est bordé de pierres plus hautes ou de bois. Il est parfois accompagné d'une terrasse pavée supportant des constructions en bois. Au centre de cette surface pavée, parfois sur un côté, une pierre est parfois dressée. Les plus grands marae sont parfois accompagnés de marae secondaires, de chemins et de surfaces dallées de pierres appelées paepae.

Sommaire

Marae en Polynésie française

Article détaillé : Marae en Polynésie française.

Marae de Nouvelle-Zélande

Chez les Maori d'Aotearoa (la Nouvelle-Zélande, en polynésien) le marae désigne techniquement un espace faisant front au wharenui (ou fare-nui : maison d'accueil). Dans son usage courant, il tend à désigner l'ensemble du complexe formé par les bâtiments et l'espace dégagé consacré. L'aire faisant face au wharenui est désigné comme le marae ātea, et sert au pōwhiri (ou pao-hiri) : les cérémonies d'accueil. La maison de rencontre sert aux activités sociales communautaires, comme les discussions importantes, l'artisanat collectif, les danses... Le wharekai (ou fare-kaï : maison des repas) sert principalement pour les repas communautaires.

Statut légal

Selon les termes du Māori Land Act de 1993 ( Te Ture Whenua Maori Act of 1993: loi des terres maories) le marae est en Nouvelle-Zélande enregistré comme une réserve. Chaque marae est géré pour la communauté par un groupe de personne de confiance (board of trustees). Généralement, chaque marae dispose d'une charte spécifique négociée entre le groupe qui le gère et la communauté qui y est attachée. La charte définit généralement :

  • le nom du marae et sa description,
  • la liste des bénéficiaires du marae : iwi (tribus), hapū (sous-tribus) et whānau (familles) ; dans certains cas, le marae est pour l'ensemble de la population de Nouvelle-Zélande,
  • le système de désignation du board of trustees,
  • les principes généraux gouvernant le marae,
  • la responsabilité des personnes faisant partie du board of trustees, et
  • les méthodes de résolution des conflits.

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marae de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marae — Taputapuatea auf der Insel Raiatea Als Marae (Variationen: malae, mala’e, ma’ae) bezeichnet man in den pazifischen Kulturen ein zeremoniellen Zwecken vorbehaltenes, abgegrenztes Areal. In Ostpolynesien stellt sich die Zeremonialstätte als… …   Deutsch Wikipedia

  • MARAE — Les termes marae , malae ou me’ae désignent en Polynésie un espace réservé aux activités de la hiérarchie sociale: réunions, intronisation des chefs, repas cérémoniels... Dans certaines îles, on y établissait la maison du chef; ailleurs, celle… …   Encyclopédie Universelle

  • Marae —   [ raɪ, polynesisch], Heiau, der Kultplatz der Polynesier, ein gepflasterter, von einer Steinmauer umgebener, meist rechteckiger Platz. Das durch strenge Tabuvorschriften geschützte Allerheiligste im Marae ist die an einer Schmalseite des… …   Universal-Lexikon

  • Marae — Taputapuātea, an ancient marae constructed of stone on Ra iātea in the Society Islands, restored in 1994. A marae (in New Zealand Māori, Cook Islands Māori, Tahitian) malaʻe (in Tongan), malae (in Samoan and Hawaiian …   Wikipedia

  • marae — noun /məˈɹʌɪ/ a) a Polynesian sacred altar or enclosure , 2004: The path ended down by the sea at a crumbling ‘ingot’ of black coral, twenty yards in length in height two men. ‘A marae, this is called,’ Mr Wagstaff informed me. ‘All over the… …   Wiktionary

  • marae — məˈrī noun (plural marae or maraes) Etymology: Tahitian & Maori 1. : a Polynesian temple enclosure used for worship or sacrifice or other religious ceremonies 2. : a square or similar open area before a Maori tribal or family meetinghouse used… …   Useful english dictionary

  • Marae — Ma|rae die; , [s] <aus dem Polynes.> polynes. Kultstätte in Form einer Stufenpyramide mit Plattform für Götterbilder …   Das große Fremdwörterbuch

  • marae — n. Maori meeting place …   English contemporary dictionary

  • marae — ma·rae …   English syllables

  • Marae —    Generic name of the sacred places of the Polynesian Islands. These are all remnants of a widespread megalithic culture. In some places they took the form of ziggurats, one at Raiatea, discovered by Captain Cook, having a base 267 feet by 67… …   Who’s Who in non-classical mythology


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.