Mal De L'espace


Mal De L'espace

Mal de l'espace

On désigne sous le vocable de mal de l'espace ou syndrome d'adaptation à l'espace, l'ensemble des symptômes variés que peuvent présenter les spationautes en impesanteur. Les symptômes les plus fréquents sont une désorientation, des nausées, des vomissements et une somnolence[1]. Ce syndrome serait éprouvé par près de la moitié des astronautes durant leurs premiers jours de séjour dans l'espace[2].

Le premier à se plaindre d'un malaise en vol orbital fut le cosmonaute soviétique Guerman Titov, à bord de Vostok 2, lorsqu'il battit le record de la durée de vol dans l'espace en la portant à plus d'une journée le 6 août 1961[réf. nécessaire].

Sommaire

Échelonnement des symptômes

Symptômes immédiats

Les deux tiers des spationautes sont victimes dans les premiers jours de vol de malaises principalement dus à la perte du sens de l'équilibre, qui trouve sa source dans la perturbation de l'oreille interne, dans un phénomène équivalent à celui du mal de mer. Comme pour le mal de mer également, ces malaises perturbent la digestion des astronautes et beaucoup d'entre eux cessent toute alimentation solide durant les deux ou trois premiers jours, par crainte de vomissements, dont les conséquences peuvent être particulièrement aggravées en impesanteur.

Avec l'apparition des stations spatiales (du type Skylab ou Saliout) qui offrirent de grands volumes de déplacement (alors que dans les premières capsules du type Mercury ou Vostok les spationautes restaient la plupart du temps sanglés à leur siège), le phénomène de désorientation s'amplifie et les nouveaux occupants de vastes complexes orbitaux comme Mir ou l'ISS commencent par s'y perdre et, faute de repères aussi basiques que « haut » et « bas », sont fréquemment victimes de nausées.

Ces phénomènes disparaissent habituellement en quelques jours, voire une semaine, mais certains spationautes ne s'adaptent jamais et les subissent durant toute la durée du vol. Aucun facteur physiologique ou psychologique commun n'a encore été mis en évidence pour expliquer cette inadaptation.

Un autre symptôme est l'interaction entre le liquide interne du globe oculaire et les rayons cosmiques de haute énergie. L'effet Tcherenkov provoque chez les astronautes des phosphènes parfois gênants mais sans gravité. Cet effet est beaucoup plus marqué chez les astronautes des missions lunaires, qui ne sont plus protégés par le champ magnétique terrestre.

Symptômes à moyen terme

L'absence de gravité provoque une redistribution des fluides corporels qui migrent vers la partie supérieure du corps et envahissent la poitrine et la tête, provoquant migraines et sensation de « tête dans le coton ». Extérieurement, le visage se bouffit et prend une teinte rougeaude.

En réaction à cette redistribution des fluides, tous les organes augmentent de volume. Le corps rejette du calcium et du plasma sanguin. Le corps produit moins de globules rouges et l'organisme commence à souffrir d'anémie. La tension artérielle se dérégularise. N'étant plus soumis à la force de gravité, les disques intervertébraux se dilatent et provoquent des douleurs dorso-lombaires.

Symptômes à long terme

Si le séjour en état d'impesanteur se prolonge plus de 2 mois, les problèmes biomédicaux s'aggravent sans qu'ils soient toutefois irréversibles, bien qu'ils puissent avoir des répercussions longtemps après le retour à la gravité terrestre.

Les cosmonautes qui ont séjourné à bord de la station orbitale Mir parfois plus d'une année — comme Valeri Polyakov (437 jours) ou Yuri Romanenko (430 jours) — ont grandi en moyenne de 10 cm ; la masse musculaire a diminué tandis que les muscles porteurs des jambes se sont atrophiés ; ils ont subi une diminution de poids ; le système immunitaire s'est affaibli et les cycles du sommeil ont été perturbés.

Le symptôme le plus grave reste l'ostéoporose, c’est-à-dire la diminution de la densité osseuse. Cette décalcification — principalement au niveau des jambes et des os du pelvis qui supportent toute la partie haute du corps —, peut atteindre 2 % par mois, équivalente à celle d'une femme ménopausée. Le seul moyen de ralentir cette dégradation est l'exercice physique (tapis roulant, extenseurs) quotidien à raison de 3 heures par jour. Même ainsi, une récente (2008) étude commandée par la NASA, basée sur la prise de biopsies musculaires lors de séjours dans l'ISS, montre que même s'ils se sont entrainés de façon assidue pendant leur séjour, les astronautes ont tous perdu en moyenne 15 % de la masse musculaire et de 20 à 30 % de leur performance musculaire.

De récentes études[réf. nécessaire] (2005) montrent que des bactéries inoffensives sur terre sont beaucoup plus infectieuses en impesanteur et que les lymphocytes T y sont inactifs

L'ensemble de ces études montrent que non seulement le corps humain n'est pas adapté aux séjours en impesanteur mais également que sa capacité d'adaptabilité n'est pas aussi forte que l'on pensait. Tant que la connaissance médicale n'aura pas progressé pour corriger et surtout anticiper ces problèmes, il ne sera pas question d'envisager des missions de très longues durées -notamment vers la planète Mars, pour lequel une mission type basée sur la technologie actuelle durerait plus de deux ans- qui mettraient en danger la vie des spationautes.

Symptômes à très long terme

Plusieurs astronautes (hommes) ont procréé après une mission. On a alors constaté que 80% des enfants de ces astronautes étaient des filles, toutes nations confondues. Ce rapport fortement déséquilibré se révèle identique pour les enfants des pilotes de chasse. Ces derniers attribuent cela au fait qu'ils traversent souvent de puissants faisceaux radar (analogue aux radiations pouvant être subies au-dehors de l'atmosphère terrestre protectrice), et qu'ils supposent que ceux-ci peuvent avoir un effet létal sur les spermatozoïdes mâles uniquement. Toutefois, aucune étude scientifique n'a encore été réalisée pour valider ou invalider cette hypothèse. En outre, aucun problème sérieux n'a été détecté jusqu'à présent sur les enfants de spationautes.

Retour sur terre

Environ un astronaute sur trois perd connaissance lorsqu'il remet les pieds sur Terre et subit à nouveau l'effet de la gravité. L'effet est le même que pour celui qui reste trop longtemps allongé et se remet debout rapidement. Le sang reste en bas, dans les jambes, et la tension artérielle chute un court instant entraînant un voile noir (hypotension orthostatique). Mais cet effet reste passager et n'entraîne pas de séquelles.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de l’astronautique Portail de l’astronautique
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Mal de l%27espace ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mal De L'espace de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mal de l'espace — On désigne sous le vocable de mal de l espace ou syndrome d adaptation à l espace les symptômes variés que peuvent présenter les spationautes en impesanteur et qui sont liés à un phénomène de désorientation. Les symptômes les plus fréquents sont… …   Wikipédia en Français

  • MAL — Le propre du mal tient en ceci qu’il ne peut être nommé, pensé, vécu qu’en relation avec une certaine idée du bien. Qu’il n’y ait pas de bien en soi, que ce que les hommes appellent le bien soit relatif aux situations et aux cultures, et le mal… …   Encyclopédie Universelle

  • Espace Compact En Relativité — En relativité restreinte, un espace compact ou espace fermé est un espace fini et sans bord. Pour avoir une idée qualitative de cette notion, penser au jeu vidéo Pac Man : chaque plan dans lequel se déplace Pac Man est « fermé », c …   Wikipédia en Français

  • Espace compact en relativite — Espace compact en relativité En relativité restreinte, un espace compact ou espace fermé est un espace fini et sans bord. Pour avoir une idée qualitative de cette notion, penser au jeu vidéo Pac Man : chaque plan dans lequel se déplace Pac… …   Wikipédia en Français

  • ESPACE-TEMPS — La mécanique classique, sous la forme mathématique rigoureuse que lui a donnée Newton, repose sur les deux concepts fondamentaux d’espace et de temps absolus: un événement ponctuel est parfaitement déterminé lorsqu’on connaît sa position dans… …   Encyclopédie Universelle

  • Espace Public — L espace public représente dans les sociétés humaines, en particulier urbaines, l ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui est à l usage de tous, soit qui n appartient à personne (en droit par ex.), soit qui relève du domaine… …   Wikipédia en Français

  • Espace Colorimétrique — Cet article fait partie de la série Photographie …   Wikipédia en Français

  • Espace colorimetrique — Espace colorimétrique Cet article fait partie de la série Photographie …   Wikipédia en Français

  • Mal de dos — D’après les chiffres relevés en France, l’origine du mal de dos est mal identifiée dans 95 % des cas et 5 % des personnes de plus de trente ans souffrant d’un mal de dos ne sont pas soulagées par un traitement médicamenteux. C’est… …   Wikipédia en Français

  • Mal de l'air — Cinétose La cinétose, ou mal des transports, est un trouble multifactoriel ayant un grand nombre de symptômes. Lorsque les êtres vivants abandonnent leur mode de déplacement naturel, ils s y exposent. On parle plus volontiers de mal du mouvement …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.