Maca


Maca
Aide à la lecture d'une taxobox Maca
 Racine de maca
Racine de maca
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Dilleniidae
Ordre Capparales
Famille Brassicaceae
Genre Lepidium
Nom binominal
Lepidium meyenii
Walp., 1843
Classification phylogénétique
Ordre Brassicales
Famille Brassicaceae

La[1] maca (Lepidium meyenii Walpers) est une plante à racine pivotante de la famille des Brassicaceae. Elle est cultivée comme aliment et pour ses vertus médicinales depuis le Néolithique dans les Hautes Andes péruviennes, à l'altitude de 3500 à 4200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Sommaire

Histoire

L'espèce Lepidium meyenii Walpers, qui comprend une forme cultivée et une forme sauvage d'aspect variable, a été décrite par Wilhelm Gerhard Walpers en 1843 d'après un exemplaire recueilli à Pisacoma (3919 m d'altitude) à environ 60 km au sud du lac Titicaca, dans le département de Puno au Pérou. Cet holotype était soit d'origine totalement sauvage soit issu d'une culture retournée à l'état sauvage après la mise en jachère du champ d'origine.

Elle est cultivée depuis une époque très reculée dans la région du lac Chinchaycocha ou lac Junin (département de Junin), dans les Andes centrales du Pérou, à une altitude supérieure à 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Des restes de maca ont été identifiés dans une grotte préhistorique de la région. À partir de la conquête espagnole, sa culture a été attestée par plusieurs chroniqueurs, dont Cieza de Leon (1533), Guaman Poma de Ayala (1615), Vasquez de Espinoza (1617) et Padre Cobo (1653). Les voyageurs naturalistes des XVIIIe et XVIIIe siècles l'y ont également mentionnée.

Vers 1980, sa culture était devenue réduite à une dizaine d'hectares.

Dans les années 1990, le président péruvien Alberto Fujimori en voyage au Japon parle de cette plante dans un de ses discours. Des commandes importantes arrivent alors du Japon et la commercialisation internationale commence.

La réintroduction expérimentale de ce tubercule en Bolivie a été réalisée en 2000 par la biologiste de l'Institut Français d'Études Andines (IFEA) Katia Humala-Tasso et par Pierre-Olivier Combelles à la station « Belen » de la Faculté d'Agronomie de l'Université Mayor de San Andrés de La Paz, près d'Achacachi (Bolivie), au bord du lac Titicaca.

Aujourd'hui, la commercialisation de maca connaît une expansion extraordinaire ; elle est exportée dans le monde entier.

Rusticité

Ce tubercule est l'une des très rares plantes à pouvoir survivre dans les conditions climatiques extrêmes qui sévissent sur les hauts plateaux des Andes : soleil implacable et températures élevées le jour, gel intense la nuit, vents violents et soutenus qui dessèchent la plupart des végétaux et causent une importante érosion des sols, créant de ce fait des conditions semi-désertiques.

Les terres vierges, espaces de la steppe de la puna n'ayant jamais été cultivées auparavant, donnent les meilleurs cultures.

Description

Lepidium meyenii existe encore à l'état sauvage dans les Andes, à l'étage de la puna, où elle porte le nom de « chichicara » en quechua et de « januckara » en aymara. La partie aérienne est réduite, mais la racine est très charnue.

Une autre espèce sauvage à racine charnue, très proche du type de Walpers et des exemplaires de Lepidium meyenii sauvages conservés à l'Herbier national de Bolivie à Cota-Cota, Lepidium kalenbornii Hitchcock, a été découverte par Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso dans la région du lac Chinchaycocha ou lac Junin, berceau de sa culture dans les Andes centrales du Pérou.

Cette plante est une espèce en voie de domestication qui retrouve rapidement ses caractéristiques sauvages lorsqu'elle est à l'abandon. Sa domestication est peut-être liée à celles des Camelidae sud-américains (lama, alpaca) au Néolithique, les engrais animaux favorisant le développement de sa racine[2].

La culture sur la même parcelle année après année à l'aide d'engrais chimiques donne un goût amer au tubercule et le rend véreux.

Utilisation

Au Pérou, ce tubercule est transformé de plusieurs façons : cru, cuit ou séché. Avec cette plante, les Péruviens préparent des biscuits, des gâteaux, des chips, et des boissons.

Le Lepidium meyenii n'est pas un médicament, mais peut être commercialisé comme complément alimentaire. C'est une source alimentaire de qualité supérieure. Le tubercule est utilisé depuis des milliers d'années par la population locale. À présent, les Péruviens utilisent encore cette plante comme source alimentaire. Mais aussi au-delà des frontières du pays, cette plante est maintenant connue, tant en Amérique du Sud et du Nord qu'en Europe.

Ce tubercule est surtout connu sous le nom de « ginseng péruvien » ou « viagra péruvien », parce que cette plante stimulerait la libido, ces vertus prétendument aphrodisiaques n'étant pas scientifiquement étayées[3]. Cette plante permet également de lutter contre la stérilité masculine en améliorant la qualité du sperme[4]. Il n'y a aucun effet secondaire connu.

Ses potentialités médicinales sont actuellement en cours d'étude pour identifier les molécules actives dans l'utilisation traditionnelle. Les trois écotypes principaux semblent avoir des effets légèrement différents sur les hommes et les femmes, mais toujours bénéfiques pour la fertilité.

Comme le marché des compléments alimentaires aphrodisiaques est très lucratif, cette plante ou plutôt les extraits de cette plante ont fait l'objet de licences dans de nombreux pays. Les paysans péruviens, soutenus par leur gouvernement, ont réagi à ces tentatives d'appropriation d'une de leurs plantes médicinales traditionnelles[5].

Synonyme

  • Lepidium peruvianum G.Chacón
Ce nom, proposé en description d'un plant cultivé dans la région de Huancayo, est abusif. L'auteur n'a pas tenu compte de l'espèce sauvage et du fait que la forme cultivée est en voie de domestication. C'est la raison pour laquelle il n'a pas été validé par les taxinomistes. Soutenue par les organisations internationales dont le CIP (Centro International de la Papa) à Lima, dépendant du CGIAR, et contestée par la majorité des botanistes péruviens, cette initiative doit probablement être mise en rapport avec la tentative de breveter cette plante par des sociétés américaines au cours des dernières années.[réf. nécessaire]

Notes et références

  1. Le nom de cette plante est fréquemment mis au genre féminin mais on le trouve aussi parfois au genre masculin.
  2. Humala-Tasso K. et Combelles P.-O., 2007
  3. http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2001/mag0216/nu_3600_aphrodisiaques_niv2.htm La nouvelle plante miracle pour le sexe ?
  4. Pr Gustavo Gonzales - Facultad de ciencias y filosofia Alberto Cazorla Talleri - Universidad Peruana Cayetano Heredia - Lima - Pérou
  5. http://www.phytomania.com/phyto/magazine-janvier.htm Plantes indigènes d'Amérique du Sud

Bibliographie

  • Combelles, Pierre-Olivier & Humala-Tasso, Katia Kusiqoyllur. Une culture d’altitude millénaire. Pour la Science N° 311 (septembre 2003) : 25-29.
  • Humala-Tasso Combelles, Katia, 1997. Approche agro-écologique du Lepidium meyenii (Walpers) dans la région du lac Chinchaycocha - Andes centrales du Pérou. D.E.A. Paris VI-Paris XI-INAPG.
  • Humala-Tasso Katia & Combelles Pierre-Olivier, 2007. Lepidium meyenii Walpers. Pitunilla/IAEE/IEE, Auffargis (France). 89 p.; ill..(ISBN 978-2-917445-00) [1] [2]

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maca de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • maca — MACÁ s.f. Numele unui joc de cărţi, bacara. – Din fr., it. macao. Trimis de claudia, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  MACÁ s. bacara, banc. (maca este numele unui joc de cărţi.) Trimis de siveco, 05.08.2004. Sursa: Sinonime  macá s. f., art. macáua,… …   Dicționar Român

  • Máca — bezeichnet: einen Asteroiden im Hauptgürtel, siehe (5228) Máca Máca ist der Familienname folgender Personen: Martin Máca (* 1990), tschechischer Grasskiläufer Maximilián Schiessl Máca, tschechischer Fußballspieler Miloš Máca (1927–1984),… …   Deutsch Wikipedia

  • MACA — Saltar a navegación, búsqueda MACA (siglas en inglés de Multiple Access with Collision Avoidance) es un protocolo informático. La modificación incluida en este protocolo, respecto a CSMA/CD, es que ahora las estaciones, antes de transmitir, deben …   Wikipedia Español

  • maçã — s. f. 1. Fruto da macieira. 2. Aquilo que tem ou lembra a forma desse fruto. 3. Peça do punho da espada onde entra o espigão da folha. 4. maçã do peito: Carne da extremidade do peito da rês. 5. maçã do rosto: parte saliente das faces.… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • maca — s. f. 1.  [Angola] Problema, conflito. 2. Pleito.   ‣ Etimologia: quimbundo maka, conversa, palavra maca s. f. 1. Cama portátil para conduzir feridos, doentes ou cadáveres. 2.  [Marinha] Cama de lona em que se dorme a bordo. 3. Padiola para… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • maça — s. f. 1. Arma constituída por um pau curto, periforme e nodoso ou com puas. = CLAVA, MOCA 2. Pilão cilíndrico usado no serviço dos calceteiros. = MAÇO 3. Insígnia de madeira usada em certas cerimônias. 4. Instrumento de maçar linho. 5. Polpa… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • MACA — or maca can mean:* Maca (plant) * Mongol American Cultural Association * Multiple Access with Collision Avoidance * Military Aid to the Civil Authorities * Member Australian Counselling Association * Most Advanced Cryptografic Algorithm …   Wikipedia

  • MACA — ist die Abkürzung für: Multiple Access with Collision Avoidance, siehe Carrier Sense Multiple Access/Collision Avoidance#RTS/CTS Koordination Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, das größte Gefängnis der Elfenbeinküste Maca steht für: Maca… …   Deutsch Wikipedia

  • maca — planta del altiplano peruano supuestamente dotada de propiedades afrodisíacas por su alto contenido en esteroles. dibujo de herbario [véase http://www.iqb.es/diccio/m/ma.htm#maca] monografía [véase http://www.iqb.es/diccio/m/ma.htm#maca]… …   Diccionario médico

  • maca — máca ž DEFINICIJA hip. od mačka FRAZEOLOGIJA došla maca na vratanca onaj koji se izvlačio od neke obaveze, koji se nije htio pojaviti gdje je trebalo i sl. konačno je morao doći, napokon se suočio s ljudima, činjenicama, obavezama i sl.; maca… …   Hrvatski jezični portal

  • maca — macȁ ž <G mn mȃcā> DEFINICIJA jud. beskvasni kruh od tanko izvaljanog i na ploči pečenog tijesta koji Židovi jedu na praznik Pesah u spomen na bijeg iz Egipta; maces ETIMOLOGIJA jidiš matse ← hebr. maccāh …   Hrvatski jezični portal