M.I.A.


M.I.A.
M.I.A.
MIA front face.jpg
M.I.A. en 2009

Nom Mathangi Arulpragasam
Naissance 17 juillet 1975
Londres, Angleterre
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale chanteuse
Genre musical Musique électronique, hip-hop, dancehall
Années d'activité Depuis 2000
Labels XL Recordings, Interscope Records
Site officiel miauk.com

M.I.A., de son vrai nom Mathangi « Maya » Arulpragasam, est une auteur, interprète et productrice de disques née le 17 juillet 1975 à Londres dans le quartier de Hounslow[1]. Elle est une artiste d'origine tamoul (Sri Lanka). Sa musique allie des éléments divers de grime, de hip-hop, de ragga, de dancehall, d'électro, et de funk, ce qui donne un son urbain, tribal, multi-culturel et engagé à la fois, avec des textes qui expriment entre autres la politique, le réalisme social et l'humeur.

Sommaire

Biographie

À 6 mois, elle quitte l'Angleterre et déménage avec sa sœur Kali et ses parents au Sri Lanka[2]. Son père y devient une figure politique connue, membre fondateur de EROS (Eelam Revolutionary Organisation of Students), organisation révolutionnaire étudiante pour l'indépendance de l'Îlam tamoul[3]. Un an après, Maya part avec sa mère et sa sœur à Jaffna, au nord du pays, où naît son petit frère Sugu[3]. La guerre civile éclate, et la petite famille sans le père émigre à Chennai, en Inde, dans une maison en ruine loin de tout[3]. Cette période oblige la famille à se débrouiller pour manger à sa faim[3]. Un retour à Jaffna en pleine guerre civile oblige sa mère à retourner ensuite avec ses enfants en Inde, et de là à Londres en tant que réfugiée[3]. Maya a 11 ans, elle apprend l'anglais et se tourne vers le rap et le hip-hop grâce à la radio[3]. Maya est une élève douée et créative, qui finit par obtenir une place au Central Saint Martins College of Art and Design de Londres, où elle étudie les beaux-arts, le cinéma et la vidéo[3].


Début

Elle commence dans la peinture en tant qu'artiste engagée : en 2001, sa première exposition a lieu à Portobello Road, à Londres, et un livre reprenant ses œuvres paraît, simplement intitulé M.I.A.[3]. Mais Maya se dirige ensuite vers le monde de la musique en faisant une vidéo du groupe Elastica en tournée[3]. Elle rencontre la chanteuse Peaches, la reine de l'electroclash, qui initie Maya au séquenceur Roland MC-505 et lui donne le courage de se lancer dans la seule forme d'art dans laquelle Maya se sent le moins sûre d'elle : la musique[3]. De retour à Londres, elle se procure un séquenceur d'occasion et fait une démo de six chansons[3]. Les DJ s'arrachent le single Galang, édité à seulement 500 exemplaires[3]. Sa carrière musicale est donc officiellement lancée en 2004 grâce au bouche-à-oreille, à internet et aux clubs.


2004 : Arular

Par la suite, son premier album, Arular, gagne le prix Mercury en 2005. Celui-ci marque l'indépendance de M.I.A. dans le monde musical et impose la chanteuse comme une égérie du courant nu rave[4].

2007 : Kala

Plus récemment M.I.A. s'est fait connaître grâce a son titre Paper planes (sur l'album Kala) remixé pour le film aux huit oscars Slumdog Millionaire, sa notoriété s'est donc accrue après cela .


En 2009 elle fait partie des cent personnes les plus influentes du Time.

2010 : Maya

Le 26 avril 2010, elle publie sur son site le clip de son prochain single Born Free qui paraîtra le lendemain. Il s'agit d'un clip très violent de neuf minutes réalisé par le réalisateur Romain Gavras. Quelques heures après sa publication, la vidéo sera retirée du site Youtube, avant de réapparaitre avec certaines restrictions. Le géant de la vidéo en ligne n'a pas donné d'explications pour ce retrait[5].Ce morceau annonce également la sortie de son troisième album, qui sera officiellement disponible dès le 23 juin au Japon et le 29 juin aux États-Unis. À partir du 11 mai 2010, on peut découvrir sur internet "XXXO", le premier single officiel de son troisième album[6]. Ce morceau avait déjà été diffusé la veille sur BBC Radio One[7].

M.I.A. sera en featuring dans une track du 1er album de SebastiAn (Ed Banger) qui sortira début janvier 2011.

2011 : Mixtape Vicki Leeks

Début 2011, M.I.A met à la disposition des internautes une mixtape nommée VICKI LEEKS allusion à l'affaire wikileaks... Elle prouve comme à son habitude son habilité à mélanger les genres : sonorités électroniques et voix torturée à l’extrême se mêlent sur un fond de musique reggae mais aussi des sonorités orientales.

Un retour aux sources?

Au début de l'année 2011, M.I.A reconnaît que son retour en demi-teinte avec l'album MAYA peut s'expliquer par un travail bâclé "mon dernier album était pourrave" et elle ajoute : "Je comprend ce que les gens avaient dit sur mon album, qu'il craignait grave... Je l'ai réecouté l'autre jour, et j'avoue que je suis d'accord..." [8]

Pseudonyme

Le pseudonyme M.I.A. possède deux significations[9] :

  • Missing In Acton, en rapport avec le quartier de Londres où elle a grandi.
  • Missing In Action, en référence au terme militaire anglophone signifiant disparu au combat.

Discographie

Albums

Singles

Tournées

Anecdotes

  • Elle a enregistré une chanson pour son deuxième album "Kala" nommée "Hit That", réalisée par Bangladesh (réalisateur du single "A Milli" de Lil Wayne). La chanson n'est pas apparue sur l'album, mais Bangladesh l'a rendue disponible sur son site Myspace[10]. De plus, le remix avec Zé Tzun en featuring, un rappeur Canadien qui aborde souvent le thème de la sexualité dans ses textes, est disponible sur internet[11].
  • Le titre "Swagga Like Us" de T.I. utilise un sample de Paper Planes.
  • "Paper Planes" contient un sample de "Straight to Hell" de The Clash.
  • "Paper Planes" a été produit par Diplo.
  • Le clip de Born Free, réalisé par Romain Gavras, a été censuré sur YouTube pendant une courte période, et a également crée une controverse due à une incompréhension de certaines personnes de la réelle signification de la vidéo. Le réalisateur a déjà connu ce genre de controverse avec le vidéo clip de "Stress'"' pour le groupe Justice.
  • Born Free contient un sample de "Ghost Rider" par le groupe de synthpunk Suicide.
  • M.I.A. n'aime pas Lady Gaga, qu'elle considère comme l'une de ses "imitatrices"[12].
  • M.I.A. sera présente sur le nouvel album de SebastiAn sur un featuring entre les deux artistes. Cette nouvelle a été annoncée par Pedro Winter (connu sous le nom de Busy P, patron de Ed Banger Records) lors d'une interview sur Le Mouv'.

Notes et références

Bibliographie

  • 2002 : M.I.A., Pocko

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article M.I.A. de Wikipédia en français (auteurs)


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.