Lucius Cornelius Sulla


Lucius Cornelius Sulla

Sylla

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sylla (homonymie).
Pseudo-« Sylla », copie d'époque augustéenne, Glyptothèque de Munich (Inv. 309)

Sylla ou Sulla (Lucius Cornelius Sulla en latin) est un homme d'État romain, né en 138 av. J.-C., mort à Cumes en 78 av. J.-C.

Sommaire

Son origine

Sylla est un cognomen de la gens patricienne Cornelia. Sylla était d’une de ces familles qui composent les premières maisons de Rome. On sait que Publius Cornelius Rufinus, un de ses ancêtres, parvint au consulat en 290 et en 277 av. J.-C., mais qu’il fut moins connu par cette élévation que par la flétrissure qu’il reçut : on trouva chez lui plus de dix livres de vaisselle d’argent ; et cette contravention à la loi le fit chasser du Sénat. Ses descendants vécurent depuis dans l’obscurité, et Sylla lui-même fut élevé dans un état de fortune médiocre.

Né en 138 avant J.-C., il était, selon son biographe Plutarque (Vie de Sylla) de fortune modeste et ce serait l'héritage de sa maîtresse Nicopolis et celui de sa belle-mère qui lui auraient rendu une certaine aisance. Mais comme toujours, s'agissant de ce personnage, les sources littéraires sont souvent biaisées par les polémiques que son histoire a suscitées. Sa famille, un peu effacée à la suite de la condamnation de Rufinus, n'avait pas pris une part très active à la conquête romaine du IIe siècle, et s'était donc peu enrichie ; mais on ne saurait oublier que son grand-père et son grand oncle avaient exercé la préture l'un en Sicile, l'autre en Sardaigne, et que ces fonctions étaient toujours lucratives.

Quoi qu'il en soit de la relative modestie de sa fortune, le jeune homme reçut une formation digne de ses origines et toutes les sources s'accordent à faire de lui un personnage très cultivé. Même l'historien Salluste, qui n'était pas favorable à Sylla, a dit de lui qu'il « avait une connaissance des lettres grecques et latines digne des savants les plus érudits »[1]. Cette grande culture est même à l'origine du paradoxe que les anciens voyaient en ce caractère parce qu'il alliait des qualités qui semblaient tout à fait inconciliables du point de vue de la tradition romaine : riche culture littéraire, goût des plaisirs, amour de l'otium et du luxe, d'une part, animus ingens, désir de gloire, activité intense et énergie, de l'autre.

Sa vie

Sa carrière commence en -105 en Afrique. En qualité de légat, il mène alors les négociations secrètes qui conduiront son général, Marius à la victoire sur Jugurtha de Numidie.

En particulier, il persuade le roi Bocchus de Maurétanie de trahir Jugurtha qui s'était enfui en Maurétanie pour se mettre à l'abri. C'était une opération délicate, le roi Bocchus pesant les avantages de livrer Jugurtha à Sylla, ou Sylla à Jugurtha.

Par la suite, il va affirmer sa position en remportant plusieurs succès lors de la guerre des Cimbres, fit prisonnier Copillus (général des Gaulois Tectosages), attira les Marses (nation italique nombreuse et guerrière) dans l’alliance des Romains et pendant la guerre sociale (de -91 à -89). Devenu une figure importante de la politique romaine, il devient le rival de Marius qui soutient le mouvement des populares, Sylla rejoignant le camp de l'aristocratie sénatoriale et conservatrice des optimates. Il affronte Marius et l'oblige à l'exil suite à la Première guerre civile de la République.

Consul en -88 avec Quintus Pompeius Rufus, il mène une campagne victorieuse contre Mithridate VI, roi du Pont, pour le contrôle des cités grecques d'Asie mineure, province romaine depuis -129 (campagne marquée par de nombreuses déprédations). Un conflit a eu lieu entre lui et Marius pour déterminer lequel mènerait la première guerre contre Mithridate, Sylla allant jusqu'à marcher sur Rome avec ses troupes pour empêcher la désignation de Marius soutenu par la plèbe, mais pas par le Sénat.

Après avoir vaincu les armées ennemies en Grèce, il y tombe gravement malade et doit y rester une année pour se faire soigner. Il y perd toutes ses dents, ses cheveux (il doit se faire faire une perruque), et sa peau s'affaisse profondément. Son visage se couvre de croûtes qui le démangent sans arrêt, et le seul moyen pour lui de ne pas se gratter est de se saouler (jusqu'à la découverte d'un baume pour son visage pendant qu'il se bat en Italie).

De retour en Italie après la paix de Dardanos en -85 et la réorganisation de la province d'Asie, il doit affronter les partisans marianistes qui ont pris le pouvoir pendant son absence. Après la deuxième guerre civile en 81 av. J.-C., qui s'achève par la victoire des syllaniens, il est nommé dictateur. Il prend alors le surnom de Felix (fortuné, chéri des dieux, qu'il explique lui-même un jour comme protégé de Vénus[2]), et effectue une purge politique par de nombreuses proscriptions. Il restaure le pouvoir du Sénat romain (79 av. J.-C.), dans l'espoir de sauver la République « aristocratique » et limite le pouvoir des tribuns de la plèbe, vecteurs de l'opposition populiste. Beaucoup de personnes sont obligées de se cacher ou de fuir, dont Jules Caesar.

En 81 av. J.-C., il fonde la colonie romaine d'Aleria, en Corse. Durant cette même année, son neveu, Sextus Nonius Sufenas, institue les « ludi Victoriæ Sullanæ » afin de commémorer la victoire de son oncle à la porte Colline. En 80 av. J.-C., il transforme Pompéi en colonie romaine, du nom de Colonia Veneria Cornelia Pompeii : les colons romains remplacent alors les habitants chassés de leurs demeures.

Sa mort

Sylla

À l'issue de ces réformes, il se retire, en -79, de la vie politique, avant de mourir deux ans plus tard. Plutarque s'étend sur les horreurs d'une phtiriase (maladie pédiculaire, c'est-à-dire causée par les poux) dont Sylla aurait souffert dans ses derniers jours et y voit la cause indirecte de sa mort, mais on ne croit plus guère au tableau clinique que les auteurs antiques donnaient de la phthiriase[3]. Les historiens modernes attachent plus d'importance à une circonstance des derniers instants de Sylla mentionnée par Plutarque lui-même, 37, 5, et par Valère Maxime, 9, 3, 8 : un vomissement de sang concomitant à un accès de colère contre le questeur Granius, qui devait au trésor public une somme considérable mais différait de la payer en attendant la mort du dictateur pour en frustrer la république[4].

Sylla avait à peine expiré, que plusieurs citoyens se liguèrent avec le consul Lépide pour empêcher qu’on ne lui fît les obsèques qui convenaient à un homme de son rang. Mais Pompée, utilisant son prestige, les obligea à renoncer à leur projet et fit rendre à Sylla tous les honneurs convenables.

« Les statues qui nous restent de lui, nous permettent de juger de l’air de sa figure : ses yeux étaient ardents et rudes. Et la couleur de son visage rendait encore son regard plus terrible, elle était d’un rouge foncé, parsemé de taches blanches. On croit même que c’est de là qu’il a tiré son surnom de Sylla. Un plaisant d’Athènes fit ce vers satirique sur son teint : " Sylla n’est qu’une mûre empreinte de farine ".[5] »

Notes et références

  1. Guerre de Jugurtha 95, 3
  2. Hinard, Sylla, Paris, 2005, p. 237. Après avoir dit que Sylla se fit appeler «Felix», Plutarque (Sylla, 34, 3-4) ajoute que quand il écrivait à des Grecs, il se donnait le titre d' «Épaphrodite»; Plutarque, Vies, vol. VI, texte établi et traduit par R. Flacelière et Ém. Chambry, éd. Les Belles Lettres, coll. Budé, Paris, 1971, p. 280.
  3. Sur cette question d'histoire de la médecine, voir J. Bondeson « Phthiriasis: the riddle of the lousy disease », Journal of the Royal Society of Medicine, juin 1998; 91(6): 328–334. En ligne.
  4. F. Hinard, Sylla, Paris, 2005, p. 263-264, ne mentionne même pas la phthiriase dans son récit de la fin de Sylla.
  5. Plutarque, Sylla, 2, 1-2; voir ce passage (autrement traduit) dans Plutarque, Vies, vol. VI, texte établi et traduit par R. Flacelière et Ém. Chambry, éd. Les Belles Lettres, coll. Budé, Paris, 1971, p. 231.

Voir aussi

Commons-logo.svg

Sources antiques

  • Plutarque, Vies, t. 6, Sylla; éd. Les Belles Lettres, Paris, 1971; texte établi et traduit par R. Flacelière et É. Chambry.
  • Appien d'Alexandrie, Guerres civiles.
  • Appien d'Alexandrie, Histoire romaine, Livre XII, La guerre de Mithridate. (Texte établi et traduit par Paul Goukowsky, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 2003.)
  • Salluste, Jugurtha, 95, 3-4.
  • Valère Maxime, 9, 2, 1.

Bibliographie

  • Jérôme Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, 2e éd., Paris, 1942; « brillant ouvrage (…) qui a beaucoup influencé la recherche ultérieure mais dont la thèse est aujourd'hui abandonnée » (Hinard, p. 307)
  • I. Calabi, I commentarii di Silla come fonte storico, Memorie… Accad. dei Lincei, 3, 5, 1951, 245-302. (Sur les Mémoires, aujourd'hui perdus, de Sylla.)
  • J. Schamp, La mort en fleurs. Considérations sur la maladie « pédiculaire » de Sylla; L'Antiquité Classique, 60, 1991, p. 139 ss.
  • François Hinard, Sylla; Paris, Fayard, 1985 (nouveau tirage 2005).
  • Bernard Simiot, Moi, Sylla, dictateur; Albin Michel, 1993. (Portrait romancé de Sylla).
  • Colleen McCullough, Maîtres de Rome, série en six volumes, roman historique.

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique

Ce document provient de « Sylla ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lucius Cornelius Sulla de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lucius Cornelius Sulla — Dieser Artikel beschäftigt sich mit dem römischen Staatsmann Lucius Cornelius Sulla Felix, für weitere Bedeutungen siehe Sulla (Begriffsklärung). Bildnis eines Unbekannten, mit Sulla identifiziert, Münchner Glyptothek (Inv. 309) Lucius Cornelius… …   Deutsch Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla — This article is about the Roman dictator Sulla. For the Celtic goddess sometimes called Sulla, see Sulis. Lucius Cornelius Sulla Bust of Sulla in the Munich Glyptothek Dictator of the Roman …   Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla Faustus — Lucius Cornelius Sulla Faustus, second son of Faustus Cornelius Sulla (49 BC 9), Consul under the Principitate of Augustus, was born in Arretium in 20 BC, of the Cornelii Sullae.Even under the Principitate, the Cornelii were highly respected and… …   Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla Magnus — was son of Lucius Cornelius Sulla Faustus, who was a descendant of the Roman dictator Faustus Cornelius Sulla I.Lucius Cornelius Sulla Magnus and his brother Faustus Cornelius Sulla Lucullus III were senators who lived in Tiberius reign …   Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla (Konsul 5 v. Chr.) — Lucius Cornelius Sulla war ein Politiker und Senator der frühen Kaiserzeit. Sulla gehörte dem sullanischen Zweig der gens Cornelia an und war ein Sohn des Publius Cornelius Sulla, der für das Jahr 65 v. Chr. zum Konsul designiert worden war. Nach …   Deutsch Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla Felix (Konsul 33) — Lucius Cornelius Sulla Felix war ein römischer Politiker, Senator und Nachkomme des bekannten Politikers Sulla. Sein Vater war Cornelius Sulla Felix, sein Bruder der Konsul des Jahres 52, Faustus Cornelius Sulla Felix. Er war Schwiegersohn des… …   Deutsch Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla Felix — Bildnis eines Unbekannten, mit Sulla identifiziert, Münchner Glyptothek (Inv. 309) Lucius Cornelius Sulla Felix (* um 138/134 v. Chr.; † 78 v. Chr.; kurz Sulla, manchmal auch Sylla oder Silla geschrieben[1]) war ein römischer Politiker, Feldherr… …   Deutsch Wikipedia

  • Lucius Cornelius Sulla Felix — noun Roman general and dictator (138 78 BC) • Syn: ↑Sulla • Instance Hypernyms: ↑general, ↑full general …   Useful english dictionary

  • Constitutional Reforms of Lucius Cornelius Sulla — Ancient Rome This article is part of the series: Politics and government of Ancient Rome Periods …   Wikipedia

  • Сулла, Луций Корнелий Сулла (Lucius Cornelius Sulla) — (138—78 до н. э.), римский полководец, консул в 88. В 84 одержал победу над понтийским царём Митридатом VI. Победив Г. Мария в гражданской войне, стал в 82 диктатором, проводил массовые репрессии. В 79 сложил полномочия …   Большой Энциклопедический словарь