Loyalistes


Loyalistes

Loyalistes

Sont loyalistes, ceux qui témoignent de la loyauté à leurs souverains ou aux régimes et aux institutions établis en leur restant fidèles face à la rébellion.

Sommaire

Au Canada

Loyaliste, ou Loyaliste de l'Empire-Uni, était le nom donné aux colons vouant loyauté à la couronne britannique suivant la déclaration d'indépendance des États-Unis en 1776 et la victoire des colons durant la guerre d'indépendance des États-Unis en 1783. Ils ont été obligés de s'exiler dans les colonies situées au nord suite à l'indépendance des États-Unis. Les soldats, les miliciens britanniques, les collaborateurs de l'armée britannique ainsi que les prisonniers de droit commun furent expulsés .

Le gouverneur Craig au Canada continue la politique de nouvelles implantations établies en Irlande par les Britanniques. Il octroye des terres et une prime d'installation pour tous les nouveaux colons anglais s'installant au Canada. Ainsi, la défaite des troupes britanniques à Yorktown en octobre 1781, face aux généraux Lafayette, Rochambeau et Washington, provoque-t-elle indirectement l'arrivée massive de 40 000 nouveaux 'colons' britanniques, face aux 90 000 français établis au Québec, bouleversant ainsi l'équilibre démographique, très favorable à la France d'alors. En effet, les troupes françaises de Rochambeau et Lafayette choisirent majoritairement de rester aux États-Unis ou de rentrer en France, et pas de s'établir au Québec, dans la colonie britannique du Canada.

Pour éviter un soulèvement des propriétaires terriens francophones(descendants des français de la Nouvelle-France) du Québec, ils choisissent de s'établir à l'ouest de la rivière des Outaouais, à l'ouest de la capitale fédérale actuelle : Ottawa, (aujourd'hui l'Ontario). Cependant plusieurs d'entre eux se sont fixés dans le futur Québec, dans les régions de l'Estrie (aussi nommée « Cantons de l'Est ») et de la Gaspésie; d'autres s'installent au Nouveau-Brunswick, « colonie loyaliste » créée en 1784 par le Royaume-Uni à partir de la partie nord de la Nouvelle-Écosse, et en Nouvelle-Écosse même. On estime à 30 000 le nombre de loyalistes qui se sont établis dans les futures Provinces maritimes du Canada[1].

L'arrivée des loyalistes américains entre 1783 et 1791 et leur répartition dans la colonie entraîne, par l'Acte constitutionnel de 1791, la scission de la Province de Québec en un Haut-Canada anglophone peuplé de loyalistes, et un Bas-Canada francophone à l'est de la rivière des Outaouais. L'occupant britannique n'a jamais consulté les Canadiens mais leur a imposé ces nouveaux colons et leurs institutions, pensées pour accélérer leur assimilation à la langue anglaise.

Après la guerre d'indépendance, le traité de Paris prévoyait le retour des loyalistes aux États-Unis. Le Congrès devait inciter les États à les réintégrer, à abolir les lois anti-loyalistes et à leur rendre les biens spoliés[2]. La Nouvelle-Angleterre appliqua ces recommandations, ce qui permit le retour de nombreux loyalistes[2]. Mais la situation était plus difficile dans le Sud et à New York et le retour à la normale nécessita plus de temps[3].

Aux États-Unis

Les Loyalistes étaient les colons américains qui restèrent loyaux au Royaume de Grande-Bretagne (et à la Monarchie britannique) lors de la Révolution américaine. Ils étaient souvent qualifiés de Tories (conservateurs), Royalists, ou King's Men (hommes du roi) par les Patriots, qui soutenaient la cause américaine. Nombre de loyalistes qui avaient subi de mauvais traitements de la part des Patriots, fuirent le pays pour s'installer en Grande-Bretagne ou ailleurs en Amérique du Nord britannique, comme au Canada, où on les honorait du titre de United Empire Loyalist (loyalistes de l'Empire uni) ou aux Antilles britanniques.

Les historiens ont estimé que 15 à 20 pour cent de la population était loyaliste.[4] L'historien Robert Middlekauff estime qu'environ 500 000 colons, soit 19 pour cent de la population blanche resta loyale à la Grande-Bretagne.[5]

Roman historique

L'écrivain Kenneth Roberts décrit dans un volumineux roman historique, Oliver Wiswell (1940), la Révolution américaine du point de vue des Loyalistes, depuis les premières émeutes en 1775 contre les tories jusqu'à l'exode en 1783 des loyalistes vers Saint-Jean, Nouveau-Brunswick.

En France

Le terme loyaliste a été utilisé en France durant la Seconde Guerre mondiale pour décrire les vichystes refusant de se rallier au Général de Gaulle alors en faction contre l’État français, régime collaborationniste de Philippe Pétain se substituant à la République française et dont le gouvernement siégeait à Vichy.

Plus tard, il trouva écho durant les guerres d'indépendance liées à la décolonisation. Durant la guerre d'Indochine puis la guerre d'Algérie, étaient qualifiés de « loyalistes » les indigènes qui soutenaient le statu quo du rattachement à la République française contre les mouvements indépendantistes, les qualifiant en retour de « fantoches ».

Notes et références

  1. Fohlen, p.171
  2. a  et b Fohlen, p.169
  3. Fohlen, p.170
  4. Calhoon, p.235
  5. Middlekauff, pp. 563-564

Sources

  • Robert M. Calhoon, « Loyalism and neutrality » in Jack P. Greene et J.R. Pole, éd., The Blackwell Encyclopedia of the American Revolution (1991)
  • Claude Fohlen, Les pères de la révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989, (ISBN 2226036644)
  • Robert Middlekauff, The Glorious Cause: The American Revolution, 1763–1789. (édition 2005)
  • Portail du Canada Portail du Canada
  • Portail du Nouveau-Brunswick Portail du Nouveau-Brunswick
  • Portail du Québec Portail du Québec
  • Portail de l’Ontario Portail de l’Ontario
Ce document provient de « Loyalistes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Loyalistes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Loyalistes de l'Empire-Uni — Loyalistes Sont loyalistes, ceux qui témoignent de la loyauté à leurs souverains ou aux régimes et aux institutions établis en leur restant fidèles face à la rébellion. Sommaire 1 Au Canada 2 Aux États Unis 2.1 Roman historique …   Wikipédia en Français

  • Expulsion des Loyalistes — Les Loyalistes étaient les colons américains qui restèrent loyaux au Royaume de Grande Bretagne (et à la Monarchie britannique) lors de la Révolution américaine. Ils étaient souvent qualifiés de Tories (conservateurs), Royalists, ou King s Men… …   Wikipédia en Français

  • Conflit nord-irlandais — Carte politique des îles britanniques Informations générales Date 1968 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Moore's Creek Bridge — 34° 27′ 27″ N 78° 06′ 35″ W / 34.45745, 78.10961 …   Wikipédia en Français

  • Révolution Américaine — La Révolution américaine est une période de changements politiques importants provoqués par l insurrection des habitants des treize colonies d Amérique du Nord contre la Grande Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Épisode fondateur de la… …   Wikipédia en Français

  • Révolution américaine — La Révolution américaine (1775 1783) est une période de changements politiques importants provoqués par l insurrection des habitants des treize colonies d Amérique du Nord contre la Grande Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Épisode… …   Wikipédia en Français

  • Rébellion des Patriotes — Patriotes à Beauharnois en novembre 1838 par Katherine Jane Ellice (aquarelle). Archives nationales du Canada Informations générales Date 1837 1838 …   Wikipédia en Français

  • Guerre civile libyenne de 2011 — Progression de la guerre civile libyenne de 2011      Zones tenues par les forces anti Kadhafi le 1er mars …   Wikipédia en Français

  • Loyaliste — Sont loyalistes, ceux qui témoignent de la loyauté à leurs souverains ou aux régimes et aux institutions établis en leur restant fidèles face à la rébellion. Sommaire 1 Au Canada 2 Aux États Unis 2.1 Roman historique …   Wikipédia en Français

  • Débuts du Canada — Histoire du Canada Le Canada est un pays de 33 millions d habitants qui occupe la portion nordique du continent nord américain, et est le deuxième plus grand pays du monde en ce qui concerne sa superficie (après la Russie)[1]. Habité depuis des… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.