Louis-Joseph André


Louis-Joseph André

Louis André (général)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis André.
Louis André
Louis André
Naissance 29 mars 1838
Nuits-Saint-Georges
Décès 18 mars 1913 Dijon
Origine France France
Arme Artillerie
Grade Général de division
Service 1857 -
Conflits Guerre de 1870
Commandement 10e Division d'Infanterie
Distinctions Légion d'honneur
Médaille Militaire
Médaille Commémorative de la Guerre 70-71
Autres fonctions Ministre de la Guerre

Louis Joseph André, né à Nuits-Saint-Georges le 29 mars 1838 et décédé à Dijon le 18 mars 1913, est un général français et un ministre de la Guerre de la IIIe République. Il fut impliqué dans l'affaire des fiches.

Sommaire

Origines

Né à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or) dans une famille très cléricale et conservatrice, comptant plusieurs religieux dont des jésuites parmi ses frères, son mariage avec une ancienne cantatrice en a fait un personnage tenu à l'écart de la bonne société, y compris de sa propre famille et de ses collègues officiers, supérieurs comme subordonnés.

Carrière

Louis André entre à l'École polytechnique en 1857 et poursuit sa formation militaire à l'École d'application de Metz. Lieutenant au régiment d'artillerie à cheval de la Garde impériale, il est nommé capitaine en 1867 et entre à l'état-major particulier de l'artillerie en tant que chef d'escadron en 1877. Colonel en 1888, il est nommé général de brigade et commandant de l'École polytechnique en 1893.

Chef de la garnison du Mans dans les années 1890, il s'y fait remarquer par son anticatholicisme virulent et sa haine d'une société bourgeoise conservatrice dont il est issu et qui le rejette. Cela l'amène naturellement à professer des opinions républicaines avancées mais surtout à nourrir un désir de revanche non dissimulé contre ceux qui le méprisent.

Il est noté par le général Auguste Mercier en 1897 comme ayant « rempli, dans sa carrière militaire, des fonctions très diverses, dans lesquelles il a toujours fait preuve d’une intelligence et d’une instruction remarquables ainsi que de grandes qualités de commandement. » Ces qualités militaires le font respecter mais un abord peu commode le dessert : « Le général André n’est pas toujours très agréable, surtout pour les personnes de son entourage immédiat […] ; son caractère a quelque chose de rêche et de dur […]. »

Cet homme au visage ingrat, malgré son passage dans la Garde impériale, est connu dans toute l’armée pour son républicanisme. André, très probablement franc-maçon, est un positiviste voltairien et libre penseur, disciple d'Émile Littré. Loin de freiner sa carrière, ses idées le servent et pour Émile Mayer, c’est « l’amitié de Sadi Carnot, président de la République, pour son camarade de promotion Louis André […] » qui explique l’accession au généralat de cet officier.

Républicain fanatique, le général André prend du temps, tout au long de sa carrière, pour classer les officiers rencontrés dans deux registres, « Corinthe » et « Carthage ». Le premier désignant les républicains (« Non licet omnibus adire Corinthum. », « Il n’est pas permis à tous d’aborder Corinthe »), le second désignant les réactionnaires, en référence au mot de Caton, « Delenda Carthago. » (« Il faut détruire Carthage. »). Il explique ses raisons à son camarade Émile Mayer : « Avant l’affaire Dreyfus, l’origine de mes subordonnés, tout comme celles de mes camarades, m’était indifférente, et aussi leurs croyances, leurs doctrines philosophiques ou le parti auquel ils pouvaient appartenir. Mais tout est changé aujourd’hui : le pacte est rompu. Je suis appelé à accomplir une œuvre déterminée ayant pour objet d’introduire dans l’armée des mœurs nouvelles, de changer sa mentalité. »

Le général André a participé à la guerre de 1870.

Nommé général de division en 1899 sur proposition du général Auguste Mercier, ministre de la Guerre en 1893, anti-dreyfusard notoire ayant largement influé sur le procès Zola et le procès de révision d'Alfred Dreyfus à Rennes, il commande la 10e Division d'Infanterie et est membre de l'Etat major des armées.

Le 29 mai 1900, il succède au général Galliffet au ministère de la Guerre. Il est considéré comme l'un des plus acharnés de la cause la cause antidreyfusarde par Mathieu Dreyfus [1], qui était le principal organisateur de la défense de son frère Alfred Dreyfus,

Il se fait ainsi remarquer par le président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau à qui il ne cache pas son désir d'épurer l'armée par tous les moyens de ses éléments « réactionnaires » et « cléricaux ».

Pierre Waldeck-Rousseau pensera à lui après la démission du général Gaston de Galliffet, plus indépendant, pour remplacer celui-ci au portefeuille de la Guerre dans son ministère le 29 mai 1900 et poursuivre sa politique de républicanisation de l'armée. André se fixe pour tâche de démocratiser l'armée et de « rapprocher le corps des officiers de la nation républicaine. »

Le général André sera, suite à l'affaire des fiches (alias "des casseroles"), déplacé pour participer à deux missions en Algérie et en Tunisie en 1900. À cette date, il est officier de l'Instruction publique, commandeur de la Légion d'honneur et sera médaillé militaire en 1903.

En 1902, le général André revirera d'attitude, défendra le colonel Picquart, appuyera le second procès en révision d'Alfred Dreyfus, tout en présidant la cérémonie d'inauguration de la statue d'Auguste Comte place de la Sorbonne à Paris, avec des représentants de la société positiviste.

Il est à l'origine de la loi du 21 mars 1905 qui abaisse la durée du service militaire à deux ans.

Chute et retrait de la vie publique

Article détaillé : Affaire des fiches.

N'ayant qu'une piètre confiance en ses services internes, d'ailleurs fortement affaiblis et désorganisés, depuis l'affaire Dreyfus, il imagine de demander aux loges maçonniques, à l'époque fortement impliquées dans le soutien au gouvernement dans sa politique laïque et anticonservatrice, de constituer un service de renseignement parallèle lui fournissant des données sur les opinions religieuses et politiques des officiers et du personnel de son ministère.

La vente de certaines fiches ainsi constituées et centralisées au siège du Grand Orient de France par un employé de celui-ci à un député nationaliste entraîne la chute du gouvernement d'Émile Combes, qui avait succédé entre-temps à Waldeck-Rousseau et marque la fin de la carrière politique du général André qui doit démissionner le 15 novembre 1905. Il est remplacé rue Saint-Dominique par le député franc-maçon Maurice Berteaux.

Comme ministre de la Guerre, il s'est surtout attaché à moderniser l'artillerie.

Le général André décède à Dijon en 1913.

Sources

  • Bruno Besnier, L'affaire des fiches : un système d'État (1900-1914), La Roche-sur-Yon : Master I d'histoire, 2005 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Notes et références

  1. cf. Mémoires de Mathieu Dreyfus "l'Affaire telle que je l'ai vécue"

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Liens externes

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la Côte-d'Or Portail de la Côte-d'Or
Ce document provient de « Louis Andr%C3%A9 (g%C3%A9n%C3%A9ral) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Louis-Joseph André de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Louis Joseph Andre — Louis Joseph André Louis Joseph André Louis Joseph Nicolas André (* 29. März 1838 in Nuits Saint Georges, Côte d’Or; …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Joseph André — Louis Joseph André …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Joseph Nicolas André — Louis Joseph André Louis Joseph André Louis Joseph Nicolas André (* 29. März 1838 in Nuits Saint Georges, Côte d’Or; …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Joseph Nicolas André André — Louis André (général) Pour les articles homonymes, voir Louis André. Louis André Naissance 29  …   Wikipédia en Français

  • Louis Joseph, Prince of Condé — Louis Joseph Prince of Condé Spouse Charlotte de Rohan Maria Caterina di Brignole Sale Detail Issue …   Wikipedia

  • Louis-Joseph De Montmorency-Laval — Pour les articles homonymes, voir Laval. Cardinal …   Wikipédia en Français

  • Louis-joseph de montmorency-laval — Pour les articles homonymes, voir Laval. Cardinal …   Wikipédia en Français

  • Louis Joseph de Montmorency-Laval — Pour les articles homonymes, voir Laval. Cardinal …   Wikipédia en Français

  • Louis Joseph Watteau — Portrait de Louis Watteau (1798) par Henri A. C. de Mailly, musée de l Hospice Comtesse …   Wikipédia en Français

  • Louis-Joseph-Charles-Amable d'Albert de Luynes — (1748 1807), sixième duc de Luynes, était un militaire et homme politique français. Bien qu aristocrate, il s était joint au Tiers état lors de l Assemblée constituante de 1789. Sommaire 1 Biographie 2 Mariage et descendance 3 …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.