Liste Des Matadors Morts Dans L'arène


Liste Des Matadors Morts Dans L'arène

Liste des matadors morts dans l'arène

Édouard Manet : Le torero mort

La corrida est-elle dangereuse ? Il ne s’agit sans doute pas de l’activité humaine la plus risquée : l'écrasante majorité des matadors atteint l'âge de la retraite.

Certains comparent, d'une part le nombre de matador tués, d'autre part le nombre de taureaux tués. En s'appuyant sur la très faible proportion matadors tués / taureaux tués, ils en concluent que la corrida ne présente quasiment aucun risque. De même, il est souvent avancé de faux chiffres affirmant que depuis la fin de la guerre, quatre matadors « seulement » sont morts[1] : en réalité, ils sont douze depuis la fin de la Guerre d’Espagne, dix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Son martyrologe est pourtant déjà fourni : cinquante-sept matadors tués dans l'arène, auxquels il faut ajouter cent quatre-vingt quatre novilleros, soixante-treize picadors, cent quarante-neuf banderilleros, trois puntilleros et huit rejoneadores[2].

La liste ci-après ne comprend que les cinquante-sept matadors tués.

Sommaire

XVIIIe siècle

XIXe siècle

  • 2 - José Delgado Guerra « Pepe Hillo » (on voit parfois écrit « Pepe Illo ») : Tué à Madrid (Espagne) le 11 mai 1801 par le taureau « Barbudo » de la ganadería de Don José Joaquin Rodríguez.
  • 3 - Francisco García « Perrucho » : Tué à Grenade (Espagne) le 8 juin 1801 par le taureau « Barbero » de la ganadería de Don Juan José Bécquer.
  • 4 - Antonio Romero : Tué à Grenade le 5 mai 1802 par le taureau « Ollero » de la ganadería du marquis de Tous.
  • 7 - Roque Miranda Conde « Rigores » : Blessé à Madrid le 6 juin 1842 par le taureau « Bravio » de la ganadería du duc de Veragua ; mort à Madrid le 14 février 1843.
  • 10 - Isidro Santiago Llano « Barragan » : Blessé le 23 mars 1851 par le taureau « Jardinero » de la ganadería de Don Maximo Gonzalez ; mort le 4 avril 1851.
  • 11 - Manuel Jiménez y Meléndez « El Cano » : Blessé à Madrid le 12 juillet 1852 par le taureau « Pavito » de la ganadería du duc de Veragua ; mort à Madrid le 23 juillet 1852.
  • 13 - José Dámaso Rodríguez y Rodríguez « Pepete » : Tué à Madrid le 20 avril 1862 par le taureau « Jocinero » de la ganadería de Miura.
  • 20 - Manuel García Cuesta « El Espartero » : Tué à Madrid le 27 mai 1894 par le taureau « Perdigón » de la ganadería de Miura.
  • 22 - Julio Aparici y Pascual « Fabrilo » : Blessé à Valence le 27 mai 1897 par le taureau « Lengueto » de la ganadería de Camará ; mort à Valence le 30 mai 1897.
  • 25 - Domingo Del Campo y Álvarez « Dominguín » : Tué à Barcelone (Espagne) le 7 octobre 1900 par le taureau « Desertor » de la ganadería de Miura.

XXe siècle

  • 28 - José Marrero Bez « Cheche » : Blessé à Ciudad Jiménez (Mexique, état de Chihuahua) le 9 août 1909 par le taureau « Carito » de la ganadería del Chapadero ; mort à Ciudad Jiménez le 11 août 1909.
  • 29 - José Gallego Mateo « Pepete » : Tué à Murcie (Espagne) le 7 septembre 1910 par le taureau « Estudiante » de la ganadería de Parladé.
  • 37 - Isidoro Martí Fernando « Flores » : Blessé à Béziers (France, département de l’Hérault) le 26 juin 1921 par le taureau « Aceituno » de la ganadería de Don Alipio Perez Tabernero ; il s’embarque pour le Venezuela et sa blessure s’aggrave durant le voyage ; il meurt à Caracas (Venezuela) le 6 décembre 1921.
  • 38 - Manuel Granero : Tué à Madrid le 7 mai 1922 par le taureau « Pocapeña » de la ganadería du duc de Veragua.
  • 39 - Manuel Vares y García « Varelito » : Blessé à Séville le 21 avril 1922 par le taureau « Bombito » de la ganadería de Guadalest ; mort à Séville le 13 mai 1922.
  • 41 - Mariano Montes : Tué à Madrid (plaza de Vistalegre) le 13 juin 1926 par le taureau « Gallego » de la ganadería de Florentino Sotomayor.
  • 42 - Enrique Cano Iriborne « Gavira » : Tué à Madrid le 3 juillet 1927 par le taureau « Saltador » de la ganadería de Perez de la Concha.
  • 43 - Francisco Vega de los Reyes « Gitanillo de Triana » alias « Curro Puya » : Blessé à Madrid le 31 mai 1931 par le taureau « Fandanguero » de la ganadería de Don Graciliano Perez Tabernero ; mort à Madrid le 14 août 1931.
  • 44 - Carmelo Pérez : Gravement blessé le 17 novembre 1929 à Mexico par le taureaux « Michín » de la ganadería de San Diego de Los Padres, il resta six mois entre la vie et la mort. Il fut de nouveau opéré à Madrid en 1931, les médecins constatant que les blessures reçues deux ans plus tôt n’étaient toujours refermées. Il meurt à Madrid le 18 octobre 1931.

1er avril 1939 : fin de la Guerre d’Espagne

  • 46 - Alberto Balderas : Blessé à Mexico le 29 décembre 1940 par le taureau « Cobijano » de la ganadería de Piedras Negras ; mort à Mexico le même jour.

8 mai 1945 : fin de la Seconde Guerre mondiale

  • 48 - Manuel Rodríguez Sánchez « Manolete » : Blessé à Linarés (Espagne, province de Jaén) le 28 août 1947 par le taureau « Islero de la ganadería de Miura ; mort à Linarés le 29 août 1947.
  • 53 - José Falcón : Tué à Barcelone le 11 août 1974 par le taureau « Cucharero » de la ganadería de Hoyo de la Gitana.
  • 55 - Francisco Rivera « Paquirri » : Blessé à Pozoblanco (Espagne, province de Cordoue) le 26 septembre 1984 par le taureau « Avispado » de la ganadería Sayalero y Bandrés ; mort le 27 septembre 1984 durant son transfert à l’hôpital de Cordoue.
  • 56 - José Cubero Sánchez « El Yiyo » : Tué à Colmenar Viejo (Espagne, province de Madrid) le 30 août 1985 par le taureau « Burlero » de la ganadería de Don Marcos Nuñez.

Voir aussi

Sources

  1. De nombreux sites internet anti-corrida citent ces chiffres faux.
  2. Les chiffres sont ceux indiqués dans « Nomenclature en hommage aux victimes du toreo », rédigée par André Lopez Lorente et publiée en septembre 2007 par la société taurine « La Muleta », l’un des plus anciens clubs taurins arlésiens.
Ce document provient de « Liste des matadors morts dans l%27ar%C3%A8ne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Liste Des Matadors Morts Dans L'arène de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste des matadors morts dans l'arene — Liste des matadors morts dans l arène Édouard Manet : Le torero mort La corrida est elle dangereuse ? Il ne s’agit sans doute pas de l’activité humaine la plus risquée : l écrasante majorité des matadors atteint l âge de la… …   Wikipédia en Français

  • Liste des matadors morts dans l'arène — Édouard Manet : Le torero mort Cinquante sept matadors ont été tués dans l arène ainsi que cent quatre vingt quatre novilleros, soixante treize picadors, cent quarante neuf banderilleros, trois puntilleros et huit rejoneadores[ …   Wikipédia en Français

  • Liste de matadors — Matador au combat, illustrant le Traité de tauromachie de Pepe Hillo (1796) Cet article recense les matadors de renom, toutes nationalités confondues, de Costillares, considéré comme l un des principaux pères de la corrida moderne, jusqu aux… …   Wikipédia en Français

  • Liste De Matadors — Matador au combat, illustrant le Traité de tauromachie de Pepe Hillo (1796) Cet article recense les matadors de renom, toutes nationalités confondues. La liste commence avec Costillares, considéré comme l un des principaux pères de la corrida… …   Wikipédia en Français

  • Liste D'arènes — La liste ci après comprend : les arènes d’Espagne classées par communauté autonomes et par provinces, avec pour chacune, l’indication de la catégorie, et dans la mesure du possible les périodes ou dates de célébration de corridas ;[1]… …   Wikipédia en Français

  • Liste d'arenes — Liste d arènes La liste ci après comprend : les arènes d’Espagne classées par communauté autonomes et par provinces, avec pour chacune, l’indication de la catégorie, et dans la mesure du possible les périodes ou dates de célébration de… …   Wikipédia en Français

  • Liste d’arènes — Liste d arènes La liste ci après comprend : les arènes d’Espagne classées par communauté autonomes et par provinces, avec pour chacune, l’indication de la catégorie, et dans la mesure du possible les périodes ou dates de célébration de… …   Wikipédia en Français

  • Arène — Arènes Pour les articles homonymes, voir Arène (homonymie). Les arènes sont l édifice dans lequel se déroulent les courses de taureaux. Sommaire 1 France 1.1 Présentation …   Wikipédia en Français

  • Arène de Santamaria — Arènes de Santamaría 4° 36′ 47″ N 74° 04′ 05″ W / 4.613047, 74.068056 …   Wikipédia en Français

  • Arène de Santamaría — Arènes de Santamaría 4° 36′ 47″ N 74° 04′ 05″ W / 4.613047, 74.068056 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.