Ligne Des Causses


Ligne Des Causses

Ligne des Causses

Ligne des Causses
Béziers - Neussargues
⇒Voir la carte de la ligne⇐
Carte de la ligne
Pays France France
Villes desservies Béziers, Millau
Historique
Mise en service 1858 - 1888
Électrification 1931 - 1932
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 722 000
Longueur 277 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
Pente ou rampe maximale 35 ‰
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BAPR
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Corail, TER, fret
Schéma de ligne
Note : les PK prennent leur origine à Bordeaux.

La ligne des Causses est une ligne de chemin de fer française reliant le cœur du Massif central (Neussargues-Moissac dans le Cantal, correspondance pour Clermont-Ferrand) à la côte languedocienne (Béziers) via Millau et les étendues caussenardes. Elle a été construite au cours de la seconde moitié du XIXe siècle par la Compagnie des chemins de fer du Midi, principalement pour une activité de fret.

Elle constitue la ligne 722 000 du Réseau ferré national.

Électrifiée dès les années 1930 en 1500 V continu, il s'agit de l'une des pionnières en la matière.

Elle est célèbre pour ses caractéristiques qui sortent de l'ordinaire : malgré un tracé tourmenté et des tunnels finalement relativement peu fréquents (comparé, par exemple, à la ligne des Cévennes), les rampes maximales atteignent 35 ‰ – ce qui n'a pas manqué de lui valoir une réputation de ligne difficile chez les cheminots. Les ouvrages d'art associés à cette ligne sont malgré tout assez exceptionnels, tant en quantité qu'en qualité ; parmi ceux-ci, le viaduc de Garabit (près de Saint-Flour), œuvre d'Eiffel, est indéniablement le plus célèbre. D'autres viaducs (en maçonnerie ou métalliques), ainsi que les installations électriques et bâtiments d'époque, typiques de la Compagnie du Midi, sont autant de points d'intérêt qui attirent les curieux.

Sommaire

Historique

Lorsque la Compagnie du Midi, au milieu du XIXe siècle, envisage de construire une ligne au tracé aussi ambitieux, c'est moins pour permettre aux habitants du Massif central de voir du pays que pour désenclaver les bassins miniers du nord de l'HéraultGraissessac) et entrer dans la concurrence pour l'acheminement des vins du Languedoc vers Paris. Aujourd'hui l'acier a remplacé le charbon et l'alcool : l'approvisionnement en « coils » (bobines de tôle) de l'usine Arcelor de Saint-Chély-d'Apcher, qui assure une part importante des emplois de l'industrie lozérienne, est assuré par le rail ; ainsi, 120 000 tonnes d'acier sont acheminées tous les ans depuis Fos-sur-Mer ou Dunkerque via la ligne des Causses.

Si le trafic voyageurs participe également au maintien de l'exploitation de la ligne, cette dernière subit néanmoins la rude concurrence de l'A 75 qui suit le même tracé, mais qui est gratuite et offre une pléthore de bretelles d'accès. Même si les régions Auvergne et Languedoc-Roussillon font toujours circuler leurs TER, les trains omnibus tendent à disparaître au profit des autocars. En outre, la circulation du train de nuit direct (avec couchettes) Paris-Clermont-Ferrand-Millau-Béziers a été suspendue depuis quelques années, tandis que l'« Aubrac  », train emblèmatique de la ligne puisqu'assurant une nouvelle relation directe et diurne de Paris à Béziers via Clermont-Ferrand et les Causses depuis les années 1980, a vu son parcours limité depuis 2007 au segment Clermont-Béziers, une correspondance par Corail Téoz étant assurée, à Clermont-Ferrand, de et vers Paris. Le projet de prolongement d'un TGV Paris-Béziers vers Millau et conventionné par la Région n'a pas, pour le moment, connu d'évolution.

Régions traversées

La voie ferrée et l'ex RN 9 passent sous le viaduc de la Colagne (RN 88) au Monastier-Pin-Moriès

Actualités

  • Malgré quelques opérations de rénovation au début des années 2000 (30 km rénovés en 2000-2001, tunnel de l'Herbouze et tronçon à Banassac rénovés), l'état de la ligne était assez critique sur certains tronçons. Un « Aubrac » avait d'ailleurs déraillé en 2006.
  • Cet état des infrastructures avait nécessité l'instauration de limitations de vitesse sur plusieurs tronçons.
  • Le 8 mars 2007, après un rapport mentionnant le mauvais état de la voie et les risques importants représentés sur le tronçon Neussargues - Loubaresse (sur lequel avait déraillé l'Aubrac en février 2006), il a alors été décidé de fermer cette section à tout trafic. Les travaux de rénovation ont été engagés par RFF pour un coût total de 7.5 millions d'euros. Les travaux achevés, la ligne a été rouverte le 18 juillet 2007. Les trains peuvent désormais circuler à 75 km/h au lieu des 40 km/h depuis le déraillement.
  • D'autres opérations de rénovation sont prévues pour les prochaines années.
  • L'Aubrac Paris–Béziers a circulé la dernière fois le 8 décembre 2007. Il est maintenant remplacé par un TER Corail Clermont-Ferrand–Béziers en correspondance avec un Téoz Paris–Clermont-Ferrand.
  • La ligne a à nouveau attiré l'attention sur elle lorsque face au mauvais état de la caténaire il a été évoqué de déselectrifier la voie, le trafic étant perçu comme trop faible pour justifier une rénovation. Cette option a depuis été abandonnée suite aux protestations d'élus locaux et d'associations, aussi que parce que les travaux de dépose de la caténaire auraient coûté trop cher.
Le viaduc de l'Enfer (sur la Crueize) à Saint-Léger-de-Peyre
  • Le vendredi 11 septembre 2009, suite à la découverte d'une fissure sur l'une des piles du Viaduc de Garabit lors d'une visite, la ligne est à nouveau interrompue, entre Neussargues et St-Chély-d'Apcher, pour raisons de sécurité.[1]

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Reférences

  1. La Montagne du 12 septembre 2009.
  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
  • Portail de l’Auvergne Portail de l’Auvergne
  • Portail du Languedoc-Roussillon Portail du Languedoc-Roussillon
Ce document provient de « Ligne des Causses ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ligne Des Causses de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.