Lettre De Cachet


Lettre De Cachet

Lettre de cachet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lettre et Cachet.

Une lettre de cachet est, sous l’Ancien Régime en France, une lettre servant à la transmission d’un ordre du roi.

Sommaire

Définition

Les lettres de cachet sont des lettres du roi qui sont closes par le sceau parce qu'elles ne doivent être lues que par le destinataire, contrairement aux lettres patentes qui sont des lettres publiques et opposables à tous. Le sceau employé n'est pas celui de la chancellerie, mais le sceau dit « du secret » ou « cachet » : il porte les armes royales mais ses dimensions sont plus réduites que le sceau de grande ou petite chancellerie ; il est conservé par le chambellan. Les lettres de cachet ne doivent pas être confondues avec les lettres de sceau, qui portent elles aussi le cachet, mais sur le recto, et sont envoyées ouvertes La lettre de cachet n'a pas a priori de caractère disciplinaire : les ordres adressés directement par le roi à l'un de ses officiers affectent tous la forme de la lettre de cachet. C'est aussi le moyen utilisé par le roi pour rappeler un officier à ses devoirs : ainsi les lettres adressées aux membres du parlement de Paris pour leur mander d’enregistrer un édit.

La lettre adressée à un officier relève de la justice retenue du roi. C'est ainsi une lettre de cachet qui ordonne en 1661 à D'Artagnan, capitaine des mousquetaires, de se saisir de Nicolas Fouquet et de le conduire dans une maison forte. Les lettres concernant des particuliers sont rédigées par les services ministériels pour suppléer un vide juridique : il s'agit par exemple de commuer en détention la peine de bagne à laquelle une femme a été condamnée ; de faire enfermer un dément ou un ivrogne ou une prostituée à l'hôpital général mais aussi, à la demande du lieutenant de police, de faire enfermer un individu à la prison de l'Abbaye pour des délits de presse, des réunions jansénistes, etc. En effet, l'emprisonnement ne fait pas partie de l'arsenal des peines prévues dans le code criminel de l'Ancien Régime : les prisons ne servent qu'aux débiteurs ou aux accusés en attente de leur jugement.

La lettre de cachet à destination d'une prison du roi est le plus souvent prise à la demande, et aux frais des familles pour faire emprisonner un de ses membres, soit pour des raisons disciplinaires (cas de Mirabeau pour dettes de jeux et prodigalité à la demande de son père), soit pour le faire échapper à une condamnation criminelle (cas de Donatien de Sade à la demande de sa belle-mère pour éviter la honte d'une condamnation à mort pour viol). En effet, la détention dans une prison royale confère une immunité qui met hors de portée du système judiciaire ordinaire. La lettre de cachet ne concerne des affaires d'État que pour une très faible minorité du corpus, de l'ordre de 4 ou 5‰[1].

À partir du XVIIe siècle, dans la littérature politique, la lettre de cachet n'est plus entendue que comme un ordre privatif de liberté, demandant à des officiers de police l’emprisonnement, l’élargissement ou l'assignation à résidence d'une personne.

Grand cachet et petit cachet

Une lettre de cachet peut être expédiée du mouvement du roi — c'est la lettre de « grand cachet ». C’est typiquement le cas des incarcérations politiques, telles celles de Voltaire ou de Diderot.

Elle peut également l’être sur requête d'un particulier — c'est la lettre de « petit cachet ». Ainsi, Voltaire lui-même requiert une lettre de cachet pour l’incarcération d'une tripière menant tapage dans le voisinage. En effet, cette intervention est théoriquement réservée à des petits délits, à l'exclusion des crimes. Elle est souvent demandée pour des affaires privées où les plaignants veulent agir rapidement et sans tapage public. On peut les grouper en cinq catégories :

  • folie et irresponsabilité ;
  • excès de jeunesse ;
  • libertinage ;
  • mariage inégal (typiquement entre la noblesse et le peuple) ;
  • délits ou crimes plus graves.

Conséquences de lettres de cachet :

  • détention illimitée (pour les fous) ;
  • un à deux ans de prison pour les personnes qui, aux termes du baron de Breteuil, « sans avoir troublé l'ordre public par des délits, sans avoir rien fait qui ait pu les exposer à la sévérité des peines prononcées par la loi, se sont livrées à l'excès de libertinage, de la débauche et de la dissipation » ;
  • « peines afflictives importantes pour ceux qui ont commis des actes de violence ou des crimes qui intéressent l'ordre et la sûreté publique et que la justice, si elle en eût pris connaissance, eût puni de peines (…) déshonorantes pour les familles[2]. »

La lettre prend normalement la forme suivante :

« Monsieur Untel, je vous fais cette lettre pour vous dire que ma volonté est que… Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait, Monsieur Untel, en sa sainte garde[3]. »

En fait, un ordre d’incarcération peut très bien être expédié ouvert, et à la troisième personne. En revanche, il est toujours contresigné par un secrétaire d'État.

Le bureau des placets était ouvert au public à Paris pour faire à un ministre, la demande d'une lettre de cachet. Les archives contenant les lettres de demandes, les dossiers d'enquêtes et les délibérations, ont été conservés dans le fonds de La Bastille et étudiés par des historiens.

La procédure est la suivante : la famille envoie au roi une supplique motivée. En cas de « scandale public », la requête peut émaner du curé de la paroisse, de l'évêque du diocèse ou du seigneur local. Elle est examinée par le lieutenant général de police ou par un intendant, qui ordonne une enquête, généralement accomplie par le subdélégué local, l'intendant se contentant de reprendre les conclusions de ce dernier. L'enquête est généralement assez longue. Les vérifications portent principalement sur deux points : l'exactitude des faits relatés et la solvabilité des parents de l'intéressé. En effet, le détenu par lettre de cachet doit payer lui-même sa pension. Il arrive qu'on le relâche s'il n'en est plus capable.

De 1741 à 1775, près de 20 000 lettres sont ainsi expédiées. Le nombre de lettres ne cesse d'augmenter au cours du XVIIIe siècle : ainsi, en Bretagne, on compte 10 lettres par an de 1735 à 1750, puis 20 à 40 par an de 1778 à 1789. Cette croissance s'explique par l'augmentation du nombre de demandes et non par une sévérité accrue de l'administration royale. Au contraire, celle-ci se montre de plus en plus réticente à accorder des lettres de cachet. Malesherbes, Ministre de la Maison du Roi en 1775, tente en vain de les supprimer. En 1786, le baron de Breteuil écrit ainsi que « la prodigalité d'un homme marié et sa passion pour le jeu ne sont pas des motifs suffisants pour le priver de sa liberté[4]. » De plus en plus, on laisse donc trancher la justice ordinaire, surtout pour des affaires financières. Le libertinage, en l'absence de scandales caractérisés, n'est plus un motif suffisant.

Notes

  1. Fred Morrow Fling, « Mirabeau, a Victim of the Lettres de Cachet » dans The American Historical Review, vol. 3, no 1 (octobre 1897), p. 19.
  2. Christian Meyer, La Noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Flammarion, Paris, 1966, p. 282.
  3. Georges Tessier, La Diplomatique, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », 1952, p. .97.
  4. Meyer, op. cit., p. 280.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Bernard Barbiche, Les Institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001 (2e édition) (ISBN 2130519407).
  • Arlette Farge et Michel Foucault, Le Désordre des familles, présentation de Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Collection Archives, Gallimard Julliard, 1982 (ISBN 2-07-023362-6).
  • Michel Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, Paris, 1975.
  • Auguste Puis, Les Lettres de cachet à Toulouse au dix-huitième siècle, Toulouse, 1914.
  • Claude Quétel, De par le Roy. Essai sur les lettres de cachet, Privat, Toulouse, 1982 (ISBN 270899008X).
  • (en) Brian E. Strayer, Lettres de Cachet and Social Control in the Ancien Regime, 1659-1789, Peter Lang, New York, 1992 (ISBN 0-8204-1706-8).
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « Lettre de cachet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lettre De Cachet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • LETTRE DE CACHET — LETTRE DE CACHE Les lettres de cachet sont victimes d’une déviation sémantique presque toujours péjorative. On en oublie jusqu’à la signification originelle, qui est pourtant bien simple et fort innocente: ce sont des manifestations discrètes et… …   Encyclopédie Universelle

  • Lettre de cachet — (леттр де каше; с фр. : письмо с печатью)  в абсолютистской Франции приказ о внесудебном аресте того или иного человека в виде письма с королевской печатью. Эти письма были примечательны тем, что в уже подписанных документах оставлялось …   Википедия

  • Lettre de cachet — Cachet Cach et, n. [F. fr. cacher to hide.] A seal, as of a letter. [1913 Webster] {Lettre de cachet} [F.], a sealed letter, especially a letter or missive emanating from the sovereign; much used in France before the Revolution as an arbitrary… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • lettre de cachet — [le tr də kȧ shā′] n. pl. lettres de cachet [le tr dəkȧ shā′] [Fr] a sealed letter; esp., in France before the Revolution, a letter containing a royal warrant for the imprisonment without trial of a specified person …   English World dictionary

  • lettre de cachet — index durance Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • Lettre de cachet — Pour les articles homonymes, voir Lettre et Cachet. Lettre de cachet signée Louis XV, ordonnant en 1759 l embastillement de Jean François Marmon …   Wikipédia en Français

  • Lettre de cachet — In French history, lettres de cachet were letters signed by the king of France, countersigned by one of his ministers, and closed with the royal seal, or cachet . They contained orders directly from the king, often to enforce arbitrary actions… …   Wikipedia

  • Lettre de cachet — Una lettre de cachet era, durante el Antiguo Régimen en Francia, una carta que servía para transmitir una orden del rey. Contenido 1 Definición 2 Gran cachet y pequeño cachet 3 Notas 4 …   Wikipedia Español

  • Lettre de cachet — Lettres de cachet sind in der Geschichte Frankreichs vom französischen König unterzeichnete versiegelte Schreiben. Die Comédie Française wurde am 21. Oktober 1680 durch eine Lettre de cachet von König Ludwig XIV. gegründet. Weitere Beispiele für… …   Deutsch Wikipedia

  • lettre de cachet — noun a warrant formerly issued by a French king who could warrant imprisonment or death in a signed letter under his seal • Syn: ↑cachet • Topics: ↑law, ↑jurisprudence • Hypernyms: ↑warrant * * * /le trddeu deuh kann she /, pl. lettres de c …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.