Les Misérables (film, 1957)


Les Misérables (film, 1957)

Les Misérables (film, 1958)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Misérables (homonymie).
Les Misérables
Image associée au film
Le « Paris des Misérables des années 1830 »
Photo historique par Louis Daguerre :
Le boulevard du Temple, fin 1838-début 1839

Titre original Les Misérables
Réalisation Jean-Paul Le Chanois
Acteurs principaux Jean Gabin (Jean Valjean)
Bernard Blier (Javert)
Bourvil (Thénardier)
Danièle Delorme (Fantine)
Béatrice Altariba (Cosette)
Giani Esposito (Marius)
Silvia Monfort (Éponine)
Scénario Jean-Paul Le Chanois, René Barjavel, Michel Audiard d'après l'œuvre de Victor Hugo
Dialogues Jean-Paul Le Chanois
René Barjavel
Michel Audiard
Musique Georges van Parys
Décors Serge Piménoff et Karl Schneider
assistés de Pierre Duquesne, Jacques Brizzio, François Sune
Costumes Marcel Escoffier
assisté de Frédéric Junker, Jacqueline Guyot, Louise Schmidt
Photographie Jacques Natteau
Montage Emma Le Chanois
Jacqueline Aubery Du Bouley
Production Louis Duchesne
Paul Cadéac
Richard Brandt
Erich Kühne
Société de production Pathé Cinéma
Serena Film
DEFA
Société de distribution Pathé Consortium Cinéma
Format Couleur (Technicolor)
2.35:1 Technirama
Monophonique
35 mm
Genre Drame
Durée 180 min
— 1e époque 85 minutes
— 2e époque 95 minutes
Sortie 12 mars 1958
France France
Langue(s) originale(s) français
Pays d’origine Allemagne Allemagne
France France
Italie Italie

Les Misérables est un film franco-italo-allemand réalisé en deux époques par Jean-Paul Le Chanois d'après le roman éponyme de Victor Hugo. Il est sorti en 1958.

Sommaire

Synopsis

En 1815, un paysan, Jean Valjean, est libéré du bagne de Toulon après dix-neuf ans de travaux forcés auxquels il a été condamné pour avoir volé un pain. Son destin bascule lorsque l'évêque de Digne, Monseigneur Myriel, se dévoue pour lui éviter d'être de nouveau incarcéré à la suite du vol qu'il a perpétré dans sa maison. Dès lors, Jean Valjean va s'évertuer à ne faire que le bien autour de lui au détriment de son propre bonheur.

Analyse

La plus fidèle adaptation du roman de Victor Hugo doit beaucoup à son exceptionnel casting. C'est la puissance angélique d'un Jean Gabin-Valjean face à la veulerie et à la sournoiserie d'un génial Bourvil-Thénardier qui hésita longtemps avant d’accepter ce rôle de grand méchant. C'est aussi la présence de comédiens très rares au cinéma : une des plus grandes tragédiennes de la scène, Silvia Monfort, transcendée par son personnage d'Éponine, va jusqu’à adopter les regards et la gestuelle du personnage décrit par Hugo avec « ses airs égarés et ses mouvements d’orfraie ». Elle fait face à un autre être d’exception, l’acteur-chanteur-poète Giani Esposito incarnant un Marius rêveur sans fadeur.
Le Chanois arrive admirablement à restituer les formidables déploiements dramatiques du roman. Danièle Delorme, poignante Fantine se sacrifiant par amour maternel, aux prises avec le redoutable Javert (Bernard Blier). Porté par le souffle hugolien, le réalisateur s’applique à retranscrire les cas de conscience de Valjean. Ainsi, respectant le poète, il illustre par une mer déchaînée l’admirable séquence de la « Tempête sous un crâne » de Valjean avant son auto-dénonciation au tribunal, puis son calvaire dans les égouts et enfin son symbolique et lent chemin de croix dans les rues du Marais autour de la demeure de Cosette (Béatrice Altariba) qui fut sa rédemption.
Avalanche de « gueules de seconds rôles » avec Serge Reggiani en Enjolras, Fernand Ledoux en monseigneur Myriel, Lucien Baroux en Gillenormand, Jean Murat en Pontmercy. Et même de troisièmes rôles comme Gabrielle Fontan en Mère Supérieure ou Madeleine Barbulée incarnant un signe salutaire du destin en « Sœur-Simplice-qui-ne-ment-jamais. »
Grâce à la coproduction avec les studios allemands de la DEFA, Le Chanois rend parfaitement l’ampleur des scènes épiques du roman : la bataille de Waterloo, l’insurrection et la barricade de juin 1832 (avec des figurants qui ne sont rien de moins que les soldats de l’armée de l’ex-RDA). Il effectue aussi un louable effort pour filmer en décor naturel lorsque l'action l'exige : il va dans le Var pour les séquences extérieures du bagne et tourne en plein Paris malgré les énormes difficultés que lui posèrent les antennes de télévision sur les toits de la capitale, notamment pour les séquences du Jardin du Luxembourg et des quais de Seine.
Il faut également mentionner la superbe composition musicale de Georges Van Parys avec la participation du chœur de la Chorale Populaire de Paris sans oublier la minutieuse reconstitution en studio, par l’artiste-décorateur Serge Piménoff, des quartiers parisiens du faubourg Saint-Antoine et du Marais. Un grand regret de Jean-Paul Le Chanois et sans doute des spectateurs : les chutes définitivement perdues des nombreuses coupes effectuées par les producteurs pour ramener la durée totale des deux époques à 3 h…

Fiche technique

Distribution

  • Max Doria : portier (non crédité)
  • Christian Lude : commissaire du Val de Grâce (non crédité)
  • M. Daix : Éponine enfant (non créditée)
  • Pierre Ferval : comptable de la prison
  • Édouard Francomme : secrétaire de mairie
  • Frank Maurice/Frank Morriss : homme de la bande
  • Pierre-Jacques Moncorbier
  • Atlas
  • Jean Blancheur
  • Julien Maffre
  • Arlette Patrick
  • Roger Pelletier
  • Marcel Rouzé
  • André Wasley
  • Le Chœur de la Chorale Populaire de Paris
  • Jimmy Perrys : préposé aux libérables
  • Jean Sylvère
  • Daniel André
  • Christian Brocard
  • Raymond Carl
  • Yvonne Decade
  • Allain Dhurtal
  • Jean-Paul Le Chanois
  • L'armée Est-Allemande

Autour du Film

  • Filmé en Technicolor et Technirama et grâce à la coproduction avec les studios de la DEFA en Allemagne de l'est, le film a bénéficié de moyens considérables. Le Chanois a notamment utilisé l'armée de l'ex-RDA pour les scènes de la bataille de Waterloo et celles des émeutes. Le talentueux décorateur Serge Piménoff a reconstitué en studio les quartiers du Faubourg Saint-Antoine et du Marais. Des centaines de costumes ont été conçus pour des masses de figurants.
  • Jean-Paul Le Chanois : « Je considère ce film sur la générosité humaine comme un achèvement de ma carrière. »[1]
  • Bourvil, campant jusqu'alors des rôles de « gentil naïf », surprend par l'interprétation d'un méchant comme le père Thénardier.
  • Émile Genevois, qui tenait le rôle de Gavroche dans la version de Raymond Bernard (1934), fait une brève apparition en « cocher d'omnibus. »
  • Cette adaptation du roman de Victor Hugo fut l'un des plus grands succès en France de l'année 1958, se classant deuxième avec plus de 9 millions d'entrées, juste derrière Les Dix Commandements.

Vidéographie

  • Les Misérables — Film en deux époques de Jean-Paul Le Chanois — Coffret 2 DVD (Collection Les Années Cinquante - Éditions René Chateau, 2002)

Voir aussi

(fr+en) Les Misérables (film, 1958) sur l’Internet Movie Database

Notes et références

  1. Extrait de l'essai, Le Temps des cerises, Éditions Institut Lumière/Actes Sud, 1996).
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
Ce document provient de « Les Mis%C3%A9rables (film, 1958) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Les Misérables (film, 1957) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Les Miserables (film, 1958) — Les Misérables (film, 1958) Pour les articles homonymes, voir Les Misérables (homonymie). Les Misérables …   Wikipédia en Français

  • Les misérables (film, 1958) — Pour les articles homonymes, voir Les Misérables (homonymie). Les Misérables …   Wikipédia en Français

  • Les Misérables (film, 1958) — Pour les articles homonymes, voir Les Misérables (homonymie). Les Misérables …   Wikipédia en Français

  • Les Misérables — This article is about the novel. For the musical theatre adaptation, see Les Misérables (musical). For other uses, see Les Misérables (disambiguation). Les Misérables   …   Wikipedia

  • Les enfants de Lumière — est un documentaire recueillant des extraits de films du cinéma français ou traitant des débuts du cinéma, réalisé par Jacques Perrin et Yves Deschamps et sorti en 1995. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 List …   Wikipédia en Français

  • Les Enfants de Lumière — est un documentaire recueillant des extraits de films du cinéma français ou traitant des débuts du cinéma, réalisé par Jacques Perrin et Yves Deschamps et sorti en 1995. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Liste des extraits des …   Wikipédia en Français

  • Les plus gros succès du Box-office français — Box office français Article principal : Box office. Article détaillé : Box office des franchises. Article détaillé : Box office Démarrages. Article détaillé : Box office des films d animations. Cet article présente les films… …   Wikipédia en Français

  • Les plus gros succès du box-office français — Box office français Article principal : Box office. Article détaillé : Box office des franchises. Article détaillé : Box office Démarrages. Article détaillé : Box office des films d animations. Cet article présente les films… …   Wikipédia en Français

  • Les Bas-Fonds —    1) Donzoko    Drame d Akira Kurosawa, avec Toshiro Mifune (Sutekichi), Ganjiro Nakamura (Rokubei), Isuzu Yamada.   Scénario: Hideo Oguni et Akira Kurosawa, d après Gorki   Photographie: Kazuo Yamazaki   Musique: Masaru Sato   Pays: Japon… …   Dictionnaire mondial des Films

  • British Academy Film Award du meilleur film — Les British Academy Film Awards du meilleur film sont décernées par la British Academy of Film and Television Arts (BAFTA) lors de la cérémonie annuelle des British Academy Film Awards depuis 1948. Cette catégorie est divisée en trois : le… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.