Leon Jouhaux


Leon Jouhaux

Léon Jouhaux

Léon Jouhaux est un syndicaliste français, né à Paris le 1er juillet 1879 et mort le 28 avril 1954 à Paris. Ouvrier allumettier et syndicaliste de tendance libertaire, il est secrétaire général de la CGT de 1909 à 1947, puis président de la CGT-FO de 1948 à sa mort.

Défendant sans cesse les principes de la charte d'Amiens (1906) qui prônent l'indépendance syndicale vis-à-vis des partis politiques, de l'État et des Églises, il s'oppose aux différentes tentatives de contrôle du syndicat par la SFIO (en 1911) ou par les "bolchéviques" (en 1922). En décembre 1947, face à la mainmise du PCF sur le syndicat, Jouhaux et ses amis (Robert Bothereau, Albert Bouzanquet, Pierre Neumeyer, Georges Delamarre) démissionnent du Bureau confédéral et fondent la CGT-FO pour continuer la « vieille » CGT, fidèle à la charte d'Amiens.

Le 4 août 1914, lors des obsèques de Jean Jaurès, Léon Jouhaux prononce un discours dans lequel il affirme « au nom de ceux qui vont partir et dont je suis, je crie devant ce cercueil que ce n'est pas la haine du peuple allemand qui nous poussera sur les champs de bataille, c'est la haine de l'impérialisme allemand », voulant exprimer ainsi le sentiment de « la classe ouvrière au cœur meurtri ». Jouhaux se résigne alors à rallier la CGT dans l'Union sacrée.

En 1940, il est mis sous résidence surveillée par le régime de Vichy, arrêté par les nazis en novembre 1942 lors de l'occupation de la zone libre. Le 1er mars 1943, il est transporté en voiture au KL Buchenwald où il est installé dans un baraquement réservé et chauffé, à la périphérie du camp proprement dit. Il rejoint Léon Blum, Édouard Daladier et le général Gamelin arrivés la veille en avion. Un mois plus tard le 1er mai 1943, il est transféré au château d’Itter, dans le Tyrol autrichien, dépendant du camp de concentration de Dachau (mais aux conditions de détention sans communes mesures), en compagnie du général Gamelin, de Daladier, de Paul Reynaud, de Jean Borotra et de Marcel Granger (frère du gendre du général Giraud). Il obtient l'autorisation de la venue, directement de France, de sa secrétaire et future compagne Augusta Bruchlen qui le rejoint le 18 juin[1]. À ce groupe se joindront, Mlle Christiane Mabire, secrétaire et future épouse de Paul Reynaud, Albert Lebrun, André François-Poncet, le général Weygand et son épouse, Michel Clemenceau (le fils du Tigre), le colonel de La Roque (chef des Croix-de-feu), d’Alfred Cailleau et sa femme Marie-Agnès de Gaulle (sœur ainée du général de Gaulle). L’homme politique anti-mussolinien Nitti et un autre Italien, Georgini, partagent leur sort. Ils furent libérés le 5 mai 1945 par des éléments de la 103e division américaine du général McAuliffe.


À la Libération, Jouhaux est de nouveau secrétaire de la CGT, mais doit partager le pouvoir avec le communiste Benoît Frachon. Face à la mainmise du PCF sur la CGT, il est contraint de démissionner en 1948 et fonde la CGT-FO avec Robert Bothereau et les militants non-communistes de la vieille confédération. Il devient également vice-président de la Confédération internationale des syndicats libres et délégué à l'ONU.

En 1918, Léon Jouhaux présente un projet de Conseil national économique chargé d'examiner tous les problèmes posés par le retour à la paix, et dont le rôle ne serait pas que consultatif. La Constitution de la IVe République du 27 octobre 1946 donne un statut constitutionnel à ce Conseil économique (aujourd'hui Conseil économique et social). Jouhaux en devient le Président dès avril 1947 jusqu'à sa mort en 1954.

Ses nombreux engagements pacifistes lui valurent l'obtention du prix Nobel de la paix en 1951 alors qu'il était président de la CGT-FO.

Notes et références

  1. Augusta Léon-Jouhaux écrira un livre sur cette détention, Prison pour hommes d'État paru en 1973.

Bibliographie

  • Ouvrages de Léon Jouhaux :
    • Les travailleurs devant la paix, Éd. La bataille, 1918
    • Le Syndicalisme et la C.G.T., Éd. de la Sirène, 1920
    • L'Organisation internationale du travail, Éd. de la Sirène, 1921
    • Le Mouvement syndical en France, Éd. de la F.S.I., 1931
    • Le Syndicalisme, ce qu'il est, ce qu'il doit être, Flammarion, 1937
    • La C.G.T. : ce qu'elle est, ce qu'elle veut, Gallimard, 1937
    • La C.G.T. et le Front populaire, Librairie syndicale, 1939
  • Sur Léon Jouhaux :
    • Bernard Georges, Léon Jouhaux, PUF, 1979

Liens externes



Précédé par
Louis Niel
Secrétaire général de la CGT
Logo-cgt.PNG
Suivi par
Benoît Frachon


Premier et unique président
de la CGT-Force Ouvrière

Logo-force-ouvriere.jpg
Suivi par
Robert Bothereau
  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’Île-de-France Portail de l’Île-de-France
  • Portail de Paris Portail de Paris
Ce document provient de « L%C3%A9on Jouhaux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Leon Jouhaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Léon Jouhaux — Photographie de Jouhaux dans L Humanité[1] du 27 mai …   Wikipédia en Français

  • Léon Jouhaux — (July 1, 1879 mdash;April 28, 1954) was a French trade union leader who received the Nobel Peace Prize in 1951.Jouhaux s father worked in a match factory in Aubervilliers. His secondary schooling ended when his father s earnings were stopped by a …   Wikipedia

  • Léon Jouhaux — (* 1. Juli 1879 in Paris; † 29. April 1954 ebenda) war ein französischer Gewerkschafter. Er wurde im Jahre 1943 von den Nazis festgenommen und später in das KZ Buchenwald deportiert. 1951 erhielt er den Friedensnobelpreis für seine herausragende… …   Deutsch Wikipedia

  • Léon Jouhaux — Léon Jouhaux …   Wikipedia Español

  • Rue Léon-Jouhaux — Arrondissement(s) 10e arrondissement de Paris Quartier(s) Porte Saint Martin Début 2 …   Wikipédia en Français

  • Friedensnobelpreis 1951: Léon Jouhaux —   Der Arbeitersohn erhielt den Preis für seinen jahrzehntelangen Kampf um die Rechte der Arbeiterschaft und für seine herausragende Rolle innerhalb der gewerkschaftlichen Friedensbewegung.    Biografie   Léon Jouhaux, * Paris 1. 7. 1879, ✝ ebenda …   Universal-Lexikon

  • Jouhaux — Léon Jouhaux Léon Jouhaux est un syndicaliste français, né à Paris le 1er juillet 1879 et mort le 28 avril 1954 à Paris. Ouvrier allumettier et syndicaliste de tendance libertaire, il est secrétaire général de la CGT de 1909 à 1947 …   Wikipédia en Français

  • Jouhaux — Léon Jouhaux (* 1. Juli 1879 in Paris; † 29. April 1954 ebenda) war ein französischer Gewerkschafter. Er wurde im Jahre 1943 von den Nazis festgenommen und später in das KZ Buchenwald deportiert. 1951 erhielt er den Friedensnobelpreis für seine… …   Deutsch Wikipedia

  • JOUHAUX (L.) — JOUHAUX LÉON (1879 1954) Né à Aubervilliers, d’un père ancien communard, employé dans une manufacture de tabac, Léon Jouhaux, après avoir obtenu son certificat d’études et préparé l’École des arts et métiers, est embauché d’abord dans une… …   Encyclopédie Universelle

  • Leon Bourgeois — Léon Bourgeois Pour les articles homonymes, voir Bourgeois. Léon Bourgeois Léon Victor Auguste Bourgeois, né à Paris le …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.