Leon Bourgeois


Leon Bourgeois

Léon Bourgeois

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgeois.
Léon Bourgeois

Léon Victor Auguste Bourgeois, né à Paris le 21 mai 1851 et mort au château d’Oger (Marne) le 29 septembre 1925 [1], est un homme politique français, lauréat du prix Nobel de la paix en 1920. Il est également connu comme le théoricien du solidarisme[2],[3].

Sommaire

Biographie

Il fait des études de droit, puis se porte volontaire pour la défense de Paris Siège de Paris (1870) où il est deux fois médaillé dans la légion d'artillerie. Après une courte carrière d'avocat, il entre dans l'administration préfectorale, occupant successivement les postes de secrétaire général de la préfecture de la Marne (1877), sous-préfet de Reims (1880), préfet du Tarn (1882), préfet de la Haute-Garonne (1885) et enfin préfet de police de Paris (1887).

L'année suivante, il est élu député radical de la Marne contre le général Boulanger.

Il est nommé sous-secrétaire d'État dans le gouvernement Charles Floquet puis occupe, à partir de 1890, des postes ministériels importants. Son parcours public est riche de postes et titres prestigieux :

Portrait de Léon Bourgeois
paru dans L'Artiste en 1897.
  • 1880 : Sous-préfet de Reims
  • 1882 : Préfet du Tarn
  • 1883 : Secrétaire général de le Préfecture de la Seine
  • 1885 : Préfet de la Haute-Garonne
  • 1886 : Directeur du personnel au ministère de l'Intérieur
  • 1887 : Directeur du personnel au ministère des Affaires départementales et communales
  • 1887 : Préfet de police de Paris
  • 1888-1905 : Député de la Marne
  • 1888 : Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur
  • 1890 : Ministre de l'Intérieur
  • 1890 : Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts
  • 1892 : Ministre de la Justice
  • 1894 : Président de la Ligue de l'Enseignement jusqu'en 1898
  • 1895 : Président du Conseil
  • 1895 : Ministre de l'Intérieur
  • 1895 : Ministre des Affaires étrangères
  • 1898 : Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-arts
  • 1899 : Délégué de la France au Première conférence de la Paix ou de La Haye
  • 1900 : Président de la Société d'éducation sociale
  • 1902 : Président de la Chambre des Députés
  • 1903 : Membre de la Cour d'arbitrage international de La Haye
  • 1905-1925 : Sénateur de la Marne
  • 1906 : Ministre des Affaires étrangère
  • 1907 : Délégué de la France au Seconde conférence de la Paix ou de La Haye
  • 1912 : Ministre du Travail
  • 1914 : Ministre des Affaires étrangères
  • 1915 : Ministre d'État
  • 1916 : Ministre du Travail et de la Prévoyance
  • 1917 : Ministre d'État et membre du Comité de guerre
  • 1919 : Premier président de la Société des Nations
  • 1920 : Prix Nobel de la paix
  • 1920 : Président du Sénat

En 1882, préfet du Tarn, il préfère de manière peu usuelle le dialogue à l'intervention de l'armée contre les mineurs en grève à Carmaux.[4]

Il succède à Paul Deschanel à la présidence de la Chambre des députés du 10 juin 1902 au 12 janvier 1904.

Léon Bourgeois

Il devient sénateur de la Marne en 1905 et il est notamment président du Sénat du 14 janvier 1920 au 16 février 1923.

Il joue un rôle important dans le vote de la loi sur les Retraites ouvrières et paysannes en 1910.

Ministre des Affaires étrangères, il représente la France à la conférence d'Algésiras, préparant le protectorat français sur le Maroc. Son activité diplomatique prépare la création de la Société des Nations, dont il est le premier président en 1919. Cette volonté de réguler les relations entre États lui vaut le prix Nobel de la paix en 1920.

En politique intérieure, on tient Léon Bourgeois pour l'un des théoriciens du radicalisme. Son programme politique, le « solidarisme », s'inscrivait entre le libéralisme individualiste et le socialisme collectiviste. Il écrivait dans la Revue nouvelle, suggérant le principe d'un « devoir social » que chacun devrait remplir. La philosophie de la solidarité selon Bourgeois peut seule favoriser la construction d'une République de la main tendue contre le poing fermé, de la mutualité « règle suprême de la vie commune » contre la charité réduite à une « pitié agissante ». C'est au nom de la solidarité qu'il défendra le principe de l'impôt sur les successions, sur les revenus et la mise en place d'une retraite pour les travailleurs.[5]

Il fut par ailleurs un membre influent du Grand Orient de France. Paul Anxionnaz, Grand Maître du Grand Orient de France, déclarait en 1967 : « Si nous, Francs-Maçons du Grand Orient de France, vouons un culte particulier à sa mémoire, c'est parce qu'il n'est sans doute pas d'homme d'action, d'écrivain, de penseur dont l'œuvre tout entière ait été à un plus haut degré imprégnée de pensée et de fraternité maçonniques. »

Amateur d'art, il était sculpteur et a laissé quelques oeuvres dont le buste de sa fille. [6]

Citations

  • « Pas d'harmonie sans l'ordre, pas d'ordre sans la paix, pas de paix sans la liberté, pas de liberté sans la justice. » (Pour la Société des Nations)
  • « Les partis sont toujours en retard sur les idées.

Voir aussi

Bibliographie

  • Serge Audier, Léon Bourgeois. Fonder la solidarité, Paris, Michalon, 2007
  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 pages
  • Alexandre Niess, Maurice Vaïsse (dir.), Léon Bourgeois (1851-1925). Du solidarisme à la Société des Nations, Langres, Guéniot, 2006, 151 pages
  • Marc Sorlot, Léon Bourgeois. Un moraliste en politique, Paris, Leprince, 2005, 358 pages.
  • Denis Demko, Léon Bourgeois. Philosophe de la solidarité, Edimaf, 2001, 159 pages

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Ses cendres ont été déposées au cimetière de l'ouest de Châlons-en-Champagne, et au musée Schiller Goethe de cette ville étaient présentés des souvenirs de Léon Bourgeois dont ses sculptures, musée fermé par la ville le 31 décembre 2008
  2. Nicolas Delalande, Le solidarisme de Léon Bourgeois, un socialisme libéral ?, La Vie des Idées, le 30 janvier 2008
  3. Nicolas Delalande, Pauvreté et solidarité : entretien avec Serge Paugam, La Vie des Idées, le 30 Mai 2008.
  4. Ni compassion, ni socialisme, Yves-Marc Ajchenbaum, Le Monde, 4 janvier 2008
  5. Serge Audier, Léon Bourgeois. Fonder la solidarité, Paris, Michalon, 2007.
  6. Jean-Paul Barbier Des Châlonnais célèbres illustres et mémorables, 2000i

Chronologies

Précédé par Léon Bourgeois Suivi par
Antonin Dubost
Flag of France.svg
Président du Sénat
1920 - 1923
Gaston Doumergue
Alexandre Ribot
Président du Conseil
1er novembre 1895 - 23 avril 1896
Jules Méline
Jules Develle
Ministre français de la Justice
Eugène Guérin
Louis Ricard
Ministre français de la Justice
Jules Develle
Marcellin Berthelot
Ministre français des Affaires étrangères
1896-1896
Gabriel Hanotaux
Maurice Rouvier
Ministre français des Affaires étrangères
1906-1906
Stéphen Pichon
Gaston Doumergue
Ministre français des Affaires étrangères
1914-1914
René Viviani
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « L%C3%A9on Bourgeois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Leon Bourgeois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Léon Bourgeois — Léon Victor Auguste Bourgeois (* 29. Mai 1851 in Paris, Frankreich; † 29. September 1925 in Épernay) war ein französischer Jurist und Staatsmann. Er gilt als einer der geistigen Väter des Völkerbundes. Als erster Präsident des Völkerbundrates… …   Deutsch Wikipedia

  • Léon Bourgeois — Léon Bourgeois …   Wikipedia Español

  • Léon Bourgeois — Pour les articles homonymes, voir Bourgeois. Léon Bourgeois Mandats …   Wikipédia en Français

  • Léon Bourgeois — Infobox Prime Minister name=Léon Bourgeois order=64th Prime Minister of France term start =1 November 1895 term end =29 April 1896 predecessor =Alexandre Ribot successor =Jules Méline birth date =21 May 1851 death date =death date and… …   Wikipedia

  • Léon Bourgeois — Léon Victor Auguste Bourgeois (n. París, 21 de mayo de 1851 † castillo de Oger (Marne), 29 de septiembre de 1925). Político francés. Educado en leyes, toda su vida estuvo ligada a la actividad política y administrativa francesa. Prefecto de Tarn… …   Enciclopedia Universal

  • Gouvernement Léon Bourgeois — Régime Troisième République Président du Conseil Léon Bourgeois Début 1er novembre 1895 Fin 23 avril 1896 …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Leon Bourgeois — Gouvernement Léon Bourgeois Gouvernements de la France Précédent : Gouvernement Alexandre Ribot (3) 26 janvier 1895 …   Wikipédia en Français

  • Allée Léon-Bourgeois — 7e arrt …   Wikipédia en Français

  • Léon Victor Auguste Bourgeois — Léon Bourgeois Pour les articles homonymes, voir Bourgeois. Léon Bourgeois Léon Victor Auguste Bourgeois, né à Paris le …   Wikipédia en Français

  • Léon Victor Bourgeois — Léon Bourgeois Léon Victor Auguste Bourgeois (* 29. Mai 1851 in Paris, Frankreich; † 29. September 1925 in Épernay) war ein französischer Jurist und Staatsmann. Er gilt als einer der geistigen Väter des Völkerbundes. Als erster Präsident des… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.