Andre Boutemy

André Boutemy

André Boutemy
Parlementaire français
Naissance 21 décembre 1905
Décès 14 juillet 1959
Mandat Sénateur 1952-1959
Début du mandat {{{début du mandat}}}
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Seine-et-Marne
Groupe parlementaire CRARS
IVe République - Ve République

André Boutemy est un homme politique français, né le 21 décembre 1905 à Bécherel (Ille-et-Vilaine), décédé le 14 juillet 1959 à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne).

Biographie

Licencié en droit, il devient rédacteur au ministère des Finances puis est détaché à la commission des finances de la Chambre des Députés.

Il est nommé par le régime de Vichy sous-préfet de Thonon-les-Bains en 1940, puis directeur des Renseignements généraux en 1941. Il est écarté de ce poste à la demande des Allemands en 1943. Il est ensuite préfet de la Loire puis préfet régional de Lyon où il fait la connaissance de Georges Villiers, qui a été nommé maire en remplacement d'Édouard Herriot, révoqué. Boutemy bénéficie d’un non-lieu à la Libération en raison de son opposition aux requêtes des occupants pour s’assurer des otages. [1] . Il travaille ensuite aux côtés de Georges Villiers, président du Conseil national du patronat français (CNPF), qui le charge de lutter contre l’influence communiste. Depuis son bureau de la rue de Penthièvre, il est le dispensateur des fonds du patronat aux candidats soutenus par celui-ci.

Il est élu membre du Conseil de la République en 1952 en Seine-et-Marne et siège au groupe du Centre Républicain d’Action Rurale et Sociale.

Lorsque René Mayer, succédant à Antoine Pinay, forme le nouveau gouvernement, le 8 janvier 1953, André Boutemy devient ministre de la Santé publique et de la population.

Sa nomination déchaîne les passions. Le 21 janvier, le quotidien communiste Ce soir, dirigé par Louis Aragon, publie un véritable réquisitoire contre Boutemy, rappelant son passé de préfet sous Vichy, laissant entendre (ce qui est faux) qu'il porte la responsabilité d'un massacre de maquisards ; le quotidien souligne en outre que Boutemy est intimement lié au patronat et à "l'officine de corruption de la rue de Penthièvre".[2]. Le lendemain et les jours suivants, le relais est pris par les députés communistes à l'Assemblée nationale et l'ensemble la presse du parti. Le 9 février, lâché par René Mayer qui a tenté, en vain, de le défendre devant les députés, Boutemy est contraint de démissionner de ses fonctions ministérielles.

Il sera réélu en 1958 au Sénat et siègera dans la Haute Assemblée jusqu’à son décès. Il appartenait à la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation.

André Boutemy a fait partie de l’Assemblée parlementaire de la CECA.

Notes

  1. Sa révocation de l’administration sera levée en 1950.
  2. Pierre Assouline, Une éminence grise. Jean Jardin (1904-1976), Paris, Balland, 1986, p. 290.

Bibliographie

  • Georgette Elgey relate l’affaire Boutemy dans La République des Contradictions, 1951-1954, pages 100 à 111 (114 à 127 dans l'édition de 1993).
  • Jean Garrigues, Les Patrons et la Politique. De Schneider à Seillière, Perrin, 2004.
  • Jean Garrigues, Les Scandales de la République. De Panama à l'affaire Elf, Robert Laffont, 2006.
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de Seine-et-Marne Portail de Seine-et-Marne
Ce document provient de « Andr%C3%A9 Boutemy ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andre Boutemy de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • André Boutemy — Parlementaire français Date de naissance 21 décembre 1905 Date de décès 14 juillet 1959 Mandat Sénateur 1952 1959 Circonscription Sein …   Wikipédia en Français

  • André Maroselli — Parlementaire français Date de naissance 22 février 1893 Date de décès 7 avril 1970 Mandat Sénateur 1936 1940 puis 1952 1956 puis 1959 …   Wikipédia en Français

  • André Monteil — Parlementaire français Date de naissance 15 août 1915 Date de décès 8 novembre 1998 Mandat Député 1945 1958 Sénateur 1959 1971 Circonscripti …   Wikipédia en Français

  • DCRG — Direction centrale des Renseignements généraux La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la… …   Wikipédia en Français

  • Direction Centrale Des Renseignements Généraux — La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la police nationale (DGPN). Créés en 1911 sous cette… …   Wikipédia en Français

  • Direction Centrale des Renseignements Généraux — La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la police nationale (DGPN). Créés en 1911 sous cette… …   Wikipédia en Français

  • Direction centrale des Renseignements generaux — Direction centrale des Renseignements généraux La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la… …   Wikipédia en Français

  • Direction centrale des Renseignements généraux — La Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la Direction générale de la Police nationale (DGPN). Créés en 1911 sous cette… …   Wikipédia en Français

  • Direction centrale des renseignements généraux — La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la police nationale (DGPN). Créés en 1911 sous cette… …   Wikipédia en Français

  • RGx — Direction centrale des Renseignements généraux La direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG ou RGx), était un service de renseignement français dépendant de la direction générale de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”