Le Spleen de Paris

Le Spleen de Paris

Petits Poèmes en prose

Petits Poèmes en prose (ou Le Spleen de Paris) est le titre d'un recueil posthume de poèmes en prose de Charles Baudelaire établi par Charles Asselineau et Théodore de Banville. Il a été publié pour la première fois en 1869 dans le quatrième volume des Œuvres complètes de Baudelaire publié par l'éditeur Michel Levy.

Les cinquante pièces qui le composent ont été rédigées entre 1855 (« Le crépuscule du soir ») et 1864. Une quarantaine d'entre elles ont paru dans divers journaux de l'époque; les dix suivantes furent posthumes entre 1867 et 1869. Selon une lettre de 1862, Baudelaire a été inspiré en les écrivant par l'exemple d'Aloysius Bertrand.

Le titre Petits Poèmes en prose est souvent suivi d'une forme de sous-titre Le Spleen de Paris (qui se rapproche des titres de deux parties des Fleurs du Mal : "Spleen et Idéal" et "Tableaux parisiens"). En effet, de son vivant, Baudelaire évoqua cette expression pour désigner son recueil qu'il complétait à mesure de son inspiration et de ses publications. D'ailleurs, le 7 février 1864, le journal Le Figaro publia quatre pièces appartenant aux Petits Poèmes en prose sous le titre « Le Spleen de Paris ». Ceci explique l'association étroite des deux titres. Depuis lors, le recueil porte ces deux noms.

Le Figaro a choisi d'arrêter son choix sur un des titres proposés par Baudelaire, mais c'est bien au terme de "Spleen" qu'il faut surtout prêter attention plus qu'au lieu dit de Paris. Comme on le voit à la lecture du recueil Paris n'est pas le décor principal de l'experience poétique. Cependant le Spleen de Paris ne se trompe pas de lieu, le Spleen de Baudelaire est bel et bien un mal de "vauriens" de Paris, Baudelaire nous présente le diagnostic d'un malaise social lié à une ville plus qu'une simple indication de carte pour situer son épanchement poétique.

Seule la dernière pièce du recueil (« Épilogue ») est en vers. Il est aujourd'hui établi que Baudelaire n'avait pas prévu de l'y inclure[1].

Si l'auteur est libéré de la contrainte de la rime, il se doit tout de même de donner un rythme, une structure proche de la poésie à son écriture, de crainte de tomber dans le récit classique. À titre d'exemple, la XXXVIIe pièce « Les bienfaits de la lune » (1863) propose une symétrie entre deux paragraphes : mêmes phrases, même structure grammaticale et continuité dans le deuxième paragraphe de l'idée du premier. De même, la XLVIIIe pièce « Any where out of the World » (N'importe où hors du monde) (1867, posthume) est construite principalement autour de quatre semi-anaphores, quatre petites phrases basées sur la même idée et les mêmes mots s'intercalant entre les paragraphes principaux.

Sommaire

Contenu

À Arsène Houssaye. I. L'Étranger. II. Le Désespoir de la vieille. III. Le « Confiteor » de l'artiste. IV. Un plaisant. V. La Chambre double. VI. Chacun sa chimère. VII. Le Fou et la Vénus. VIII. Le Chien et le flacon. IX. Le Mauvais Vitrier. X. À une heure du matin. XI. La Femme sauvage et la petite-maîtresse. XII. Les Foules. XIII. Les Veuves. XIV. Le Vieux Saltimbanque. XV. Le Gâteau. XVI. L'Horloge. XVII. Un Hémisphère dans une chevelure. XVIII. L'invitation au voyage. XIX. Le Joujou du Pauvre. XX. Les Dons des fées. XXI. Les Tentations ou Eros, Plutus et la Gloire. XXII. Le Crépuscule du soir. XXIII. La Solitude. XXIV. Les Projets. XXV. La Belle Dorothée. XXVI. Les Yeux des pauvres. XXVII. Une mort héroïque. XXVIII. La Fausse Monnaie. XXIX. Le Joueur généreux. XXX. La Corde. XXXI. Les Vocations. XXXII. Le Thyrse. XXXIII. Enivrez-vous. XXXIV. Déjà!. XXXV. Les Fenêtres. XXXVI. Le Désir de peindre. XXXVII. Les Bienfaits de la lune. XXXVIII. Laquelle est la vraie?. XXXIX. Un cheval de race. LX. Le Miroir. XLI. Le Port. XLII. Portraits de maîtresses. XLIII. Le Galant Tireur. XLIV. La Soupe et les nuages. XLV. Le Tir et le cimetière. XLVI. Perte d'auréole. XLVII. Mademoiselle Bistouri. XLVIII. Any where out of the world. XLIX. Assommons les Pauvres !. L. Les bons Chiens. Épilogue


Éditions de bibliophilie

  • Le Spleen de Paris, avec des gravures sur cuivre de Paul Hannaux; Paris, Aux dépens d'un amateur (Impr. La Ruche), 1950.

Bibliographie

  • Barbara Johnson, Défigurations du langage poétique. La seconde révolution baudelairienne, Flammarion,Paris, 1979.
  • Patrick Labarthe, Baudelaire, Le Spleen de Paris, Gallimard, coll. Foliothèque, Paris, 2000.
  • Steve Murphy, Logiques du dernier Baudelaire, Champion, coll. Essais, Paris, 2007.
  • Dolf Oehler, Le Spleen contre l'oubli. Juin 1848, Payot, coll. Critique de la politique, Paris, 1996.

Notes et références

  1. Steve Murphy, Logiques du dernier Baudelaire, p.35.
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Petits Po%C3%A8mes en prose ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Spleen de Paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Le Spleen de Paris — also known as Paris Spleen or Petits Poèmes en prose , is a collection of 51 short prose poems by Charles Baudelaire.The collection was published in 1869, posthumously by his sister and it is related with the modernist literary movement.Baudelai …   Wikipedia

  • spleen — [ splin ] n. m. • 1737; mot angl. « mélancolie », proprt « rate » (siège des humeurs noires); lat. d o. gr. splen ♦ Littér. Mélancolie sans cause apparente, caractérisée par le dégoût de toute chose. ⇒ cafard, ennui, hypocondrie, neurasthénie. «… …   Encyclopédie Universelle

  • Paris (France) — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Paris intra-muros — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Spleen baudelairien — Charles Baudelaire écrit à sa mère, Mme Aupick, le 30 décembre 1859 : « Ce que je sens, c est un immense découragement, une sensation d isolement insupportable, une peur perpétuelle d un malheur vague, une défiance complète de mes… …   Wikipédia en Français

  • Paris — Cet article concerne la capitale de la France. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). 48° 51′ 24″ N 2° 21′ …   Wikipédia en Français

  • Paris en chansons — Liste de chansons sur Paris par ordre chronologique Cette liste (à compléter) énumère, dans un ordre chronologique, les chansons évoquant Paris, ses quartiers, ou ses environs.... les dates sont parfois incertaines car selon les sources, il peut… …   Wikipédia en Français

  • Le Spleen baudelairien — Spleen baudelairien Le Spleen est un sentiment profond mélant ennui et lassitude de l existence défini à travers plusieurs poêmes par Baudelaire. Sommaire 1 Origine du nom 2 Le syndrome 3 Bibliographie 4 Exemples …   Wikipédia en Français

  • Drapeau de Paris — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Département de Paris — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.