Ancus

Liquescence

Chant grégorien
Gregorian chant.gif
Plain-chant
Neumes
(1) Punctum - Virga (2) Clivis - Podatus (3) Scandicus - Climacus - Torculus - Porrectus

♦ Spéciaux: Bivirga - Quilisma - Salicus - Stropha - Trigon - Pressus - Oriscus

♦ Transformés: Liquescence

Neume composé

Modalité grégorienne
Répertoire grégorien
Articles sur la musique sacrée

Dans la notation du chant grégorien, la notation vaticane distingue parfois des notes par une taille plus faible : ce sont des notes liquescentes. La liquescence se traduit graphiquement dans la forme du neume cursif, généralement par un raccourcissement ou un enroulement du trait.

Elles apparaissent quand l'articulation d'une syllabe avec la suivante se fait par une «consonne liquide», sur la dernière note du groupe : M (omnis, summo), L, N, Y (ejus), NG (sanctus), W (autem, laudat). Ces consonnes ou semi-consonnes sont chantées à la hauteur correspondante, comme le seraient des voyelles, mais le chant est entravé par leur prononciation. Resserrée dans l'émission de la bouche, la note perd la moitié non de sa durée mais de sa force. La nature de ces articulations exige que la voix passe de l'une à l'autre en coulant, et devienne pour ainsi dire liquide, d'où le nom de «liquescente».

Neumes spécialisés

Il y a trois neumes qui changent de noms quand ils deviennent liquescents :

  • Le Cephalicus remplace une clivis.
  • L'Epiphonus remplace un podatus.
  • L'Ancus remplace un climacus.

Le Torculus conserve son nom même quand il est liquescent, et dans la notation carrée, la liquescence n'est pas marquée sur le punctum isolé (bien que l'articulation suive les mêmes règles).

Pour ce qui est de l’interprétation, les neumes liquescents signalent de toute évidence une manière d’interpréter correctement les articulations de consonnes sur lesquelles ils se trouvent. Mais l’effet utilisé par l’interprétation traditionnelle reste obscur.

Dans les notations cursives, les neumes liquescents comprennent également le punctum liquescent, et le strophicus.

Vocalisation de l’articulation entre voyelles

Tout d’abord, comment faut-il vocaliser l’articulation entre voyelles ?

  • L’édition vaticane suggère simplement que l’émission vocale est assourdie le temps que l’articulation entre les voyelles soit faite correctement «Par la force des syllabes, la voix passant de l'une à l'autre "fond" ; de telle manière que, comprimée dans la bouche, "on ne la voit pas finir", elle perd presque la moitié, non de sa durée, mais de sa puissance.»
  • De son côté, la « Paléographie musicale » suggère d’intercaler une légère vocalisation entre les consonnes, si bien qu’un mot comme confundantur serait finalement prononcé conefunedanetur.
  • La nature des consonnes « liquides » (l, m, n, r), qui ont donné leur nom à ces articulations, se prête également à une certaine vocalisation prolongeant de manière assourdie la voyelle précédente. Ce type d’articulation peut également être appliqué aux liquescences qui ne portent que sur un simple « m » ou « j », sans articulation entre consonnes, et également aux « gn » se prononçant « ny » comme dans agnus, ainsi qu’aux « s » isolés si on suppose qu’ils sont dans ce cas vocalisés en « z ».

Globalement, on peut retenir que l’articulation liquescente prend un certain temps, pendant lequel les consonnes doivent être correctement articulées, et que cette articulation produit un effet audible par rapport à ce que serait un enchaînement simple entre syllabes.

Temps d’articulation

Ensuite, le temps d’articulation doit il être déduit de la note précédente, pris sur la suivante, ou ajouté entre les deux ?

  • La note plus petite de l’édition vaticane ne doit pas prêter à contresens : il ne s’agit pas de diminuer la durée globale de la note, la notation cursive montre au contraire que ces neumes on une finale graphiquement augmentée.
  • L’interprétation usuelle, qui consiste à raccourcir la voyelle précédente (liquescence diminutive), est très probablement correcte dans la plupart des cas. C’est ce que suggère la forme diminuée du neume en notation carrée, et également le fait que la note correspondante est faible et a souvent disparu de la mélodie au cours des siècles.
  • Portail de la musique Portail de la musique
Ce document provient de « Liquescence ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ancus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ancus — Der Ancus (lat.) ist eine Neume in der Notation des Gregorianischen Chorals und stellt die liqueszensierte Form des Climacus dar. In der Quadratnotation wird beim Ancus das letzte Punctum inclinatum beziehungsweise das letzte Punctum als… …   Deutsch Wikipedia

  • ANCUS — I. ANCUS Lusitaniae fluv. Saurium oppid. alluens. Rin di Soure. II. ANCUS praenomen a Sabinis translatum. Appellatur autem teste Festô, Aucus, qui aduncum brachium habet, ita ut exporrigi non possir, ἀπὸ τȏυ ἀγκῶνος, i. e. a cubiro incurvo, sicut …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Ancus Martius — Ancus Marcius Ancus Marcius 4e roi légendaire de Rome …   Wikipédia en Français

  • Ancus Marcius — Titre 4e roi légendaire de Rome 641 – 616 av. J. C. ( 25 ans) Prédécesseur Tullus Hostilius Successeur Tarquin l Ancien …   Wikipédia en Français

  • Ancus Martius — Ancus Marcius (auch Martius) (* 675 v. Chr. ?; † 616 v. Chr.) war der Sage nach der vierte König von Rom. Ancus Marcius war der Enkel des Königs Numa Pompilius und wurde 640 v. Chr. nach Tullus Hostilius zum König gewählt. Obwohl er, wie sein… …   Deutsch Wikipedia

  • Ancus Marcius — (r. 640 BC ndash; 616 BC), fourth of the Kings of Rome, and possibly legendary. Like Numa, his reputed maternal grandfather (he was the son of Marcius II and wife Pompilia), he was a friend of peace and religion, but was obliged to make war to… …   Wikipedia

  • ANCUS Martius — quartus Romanorum Rex, nepos Numae ex filia. Latinos bellô domuit, Aventinum, et Martium montem urbi addidit; Ianiculum ponte subliciô urbi coniunxit, Romanorumque limites ad mare usque promovit, ubi et Ostiam condidit. Fertur praeterea primus… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Ancus Marcĭus — Ancus Marcĭus, Sohn der Pompilia, der Tochter des Königs Numa, u. des Numa Marcius, des ersten Oberpriesters unter Numa Pompilius, folgte als 4. König von Rom auf Tullus Hostilius 638 u. regierte bis 614 v. Chr., s. Rom (Gesch.). Er hob die… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ancus Marcĭus — (»Diener des Mars«), nach der Sage Sohn der Tochter Numas, der Pompilia, und des Marcius, vierter König von Rom, regierte angeblich von 640–616 v. Chr., war, gleich dem Numa, ein weiser Beförderer der Religion und der friedlichen Gewerbe,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ancus Marcius — Ancus Marcĭus, nach der Sage 4. König von Rom, 641 616 v. Chr., Enkel des Numa, siedelte die besiegten latinischen Stämme auf dem Aventin an, befestigte das Janiculum jenseit des Tibers und gründete Ostia als Hafenstadt von Rom …   Kleines Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”