Ancienne église Notre-Dame de Royan
Article connexe : Église Notre-Dame de Royan.
Ancienne église Notre-Dame de Royan
Image illustrative de l'article Ancienne église Notre-Dame de Royan
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction 1874
Fin des travaux 1879 ; détruite en 1945
Style(s) dominant(s) Néo-gothique
Géographie
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Ville Royan
Coordonnées 45° 37′ 25″ N 1° 01′ 56″ W / 45.62351111, -1.03222245° 37′ 25″ Nord
       1° 01′ 56″ Ouest
/ 45.62351111, -1.032222
  

L'ancienne église Notre-Dame de Royan était un édifice religieux situé dans le centre-ville de Royan, en Charente-Maritime. Principal lieu de culte de la station balnéaire, elle fut détruite au cours des bombardements alliés qui ravagèrent la cité en 1945.

Sommaire

Historique

La ville de Royan fut longtemps partagée entre deux noyaux urbains bien distincts : ainsi, au début du XVIIe siècle, on relève d'une part la citadelle, située sur le rocher de Foncillon, et d'autre part, sur une hauteur située un peu au nord de celle-ci, le village de Saint-Pierre, regroupé autour de son église romane. Les deux entités sont des paroisses distinctes, ayant chacune leur église.

En 1621, Royan est une place forte en majorité protestante, tandis que le village de Saint-Pierre reste en majorité catholique. En ces temps de troubles religieux, Henri de Rohan, chef du parti protestant, intrigue avec les anglais. On lui prête le rêve de constituer autour de La Rochelle une sorte de « République » protestante, dont Royan ferait partie. L'agitation croissante dans l'ouest pousse le roi Louis XIII à réagir : en 1622, le siège est mis devant les remparts de Royan. Devant l'inégalité des forces en présence, les Royannais décident de se rendre et le 11 mai 1622, le roi fait une entrée solennelle dans la place forte désormais soumise. Pourtant, nombre de Royannais ont le sentiment d'avoir étés trahis par leurs chefs : un an plus tard, en 1623, ils se soulèvent, massacrant la garnison. Devant cet affront, le roi envoie le duc d'Épernon mâter la révolte, avec pour consigne de ne faire aucun quartier. La citadelle est mise à sac, incendiée, la population massacrée. Les maisons sont démantelées et interdiction est faite de reconstruire sur les lieux de l'ancienne place forte. Un faubourg se constitue le long de la plage, et l'ancienne paroisse, désormais dépourvue de lieu de culte, est rattachée à Saint-Pierre[1].

Lorsque la ville de Royan est tirée de son sommeil par l'émergence de la mode des bains de mer, la nécessité de disposer d'un lieu de culte décent ne tarde pas à se faire sentir. L'église Saint-Pierre, vétuste, est fermée au culte en 1862. Les offices sont alors célébrés dans la petite chapelle du couvent des Récollets, alors même que la population a presque doublé en un siècle, sans compter les estivants.

En 1857, un terrain est cédé à la municipalité (legs Dumoulin). Cependant, des querelles quant au choix et aux dimensions du nouveau sanctuaire ne tardent pas à éclater. Le maire de l'époque, Alfred de la Grandière, démissionne ; dans le même temps, l'architecte choisi pour la réalisation du projet, Gustave Alaux, décide d'abandonner le projet. Il faudra attendre 1874 pour que la première pierre du nouveau sanctuaire soit posée. Les travaux, dirigés par l'architecte Auguste Labbé, durent jusqu'en 1879. La réalisation en est confiée à l'entrepreneur libournais Joseph Maureau.

Durant la seconde guerre mondiale, Royan est intégrée aux défenses allemandes : à la fin du conflit, elle devient l'une des « poches » de résistance. À ce titre, la ville est sévèrement bombardée par les alliés au petit matin du 5 janvier 1945, subissant deux assauts aériens de la RAF. Le centre-ville est détruit à 85 % : les principaux monuments et infrastructures de la ville, y compris l'église, sont entièrement détruits.

Au moment de la reconstruction de la ville, devant l'ampleur du désastre, il est décidé de bâtir suivant de nouvelles normes, en employant béton armé et techniques d'avant-garde. Ainsi s'élève, un peu en retrait du site de l'ancienne église, la nouvelle église Notre-Dame de Royan, œuvre de l'architecte Guillaume Gillet.

Description

Après de nombreuses tergiversations, la municipalité choisi finalement le projet de l'architecte Auguste Labbé, consistant en l'érection d'un vaste sanctuaire néo-gothique. Celui-ci se caractérisait par une nef de quatre travées, flanquée de bas-côtés, par un profond transept encadré d'arcs-boutants et éclairé de deux rosaces, ainsi que par un chevet à pans coupés bordé de deux sacristies. Deux absidioles rectangulaires venaient se greffer sur les croisillons, communiquant avec le chœur du sanctuaire ainsi qu'avec les sacristies attenantes. L'ensemble du sanctuaire était voûté sur croisées d'ogives. La façade était dominée par un clocher élancé, édifié au-dessus d'une tribune aménagée en 1888 par Louis Labbé, fils d'Auguste Labbé. Quatre pinacles encadraient une flèche octogonale. Le sommet de celle-ci fut renversé par une tempête dans la nuit du 11 novembre 1916, avant d'être finalement reconstruit en 1928[2]. À l'intérieur se trouvait un buffet d'orgue et un chemin de croix, dont quelques panneaux ont pu être retrouvés dans les ruines : ceux-ci se trouvent désormais dans la nouvelle église.

Notes et références

  1. in Royan, par Yves Delmas
  2. L'ancienne église Notre-Dame

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ancienne église Notre-Dame de Royan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Eglise Notre-Dame de Royan — Église Notre Dame de Royan Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame et Notre Dame. Église Notre Dame de Royan Vue gén …   Wikipédia en Français

  • Église notre-dame de royan — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame et Notre Dame. Église Notre Dame de Royan Vue gén …   Wikipédia en Français

  • Église Notre-Dame de Royan — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame et Notre Dame. Église Notre Dame de Royan …   Wikipédia en Français

  • Église de l'Assomption-de-Notre-Dame de Vaux-sur-Mer — Présentation Nom local « Chapelle de Pontaillac » Culte Anciennement, Catholique romain …   Wikipédia en Français

  • Abbaye Notre-Dame de Chambon — L abbaye Notre Dame de Chambon, disparue de nos jours, se trouvait à Mauzé Thouarsais, dans le département des Deux Sèvres et la région Poitou Charentes. Sommaire 1 Histoire de l Abbaye 1.1 Géographie 1.2 Fondation …   Wikipédia en Français

  • Reconstruction de Royan — Royan 1950 Le Front de Mer Sommaire 1 L après guerre 2 La reconstruction …   Wikipédia en Français

  • Histoire de Royan — Voir également l’article : Chronologie de Royan. Article connexe : Histoire de la Charente Maritime. L’histoire de Royan commence au Néolithique, lorsque des hommes qui vivent de façon sédentaire commencent à occuper le site. Après les… …   Wikipédia en Français

  • Royan — Pour les articles homonymes, voir Royan (homonymie). 45° 37′ 12″ N 1° 01′ 48″ W …   Wikipédia en Français

  • Royan 1950 — Le Front de Mer Sommaire 1 L après guerre 2 La reconstruction …   Wikipédia en Français

  • de — 1. de [ də ] prép. • 842; lat. class. de qui s est substitué en bas lat. à l emploi du génitif ♦ Mot invariable qui sert à établir des rapports variés entre deux mots ou groupes de mots. REM. De s élide généralt en d devant une voyelle ou un h… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”