Le Jeu De L'amour Et Du Hasard


Le Jeu De L'amour Et Du Hasard

Le Jeu de l'amour et du hasard

Le Jeu de l’amour et du hasard

Illustration de Le Jeu de l’amour et du hasard

Bertall


Auteur Marivaux
Genre Comédie
Pays d'origine France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Briasson
Date de parution 1730
Date de la 1re représentation 23 janvier 1730
Metteur en scène Comédiens italiens
Lieu de la 1re représentation Hôtel de Bourgogne

Le Jeu de l’amour et du hasard est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux représentée pour la première fois le 23 janvier 1730 par les comédiens italiens à l’hôtel de Bourgogne.

Tout en respectant les codes de bienséance de l’époque – les nobles finiront ensemble, et les « petites gens » de leur côté – Marivaux retourne, dans cette comédie au dialogue étincelant, l’ordre établi, trouble les préjugés et inverse les rapports maîtres-valets. Cette situation engendre complications et quiproquos, et ce sont finalement les femmes, avec les serviteurs, qui se sortent le mieux de cette situation. Ainsi, Lisette est la première à comprendre ce qui se passe, puis elle l’avoue tardivement à Arlequin. Bien après, Silvia se rend à son tour compte de la situation, mais sa fierté l’empêche de l’avouer tout de suite à Dorante. Après quelques problèmes, ce dernier, passablement déconcerté, parvient finalement à vaincre l’orgueil de Silvia.

Sommaire

Personnages

  • Monsieur Orgon, père de Silvia ;
  • Mario, fils de Monsieur Orgon et frère de Silvia ;
  • Silvia ; fille de Monsieur Orgon, sœur de Mario et amante de Dorante (son prétendant) ;
  • Dorante, amant de Silvia (sa promise) ;
  • Lisette, femme de chambre de Silvia ;
  • Arlequin, valet de Dorante ;
  • Un laquais.

Personnages

Parmi les maîtres, Monsieur Orgon, le père de Silvia, est indulgent et malicieux, il guide le jeu de l’amour et du hasard, en succès amoureux auprès de Lisette.

L’histoire

La jeune comtesse, Silvia, fille de Monsieur Orgon, attend un prétendant, Dorante, mais elle n’est pas disposée à se marier, surtout au jeune homme que lui destine son père car elle ne le connaît pas et elle a vu tant de mauvais ménages. Elle voudrait pouvoir l’étudier sans se compromettre, et pour cela elle imagine de changer de costume et de rôle avec Lisette, sa femme de chambre, afin de pouvoir étudier plus à son aise le caractère de ce prétendant qui passe, de surcroît, pour un libertin. Or il se trouve que le fiancé, qui n’a lui-même aucune envie de se marier, et qui ne vient voir la comtesse que pour plaire à un parent dont dépend sa fortune, a eu la même idée de changer aussi de costume et de rôle avec son domestique, Arlequin. Il se présente donc chez Monsieur Orgon sous l’apparence d’un serviteur nommé Bourguignon, tandis que son valet, Arlequin, se fait, quant à lui, passer pour Dorante. Seuls informés du travestissement des jeunes gens, Monsieur Orgon et son fils Mario décident de laisser ses chances au « jeu de l’amour et du hasard », se promettant de s’amuser de la situation.

Dorante et Arlequin arrivent travestis. Pour commencer, le frère de Silvia, Mario, veut que les deux prétendus serviteurs se tutoient, ce qui les gêne bien un peu au début. Sous son déguisement, Dorante trouve Silvia , qu’il croit être une femme de chambre, charmante et lui fait la cour en lui adressant une série de compliments des mieux tournés. Obligée, de son côté, de souffrir ces assiduités pour ne pas se trahir, Silvia finit par y prendre goût et par regretter que le coureur ne soit pas un gentilhomme. Celui-ci, de son côté, est désolé que Lisette ne soit qu’une femme de chambre. L’embarras de la jeune fille augmente de voir à un valet tant d’esprit et de distinction. Elle s’en veut à elle-même de continuer la conversation avec lui et ne peut se résoudre à le quitter, tandis que le prétendu maître la choque dès qu’il paraît.

Lisette, quant à elle, est enchantée du faux Dorante et prie Monsieur Orgon, le père, de la dispenser de continuer, parce qu’elle prendra cet amour au sérieux. En effet, dès la seconde entrevue, on s’est dit qu’on s’aime, tout en se prévenant mutuellement qu’il y aura peut-être à en rabattre lorsqu’on se connaîtra mieux. Silvia trouve que Lisette va trop loin avec celui qu’elle suppose le maître ; Lisette, de son côté, fait entendre à Silvia qu’elle-même va bien loin avec le valet. Silvia pleure de colère. Elle ne sait où elle en est et ne se reconnaît pas elle-même. Lorsque le prétendu valet survient, elle veut s’en aller et elle reste. Elle veut le quereller et elle le console. Il se jette à ses pieds et elle lui dit qu’elle l’aimerait si elle le pouvait. Lorsque son père et son frère, qui sont témoins d’une partie de cette scène, la taquinent impitoyablement, elle se fâche. Quand on lui dit qu’il faut chasser ce valet qui est cause de tout le trouble de la maison, elle le défend avec chaleur puis, comme on se moque d’elle, elle demande aussi qu’on le renvoie. Bien qu’elle sache qu’elle ne peut l’épouser, elle ne peut cependant se défendre de l’aimer. Apprenant cet amour par Mario, Dorante veut d’abord s’éloigner par discrétion. À la fin, il n’y tient plus et va trouver la fausse Lisette et lui propose de l’épouser, toute femme de chambre qu’elle est. On s’avoue alors de part et d’autre qu’on a joué la comédie. Arlequin et Lisette connaissent également leur propre scène des aveux, fort réjouissante.

Notes

Adaptations

Bibliographie

  • Albert Barrera-Vidal, « Les Différents niveaux de langue dans le Jeu de l’amour et du hasard de M », Die Neueren Sprachen, 1966, n° 15, p. 378-384.
  • Karine Bénac, « Dissensions langagières et efficacité de la parole dans Le Jeu de l’Amour et du Hasard », Champs du Signe : Sémantique, Poétique, Rhétorique, 1996, p. 89-104.
  • Karine Bénac, « Fantasio et Le Jeu de l’Amour et du Hasard: Une Même Quête de l’identité? », Littératures, print.-aut. 2003, n° 48-49, p. 49-63.
  • André Blanc, « Marivaux à rebours : du hasard à la nécessité », Dramaturgies : langages dramatiques, Paris, Nizet, 1986.
  • Marguerite Boulet-Sautel, « Théâtre et droit : Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard », Études sur l’ancienne France offertes en hommage à Michel Antoine, Paris, École des Chartes, 2003, p. 97-100.
  • (en) Thomas M. Carr, « Marivaux’s Jeu de l’amour et de la raison », Australian Journal of French Studies, jan.-avr. 1984, n° 21 (1), p. 15-25.
  • (en) Derek F. Connon, « The Servant as Master: Disguise, Role-Reversal and Social Comment in Three Plays of Marivaux », Studies in the Commedia dell’Arte, Cardiff, U of Wales P, 1993, p. 120-37.
  • Michel Gilot, « Du Jeu de l’amour et du hasard aux Fausses Confidences : remarques sur l’évolution du théâtre de Marivaux », Études Littéraires, été 1991, n° 24 (1), p. 9-18.
  • (de) Annelie Hegenbarth-Rösgen, « Zufall, Liebe und Intrige-Marivaux: Le Jeu de l’amour et du hasard », Neusprachliche Mitteilungen aus Wissenschaft und Praxis, Aug. 1986, n° 39 (3), p. 180-6.
  • Jacques Lacant, « Du Jeu de l’amour et du hasard aux Affinités électives », Langue, littérature du XVIIe et du XVIIIe siècle : mélanges offerts à M. le Professeur Frédéric Deloffre, Paris, Soc. d’Édition d’Enseignement Supérieur, 1990, p. 655-66.
  • Gérard Lahouati, « Le Philosophe et le misanthrope : langage, théâtre et philosophie dans La Double Inconstance et Le Jeu de l’amour et du hasard », Op. Cit., nov. 1996, n° 7, p. 133-44.
  • (en) Cynthia Osowiec Ruoff, « The Smile of the Mind: From Molière to Marivaux », Analecta Husserliana, 1998, n° 56, p. 43-56.
  • John Pappas, « Le Réalisme du Jeu de l’amour et du hasard », Essays on the Age of Enlightenment in Honor of Ira O. Wade, Genève, Droz, 1977, p. 255-60.
  • Jacques Proust, « Le Jeu du temps et du hasard dans Le Paysan parvenu », Europaische Aufklarung: Herbert Dieckmann zum 60 Geburtstag, Munich, W. Fink, 1967, p. 223-235
  • Annie Rivara, « Le Comique et le sublime dans le théâtre de Marivaux », Pensée de Marivaux, Amsterdam, Rodopi, 2002, p. 35-51.
  • David Trott, « Du jeu masqué aux Jeux de l’amour et du hasard : l’évolution du spectacle à l’italienne en France au XVIIIe siècle », L’Homme et la nature, Edmonton, Academic Printing & Pub., 1986, p. 177-90.
  • (en) Amy Wyngaard, « Switching Codes: Class, Clothing, and Cultural Change in the Works of Marivaux and Watteau », Eighteenth-Century Studies, 2000, n° 33 (4), p. 523-41.

Source

  • Jean Fleury, Marivaux et le marivaudage, Paris, Plon, 1881, p. 129-31.

Liens externes

  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Le Jeu de l%27amour et du hasard ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Jeu De L'amour Et Du Hasard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Le Jeu de l'Amour et du Hasard — Le Jeu de l’amour et du hasard Bertall Auteur Marivaux Genre Comédie Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Le Jeu de l'amour et du hasard — Le Jeu de l’amour et du hasard Bertall Auteur Marivaux Genre Com …   Wikipédia en Français

  • Le jeu de l'amour et du hasard — Le Jeu de l’amour et du hasard Bertall Auteur Marivaux Genre Comédie Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Le Jeu de l'Amour et du Hasard — Infobox Play name = Le Jeu de l amour et du hasard image size = caption = Le Jeu de l amour et du hasard writer = Pierre de Marivaux chorus = characters = Silvia Dorante Monsieur Orgon Mario Arlequin Lisette mute = setting = Monsieur Orgon s home …   Wikipedia

  • JEU — QU’IL soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui semble échapper, presque par définition, aux normes de la vie sociale telle qu’on l’entend généralement, puisque jouer c’est précisément se situer en dehors des contraintes qui… …   Encyclopédie Universelle

  • HASARD — Le hasard, que le calcul des probabilités a permis de maîtriser partiellement, apparaît d’abord comme un caractère fondamental de l’existence. Dans la mesure où l’incertitude enveloppe l’idée de risque, on a tenté de la réduire, dans le domaine… …   Encyclopédie Universelle

  • jeu-concours — jeu [ ʒø ] n. m. • XIIe; giu 1080; lat. jocus « badinage, plaisanterie » I ♦ 1 ♦ Activité physique ou mentale purement gratuite, qui n a, dans la conscience de la personne qui s y livre, d autre but que le plaisir qu elle procure. ⇒ amusement,… …   Encyclopédie Universelle

  • jeu — (jeu) s. m. 1°   Action de se livrer à un divertissement, à une récréation. 2°   Action de se jouer. 3°   Jeu de mots. 4°   Les Jeux, divinités. 5°   Amusement soumis à des règles, où il s agit de se divertir sans qu il y ait aucun enjeu.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AMOUR — «Dieu aimeras et ton prochain comme toi même.» Toute la civilisation judéo chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu’elle montre l’injonction de jouir comme… …   Encyclopédie Universelle

  • hasard — (ha zar ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas : un ha zar heureux ; au pluriel, l s ne se lie pas : des ha zar heureux ; cependant quelques personnes la lient : des ha zar z heureux) s. m. 1°   Sorte de jeu de dés (sens propre et ancien,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.