Laideur

Laid

La Duchesse laide, 1525-30, de Quentin Metsys.
Une œuvre picturale jugée belle, représentant la laideur visuelle.

Le laid ou la laideur est généralement la caractéristique opposée au beau (jugement esthétique).

Parfois le laid est une caractéristique inspirant le mépris, la désapprobation (sens ancien) ; le laid n'est ainsi pas une valeur esthétique, et peut être opposée au bien (jugement moral).

Sommaire

Étymologie

Le sens primitif de laid est « désagréable, outrageant, odieux ». Cette signification est attestée dès le début du XIIe siècle en français et s'est maintenu dans les dérivés dialectaux, comme le normand laidure « outrage » et le manceau laidanger « outrager ». Exemples d'usages anciens :

Vers 1100, au sens de « désagréable, horrible, odieux, repoussant (personne) » : « La premere [eschele] est des Canelius les laiz » Roland, éd. J. Bédier, 3238
Au sens de « causer un préjudice » : « faire grant lait » — dans Philippe de Thaon, Bestiaire, 1104

Le sens esthétique, bien que déjà attesté au tout début du XIIe siècle ne s'est répandu qu'à partir du XIVe, et a fini par évincer le sens premier du mot. [1]

Caractéristiques

Le nain Don Sebastián de Morra, v. 1645, Diego Vélasquez .
106,5 x 81,5 cm, Musée du Prado, Madrid.

Au sens esthétique, le laid s'oppose au beau. Mais le laid n'est pas l'absence de beau ; ce non-beau, en tant qu'absence des critères de beauté correspondrait plutôt par exemples au médiocre, au banal, au vulgaire, au commun ou à la fadeur, qui prennent généralement sens comme « ni beau, ni laid ». Le laid s'affirme plutôt comme un contraire du beau, un inverse, un négatif : à travers la présence d'éléments propres définissant la laideur.

  • informe + difforme

Représentation artistique du laid

Dans le domaine de l'art (au sens général : peinture, littérature, etc), une des confusions fréquentes est celle d'assimiler la laideur de l'objet représenté et la laideur de la représentation (l'œuvre). Cette confusion commune est critiquée dès l'Antiquité chez Aristote ; on retrouve la mention ultérieurement chez Nicolas Boileau (XVIIe) et dans de nombreux mouvements artistiques (romantisme, réalisme, etc).

« La preuve en est dans ce qui arrive à propos des œuvres artistiques; car les mêmes choses que nous voyons avec peine, nous nous plaisons à en contempler l'exacte représentation, telles, par exemple, que les formes des bêtes les plus viles et celles des cadavres. »
— Aristote, Poétique, Chap. IV

Le laid comme type particulier de beauté

  • relativisme
  • catégorie esthétique
  • sociologie

Notes et références de l'article

  1. Littré laid »

Bibliographie

  • Étienne Souriau, Vocabulaire d'esthétique.
  • Karl Rosenkranz, Esthétique du laid, CIRCE, 2004.
  • Murielle Gagnebin, Fascination de la laideur : l'en-deçà psychanalytique du laid, Champ Vallon, (1994 ?)

Voir aussi la bibliographie de beau.

Voir aussi

Liens externes


  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail des arts Portail des arts
Ce document provient de « Laid ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Laideur de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • laideur — [ lɛdɶr ] n. f. • ledeur 1265; de laid 1 ♦ Caractère, état de ce qui est laid (au physique). ⇒ difformité, disgrâce, hideur. Être d une laideur affreuse, monstrueuse. La laideur de Socrate, de Mirabeau, de Quasimodo. La laideur d un monument, d… …   Encyclopédie Universelle

  • laideur — Laideur. s. f. Difformité, defaut remarquable dans les proportions, ou dans les couleurs requises pour la beauté. Grande laideur. horrible laideur. la laideur de cette femme est estrange. Il se dit fig. Des vices & des actions vicieuses &… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • laideur — Laideur, Foeditas, Deformitas, Turpitudo …   Thresor de la langue françoyse

  • laideur — (lè deur) s. f. État de ce qui est laid. La laideur du visage. •   L or même à la laideur donne un teint de beauté ; Mais tout devient affreux avec la pauvreté, BOILEAU Sat. VIII. •   Vous n avez point dédaigné la laideur, Vous méritez que la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LAIDEUR — s. f. Difformité, défaut remarquable dans les proportions, dans les formes ou dans les couleurs qui constituent la beauté naturelle de l espèce. Grande laideur. Horrible laideur. Laideur amère. La laideur de cette femme est étrange. Il y a des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • LAIDEUR — n. f. état de ce qui est laid. La bonne grâce de cette femme fait oublier sa laideur. Une laideur spirituelle. Il y a des laideurs qui plaisent. Il se dit, figurément, en parlant des Vices et des actions vicieuses ou malhonnêtes. La laideur du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • laideur — Jugement de valeur, péjoratif et arbitraire, tant à propos de critères physiques que d’ordre moral. Tout comme le dégoût* dont elle est le versant visuel, la laideur est aussi une alternative à l’agressivité, un sentiment de rejet non violent,… …   Dictionnaire de Sexologie

  • Laideur —    см. Уродство …   Философский словарь Спонвиля

  • beauté — [ bote ] n. f. • beltet 1080; de beau I ♦ 1 ♦ Caractère de ce qui est beau (I); manifestation du beau. ⇒ harmonie, joliesse, majesté, splendeur. L étude de la beauté. ⇒ esthétique. Le sentiment de la beauté. ⇒ goût. La beauté d un paysage, d un… …   Encyclopédie Universelle

  • Laid — Vieille Femme grotesque, 1525 30, de Quentin Metsys. Une œuvre picturale jugée belle, représentant la laideur visuelle. Le laid ou la laideur est généralement la caractéristique opposée au beau (jugement esthétique). Parfois le laid est une… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”