An allem sind die Juden schuld

An allem sind die Juden schuld (« Les Juifs sont coupables de tout ») est une chanson politico-satirique du compositeur allemand Friedrich Hollaender datant de 1931[1].

La chanson est interprétée pour la première fois en septembre 1931 au cabaret berlinois Tingel-Tangel-Theater de Hollaender et fait partie de la revue "Spuk in der Villa Stern" (Fantômes dans la villa Stern). Elle ridiculise les images négatives et antisémites du Juif qui est "responsable de tous les malheurs du monde", en présentant ces images négatives avec une argumentation typique par l'absurde. Les allégations antisémites sont fréquemment émises sans justificatifs ou avec des arguments non démontrables ou non contrôlables. Le refrain de la chanson emploie et répète maintes fois une argumentation tautologique: « Les Juifs sont coupables parce qu'ils sont coupables ».

Sommaire

Construction et technique satirique de la chanson

Refrain de la chanson[2]:

Allemand Traduction française

An allem sind die Juden schuld!
Die Juden sind an allem schuld!
Wieso, warum sind sie dran schuld?
Kind, das verstehst du nicht, sie sind dran schuld.
Und Sie mich auch! Sie sind dran schuld!
Die Juden sind, sie sind und sind dran schuld!
Und glaubst du’s nicht, sind sie dran schuld,
an allem, allem sind die Juden schuld!
Ach so!

De tout, les Juifs sont coupables !
Les Juifs sont coupables de tout !
Comment, pourquoi ils sont coupables de cela ?
Enfant, tu ne comprends pas, ils sont coupables de cela.
Et pour moi aussi! Ils sont coupables de cela !
Les Juifs sont, ils sont et sont coupables de cela !
Et si tu ne le crois pas, ils sont coupables de cela,
De tout, tout, les Juifs sont coupables !
Oui, c'est ça !

Les différentes strophes reprennent ironiquement et de façon exagérée, les multiples reproches antisémites traditionnels, comme par exemple: les Juifs sont les seuls responsables des catastrophes mondiales comme la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, la Révolution russe de 1917 ou la crise économique de l'après-guerre. Des évènements et processus politiques et économiques globaux seraient ainsi à la merci d'un groupe de personnes. À côté de la critique fondamentale de l'antisémitisme, l'un des motifs du compositeur est la critique sociale de l'époque, avec notamment la montée en puissance du parti national-socialiste, qui un an auparavant, en 1930, lors des élections au Reichstag, ressortait comme la seconde force politique du pays.

Pendant qu'il rédige le texte de la chanson, Hollaender écrit lui-même la mélodie en s'inspirant de l'air de la Habanera (L'Amour est enfant de Bohème) de l'opéra de Georges Bizet, Carmen. Sa première interprétatrice, Annemarie Hase, d'origine juive, la chante sur un air espagnol.

À l'époque, de nombreuses personnes dans le monde germanophone, connaissent le texte de Carmen dans sa version traduite en allemand, et bien que le texte d'Hollaender n'ai aucune relation avec le texte original, elles ne peuvent inconsciemment faire le lien avec la mélodie originale. La parodie devient grotesque quand on compare la chanson de Carmen, l'Amour vient des Gitans, de celle d'Hollaender, le mal vient des Juifs. Le texte lui-même, et le lien avec la musique de la Habanera conduisent à un état de contradiction, de paradoxe des slogans antisémites qui doit attirer l'attention[3].

Le théoricien de la musique Dietmar Klenke considère la chanson d'Hollaender comme un modèle pour le mécanisme de projection du bouc émissaire, et se prononce sur l'efficacité de la satire de la chanson. Avec la mélodie, les contemporains ont associé, d'après l'action de la Carmen de Bizet, les années de Weimar au monde des Gitans, où une jeune Gitane s'exprime d'une manière amorale sur le terrain glissant de la sexualité.[…] Quand le compositeur met cette mélodie dans la bouche d'un brave national-socialiste, il le rend ridicule aux yeux de ses concitoyens éclairés. La mélodie immorale devait aider à démystifier le nazisme [4]. Il ajoute que l'aspect provocateur de la chanson ne peut être compris que si on se remémore la période de confrontation et d'hostilité associée au choc de la crise économique mondiale.

Dans la revue, le fantôme apparaît et se met alors à chanter: «Huhu! Du Du! Je suis un petit Hitler et je mords tout à coup! Vous serez tous mis dans le mauvais sac! Huhu! Hihi! Haha? Wauwau! – pas un chien n'a été effrayé!»

Réactions

Le Comité central des Juifs allemands émet peu de temps après la première représentation une protestation, décrivant le morceau comme "un cas d'école d'une méconnaissance et d'une distorsion […], qui n'est pas différent de l'agitation antisémite actuelle", et désigne la chanson comme "révoltante et répugnante".

Le journal catholique Germania juge que « La revue a été écrite pour un public juif, qui se croit obligé d'exprimer ses émotions et ses complexes vis-à-vis d'un milieu dans lequel il est contraint de vivre, et qui se défoule de la même façon qu'un goy antisémite plein de préjugés ».

La revue d'Hollaender s'avère un vrai succès, malgré de telles critiques et est programmée plus de cent fois. Le magazine Film-Kurier écrit en des termes dithyrambiques : « Hollaender reste le Frédéric le Grand dans ce type d'art mineur »[1].

Tandis que l'ensemble de la revue tombera plus tard dans l'oubli, An allem sind die Juden schuld va rester une chanson populaire. Selon Annemarie Hase, celle-ci sera interprétée entre autres par des artistes connus comme Marlène Dietrich, Katja Ebstein, Irmhild Wagner ou Bernd Stephan. La musique de la chanson servira de musique d'arrière-plan dans une des scènes du film historique canadien de 2003 pour la télévision: "Hitler : la Naissance du mal".

Éditions

Le texte de la chanson se trouve dans le livre de Walter Rösler : Das Chanson im deutschen Kabarett 1901–1933. Henschelverlag, Berlin 1980, pages 295–296.

Notes

  1. a et b (de): Volker Kühn: Schon übermorgen kann sich alles drehn! Tingel mit Tangel: Hollaenders Tingel-Tangel-Theater: In: Victor Rotthaler: Friedrich Hollaender. Wenn ich mir was wünschen dürfte. Begleitbuch zur CD-Box. Bear Family Records, Hambergen 1996, S. 39.
  2. (de): d'après: Volker Kühn (Hrsg.): … und sonst gar nichts! Das Friedrich Hollaender-Chanson Buch. Fackelträger Verlag, Hannover 1996, ISBN 3-7716-1596-8, S. 90f.
  3. (de): Walter Rösler: Das Chanson im deutschen Kabarett 1901–1933. Henschelverlag, Berlin 1980, S. 297.
  4. (de): Dietmar Klenke: Musik als subjektorientiertes Medium im Musikunterricht. In: Bardo Herzig und Ulrich Schwerdt (Hrsg.): Subjekt- oder Sachorientierung in der Didaktik? Aktuelle Beiträge zu einem didaktischen Grundproblem. LIT Verlag, Münster 2003, ISBN 3-8258-5839-1, S. 221.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article An allem sind die Juden schuld de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • An allem sind die Juden schuld — ist ein politisch satirisches Chanson des deutschen Komponisten Friedrich Hollaender aus dem Jahr 1931.[1] Das Lied, im September 1931 als Teil der Revue Spuk in der Villa Stern in Hollaenders Berliner Kabarett Tingel Tangel Theater uraufgeführt …   Deutsch Wikipedia

  • An allem sind die Juden schuld — Saltar a navegación, búsqueda An allem sind die Juden schuld («Los judíos tienen la culpa de todo») es una canción (chanson) político satírica del compositor Friedrich Hollaender del año 1931[1] La canción fue estrenada en septiembre de 1931 como …   Wikipedia Español

  • Die Juden sind an allem schuld — An allem sind die Juden schuld ist ein politisch satirisches Chanson des deutschen Komponisten Friedrich Hollaender aus dem Jahr 1931.[1] Das Lied im September 1931 als Teil der Revue „Spuk in der Villa Stern“ in Hollaenders Berliner Kabarett… …   Deutsch Wikipedia

  • Die Akte Odessa — ist der deutsche Titel eines Romans von Frederick Forsyth aus dem Jahr 1972. Der Originaltitel lautet The Odessa File, unter diesem Namen wurde das Buch 1974 auch verfilmt. Handlung Die Geschichte spielt in den Jahren 1963–1964, überwiegend in… …   Deutsch Wikipedia

  • Juden im Mittelalter — Die Geschichte der Juden im Mittelalter stand im Zeichen der Herrschaft des Christentums und der Katholischen Kirche. Sie reichte von der Karolingerzeit bis zur Masseneinwanderung von Aschkenasim in Osteuropa nach den Kreuzzügen, Ghettoisierungen …   Deutsch Wikipedia

  • Die Protokolle der Weisen von Zion — sind ein seit Anfang des 20. Jahrhunderts verbreitetes antisemitisches Pamphlet, das eine jüdische Weltverschwörung belegen soll. Es wurde von unbekannten Redakteuren auf der Grundlage der satirischen Schrift Gespräche in der Unterwelt zwischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Die Kapuzinergruft — ist ein Roman von Joseph Roth, der 1938 im Bilthovener Verlag „De Gemeenschap“[1] erschien. Franz Ferdinand Trotta erzählt aus seinem Leben; zeichnet ein eigenes Bild vom Untergang seiner geliebten Donaumonarchie. Inhaltsverzeichnis 1 Zeit und… …   Deutsch Wikipedia

  • Juden in Polen — Während die Juden (erkennbar an ihrem Judenhut) von den Kreuzrittern in vielen Ländern getötet wurden, lud sie Bolesław III. in das sichere Polen ein. Die Geschichte der Juden in Polen begann vor mehr als einem Jahrtausend. Sie reicht von der… …   Deutsch Wikipedia

  • Die 10 Gebote — Teil der 10 Gebote, Text nach E. Reuss, Gestaltung nach Ephraim Moses Lilien Die Zehn Gebote, auch Dekalog („Zehnwort“, von griech. δεκα deka, „zehn“, und λoγoς logos, „Wort“), gelten im Tanach, der Hebräischen Bibel, als die wichtigste… …   Deutsch Wikipedia

  • Die Vereinigten Staaten von Amerika — United States of America Vereinigte Staaten von Amerika …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”