La nuit des temps

La Nuit des temps

La Nuit des temps
Auteur René Barjavel
Genre Roman
Pays d'origine France France
Éditeur Presses de la Cité
Date de parution 1968
Nombre de pages 381

La Nuit des temps est un roman de science-fiction de René Barjavel publié en 1968 aux Presses de la Cité et ayant reçu le Prix des libraires l'année suivante.

Sommaire

Résumé

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

En Antarctique, les membres d’une expédition française effectuent un relevé du sol sous-glaciaire, à une profondeur de 900 à 1000 mètres, où les couches de glace datent de 900 000 ans. Les appareils sondeurs enregistrent subitement un signal provenant du sous-sol. Devant l’importance de la situation, la Commission de l’Unesco se réunit en une séance particulière. Pour Simon, médecin de l’expédition, il est clair qu’il y a nécessité : le devoir de savoir. La France demande ainsi aux autres nations de se joindre à elle et de travailler dans un but commun. Les médias et toutes les nations du monde sont captivés par cette découverte. Rassemblant toutes leurs sciences et leurs savoir-faire, les hommes creusent nuit et jour. Ils découvrent ainsi une Sphère en or d’où le signal est émis.

Pour y pénétrer, ils décident de la perforer à l’aide d’un chalumeau nommé « plaser ». Munis de leurs combinaisons d’amiante, Hoover et Léonova pénètrent dans un univers nouveau. La Sphère est composée d’un Œuf renfermant l’émetteur du signal. Au cœur de l’Œuf, le corps d'un homme (Coban) et d'une femme (Eléa), reposent nus dans de l'hélium solide. Les scientifiques réaniment avec succès la femme.

Au moyen d’un appareil sophistiqué de télépathie retrouvé parmi les affaires personnelles de la jeune femme, les scientifiques pénètrent dans l’intimité de cette femme dont l’âme était rattachée à celle de son amour de toujours, Païkan. Car, en Gondawa, L'Ordinateur central désignait de façon rationnelle un homme et une femme qui resteraient liés à jamais. Ravagé par la folie guerrière opposant les Gondas aux Enisors, le monde dans lequel avaient vécu cet homme et cette femme avait sombré dans le chaos et le néant. Mais le plus éminent scientifique gonda, Coban, parvint à créer un Abri destiné à un homme et une femme, à savoir Eléa et lui, seul homme capable de lire l'équation de Zoran dans les termes mathématiques universels, dans le but de repeupler la Terre et rétablir la civilisation gonda après la destruction de leur monde par l'Arme Solaire. Pour les scientifiques de l'Antarctique, la situation se complique. En effet, une nation inconnue voudrait s'approprier la traduction de l'équation de Zoran et faire disparaître toutes les autres traces. Les savants sont obligés d'accélérer la réanimation de l'homme. Pour ce faire, Eléa donne son sang à celui qu'elle croit être Coban. Pendant la transfusion, elle s'empoisonne, tuant celui qui est en fait Païkan.

Un classique tardif de la science-fiction

La nuit des temps devait être à l'origine un film d'André Cayatte, envisagé comme une superproduction à l'américaine, moyens nécessaires pour donner vie à un scénario qui relevait de la Science-fiction pure, gourmande en effets spéciaux et en "gros" maquettismes. Malheureusement la production française de l'époque, pourtant relativement riche et coutumière des coproductions coûteuses, n'envisageait pratiquement jamais de projets de science-fiction. Le producteur l'abandonna donc : trop cher.

Barjavel, qui avait été sollicité par Cayatte pour l'écrire resta donc avec ce scénario "sur les bras", ne pouvant, faute de financement, être à Cayatte ce qu'avait été Clarke à Kubrick. Il décida, content néanmoins de l'idée, de "novelliser" le scénario, renouant ainsi avec la littérature après des années de découragement: Barjavel, à l'époque, était artistiquement dans une mauvaise passe.

La Nuit des temps est une réussite du genre, du niveau de ce que l'on était en droit d'attendre d'un des pères de la SF française, mais de facture très différente de ses romans d'anticipations antérieurs, beaucoup plus moderne, et très ancré dans l'air du temps des années 60.

Barjavel, tout d'abord, puise ses matériaux dans diverses sources documentaires et littéraires, dont un ouvrage très curieux, succès de librairie dans les années 50, Les Grands Bouleversements Terrestres d'Immanuel Velikovsky (pour la partie expliquant le basculement de la Terre, l'ancienne civilisation s'appelant "Gondawa", mot bien connu des géographes), puis dans la légende de Tristan et Iseut, ceux que la mort même ne peut séparer, ou encore dans le thème récurrent de la belle au bois dormant (sleeping beauty en anglais, la "belle endormie"). Il reprend, en les modernisant, plusieurs "grands thèmes" classiques de la SF: la civilisation disparue plus avancée que la nôtre (l'Atlantide, les Hyperboréens, les Krells de Planète interdite) la guerre totale, la télépathie, les source d'énergie infinie, etc. L'idée qu'une civilisation plus évoluée se trouvait avant nous et non dans le futur était fort à la mode à l'époque, ou des auteurs comme Robert Charroux (Histoire inconnue des Hommes depuis 100 000 ans) Jacques Bergier ou encore Serge Hutin variaient, avec force érudition des faits inexpliqués, sur les lacunes de l'archéologie officielle.

On peut y voir, également, l'écho inversé d'un roman comme Le Lendemain de la Machine (Tomorrow sometimes comes), de Francis George Rayer, qui présente quelques analogies avec la Nuit des Temps, sauf que le survivant endormi après la guerre atomique est projeté, lui, dans un lointain futur ou, comme dans la Nuit des temps, règne un immense ordinateur sur une société parfaite. Un scénario un peu identique servira pour Pygmalion 2113 (Edmund Cooper, 1958), ou un homme congelé se réveille, là encore suite à la guerre nucléaire, dans un monde dominé par les robots. Le thème du voyageur congelé pour la survie de l'espèce était donc très classique. Enfin Gondawa, en tant que civilisation parfaite, rappelle quelque peu la Cité et les Astres de Arthur C.Clarke: même ordinateur central, même sage gouvernement de style athénien, même règne de la science infinie, même habitants beaux et vertueux. Il est possible, en tout cas la question fait débat, que Barjavel se soit fortement inspiré d'un roman de 1925, La Sphère d'Or (Out of the Silence), de l'australien Erle Cox. On a parfois prononcé le mot de plagiat et il est incontestable que les ressemblances entre les deux oeuvres sont frappantes: dans les deux cas, on réveille sous un continent désert une femme d'une merveilleuse beauté (Earani à la place d'Eléa), les deux sont issues d'une civilisation beaucoup plus avancée que la nôtre, très ancienne, les deux sont d'une intelligence supérieure, les deux sont flanquées d'un savant qu'elle n'aiment pas, dont la science infinie est dangereuse, et qui restera endormi, dans les deux romans le protagoniste tombe amoureux de la belle, les deux civilisations anciennes ont été le théâtre de guerres d'extermination, les deux femmes meurent à la fin en emportant leur secrets et, surtout, les deux tombeaux sont une "sphère d'or". Il est clair que cela fait beaucoup de coîncidences que de nombreux commentateurs ont relevées.

Pour ce qui est du contexte, la Nuit des temps est ancré dans les mentalités et le contexte politique de l'époque. Ainsi la guerre ayant mis fin à la civilisation ancienne, qui oppose deux nations dominantes de système politique opposés, le rationnel Gondawa et le militariste Enisoraï, est une transposition à peine déguisée du conflit Est-Ouest; et si Barjavel fait savoir que son livre fut conçu avant les évênements de mai 1968, les révoltes d'étudiants de Gondawa contre la guerre secouaient déjà, dans notre monde, San-Francisco contre la guerre du Vietnam. Enfin les descriptions de Gondawa, les vêtement, les couleurs ne laissent pas d'évoquer le design Knoll et la décoration des années 68, avec ses couleurs vives, ses moquettes épaisses et ses thèmes floraux.

La Nuit des temps est, en outre, franchement pacifiste et assez anarchisant. Russes et Américains sont renvoyés dos à dos, les savants court-circuitant les décisions imbéciles des gouvernants, notre civilisation paraît barbare face au raffinement et à la sagesse des savants des temps anciens et à leur science immense, cette science risquant d'être perdue par notre bêtise et notre arriération. La beauté surnaturelle d'Eléa, décrite à l'envi et par le menu, personnifie en quelque sorte, sur un mode assez féministe, la libération sexuelle de l'époque, en dépit de sa fidélité (à travers les millénaires) à l'homme qu'elle aime, qui pourtant lui a été "attribué" par un ordinateur gérant une société se voulant parfaite jusque dans la vie conjugale.

Du point de vue de l'anticipation, Barjavel se met enfin "à la page" de technologies qu'il avait peu ou pas envisagées ou traitées, comme les "cerveaux électroniques", (sa "traductrice" n'étant pas sans rappeler l'ordinateur Hal 9000 de [[2001: l'Odyssée de l'espace]]) ou le terrifiant laser-plasma désintégrant, le "plaser", sans parler des machines étranges venues de la civilisation disparue, comme la "mange machine" qui crée des pilules nutritives à partir de rien, ou "l'arme" qui broie les gens à distance avec une force d'origine inconnue. La Nuit des temps reste très populaire et est constamment réédité dupuis 1968. Il est actuellement disponible dans la collection Press Pocket.

Description d'un monde partiellement idéal

René Barjavel nous décrit un monde partiellement « idéal » où une civilisation vit dans le bonheur et l'abondance, profitant d'une source d'énergie et de matière illimitée qui lui permet de parer aux besoins de tous ses habitants. Une autre civilisation, qui n'a pas su maîtriser sa fertilité, se trouve cependant en position d'invasion de la première.

On retrouve dans cette œuvre des éléments qui permettent d'établir des parallèles avec des romans de contre-utopie tels que la guerre avec une autre nation comme dans le 1984 de George Orwell ou encore, plus marquant, les bijoux portés par chacun qui permettent la gestion des individus comme dans Un bonheur insoutenable d'Ira Levin.

Personnages

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Il y a deux groupes bien distincts de personnages dans La Nuit des Temps : les personnages du passé et ceux du présent. Les chapitres séparent d'ailleurs les évènements passés et les évènements présents bien que les deux personnages principaux passent parfois de l'un a l'autre.

Les personnages du passé

Ils ont été « idéalisés » par Barjavel. Il leur a donné la perfection que nous espérons atteindre dans quelques siècles et a, de ce fait, donné un sens tout particulier à son livre. Il les a séparés en deux clans, les « bons » et les « mauvais ».

Gondawa, qui se trouvait à l'emplacement actuel du pôle Sud (cet endroit de la planète était habitable car, selon le roman, la planète était penchée de 40 degrés de plus par rapport à sa position actuelle) et Enisoraï, dont une partie a complètement disparu de la surface de la Terre. Enisoraï était situé à l'emplacement actuel des deux Amériques. Suite à l'utilisation désespérée de « l'Arme Solaire » par Gondawa durant la guerre qui opposa les deux continents, cette partie de terre fondit puis fut engloutie par les océans. La planète tout entière fut ébranlée et se décala de 40 degrés.

Parmi les personnages du passé de Gondawa, il y trois personnages clés importants : Eléa, Païkan et Coban. Enisoraï n'a pas de personnage propre, le continent tout entier représente la sauvagerie, le besoin de conquête, l'expansion illimitée.

Eléa

Elle représente l'amour et l'innocence. Eléa avait été sélectionnée comme étant l'une des femmes les plus parfaites de Gondawa et fut choisie pour entrer dans l'Abri, sorte de capsule de survie qui devait permettre à deux personnes de survivre à l'Arme Solaire. Avant cela, Eléa était unie à Païkan, son « âme-sœur » et ils s'aimaient d'un amour pur et inébranlable. Seulement, la personne qui devait l'accompagner dans l'Abri n'était pas Païkan mais Coban car lui seul savait toutes ces choses qu'il fallait préserver à tout prix. Elle se retrouva dans « l'œuf » malgré elle et se réveilla neuf cent mille ans plus tard, dans un monde où tout était différent et où Païkan n'existait plus… en fait il était présent mais n'était pas réveillé. Il va mourir à cause de Eléa qui va l'empoisonner en croyant qu'elle tuait Coban.

Païkan

Ce n'est pas un personnage du présent et pourtant il a une grande présence grâce à l'amour qu'Eléa lui porte encore. Il tenta par tous les moyens de la sauver de l'Abri mais, lorsqu'il comprit que c'était finalement l'unique moyen de la sauver, il la persuada d'entrer dans « l'œuf ». Au moment de l'entrée en action de l'Arme Solaire, Païkan se disputa avec Coban, le tua et entra lui-même dans « l'œuf ». Cependant, Païkan avait de graves blessures, il ne pouvait se réveiller et survivre que si Eléa lui apportait son aide. Mais ce fut Eléa qui se réveilla en premier et elle ignorait que la personne l'accompagnant n'était pas Coban… C'était Païkan, qui mourut empoisonné par Eléa: elle prit une "graine noire" qui est une graine mortelle et partageait son sang avec Païkan, pensant tuer Coban.

Coban

Il représente le savoir et la sagesse. C'est le directeur de l'université, le plus reconnu des chercheurs de Gondawa. Voulant protéger, non pas son peuple, mais la vie en général, il fit construire une capsule de survie surprotégée (l'Abri) et y introduisit tout le savoir de Gondawa. 5 femmes et 5 hommes furent sélectionnés pour leurs qualités physiques et mentales pour entrer dans l'abri, mais seul un couple parmi ces 10 individus entrerait dans l'abri. Coban était le n°1. Eléa, n°3, fut choisie par un jeu du sort (la n°1 mourut et la n°2 tomba enceinte). Eléa détesta Coban à partir de ce moment. Alors qu'elle était déjà en « sommeil froid », Coban se fit tuer par Païkan et ce fut celui-ci qui prit sa place dans « l'œuf ».

Les personnages du présent

Contrairement à la symbolique utilisée pour les personnages du passé, Barjavel a fait très attention à regrouper toutes les nations pour les personnages du présent. Il a certainement voulu ainsi parler « d'humanité » et non de nation ou de race. Bien sûr, l'histoire a son héros, qui est français, mais c'est son cœur qui est le plus mis en avant et le cœur est le même chez tous les hommes. En choisissant Simon comme « héros », Barjavel a choisi l'humanité tout entière plutôt qu'une seule personne.

Simon

Personnage principal, jeune docteur de 32 ans parti en Antarctique pour l’expédition française. Simon est un homme de corpulence mince, il est grand et brun. Son père, médecin de profession, lui avait appris les fondements de son métier. Il haïssait sa profession car il voyait défiler plus de cinquante patients par jour dans son cabinet sans savoir ce qu’ils étaient, c’est pourquoi, quand l’occasion s’était présenté à Simon de partir et de ne soigner donc qu’une poignée de personnes ; son père l’avait vivement encouragé. Au cours du récit, Simon dévoile ses sentiments les plus intimes au lecteur, lui donnant ainsi l’occasion de faire partie de ses pensées. Épris d’un amour fou pour Eléa, Simon est déchiré. Cette femme trouvée sous mille mètres de glace, d’une beauté sculpturale est entièrement dévouée à un homme et ce dernier est entièrement dévoué à elle ; combinant ainsi leurs êtres en une seule et unique âme. Devant cet amour éternel, Simon est impuissant. Cet amour envers Eléa va le ronger, l’anéantir et le mener jusqu’à la mort. Faisant preuve de beaucoup d’altruisme, il va laisser Eléa et Païkan, main dans la main, reposer en paix ; sacrifiant ainsi le sentiment d’amour qu’il ne pourra plus jamais éprouver. Brisé par tant d’amour, incapable d’oublier et de revivre le protagoniste, sombrera à son tour dans la longue spirale de la mort.


Les Nations du Monde / l'Humanité

Les autres personnages forment un tout, séparés les uns des autres, ils n'ont d'ailleurs plus aucune personnalité (contrairement à Simon). Leur présence est indispensable à l'histoire mais ni leur nom, ni leur personnalité n'a une quelconque importance puisque c'est leur nationalité qui importe le plus. Chacun vient d'un pays différent et c'est ce qui fait qu'ils forment un tout. Et même lorsque l'un des pays vole l'équation de Zoran, Barjavel a fait attention à ne désigner aucun pays, de sorte que finalement tous les pays fussent coupables. En écrivant son livre ainsi, il a rendu toutes les nations confondues responsables et a, de cette manière, désigné la bêtise humaine comme unique responsable.

Certains personnages font une apparition très brève dans le livre, qui est utilisée pour symboliser la présence du pays. Le nom du personnage apparait alors accompagné d'une virgule et de son pays (ex: « Henckel, l'allemand, se leva »). Certains personnages restent tout au long de l'histoire et prennent une place considérable même si séparés des autres, ils n'auraient plus aucune importance :

Hoover, États-Unis, c’est l’américain du groupe. C’est un géant roux ventru et débonnaire, aux mouvements lents. On ne connait peu de choses de lui. Il fera la rencontre de Léonova, une jeune femme russe et nerveuse, sans doute la plus jolie femme de l’expédition. Il tombera amoureux de cette femme si différente de lui. Ne l’aimant point au début pour ses manières, elle apprendra à le connaître et à l’apprécier. L’histoire a été écrite dans les années soixante, l’auteur veut donc nous faire réfléchir sur une quelque alliance entre l’Amérique capitaliste et la Russie communiste de l’époque. C’est donc par le biais de nos deux amants représentant deux pays si différents que l’auteur nous fait prendre conscience que même différents on peut s’associer et s’aimer. Hoover représente le côté aventurier et téméraire de l’histoire, en effet il n’a peur de rien, même des éléments. Ce protagoniste incarne la lucidité d’esprit, le courage et l’amour, même si son apparence physique dénote d’une certaine négligence.

Léonova : La Russie, Hoï-To : Le Japon, Lukos: La Turquie, Lebeau, Brivaux et Rochefoux : La France, Moïssov : La Sibérie.

(Une petite histoire d'amour unit Léonova et Hoover mais c'est une fois de plus un symbole. Une alliance entre l'Amérique capitaliste et la Russie communiste, une alliance entre les deux continents perpétuellement en guerre, unis pour sauver Eléa et Coban.)

La Traductrice

Ce n'est qu'une machine mais elle a une grande importance. Chaque personnage porte à son oreille un micro récepteur relié à la dite machine, qui traduit en dix-sept langues ce que disent les gens. Elle parvient même, au bout de beaucoup d'efforts, à traduire la langue d'Eléa. Lorsqu'elle sera détruite, on comprend alors toute l'importance qu'elle a dans le livre.

Structure du récit

Le livre a été écrit selon trois plans : les discours de Simon, qui apparaissent en italique et se situent hors du contexte temporel du roman, le récit de la découverte de l'Abri et de toutes les recherches se situant dans le présent et, pour finir, le récit-souvenir du passé d'Eléa dans toute son intimité avec Païkan et de la fin dramatique de Gondawa.

On peut voir que ces trois parties sont également accompagnées de leurs thèmes, à savoir la solitude et l'amour fou pour les discours de Simon, le bonheur amoureux pour le passé d'Eléa et la folie des hommes au travers de leurs connaissances scientifiques pour le récit du présent. Le livre commence par un discours de Simon qui renseigne déjà sur la fin du récit, on sait d'avance qu'elle est tragique. Ce sont ensuite les récits du présent qui commencent, dont chaque découverte ou moment important est marqué par un discours de Simon. Vers le milieu du livre, on bascule dans le passé et les moments importants sont toujours marqués par les discours de Simon. La fin tragique de Gondawa et la mort d'Eléa marquent la fin de l'aventure, cependant le livre continue en revenant dans le présent et en décrivant la mort des deux « fossiles » du passé, la fuite des chercheurs et l'explosion de toute la base. Ceci pour marquer la rupture totale entre Simon et son amour perdu, partie avec le récit de la fin de Gondawa, ensevelie sous des tonnes de glace. Le livre ne se finit pas par un discours de Simon mais par un aperçu des impressions des gens dans les rues. L'histoire de Simon, elle, prend fin avant que l'histoire ne se termine, elle s'arrête dès les premières lignes du livre. Lorsque le livre est terminé, Simon est déjà mort depuis longtemps, son cœur, son âme, il ne lui reste plus que son corps mais cela ne lui suffit plus pour vivre. Commencer par un discours tragique et désespéré de Simon et terminer le livre sans lui marque bien que pour lui, il n'y a pas de vie après Eléa. On le sent déjà dès la deuxième page du livre : « Je frissonne. Jamais, jamais plus je n'aurai chaud dans mon sang et dans ma chair… ».

Les chapitres n'ont pas de numéro et sont très courts (jamais plus de huit pages), ce qui provoque des pauses très fréquentes, soulignées davantage par les discours de Simon. Cela donne l'impression de « survoler » l'histoire, d'être pris pour témoin et non pour lecteur. [réf. nécessaire]

Instance narrative

Barjavel nous livre dans La Nuit des temps une narration plutôt complexe puisqu'il passe d'un style à l'autre. En effet, lorsqu'il s'agit des récits du passé ou du présent, le narrateur est à l'extérieur de l'histoire et utilise la troisième personne. Il nous parle de tous les personnages mais ne nous révèle les pensées que de quelques protagonistes (Eléa, Paikan, Coban, Simon et quelques chercheurs). Le narrateur est neutre par rapport à l'histoire bien que l'on sente une légère lassitude face aux réactions humaines.

Lorsqu'il s'agit des discours de Simon, le narrateur bascule à l'intérieur de l'histoire, utilise la première personne et devient ainsi le docteur Simon. C'est comme si le narrateur nous livrait des lettres que Simon aurait écrite a l'intention d'Eléa tout en les gardant pour lui même car il est très clair que le narrateur extérieur à l'histoire ne peut pas être Simon. Chacun de ces discours, prononcés uniquement pour lui-même et où aucun autre personnage n'intervient, sont dirigés vers Eléa. Et dans chacun de ces discours on sent, de manière croissante, à quel point son amour pour elle est immense et douloureux. Le narrateur n'est plus neutre, il est incapable de rester impartial.

Ainsi, la narration passe de l'une a l'autre, le discours à la première personne réservé pour mieux comprendre la douleur de Simon, le discours à la troisième personne réservé pour comprendre l'amour d'Eléa et Païkan. En passant de l'une à l'autre de cette manière, Barjavel tente de faire s'attacher le lecteur à la détresse de Simon mais également au tendre amour d'Eléa et Païkan.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
Texte complet qui peut faire plusieurs paragraphes

Extraits de narration démonstratifs :

Discours à la troisième personne, narrateur externe. Attachement lié a Eléa et Païkan :

« Une lourde détonation fit trembler le sol. Une partie de la forêt s'embrasa d'un seul coup. Païkan leva la tête et regarda, dans la lumière dansante, le visage d'Eléa. Il était baigné de la grande douceur, la grande paix que connaissent après l'amour les femmes qui l'ont reçu et donné dans sa plénitude. Elle reposait sur l'herbe de tout son corps entièrement détendu. Elle respirait à peine. Elle était au-delà de la veille et du sommeil. Elle était bien partout, et elle le savait. Sans ouvrir les yeux elle demanda doucement :
- Tu me regardes ?
Il répondit :
-Tu es belle…
Lentement, la bouche et les yeux clos devinrent un sourire. (…)
Païkan voulut s'enlever d'Eléa. Elle le retint. Elle ouvrit les yeux. Elle le regarda. Elle était heureuse.
- Nous allons mourir ensemble, dit-elle.
Il glissa sa main dans l'arme abandonnée sur l'herbe, se retira, et se dressa. Elle eut le temps de voir l'arme braquée sur elle. Il cria :
- Toi !
- Tu vas vivre, dit-il.
Il tira. (L'arme dont il est ici parlé provoque un effet fonction de la pression des doigts. l'effleurer ne fait qu'assommer la personne visée, tandis qu'une pression importante peut faire s'écrouler tout un pan de montagne). (…)
Son corps sentit la présence de Païkan. Il l'avait rejointe. Il la touchait. Ses yeux virent son visage angoissé cacher le ciel et se pencher vers elle. Ils virent son front blessé, ses cheveux blonds tachés de sang. Mais sa conscience était absente, et elle n'éprouva aucune émotion. Ses oreilles entendirent sa voix lui parler pour la rassurer.
- Eléa… Eléa… Je suis là… Je vais te conduire… à… l'Abri… Tu vivras…
Il la souleva et la chargea sur son épaule.
Le buste d'Eléa pendait dans le dos de Païkan, et ses yeux ne virent plus rien. Sa mémoire n'enregistra plus que des bruits et des sensations diffuses, profondes, qui entrent dans le corps par toute la surface et l'épaisseur de sa chair, et que la conscience ignore.
- Je vais te conduire… Je vais descendre dans l'ascenseur… par l'échelle… Je suis à toi… Ne crains rien… Je suis avec toi… »

Discours à la première personne, narrateur interne. Attachement lié à Simon :

« Je le savais.
Je regardais tes lèvres. Je les ai vues trembler d'amour au passage de son nom.
Alors j'ai voulu te séparer de lui, tout de suite, brutalement, que tu saches que c'était fini, depuis le fond des temps, qu'il ne restait rien de lui, pas même un grain de poussière quelque part mille fois emporté par les marées et les vents, plus rien de lui et plus rien du reste, plus rien de rien… Que tes souvenirs étaient tirés du vide. Du néant. Que derrière toi il n'y avait plus que le noir, et que la lumière, l'espoir, la vie était ici dans notre présent, avec nous.
J'ai tranché derrière toi avec une hache.
Je t'ai fait mal.

Mais toi, la première, en prononçant son nom, tu m'avais broyé le cœur. »

Thématique

Il y a un thème central dans La Nuit des temps, il s'agit de l'amour. C'est essentiellement autour de ce thème principal que tourne toute l'histoire. On peut également trouver un deuxième thème, qui a un rapport direct avec l'amour : la solitude. Le dernier des trois thèmes est détaché des deux premiers puisqu'il s'agit cette fois de l'humanité, ou, plus précisément, de la bêtise humaine.

L'amour

C'est le thème central du livre. Dès les premières lignes, les premiers mots, on sait qu'il y a une histoire d'amour, belle et forte mais on sait également d'emblée qu'elle est impossible.

L'amour entre Païkan et Eléa, l'amour de Simon pour Eléa, la Désignation (cérémonie qui désigne,en Gondawa, l'âme sœur de chaque personne) et même l'amour qu'éprouvent finalement les chercheurs à l'humanité tout entière à la fin du livre.

Eléa porte à Païkan un amour infini, un amour pur qui traverse les âges et dont elle ne peut se défaire. Simon, lui aussi, aime Eléa de ce même amour. L'amour impossible de Simon, prisonnier du présent, pour Eléa, elle-même prisonnière du passé. On peut associer au couple Eléa-Païkan le mythe de la Belle au bois dormant, nuancé par le fait qu'il n'y a pas de prince charmant au réveil. On peut également y associer celui de Tristan et Iseult, c'est-à-dire, le mythe d'un amour que la mort elle-même ne peut détruire. Face à eux se dressent deux personnages importants : Coban, décidé à tout prix à sauver l'humanité et qui les sépare le temps d'une longue hibernation, mais aussi Simon, désillusionné par les hommes, fou amoureux d'Eléa et qui lui rappelle tragiquement Païkan. À l'instar d'Eléa, c'est lui qui les réunira et qui les laissera finalement mourir, main dans la main, sacrifiant ainsi le sentiment d'amour qu'il ne pourra plus jamais éprouver.

La solitude

Bien entendu, ce thème apparaît de manière récurrente puisque Eléa se retrouve seule, 900 000 ans après tout ce qu'elle avait connu et tout ce qu'elle aimait, mais aussi parce que Simon sait d'avance que son amour pour Eléa ne sera jamais possible. Si l'amour est le thème principal d'Eléa, la solitude l'est pour Simon. Tout au long du livre, Simon « témoigne », par des textes courts, écrits en italiques et dont les propos se situent hors du temps du roman. Le narrateur du « il » devient alors un narrateur du « je » pour quelques lignes. On sait dès le commencement de ces premiers textes que Simon aime comme il n'est pas permis d'aimer et on comprend, à la fin du roman, que jamais plus il n'aimera. Chacun de ses propos est marqué par une profonde solitude et une touche de désespoir. Le passage le plus marquant de solitude et de douleur est celui-ci : « Tu me comprenais… Moi aussi, moi aussi, mon amour, j'avais compris, je savais… Tu étais à Païkan… ». Cette phrase, bien que hors contexte, traduit toute la solitude et la douleur qui transpercent Simon. Ce qui fait également ressortir Simon des autres personnages en dehors du fait qu'il s'intéresse à Eléa avant de s'inquiéter de l'équation de Zoran, (traduction mathématique de tout le savoir de Gondawa), c'est justement cette solitude. Malgré son amour pour Eléa, malgré le fait qu'il la désire et qu'il aimerait que Païkan n'ait jamais existé, c'est lui, et lui seul, qui la comprend mieux que quiconque, ce qui renforce encore plus sa solitude.

La bêtise / folie humaine

Même si c'est un thème qui se situe en arrière-plan, il est très présent. C'est la folie des hommes qui détruisit une civilisation aussi avancée que Gondawa, allant même jusqu'à brûler la surface de toute la planète et de la décaler de 40 degrés ! Et c'est elle, à nouveau, qui met en péril tout le savoir contenu dans l'Abri. Si aucun pays et aucun personnage n'a été particulièrement mis en avant pour le vol de ce savoir (contenant en particulier l'équation de Zoran), c'est justement pour que la folie des hommes, et donc la planète tout entière soit, une fois de plus, la coupable. Si chaque pays est réuni dans l'EPI (Expédition Polaire Internationale, ayant conduit a la découverte de l'Abri), autour des recherches sur Eléa, ce n'est pas non plus un hasard. Même si l'humanité détenait la solution à la fin de toutes ses souffrances, sa soif de pouvoir et sa folie la conduirait à détruire tout espoir, par sa propre faute. Tous les efforts qu'avaient fournis les chercheurs, leurs recherches, leurs découvertes et même la Déclaration de l'Homme Universel qu'ils tentèrent d'écrire ensemble, se rendant compte que, finalement, tous les hommes étaient pareils et égaux, furent réduits à néant à cause d'une seule chose : la bêtise de l'Homme.

La science

Dans La nuit des temps, c'est une découverte scientifique qui est l'élément déclencheur de chacun des intrigues. Le signal intercepté mène l'équipe internationale 980 mètres sous la glace Antarctique. Des oiseaux tropiques, des chevaux, des structures d'or, et deux personnes y sont congelés pour 900 000 ans. La femme trouvée est une source d'information sur la société dans laquelle elle a vécu, qui semblait bien plus scientifiquement avancée que la notre.

Analyse

Analyse de texte : Pour l'analyse de texte,voici un extrait des discours de Simon qui sont plus intéressants à analyser car ils regroupent plus d'éléments « cachés » et métaphoriques.


« Tout cela, je me le suis demandé en quelques instants, en une seconde aussi brève et aussi longue que le long sommeil dont nous t'avions tiré. Et puis enfin, j'ai crié de nouveau. Mais je n'ai pas dit le nom de Païkan. J'ai crié vers ces hommes qui vous voyaient mourir tous les deux et qui ne savaient pas pourquoi, et qui s'affolaient. Je leur ai crié :
- Vous ne voyez pas qu'elle s'est empoisonnée !
Et je les ai insultés, j'ai saisi le plus proche, je ne sais plus lequel c'était, je l'ai secoué, je l'ai frappé, ils n'avaient rien vu, ils t'avaient laissé faire, ils étaient des imbéciles, des ânes prétentieux, des crétins aveugles… Et ils ne comprenaient pas. Ils me répondaient chacun dans sa langue, et je ne les comprenais pas. Lebeau, seul, m'avait compris et arrachait l'aiguille du bras de Coban. Et il criait lui aussi, montrait du doigt, donnait des ordres, et les autres ne comprenaient pas. Autour de toi et Païkan, immobiles et en paix, c'était l'affolement des voix et des gestes, et le ballet des blouses vertes, jaunes, bleues. Chacun s'adressait à tous, criait, montrait, parlait et ne comprenait pas. Celle qui comprenait tout et que tous comprenait ne parlait plus dans les oreilles. Babel était retombée sur nous. La Traductrice venait de sauter. »

1. Cet extrait se situe à la fin du livre, ce n'est pas le dernier chapitre mais il marque la fin de l'histoire. Eléa se donnant la mort, Simon perd sa raison de vivre et l'histoire prend donc fin, symbolisée par la Traductrice qui saute, rendant ainsi toute communication impossible.

2. Les phrases sont mal structurées. Soit elles sont trop courtes, soit elles sont trop longues et comprennent trop de virgules. Si elles sont construites de cette manière, c'est pour faire transparaître l'émotion que Simon éprouve en en parlant. Le but de ces textes n'est pas de comprendre ce qui se passe, du moins ce n'est pas son but principal. Ce qui est recherché à travers les discours de Simon, c'est de comprendre ses sentiments et son émotion face aux situations. Les phrases courtes mettent l'accent sur des événements très importants aux yeux de Simon (« Mais je n'ai pas crié le nom de Païkan. », « Et ils ne comprenaient pas. », « La Traductrice venait de sauter. ») alors que les longues phrases, entrecoupées de nombreuses virgules, traduisent son émotion et son stress (« Et je les ai insultés, j'ai saisi le plus proche, je ne sais plus lequel c'était, je l'ai secoué, je l'ai frappé, ils n'avaient rien vu, ils t'avaient laissé faire, ils étaient des imbéciles, des ânes prétentieux, des crétins aveugles... »).

3. « ...en une seconde aussi brève et aussi longue que le long sommeil dont nous t'avions tirée ». C'est un petit passage qui montre que Simon finit par comprendre qu'Eléa n'aurait jamais fait partie de notre monde. En une seconde, il a compris qu'elle allait mourir et que c'est elle-même qui s'est donné la mort. Longue et courte à la fois car une seconde ne représente rien au niveau du temps et pourtant, durant cette minuscule période, il comprend tant de choses à la fois. Tout comme Eléa qui s'était endormie pour une seconde se rend compte que cela avait duré 900 000 ans.

4. On peut voir dans cet extrait que Simon, et donc le narrateur, ne s'adresse pas au lecteur mais à Eléa. Il utilise le pronom « toi » mais on sent qu'il n'est pas adressé au lecteur. Cette petite précision renforce l'impression que l'on entre dans l'esprit de Simon et que l'on voit ses pensées les plus intimes. Ce que jamais il n'oserait dire et qu'il terre au fond de lui-même, nous pouvons le lire à travers ces lignes.

5. « Vous ne voyez pas qu'elle s'est empoisonnée ! », « Lebeau seul m'avait compris et arrachait l'aiguille du bras de Coban ». Simon et Lebeau ne parlent pas de la même personne. Simon parle d'Eléa et pourtant, c'est sur Coban que Lebeau se précipite. C'est l'unique moment du livre où Simon laisse échapper une phrase qu'il n'aurait finalement pas voulu prononcer. Eléa est plus importante pour lui que Coban. Et pourtant c'est Coban qui pourrait apporter la paix à la planète entière et c'est pour cela que Lebeau se précipite sur lui. Mais Simon s'en moque, la planète, la vie, tout cela n'a plus d'importance. Si Eléa meurt, la chose la plus précieuse qu'il ait, sa vie n'a plus de sens et c'est pour cela que Coban n'existe même plus à ses yeux.

6. On peut voir que Simon reporte toute la faute sur les autres membres de son équipe. Mais, encore une fois, il n'y a ni noms, ni pays. C'est le monde entier, dans cet extrait, qui se retrouve visé par la prétention et l'imbécillité dont Simon l'accuse. Cela se rejoint par la métaphore de Babel, un peu plus bas.

7. Dans cet extrait, la métaphore « Babel était retombée sur nous » est très claire : Babel, dans son histoire originale, raconte l'histoire des hommes qui, parlant tous la même langue, s'étaient unis pour construire une tour qui atteindrait les cieux. Dieu, mécontent, les condamna à parler chacun une langue différente. Ici, Babel représente l'équation de Zoran et Eléa et Coban ramenés à la vie. Mais, tout comme la tour de Babel, l'équation sera perdue et Eléa et Coban, ne pouvant être ramenés à la vie, mourront. Dieu, symbolisé par la Traductrice, impose à chacun de ne plus parler que dans sa langue, ce qui rend toute communication impossible. Tous leurs efforts et leurs exploits retombent finalement sur eux. La traductrice s'éteint et, de ce fait, Babel retombe sur eux.

Recherches plus poussées

D'un point de vue totalement objectif, c'est un livre un peu utopiste et dont certaines données sont erronées, comme la guerre russo-américaine par exemple. Cependant, c'est un roman de science fiction dont les traits scientifiques donnent un côté très plausible.

Le fait que Barjavel ait choisi que Gondawa vienne du passé et non du futur, qu'avant nous, les hommes étaient plus avancés que nous le sommes aujourd'hui (et que nous ne le serons peut-être jamais), est une idée qui va contre tout ce en quoi croit l'homme. Que nous ayons pu régresser au point de manger de la viande crue, de devoir tout reprendre à zéro et de pourtant n'être pas encore arrivé au stade où nous en étions autrefois remet en question toutes nos certitudes, de notre « suprême intelligence » à l'existence de Dieu lui même. Que Barjavel ait choisi de ne désigner aucun coupable pour le vol de l'équation de Zoran est d'une grande lucidité. C'est l'humanité tout entière qui a ruiné les nouveaux espoirs que l'Équation de Zoran avait apportés. Ni la Russie, ni les États-Unis, ni l'Europe, ni l'Occident, personne. Personne, donc tout le monde…

L'histoire d'Eléa, qui est l'héroïne sans vraiment l'être, amène à la cruauté humaine encore plus de véracité. Le besoin de savoir des hommes, son besoin de pouvoir, face à la pureté innocente d'Eléa. Et Simon, qui n'est pas vraiment le héros mais qui l'est quand même, dont le profond désespoir et la solitude sont d'une tristesse touchante. Sa lassitude face à la vie devient d'une évidence pathétique lorsque l'on termine le livre, parce que le lecteur voulait voir Eléa vivre, lui aussi et que, au travers des discours de Simon, il avait fini par éprouver un sentiment d'amour pour elle. Le lecteur se sent à la fois attendri par l'amour d'Eléa et Païkan mais aussi déchiré par celui de Simon. Et pourtant seule cette issue était probable, car la réanimation de l'homme en premier par exemple n'aurait conduit à rien.

Gondawa, incarne un monde parallèlement idéale, en effet les systèmes politiques géraient parfaitement les hommes, les conflits engendrés par les carences énergétiques étaient nulles et tout le monde vivait en symbiose avec autrui. L’auteur nous fait ainsi réfléchir sur un monde utopique où rien ne manque et paré contre tous les besoins, de plus ce monde se situe dans le passé et non dans le futur comme généralement dans les récits de science-fiction. Le passé et le présent semblent différents mais se ressemblent néanmoins sur certains points, en effet le monde passé apparaît comme abondant et sans craintes contrastant avec le monde présent ; cependant les deux mondes sont contraints à rester dans l’incompréhension et la misère ; la folie humaine à démonter à travers les âges que l’homme se nuit par sa faute, les civilisations qu’il bâtit et les lois qu’il établît sont astreintes à aboutir à la destruction : c’est le propre de l’homme. C’est le cas des civilisations arrivées à leur apogée qui suivent par la suite le chemin de la décadence. A la fin du roman une organisation s’approprie les informations qui révèlent les secrets de l’énergie illimitée, l’auteur en n’évoquant aucun état coupable du forfait, admet ainsi que c’est la folie des hommes et donc l’humanité la seule responsable de ce désastre planétaire. Afin de rallier les hommes sur le plan de la communication, les Membre de l’EPI (l’Expédition Polaire Internationale) ont mis au point la Traductrice, qui traduit simultanément les paroles de chacun en dix-sept langues différentes. La Traductrice apparaît donc comme un personnage ralliant les hommes, brisant les barrières de la langue et unifiant leurs idées pour leur permettre d’aller de l’avant. Les deux amants, Eléa et Païkan, dont leur amour a traversé les âges, la terreur et la mort rejoignent directement le chemin du grand mythe de l’amour éternel, que Tristan et Yseult, Roméo et Juliette ont auparavant empruntés. En effet leur histoire est éternelle et nul ne peut la briser. Leur passion est aussi solide que la ronce qui relié les tombes de Tristan et Yseult. L’amour était leur seul élixir de vie et la mort se distillée en eux comme un poison.


De plus, Barjavel s'est fortement inspiré de faits authentiques pour ce roman :

« La forme de l'Antarctique est presque circulaire et fait 14 millions de km², ce qui correspond à 25 fois la superficie de la France. Une épaisse couche de glace couvre 98% de la surface. L'épaisseur moyenne de cette couche de glace est de 2 000 mètres. On a mesuré par radar l'épaisseur de la glace, et, sous la calotte glaciaire, l'Antarctique est en réalité un archipel. Sans la glace, à l'ouest de l'Antarctique on trouverait une série d'îles et à l'est on trouverait un continent montagneux avec quelques lacs. Depuis 1960, grâce à la théorie de Wegener, on a appris que les continents étaient soudés. L'étude des fossiles de l'hémisphère sud prouve l'existence, il y a 200 millions d'années, d'un continent gelé appelé le Gondwana (et non Gondawa, bien que les deux noms se ressemblent étonnamment). Dans une période tempérée, des amphibiens et des reptiles vivaient dans les forêts. Après une intense activité volcanique (symbolisé, dans La Nuit des temps, par l'utilisation de « l'Arme Solaire »), le Gondwana s'est disloqué - il y a 120 millions d'années - et après une lente dérive, l'Antarctique s'est centré sur le Pôle Sud. La circulation océanique en a modifié le climat, ce qui a donné la calotte glaciaire. Celle-ci a conservé la mémoire des différents climats grâce à l'air piégé dans ses flocons[1]. »

Le fait qu'un continent existe réellement sous la croûte du pôle Sud renforce davantage les traits scientifiques mais aussi fictifs de son livre.


Il convient enfin de signaler que le début de l'histoire s'inspire assez étroitement d'un roman peu connu de l'Australien Erle Cox, La Sphère d'Or ; il semble qu'il s'agisse plus d'un hommage que d'un plagiat [2].

Notes et références

  1. Propos recueillis sur: [1]
  2. [2]

Éditions

Précédé par La Nuit des temps Suivi par
Les Choses de la vie de Paul Guimard
Prix des libraires
1969
L'Éternité plus un jour de Georges-Emmanuel Clancier
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la science-fiction Portail de la science-fiction
  • Portail de l’Antarctique Portail de l’Antarctique
Ce document provient de « La Nuit des temps ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La nuit des temps de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Nuit Des Temps — Auteur René Barjavel Genre Roman Pays d origine  France Éditeur Presses de la Cité Date de parution …   Wikipédia en Français

  • La Nuit des temps — Auteur René Barjavel Genre Roman Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Chroniques De La Nuit Des Temps — est une série de bande dessinée dont l action se déroule à différentes périodes de la Préhistoire. Scénario, dessin et couleurs : André Houot Albums Tome 1 : Le Couteau de pierre (1987) Tome 2 : Tête brûlée (1989) Tome 3 : On… …   Wikipédia en Français

  • Chroniques de la nuit des temps — est une série de bande dessinée dont l action se déroule à différentes périodes de la Préhistoire. Scénario, dessin et couleurs : André Houot Albums Tome 1 : Le Couteau de pierre (1987) Tome 2 : Tête brûlée (1989) Tome 3 : On… …   Wikipédia en Français

  • La nuit des temps, des âges — ● La nuit des temps, des âges le passé le plus reculé, dont on ne connaît rien …   Encyclopédie Universelle

  • Nuit des Longs Couteaux (Allemagne) — Nuit des Longs Couteaux Pour les articles homonymes, voir Nuit des Longs Couteaux (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Nuit de cristal …   Wikipédia en Français

  • Nuit des longs couteaux — Pour les articles homonymes, voir Nuit des Longs Couteaux (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Nuit de cristal …   Wikipédia en Français

  • Nuit des longs couteaux (Allemagne) — Nuit des Longs Couteaux Pour les articles homonymes, voir Nuit des Longs Couteaux (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Nuit de cristal …   Wikipédia en Français

  • Nuit des longs couteaux (suisse) — Pour les articles homonymes, voir Nuit des Longs Couteaux (homonymie). La nuit des Longs Couteaux est le nom familièrement donné en Suisse, par dérision, à la nuit précédant l élection des conseillers fédéraux par l Assemblée fédérale[1]. En… …   Wikipédia en Français

  • NUIT DES MÈRES — La fête nordique dite de la nuit des Mères est mentionnée par Bède le Vénérable (De temporum ratione , XIII) qui rapporte cette expression (Modranith) comme désignant, aux temps païens, la veille de Noël. En première approximation, cette… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”