Amphou Aranya Prathet

Amphoe Aranyaprathet

Logo siam.jpg
Cet article fait partie de la série
Thaïlande
Géographie
Physique - Humaine
Subdivisions - Provinces
Villes - Sites touristiques
Histoire
Préhistoire - Dvaravati
Sukhothaï - Ayutthaya
Thonburi - Rattanakosin
Culture
Langues - Alphabet
Religion - Gastronomie
Monarchie - Architecture
Littérature - Traditions
Sport - Arts classiques
Arts traditionnels - Cinéma
Personnages célèbres
Société
Économie - Vie politique
Organisation de l'État

Amphoe Aranyaprathet est un district (Amphoe) dans la province de Sa Kaeo dans l'Est de la Thaïlande. Le chef-lieu en est la ville d'Aranyaprathet.

Ce district a une frontière commune avec le Cambodge et fut beaucoup utilisé dans années 1970 et 1980 pour des camps de réfugiés cambodgiens. Le district est surtout connu grâce au Talaat Rong Kleua, un marché situé à quelque distance de la frontière avec le Cambodge et où l'on trouve de nombreux produits cambodgiens et vietnamiens. Ce marché était - et est peut-être encore - utilisé pour le commerce illégal avec les partis en guerre du Cambodge.

Chez les Thaïlandais, cette frontière est très populaire. En effet, dans le no-man's-land entre le Cambodge et la Thaïlande se sont construit pas moins de 7 casinos (avec un 8e en construction), appartenant à des hommes d'affaires thaïs. Les jeux de hasard sont illégaux en Thaïlande, mais toutefois un passe-temps très populaire pour la plus grande partie de la population. Le gouvernement essaye d'empêcher ces milliards de Bahts thaïs de quitter le pays, mais la corruption est monnaie courante et l'action du gouvernement en est limitée.

La frontière, à l'arrière-plan, les casinos.

Cette frontière est également très fréquentée par les expatriés occidentaux. Ils y viennent pour prolonger leur visa (ce qui est l'option la moins chère pour pouvoir entrer et sortir librement en Thaïlande) et passer cinq minutes au Cambodge. Aujourd'hui, le chemin de fer en direction de Bangkok s'arrête à 20 mètres de la frontière (le reste a été détruit pendant le régime des Khmers rouges). Autrefois, la voie se prolongeait par-delà la frontière et il était possible de se rendre directement en train jusqu'à Phnom Penh, au Cambodge.

Lors de la chute du régime Khmers rouges et lors de l'invasion du Cambodge par l'armée vietnamienne en 1979, des centaines de milliers de Khmers se sont agglutinés à la frontière khemro-thaï, coincés entre l'armée thaï qui interdisait l'entrée et les divers groupes de résistance créés à l'occasion.

La population Khmère été alors réfugiée dans des camps le long de la frontière en territoire thaïlandais. Certains camps neutres comme le fameux camp de Khao I Dang qui accueillit plus de 300 000 réfugiés, les camps de Sa Kaeo ou Taprik contrôlés par les Khmers Rouges, Nong Chan, Nong Sameth, Baane Sagnè... contrôlés par les républicains et royalistes. Aranyaprathet fut alors la base arrière de multiples organisations humanitaires gouvernementales et non-gouvernementales. Des milliers d'expatriés de toute la planète vécurent dans cette ville pendant environ une dizaine d'année. Des volontaires d'organismes non confessionnels mais aussi une myriade de religieux de tout acabit délivrant d'une main une poignée de riz et de l'autre une Bible.

C'est de cette ville que partit la célèbre marche pour l'ouverture de la frontière cambodgienne organisée par MSF (Médecins sans frontières. Cette marche eut peu d'effet localement mais contribua à l'essor du vedettariat humanitaire.

Aranyaprathet était également la ville de tous les trafics : armes, or, pierres précieuse, mais surtout de tout ce qui fait la vie quotidienne : voitures, motos, essence, outillage, ustensiles de cuisine, nourriture... Pendant ces années, c'est par cette ville que transitait presque tout le trafic commercial en direction du Cambodge, voire du Vietnam du sud. Ce trafic était visible sur les grands marchés de Phnom-Penh et de Saïgon. Un trafic discutable, mais vital qui a probablement permis au Cambodge de survivre.

Ce document provient de « Amphoe Aranyaprathet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Amphou Aranya Prathet de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”