Amphore
Amphores au château de Bodrum en Turquie.

L'amphore est, dans l'Antiquité, le récipient le plus utilisé pour le transport de produits de base : le vin, l'huile d'olive, la bière (zythum et zythogala) et les sauces de poissons (de type garum).

D'usage extrêmement courant dans le poutour méditerranéen, on la trouve parfois réutilisée, soit broyée afin d'entrer dans la composition du mortier au tuileau romain, soit telle quelle comme canalisation ou pour ménager un vide sanitaire. Parfois, elle sert de cercueil pour une sépulture d'enfant. Enfin, on la jette souvent dès que son contenu est consommé : c'est ainsi que le mont Testaccio s'est formé de l'accumulation de débris d'amphores à Rome.

Dans le domaine de l'archéologie, l'amphorologie est une spécialité très développée. L'existence d'un grand nombre de types répertoriés d'amphores, leur évolution sur une longue durée et une vaste zone dans l'antiquité constitue un élément important de datation.

L'amphore quadrantal est une mesure de capacité pour des liquides. Elle est équivalente à un pied cube.

La jarre actuelle est une amphore de terre cuite, de forme ovoïde et de différentes dimensions, où l'on conserve l'eau, l'huile, les olives.

Sommaire

Interprétation archéologique

Article détaillé : Amphorologie.

C'est le caractère jetable des amphores qui fait leur valeur archéologique pour l'amphorologie : sauf réemploi dans une maçonnerie ou exception, une amphore n'était pas réutilisée à une période différente de celle de sa fabrication et de sa consommation. Objets de céramique, les tessons d'amphores sont quasiment indestructibles. Par des analyses chimiques, il est possible de retrouver leur lieu de fabrication. La reconstitution de l'histoire de l'évolution des formes d'amphores a débouché sur des classements typologiques qui correspondent aussi à une chronologie. À la forme des amphores, il faut ajouter d'autres éléments de typologie : des sceaux, appelés timbres amphoriques, gravés dans l'argile ou des gravures ou encore des marques peintes. Ainsi les amphores portant la marque Sestius furent produites vers Cosa en Étrurie romaine et exportées vers la Gaule du Sud à l'époque de Cicéron.

Amphore du type Dressel 1B
Légende : 1 : lèvre - 2 : col - 3 : anse - 4 : épaule - 5 : panse - 6 : pilon ou pied

À partir d'un tesson d'amphore un archéologue peut dater, à quelques décennies près souvent mais parfois bien plus précisément, la couche stratigraphique où le tesson a été retrouvé, ou encore l'épave du navire qui les contenait. Ainsi les amphores d'époque romaine portent des noms et une numérotation qui permettent aux archéologues de les retrouver dans la typologie et de les dater. Ces noms renvoient souvent aux savants qui ont établi la chronologie (Heinrich Dressel, Pascual) où à l'origine de l'amphore (Gauloise). Les amphores Dressel 1a et 1b sont typiques des amphores vinaires de la fin de la république romaine. La Gauloise 4 est une amphore à fond plat qui correspond à l'essor du commerce du vin gaulois. Les amphores Dressel 20 correspondent à des amphores à huile. Reporter les trouvailles du même type d'amphore sur une carte peut alors permettre de retracer - si les trouvailles sont assez nombreuses - des flux commerciaux.

La substitution progressive du tonneau aux amphores (inconvénients : poids, fragilité, peu empilable) à partir du IIIe siècle de notre ère fit parfois disparaître une source précieuse pour l'écriture de l'histoire économique de l'antiquité. Néanmoins l'usage des amphores fut poursuivi à l'époque tardive, au dernier siècle de l'empire romain et aux premiers de l'empire byzantin, notamment dans le bassin oriental de la Méditerranée. L'étude de ces amphores est relativement récente et s'est construite à partir des travaux de John Riley qui a défini, au début des années 1980, sept types d'amphores romaines tardives : Late Roman Amphoras (LRA1 à 7). Ces amphores tardives ont servi, dans leur grande majorité, à contenir du vin, leur étude attestant du dynamisme de ce commerce à cette époque et de son organisation autour de Constantinople et du commerce maritime. Si les zones de production sont de mieux en mieux identifiées et si la recherche a mis en évidence des phénomènes d'imitation, l'étude des amphores tardives en est encore largement à ses débuts[1].

Fabrication

L'amphore est fabriquée à partir d'argile épurée. Il faut de l'eau pour délayer l'argile, et du bois ou un autre combustible pour la cuisson. Le plus fréquemment, c'est le tournage qui est utilisé pour la façonner.

Afin de la fabriquer, le potier façonne d'abord un fût, puis y ajoute col, pointe, anses.

Une fois mise en forme, elle est mise à sécher au soleil, ou à défaut dans un lieu ventilé. Elle est ensuite mise à cuire pendant plusieurs heures.

Le poissage est parfois utilisé pour la rendre plus étanche : on verse à l'intérieur de la poix liquide, de manière à former un film imperméable. L'amphore conservant le vin est bouchée par une bourre de paille, recouverte d'une épaisse couche d'argile ou dès l'Antiquité par un bouchon de liège.

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Fanette Laubenheimer, Le temps des amphores en Gaule: Vins, huiles et sauces, Errance, 1991, 181 p.
  • Fanette Laubenheimer, Les Amphores en Gaule, tome II : Production et Circulation , Presses universitaires franc-comtoises, 1998, 285 p.

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Amphore de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amphore — [ ɑ̃fɔr ] n. f. • 1518; lat. d o. gr. amphora ♦ Vase antique à deux anses, pansu, à pied étroit. Récipient moderne de même forme. ♢ Par métaph. « l amphore admirablement évasée de son corps » (France). ● amphore nom féminin (latin amphora, du… …   Encyclopédie Universelle

  • Amphore — Sf (ein in der Antike verwendetes, bauchiges Gefäß mit zwei Henkeln) erw. fach. (16. Jh., Form 18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. amphora, dieses aus gr. amphoreús m., älter amphiphoreús m. (dann haplologisch verkürzt) Vorratsgefäß mit… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • amphore — AMPHORE. s. f. Vase antique: il étoit de différentes grandeurs; mais la jauge la plus ordinaire est évaluée, par les Antiquaires, à environ vingtquatre de nos pintes …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Amphore — Gebrauchsamphoren, Bodrum Eine Amphore bzw. Amphora (von altgriechisch ἀμφορεύς amphoreus ‚zweihenkliges Tongefäß‘; gebildet aus ἀμφί amphí ‚auf beiden Seiten‘ sowie φέρειν phérein ‚tragen‘) …   Deutsch Wikipedia

  • amphore — (an fo r ) s. f. 1°   Terme d antiquité. Vase à deux anses où les anciens mettaient le vin et l huile. 2°   Mesure de capacité qui contenait 19 lit. 44. ÉTYMOLOGIE    Amphora ; le terme grec provient de deux mots se traduisant par des deux côtés… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AMPHORE — s. f. T. d Antiq. romaine. Vase à deux anses dans lequel on mettait le vin pour le garder.  Il se disait aussi d Une mesure de capacité pour les liquides, qui contenait environ quarante de nos pintes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMPHORE — n. f. T. d’Antiquité Grand vase à deux anses dans lequel on mettait le vin, l’huile …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Amphore — Am|pho|re 〈f. 19〉 grch. Vase in Form eines Kruges mit zwei Henkeln; oV Amphora [<lat. amphora; zu grch. amphoreus „Gefäß mit einem Henkel auf beiden Seiten“ <amphi „auf beiden Seiten“ + pherein „tragen“; → Eimer; verwandt mit Ampel, Ampulle …   Universal-Lexikon

  • Amphore — Am|pho|re 〈f.; Gen.: , Pl.: n〉 = Amphora …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Amphore — Ạm|pho|ra, Am|pho|re, die; , ...oren <griechisch> (zweihenkliges Gefäß der Antike) …   Die deutsche Rechtschreibung

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”