La Lanterne (journal)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lanterne.
La Lanterne
LanterneRochefort.jpg

Pays Drapeau de France France puis Drapeau de Belgique Belgique
Langue Français
Périodicité hebdomadaire
Genre satirique
Diffusion entre 15 000 & 120 000 ex. (-)
Date de fondation 1868
Date du dernier numéro 1876
Éditeur Paris puis Bruxelles

La Lanterne est un journal satirique dirigé par Henri Rochefort. Créé en 1868, il a été vendu clandestinement avant de cesser de paraître en 1876.

Sommaire

Description

La Lanterne est créée avec l’appui d’Hippolyte de Villemessant, qui souhaitait éloigner Henri Rochefort du Figaro, où le ton de ses articles déplaisait au pouvoir. C’est un hebdomadaire, qui se présente sous la forme d’une petite brochure rouge de 16 cm. Son prix de vente, relativement élevé, est de 40 centimes. Certains numéros se seraient vendus jusqu’à 15 et 20 francs.

Le premier numéro de La Lanterne, paru à Paris le 31 mai 1868, est tiré à 15 000 exemplaires. Puis, en raison de la demande, il sera plusieurs fois tiré de nouveau et le nombre total d’exemplaires s’élèvera finalement à 120 000.

L’éditorial de ce premier numéro débutait par cette formule, restée célèbre : « La France contient [...] trente-six millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement. »

Il y eut deux séries distinctes, avec une interruption de cinq ans entre mai 1869 et juillet 1874 :

  • la première série comprit 77 numéros, du 31 mai 1868 au 20 novembre 1869. Le no 11 du 8 août 1868 fut saisi pour « offenses à la personne de l’Empereur ; offenses à la personne de l’Impératrice ; outrage à la Magistrature,... ». Rochefort fut condamné. Il dut se réfugier en Belgique. À partir du no 14, définitivement interdite en France, la revue fut tirée à Bruxelles.
  • la deuxième série comprit 86 numéros, du 4 juillet 1874 au 19 février 1876.

Critique du régime de Napoléon III

À travers ce journal, Henri Rochefort s’attaque aux faiblesses du Second Empire. Le régime n’accepte pas ces critiques et engage de nombreuses poursuites. Après une interdiction à la vente publique, Rochefort est attaqué en justice et sévèrement condamné à des amendes et à une peine de prison. Il doit se réfugier à Bruxelles pour échapper à la police.

Il retrouve en Belgique un autre ennemi de « Napoléon-le-Petit », Victor Hugo, qui l’héberge plusieurs mois. Rochefort poursuit la rédaction de son journal et renouvelle ses critiques contre le régime de Napoléon III.

En France, La Lanterne, vendue clandestinement, trouve toujours ses lecteurs. Protégé par son exil, Rochefort adopte un ton encore plus acerbe dans ces attaques contre l’Empire. Devenu l’ennemi juré des bonapartistes, il se présente à Paris lors des élections législatives de 1869, mais il est battu par Jules Favre, auquel se rallient les bonapartistes. En novembre, il est élu au siège laissé vacant par Gambetta.

Rochefort met un terme à la parution de la Lanterne en 1876 pour donner naissance à un nouveau journal, La Marseillaise.

Un caractère divertissant qui assure sa popularité

La Lanterne adopte un style léger, parfois sans queue ni tête, proche du théâtre de boulevard, et fait un abondant usage du calembour et de la blague. Ce style assure son succès à Paris. Certains témoignages, notamment celui du journaliste Francisque Sarcey pendant sa tournée avec la Comédie-Française, laissent entendre que la revue était présente dans les mains des habitants aussi bien à Lyon qu’à Dijon. De plus, les poursuites dont fait l’objet Rochefort, renforcent le caractère sulfureux de La Lanterne.

La popularité du journal attire très vite la jalousie et l’irritation. Blanqui écrit d’ailleurs « La lanterne est un feu de fête terrible contre Bon (Bonaparte) qui enchante les bourgeois. Ils paient ses satires à prix d’or, ils courent après. De la contrebande s’active. Mais, nos écrits, va t-en voir ! Les bourgeois les dénonceraient plutôt. »

La Lanterne, par sa forme et sa légèreté aurait d’ailleurs, selon certains historiens, inspiré des journaux de la fin du XIXe siècle comme Le Gaulois, La Cloche et Le Lorgnon.

Citations

  • « La lanterne peut servir à la fois à éclairer les honnêtes gens et à pendre les malfaiteurs. »
  • « Votre police a la prétention d’être formidable, ma contrebande ne le sera pas moins »

Liens externes

Source


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Lanterne (journal) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lanterne — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Engrenage d une roue dentée sur une lanterne Lanterne, instrument d …   Wikipédia en Français

  • lanterne — [ lɑ̃tɛrn ] n. f. • 1080; lat. lanterna I ♦ 1 ♦ Boîte à parois ajourées, translucides ou transparentes, où l on abrite une source de lumière. ⇒ 1. falot, fanal. Tenir une lanterne à la main. Le vestibule « s éclaire d une volumineuse lanterne de… …   Encyclopédie Universelle

  • LANTERNE (LA) — LANTERNE LA, journal Henri Rochefort, chassé du Figaro , put créer La Lanterne le 31 mai 1868, grâce à la loi du 11 mai 1868 qui venait de supprimer l’autorisation préalable, nécessaire à l’époque à toute création d’un nouveau journal, et grâce à …   Encyclopédie Universelle

  • Lanterne Rouge — Wim Vansevenant, Rekordinhaber der Roten Laterne Die Lanterne Rouge (französisch für Rote Laterne) ist eine inoffizielle Auszeichnung für den letztplatzierten Fahrer in der Gesamtwertung der Tour de France. Der Name kommt von den roten… …   Deutsch Wikipedia

  • Journal de la Rochelle — La Rochelle La Rochelle Les tours du vieux port de La Rochelle Détail …   Wikipédia en Français

  • Journal Le Figaro — Le Figaro Pour les articles homonymes, voir Figaro (homonymie).  Le Figaro {{{nomorigine}}} …   Wikipédia en Français

  • Lanterne rouge — The Lanterne Rouge is the competitor in last place in a cycling race such as the Tour de France. The phrase comes from the French Red Lantern and refers to the red lantern hung on the caboose of a railway train, which conductors would look for in …   Wikipedia

  • La lanterne — (journal) Pour les articles homonymes, voir Lanterne. La Lanterne est un journal satirique dirigé par Henri Rochefort. Créé en 1868, il a été vendu clandestinement avant de cesser de paraître en 1876. Sommaire 1 Description …   Wikipédia en Français

  • La Lanterne — Pour les articles homonymes, voir Lanterne. 48° 48′ 15″ N 2° 05′ 32″ E / …   Wikipédia en Français

  • Pavillon de la Lanterne — La Lanterne Pour les articles homonymes, voir Lanterne. 48° 48′ 15″ N 2° 05′ 32″ E …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”