Amphibiens

Amphibia

Comment lire une taxobox
Amphibiens
 Rana temporaria, Linnaeus, 1758
Rana temporaria, Linnaeus, 1758
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe
Amphibia
Linnaeus, 1758
Sous-classes de rang inférieur

 Familles & sous-familles : voir texte

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la zoologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

La classe des amphibiens (Amphibia), anciennement « batraciens », est une classe de vertébrés tétrapodes.

Sommaire

Généralités

La plupart des amphibiens ont une phase de vie aquatique (sous forme de larves) et une phase de vie terrestre après une métamorphose contrôlée par les hormones thyroïdiennes. Cette métamorphose s'accompagne de la perte de la queue chez les amphibiens appartenant à la ordre des anoures et du développement des membres. Sauf très rares exceptions (Arenophryne rotunda), les adultes des espèces les mieux adaptées à la vie aérienne doivent revenir vers le milieu aquatique d'eau douce pour pondre des œufs. Il y a accouplement en général mais sans fécondation interne, le mâle déversant son sperme au moment où la femelle pond ses œufs. Il existe cependant des exceptions comme par exemple la plupart des salamandres, amphibiens de l'ordre des urodèles, où la femelle après une fécondation interne conserve les embryons et les larves dans les voies génitales (cas de viviparité).
Il existe des cas de néoténie comme par exemple chez l'axolotl qui se reproduit à l'état larvaire et ne se métamorphose pas.

Les amphibiens sont poïkilothermes, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas réguler la température de leur corps, et sont donc dépendants des conditions thermiques extérieures (leur température interne est variable). Les adultes respirent grâce à leurs poumons sacculaires, et à leur peau (respiration cutanée) fine (faiblement kératinisée), richement vascularisée et souvent couverte de mucus (permet la dissolution des gaz, la limitation de la déshydratation et éventuellement contient des toxines pour se défendre, surtout chez les espèces tropicales). La larve possède des branchies, externes durant les premiers temps, puis internes.

Cependant, les trois grands groupes d'amphibiens vivant actuellement sont assez différents, tant par leur mode de vie que par leur apparence.

Les urodèles

Article détaillé : Urodèle.

Les urodèles, groupe composé des salamandres et des tritons, sont très dépendants du milieu aquatique, elles ont un corps allongé, une longue queue et quatre petites pattes. Certains supposent que ce groupe pourrait être paraphylétique. Il y en a en Europe.

Les anoures

Article détaillé : Anoure.

Les anoures sont des amphibiens sans queue, elles subissent une spectaculaire métamorphose du stade têtard au stade adulte, et peuvent alors vivre assez éloignés du monde aquatique. Certaines espèces sont même vivipares. Ce groupe regroupe entre autres les espèces appelées grenouilles et crapauds.

Les gymnophiones

Article détaillé : Gymnophiones.

Les gymnophiones sont des amphibiens qui ressemblent à des vers.

Histoire évolutive et systématique

Les amphibiens sont apparus sur Terre au Dévonien, période de l'ère primaire, il y a environ 370 Ma. De nos jours, on dénombre près de 6000 espèces d'amphibiens.

Les analyses moléculaires de ces groupes laissent à penser que leur séparation est assez ancienne, cependant l'analyse de fossiles permet de situer leur divergence entre 240 et 275 Ma[1].

Amphibiens fossiles

Les premiers amphibiens connus sont les ichthyostégidés. Leurs traces ont été découvertes sur la côte est du Groenland dans les couches fossilifères datées du Dévonien supérieur, de 367 Ma à 362 Ma[2]). Ils constituent un des plus plus remarquable échelon intermédiaire de l'évolution jamais découvert, car ils réunissent à la fois des caractéristiques des poissons ostéichthyens et des amphibiens ; par certains détails, ils seraient plutôt poissons, par d'autres, plutôt amphibiens. Leur crâne, par exemple, ressemble beaucoup à celui des poissons primitifs à nageoires lobées, mais la taille de certains os du crâne et la position des yeux les apparentent plutôt aux amphibiens. Leurs membres et leurs pieds étaient ceux d'un amphibien, mais ils avaient une queue de poisson. D'autres détails moins remarquables montrent également certaines ressemblances avec les deux classes.

Les ichthyostégidés ne sont probablement pas les ancêtres directs de tous les amphibiens apparus plus tard. En effet, par certains détails de leur squelette, ils étaient déjà plus spécialisés que d'autres amphibiens plus tardifs. Mais ils étaient presque certainement semblables aux animaux à partir desquels évoluèrent tous les vertébrés terrestres.

Une des questions les plus difficiles qui se pose est de savoir si les urodèles et anoures dérivent de la même branche des lissamphibiens ou de savoir si l'une ou l'autre dérive des temnospondyles. Le fossile de Gerobatrachus, fossile découvert en 1995, pourrait permettre de répondre à cette question. Il semble être proche de l'ancêtre des urodèles et des anoures. Gerobatrachus vivait au Permien, il y a 290 Ma ce qui à permis de réévaluer à une date moins ancienne l'époque de la divergence de ces deux groupes[1]. Cependant les analyses génétiques semblent indiquer au contraire une origine plus ancienne.

Histoire de la classification

Le terme amphibien a été forgé à partir des termes grecs anciens αμφις [Amphis] qui signifie « les deux » et βιος [bios] qui signifie vie.

L'ordre paraphylétique des Labyrinthodontia, autrefois classé dans les amphibiens, doit être considéré comme obsolète. Cette classification a été reprise par exemple Alfred Sherwood Romer en 1966, Edwin Harris Colbert en 1969, et Robert Lynn Carroll en 1988.

Phylogénie

Classification des amphibiens

Les quelques 6000 espèces d'amphibiens connues sont divisées en trois ordres : Anoures, Urodèles et Gymnophiones.

Diversité des espèces

Diversité des amphibiens
Source : Alford, Richards et McDonald (2007)
Taxon Familles Genres Espèces
Anoures 33 354 5 067
Caudata 10 59 508
Gymnophiona 5 33 168
Total 48 446 5 743
  • Des estimations indiquent que le nombre total des amphibiens se placerait entre 8000 et 10 000 espèces[3] cependant bon nombre d'espèces ne sont pas encore découvertes. Ainsi au début les années 1990, plus de 100 espèces de grenouilles arboricoles de la famille des rhacophoridés ont été découvertes sur l'ile de Sri Lanka. Ceci est d'autant plus étonnant que bon nombre d'espèces décrites au XIXe siècle semble avoir disparue.
  • On connait plus de 500 espèces de salamandres, un grand nombre en Amérique du Nord. La famille des pléthodontidés, qui se trouve en Amérique du Nord et du Sud, rassemble plus de la moitié des salamandres connues[3].
  • On connait 5000 espèces de grenouilles et des estimations indiquent qu'un millier d'espèces sont encore inconnues. 80% des espèces connues vivent dans les régions tropicales. C'est en Amérique du Sud que l'on trouve le plus grand nombre des espèces. Une famille, les leptodactylidés, d'Amérique centrale et du sud, rassemble 22% des espèces. Un seul genre, Eleutherodactylus, compte plus de 550 espèces, ce qui constitue le genre le plus important parmi tous les vertébrés[3].

Voir aussi

Déclin

Bufo periglenes, le crapaud doré de Monteverde, Costa Rica fut parmi les premières victimes du déclin des amphibiens. Autrefois abondante, l'espèce n'a pas été revue depuis 1989.

Un déclin dramatique des populations d'amphibiens, notamment des disparitions de populations et des extinctions locales, ont été répertoriées durant les deux dernières décennies à travers le monde. Plusieurs causes sont avancées, comme la destruction des habitats naturels et leur modification, la surexploitation de certaines populations, la pollution, l'introduction d'espèces concurrentes, le changement climatique, la destruction de la couche d'ozone (les radiations ultraviolettes se sont montrées particulièrement néfastes pour la peau, les yeux et les œufs des amphibiens) et des maladies.

Du fait des nombreuses menaces qui pèsent sur elles, de très nombreuses espèces sont classées comme étant en danger par l'IUCN. La communauté scientifique internationale commence à prendre conscience de l'ampleur du désastre et tente de mettre en place des plans de protection des espèces menacées.

En 2007, l'IUCN évalue à 5 espèces d'amphibiens disparus, 124 espèces comme très menacées, 1856 espèces (soit 32%) comme menacées. 1294 espèces sont trop peu connues pour que l'on puisse évaluer leur statut[3].

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « Amphibien » sur le Wiktionnaire.

Commons-logo.svg

Articles connexes

Vous pouvez aussi consulter ici une liste d'herpétologistes.

Bibliographie

  • João Pedro Silva et al. Synthèse européenne des meilleures pratiques de conservation des reptiles et amphibiens PDF, 60 pages, en anglais. C'est une compilation des résultats des programmes LIFE mis en œuvre depuis 1992; ISBN:78-92-79-12567-6, ISSN:1725-5619 ; doi:10.2779/48925, Commission Européenne, 2009 ; reproduction autorisée si la source est citée.
  • (en) Simon Levin et Ross A. Alford, Stephen J. Richards et Keith R. McDonald, Encyclopedia of Biodiversity, 2007 (ISBN 0-12-226865-2), « Amphibians, Biodiversity of » 

Liens externes

Notes

Références taxinomiques

Références

  1. a  et b (en) Jason S. Anderson, Robert R. Reisz, Diane Scott, Nadia B. Fröbisch & Stuart S. Sumida, « A stem batrachian from the Early Permian of Texas and the origin of frogs and salamanders », dans Nature, vol. 453, 22 mai 2008, p. 515-518 [résumé] .
  2. L'apparition des tétrapodes aquatiques date de « la fin du Dévonien moyen, dans une fourchette étroite comprise entre 375 et 380 Ma », (en) Jennifer CLACK, paléontologue à L'université de Cambridge, Grande-Bretagne, « Le premier pied à terre », dans Pour la Science, février 2006 .
  3. a , b , c  et d (Alford, Richards et McDonald (2007)).
  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
  • Portail de l’origine et de l’évolution du vivant Portail de l’origine et de l’évolution du vivant
  • Portail de la conservation de la nature Portail de la conservation de la nature

Ce document provient de « Amphibia ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Amphibiens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • AMPHIBIENS — Dans la nature actuelle, les Amphibiens sont représentés par trois groupes: les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d’un… …   Encyclopédie Universelle

  • Amphibiens Et Reptiles Du Japon Sur Timbres — Les Japonais ont une grande admiration pour la nature de leur pays, et il n est pas étonnant qu ils aient souvent représenté les animaux qui les entourent sur leurs timbres. Cet article tente de recenser et surtout d identifier et de classer les… …   Wikipédia en Français

  • Amphibiens et reptiles du japon sur timbres — Les Japonais ont une grande admiration pour la nature de leur pays, et il n est pas étonnant qu ils aient souvent représenté les animaux qui les entourent sur leurs timbres. Cet article tente de recenser et surtout d identifier et de classer les… …   Wikipédia en Français

  • Amphibiens d'Australie — Les espèces d amphibiens originaires d Australie sont toutes membres du sous ordre des Neobatrachia qui forme le plus grand des sous ordres des Anoures. Environ 230 espèces sur les 5 280 espèces du sous ordre vivent en Australie et 93% d… …   Wikipédia en Français

  • Amphibiens et reptiles du Japon sur timbres — Les Japonais ont une grande admiration pour la nature de leur pays, et il n est pas étonnant qu ils aient souvent représenté les animaux qui les entourent sur leurs timbres. Cet article tente de recenser et surtout d identifier et de classer les… …   Wikipédia en Français

  • Amphibiens de Madagascar — Sommaire 1 Discoglossidae 2 Hyperoliidae 3 Mantellidae 4 Microhylidae 5 …   Wikipédia en Français

  • Declin des populations d'amphibiens — Déclin des populations d amphibiens Le crapaud doré (Bufo periglenes), a été un des premiers indicateurs du déclin des populations d’amphibiens. Considéré dans les années 1980 comme abondant dans son habitat au Costa Rica, il a été observé pour… …   Wikipédia en Français

  • Déclin Des Populations D'amphibiens — Le crapaud doré (Bufo periglenes), a été un des premiers indicateurs du déclin des populations d’amphibiens. Considéré dans les années 1980 comme abondant dans son habitat au Costa Rica, il a été observé pour la dernière fois en 1989 …   Wikipédia en Français

  • Déclin des populations d'amphibiens — Le crapaud doré (Incilius periglenes ), a été un des premiers indicateurs du déclin des populations d’amphibiens. Considéré dans les années 1980 comme abondant dans son habitat au Costa Rica, il a été observé pour la dernière fois en 1989[1]. Les …   Wikipédia en Français

  • Liste des amphibiens de France — La grenouille des champs est considéré comme en danger critique d extinction en France par l UICN. Cette liste des amphibiens de France regroupe les espèces d amphibiens vivant en France métropolitaine (Corse comprise). Elle comporte 42 espèces… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”